Erza Scarlett – La plus belle réussite de Mashima

Erza 5Si vous me connaissez, je pense que vous savez que j’aime tout particulièrement les mangas de Hiro Mashima, et qu’une des raisons de mon amour vient de ses personnages féminins si réussis. Et dans la longue liste des Mashimeufs, il y en a une bien particulière à mes yeux. Je pense que vous savez bien de qui il s’agit (et si vous ne le savez pas, le titre de l’article a du briser toute forme de suspense en principe), mais Erza Scarlett de Fairy Tail est véritablement le personnage féminin qui m’a le plus marqué jusqu’à présent, pour plusieurs raisons. 

Et comme l’univers réclamait à corps et à cri que j’en parle plus en détails, et surtout que j’en avais très envie de mon côté, il est temps d’aborder un peu la Best Meuf à mes yeux, d’un point de vue tout personnel, en scrutant en détails ce qui fait de Erza un personnage si exceptionnel. Le tout avec évidemment beaucoup d’images de partout, car le visuel est très important chez Mashima, évidemment !

Les personnages féminins de Mashima

Avant d’aborder en détails le cas Erza, un petit mot sur les personnages féminins de Mashima s’impose. Car certaines des qualités que je trouve chez elle se retrouvent finalement chez la plupart des persos féminins de l’auteur, comme on va le voir. Deux choses en particulier caractérisent les personnages féminins de Mashima selon moi.

D’une part, elles sont nombreuses, très actives et souvent présentes. Quelle que soit la série, l’auteur cherche toujours à avoir une forme de parité, notamment avec un duo principal homme/femme (Haru/Elie, Natsu/Lucy, Shiki/Rebecca), autour desquels gravitent de nombreux personnages secondaires, dont certains sont omniprésents, qui respectent toujours cette parité. Si on reste sur le cas de Fairy Tail, le groupe principal que l’on peut dégager est rapidement Natsu, Lucy, Grey, Jubia et Erza (ainsi que Happy), auxquels par la suite on peut greffer Wendy et Carla. Et en comptant les membres connus de la guilde, je suis tombé sur un ratio un peu déséquilibré mais pas trop de 29 hommes et 19 femmes.

Erza Lucy Jubia

Mais surtout, parmi les cinq membres les plus puissants, il y a deux femmes, et comme je l’ai déjà souligné, il y a autant de femmes importantes que d’hommes dans l’intrigue. Et cela vaut pour la guilde de Fairy Tail mais aussi pour les autres, ainsi que pour les groupes antagonistes. Ainsi, dans les mangas de Mashima, les femmes sont en nombre, proactives et fortes, à l’égal parfait des hommes.

L’autre élément important qui caractérise les femmes à la Mashima, et c’est le plus évident, est leur côté sexy en diable. C’est devenu un cliché de le dire, tout le monde en est conscient et beaucoup pestent contre cet aspect. Un personnage féminin selon Mashima, c’est avant tout une femme jeune, à grosse poitrine et grandes jambes, souvent dévêtue. À l’exception de Reby (et des enfants, évidemment), tous les personnages féminins de la guilde, mais aussi des autres guildes, et les antagonistes, répondent à ces règles. On en arrive au stade où même Kyoka et Seila, des démones issues du Livre de Zeleph, sont des bombasses, alors même que les démons mâles de la bande sont globalement un peu dégueus.

Tout ça pour dire que les personnages féminins à la Mashima exercent globalement une forme d’attrait de par leur physique très avantageux (et la virtuosité de l’auteur en terme de dessin et de character design, il faut le dire), mais aussi par leur importance dans le récit et leur force. Toutes ont droit à leur moment de gloire, certaines sont constamment fondamentales à l’intrigue, et globalement, on les retient vraiment.

Et dans ce domaine, si beaucoup de personnages féminins chez Mashima se démarquent, Erza est celle qui me semble la plus soignée par l’auteur, qui a l’air de se donner encore plus à 100% quand c’est d’elle qu’il est question. Et en tout cas, il est clair qu’elle a un quelque chose de particulier, même par rapport aux autres Fairy Girls.

La première apparition d’Erza

La façon dont Erza est introduite en dit déjà beaucoup sur le personnage. On nous parle d’elle avant qu’on la rencontre, et on comprend qu’elle est un membre important et respecté de la guilde, et la première double page à l’introduire annonce déjà la couleur. Tous les regards étonnés se tournent vers elle, cadrée en contre-plongée pour la magnifier, alors qu’elle porte un énorme trophée signe d’une mission périlleuse réussie sans aucun souci. Elle arbore également une grosse armure assortie d’une jupe, classique de la tenue féminine dans une certaine vision de la fantasy où il faut être badass tout en étant un peu sexy quand même. L’armure sera d’ailleurs un des signes distinctifs d’Erza, quand bien même elle changera souvent de tenue (et sera souvent dévêtue, comme tous les personnages féminins de l’auteur).

Erza première apparence

Mais quoi qu’il en soit, dès sa première apparition, elle pète la classe et rappelle qui est la boss, d’autant plus que les rares membres de la guilde plus puissants qu’elle sont régulièrement absents. De ce fait, C’est vraiment elle sur qui on peut compter pour mener à bien toute sorte de mission. Elle est également rapidement présentée comme une personne bien plus posée et sérieuse que ses camarades, en particulier Grey et Natsu qu’elle a tendance à séparer. Concernant ce dernier, il aime également beaucoup la défier afin de voir s’il a enfin réussi à devenir plus fort qu’elle. Évidemment, elle le démonte à chaque fois, rappelant qu’elle est vraiment la meilleure en dehors des quelques personnages plus puissants qui brillent par leur absence (Gildarts notamment).

En dehors de ça, parler de la scène qui l’introduit est aussi l’occasion de parler de l’évolution de son design au fil de la série. Car si Mashima a énormément gagné en expérience dans Rave, il a encore passé un cap dans Fairy Tail, où son style a encore beaucoup évolué pour gagner en personnalité selon moi. Si au début de la série, les personnages ont des membres vraiment très fins, leur donnant un aspect plus longiligne, et des fronts assez gros, au fil des volumes, le design évolue vers plus de rondeurs à tous les niveaux, donnant en particulier aux personnages féminins des corps beaucoup plus harmonieux (et sexy), ainsi que des visages plus expressifs, plus détaillés et plus chaleureux.

Erza Evolution

Erza Evolution

En résulte un style globalement beaucoup plus plaisant dans la série, concernant à la fois les personnages, le découpage et la mise en scène globale, mais qui concerne plus particulièrement les personnages féminins. Et ce point est également lié à la question du fanservice, à côté de laquelle on ne peut pas passer quand il s’agit des personnages féminins de Mashima. Car si le mangaka a ce petit péché mignon depuis les débuts de sa carrière, il est clair qu’au fil des volumes de Fairy Tail, il s’est de plus en plus lâché sur cet aspect. Et Erza est surement un des personnages qui en a le plus « bénéficié » si l’on peut dire, au points où la façon dont Mashima la traite sur ce point a été beaucoup critiqué.

Le fanservice a-t-il gâché Erza ?

Évidemment que non ! En dehors du fait que personnellement j’aime beaucoup toutes ces petites sorties sexy concernant le personnage, je pense vraiment que le fanservice ne vient pas gâcher sa caractérisation. Très souvent, j’ai lu que le personnage à l’origine très cool et badass devenait par la suite uniquement un véhicule du fanservice excessif, au point où elle en deviendrait pourrie. Et s’il est évident que le fanservice est effectivement très prononcé la concernant, j’estime qu’elle reste badass et stylée du début à la fin de la série (on y reviendra d’ailleurs à cet aspect).

ArmureCependant, revenons sur l’utilisation du fanservice la concernant. Personnellement, si j’apprécie grandement le fait de la voir en bikini de façon régulière, j’avoue que certaines de ses armures ne me plaisent pas des masses, mais plus d’un point de vue de design pur, lié il est vrai à la volonté d’en montrer un peu trop parfois. Il faut savoir que dans l’univers de la fantasy, les armures qui permettent de voir les personnages féminins à moitié à poil sont monnaie courante, et je dois avouer que cet aspect a tendance à me faire un peu sortir du délire. Et dans le cas d’armures comme celle à droite, je les trouve tout simplement moches.

Cependant, j’aime tout particulièrement l’idée même d’utiliser des tonnes d’armures différentes en combat, notamment parce que cela permet une grande variété dans les tenues (une des particularités de Mashima que j’aime beaucoup), et je dois dire que l’armure hakama, qui est surement sa plus iconique, me plait particulièrement notamment car elle arrive à concilier l’aspect badass et sexy du personnage.

Hakama

Mais tout ça reste très gentillet dans tous les cas. Quand on pense au fanservice concernant Erza, il est questions de choses bien plus rentre dedans. Et même bien plus rentre dedans que les bikinis et les scènes de bain, bien que ce soit déjà un premier point. Mais sur cet aspect, Erza est traitée à égalité avec les autres personnages féminins, qui sont il est vrai de plus en plus souvent en train de se laver ou de se faire bronzer au fil de la série.

Concernant Erza, il y a surtout une séquence qui semble considérée comme une limite que Mashima aurait dépassé concernant le fanservice. Durant l’arc Tartaros, Erza est capturée et torturée par Kyoka… totalement à poil (il semblerait que la séquence ait été censurée dans l’anime, où elle est habillée quand même).

Erza torture

Évidemment, cette nudité est totalement gratuite et me semble là dans un but parfois de fantasme, tant l’imagerie se rapproche de quelque chose d’érotisant, que ce soit avec la bestiole à tentacule, mais aussi dans la façon de mettre l’accent sur les expressions du visage d’Erza (expressions de souffrance mais qui dans un autre contexte donneraient une impression bien différente) ou encore les postures de son corps au fil de la torture. Me concernant, si je dois honnêtement admettre que cette séquence est un peu abusive et qu’elle aurait gagné à être traitée de façon un peu moins hot, ça ne vient clairement pas changer mon opinion sur le personnage.

Erza VS KyokaEn effet, elle reste malgré tout badass, se relevant de cette torture, et est égale à elle-même, puisqu’elle démonte Kyoka comme il se doit au final, sans avoir véritablement besoin qu’on lui vienne en aide. Ainsi, même si Mashima a clairement abusé sur la question du fanservice (encore que, c’est plus le contexte global de la séquence qui ne s’y prête pas du tout que la nudité d’Erza qui me pose problème ici), il reste totalement cohérent dans la caractérisation du personnage, et arrive à toujours la mettre en valeur lorsqu’elle reprend le dessus. De ce fait, cette scène est un bon exemple pour souligner que si le fanservice concernant Erza peut être problématique ou tout du moins de mauvais gout, il n’invalide pas ce qui fait l’essence du personnage, à savoir sa force extraordinaire, qui va aller jusqu’à certains extrêmes qui, une fois de plus, ont fait grincer quelques dents.

Deus ex Mashima ?

C'est parce que c'est ErzaToujours durant l’arc Tartaros face à Kyoka, Erza se sort d’une situation compliquée avec une chose que beaucoup considèrent comme un deus ex machina. Mais en est-ce vraiment un ? Resituons les choses : durant le combat, Erza est privée de ses sens, semble perdue, mais va finalement se relever, et démonter Kyoka. La raison invoquée pour justifier ce revirement est expliquée par Happy : « Parce que c’est Erza ! ». Rien qu’en tapant cette réplique sur twitter, on peut voir les réactions outrées de beaucoup, qui utilisent ça comme un bon exemple de foutage de gueule made in Mashima.

Ce avec quoi je suis en profond désaccord, car cela résulte selon moi d’une construction de personnage maitrisée, et d’une foi totale de l’auteur en l’aura de cette dernière. Si comme je l’ai précisé, il a d’emblée introduit Erza comme la plus badass des badass, il a ensuite passé pas mal de temps à confirmer ce statut au fil des volumes, le point culminant étant pour moi durant l’arc du tournoi de la magie, dans une séquence que j’ai abordé en détails ICI.

Erza 100 monstres

Pour résumer très rapidement la chose, alors qu’elle participe à une épreuve où il faut vaincre un maximum de monstres tour à tour sur 100 monstres au total, elle choisit d’affronter directement les 100 monstres, afin de s’assurer la victoire à l’épreuve. Et évidemment, elle y arrive, malgré la difficulté vraisemblablement surhumaine que cela représente. Le panache de l’acte est en plus réhaussé par le fait qu’elle aurait très bien pu se contenter d’en dégommer 51. Cette séquence est surement la plus iconique de la série à mes yeux, et entérine pour de bon le fait qu’Erza dépasse tout ce qui se fait en badassitude dans Fairy Tail.

Ainsi, lorsque dans le chapitre 404, Happy nous dit qu’elle se relève et vainc son ennemie malgré la perte de ses 5 sens « parce que c’est Erza », on peut prendre ça pour une facilité scénaristique de la part de Mashima (qui n’en serait pas à sa première, il est vrai), mais je vois plutôt de mon côté ceci comme la foi de l’auteur dans la puissance de son personnage, au point où en effet, cette explication semble tout à fait crédible et cohérente.

Erza MeteoriteEt il ne s’arrêtera pas en si bon chemin, le potentiel d’Erza semblant véritablement sans limite, puisqu’elle sera également capable d’affronter à un dragon alors qu’elle n’est pas une chasseuse de Dragon, et surtout, elle finira même par détruire une météorite, sauvant tout le monde au passage, alors que son corps est à peu près totalement défoncé à ce moment-là (je vois d’ailleurs la scène et en particulier l’image à gauche comme une référence à Sangoku tuant Piccolo avec seulement un bras valide).

Ainsi, dans un genre qui valorise énormément les moments d’héroïsme pur et accorde une grande importance à la puissance, Erza s’impose selon moi comme une sacré représentante de cet aspect, et sans nul doute la plus impressionnante de sa propre série. Encore une fois, si elle n’est pas la membre la plus puissante de la guilde de Fairy Tail, elle est cependant celle qui a droit aux séquences les plus iconiques et qui vont le plus loin dans la démonstration de force. Et c’est d’autant plus important que dans le nekketsu en général, et dans les mangas de Mashima en particulier, les personnages se définissent dans l’action.

Erza enfantC’est d’ailleurs pour cela que je n’ai pas évoqué le background d’Erza, que l’on découvre assez rapidement dans l’histoire. Car si je considère que son histoire est vraiment touchante et réussie, et éclaire sur le côté « maternel » du personnage vis-à-vis de ses camarades de la guilde, j’estime que cela reste très secondaire dans la façon d’appréhender le personnage (plus généralement, je dirai même que ce n’est pas l’élément le plus important dans les mangas de Mashima). Je vois même le background des personnages de Fairy Tail comme un impératif, afin de savoir d’où ils viennent, plus que comme un véritable moteur de l’écriture. 

Cela ne veut pas dire que l’écriture du personnage est fainéante pour autant, ou secondaire, car comme je l’ai dit, je considère que sa caractérisation globale résulte d’une écriture précise, visant à faire d’elle un personnage qui se démarque véritablement des autres. Car si Erza est un personnage féminin ultra sexy et à l’attrait évident du fait d’un character design très travaillé de la part de Mashima, elle a véritablement quelque chose en plus qui la rend si particulière. Car le seul aspect sexy ne suffirait pas à la rendre différente des autres personnages féminins de la série.

Erza bikini

C’est véritablement dans l’équilibre entre cet aspect extrêmement sexy, et un côté résolument badass que le personnage trouve sa spécificité et son attrait selon moi. D’où le fait que je me sois focalisé sur ces deux aspects. J’aime tout particulièrement le fait que Mashima semble ne jamais renoncer à l’un ou l’autre, les faisant jouer de concert tout du long, sans que l’un annule l’autre. Cela peut sembler une explication assez simpliste, mais elle est finalement en phase avec la simplicité dans l’approche de Mashima (qui n’est pas un défaut selon moi, bien au contraire).

FT plageSes personnages féminins, sous sa plume si virtuose, ont toute un attrait particulier, et dans un médium visuel comme le manga, le character design contribue grandement au charisme du personnage. En y ajoutant son travail sur la badassitude constante d’Erza, on obtient finalement un personnage très clair dans sa caractérisation, qui bénéficie du soin constant avec lequel l’auteur exploite son potentiel. Et si j’admets volontiers que ce sont des considérations très « simples », c’est selon moi de cette simplicité que découle tout le talent de Mashima. Il s’est toujours considéré comme un auteur « pop », versant du côté du divertissement pur. Mais il travaille tellement cet aspect, avec un tel but de connivence avec son lectorat, qu’il arrive à créer un affect tout particulier vis-à-vis de ses univers et ses personnages.

De ce fait, j’ai le sentiment que cet affect et ce rapport intime qu’on peut avoir en tant que fans vis-à-vis des mangas de Mashima s’incarne essentiellement dans ses personnages féminins. En tout cas, je le ressens véritablement comme ça, car ce sont elles qui me marquent le plus et pour lequel j’ai le plus grand affect. J’adore tout particulièrement des personnages comme Lucy, Jubia, Rebecca, Homura, mais en définitive, c’est Erza qui arrive en premier dans mon esprit quand je pense aux personnages de Mashima, car elle a ce quelque chose en plus dans sa caractérisation et son écriture qui lui confèrent un attrait tout particulier, comme j’ai tenté de l’expliquer dans mon article.

Ainsi, Erza représente tout simplement le point culminant d’une approche des personnages féminins dans certains shonen. Plus encore que Tsunade dans Naruto, ou que Olivia Mira Armstrong dans Fullmetal Alchemist, Erza représente une vision archétypale de la féminité badass qui me parle tout particulièrement. Sans doute assez basique dans l’idée, il n’empêche que cet archétype me plait énormément, au point de rendre marquant les personnages qui s’ancrent dans ce modèle. Finalement, c’est donc bien quelque chose de très primaire qui me fait aimer à ce point Erza, puisque c’est l’alliance de la beauté et de la puissance qui fait qu’elle est devenue au fil des volumes mon personnage féminin préféré. Mais elle n’est pas seulement belle et puissante, c’est surtout la plus belle et la plus puissante !

19 commentaires

  1. Enfin l’article sur TON personnage préféré xD
    J’ai lu en diagonale car je viens de commencer la série (oui enfin) grâce à l’édition d’Hachette. J’ai hâte de suivre l’évolution d’Erza qui m’a effectivement plu dès sa première apparition par son côté badass. En revanche, je sais d’avance que je risque d’être moins sensible à son évolution graphique (seins de plus en plus gros, vêtements plus petits…) que toi ><

    Aimé par 2 personnes

    • L’évolution graphique vient surtout du trait de Mashima qui gagne en maîtrise et en profondeur, c’est vraiment ça qui m’intéresse voyons !

      Sinon, tu as bien fait de lire en diagonale car je spoile comme un sagouin par moment, même si certains diraient que c’est pas la série la plus riche en surprises.

      Aimé par 1 personne

      • L’évolution graphique ne se réduit pas à des vêtements de plus en plus petits et des seins de plus en plus gros. Je trouve malgré tout si on regarde le design des femmes chez Mashima quelque chose qui se veut un peu plus réaliste dans les proportions (seins mis à part) et qui s’éloigne des canons de beauté dictés par la société avec des mensurations proches du cure dent. Après on va pas se mentir Mashima se fait plaisir et fait plaisir à ses fans ^^

        Aimé par 1 personne

      • Oui, je pense aussi. Mais clairement on se dirige au fil des tomes vers davantage de rondeur, y compris au niveau des visages, qui adoucit énormément l’esthétique globale.
        Et en effet, j’apprécie grandement que ses persos féminins, bien que minces, aient de véritables cuisses et un pli au bidon quand elle se cambrent !

        J’aime

  2. Excellent article ! Erza est aussi mon personnage préféré dans Fairy Tail, « Parce que c’est Erza ! » (c’est la meilleure justification à toute interrogation sur Erza) ^^

    Concernant le fanservice de Mashima, je fais partie de ceux qui peuvent s’en plaindre sur la longueur mais bizarrement il ne m’a jamais gêné avec Erza, cela ne change en rien le personnage, elle reste toujours aussi classe et badass. Ce qui n’est pas le cas des autres Mashimeufs (belle trouvaille), Lucy me parait maintenant n’être plus qu’un condensé de fanservice et j’en ai oublié son histoire.
    Petite précision tout de même, je n’ai pas dépassé les 10-12 tomes du manga mais j’ai vu l’intégralité de l’anime où le traitement du fanservice y est différent. Effectivement dans la scène de torture, elle n’est pas nue et les tentacules du démon servent surtout à la tenir et l’électrocuter de mémoire, on évite le parallèle trop évident avec les hentai.

    Aimé par 1 personne

    • Pour le coup, dans le manga aussi la scène de torture présente de mémoire la bestiole à tentacules comme un truc qui permet de l’immobilier et l’electrocuter mais je crois que c’est surtout la bonne excuse pour présenter une imagerie de domination à la hentai. D’ailleurs Mashima aime beaucoup les scènes où une bestiole quelconque immobilise un perso féminin en lui écartant les bras et les jambes, ça arrive assez régulièrement dans ses mangas.

      Après, comme pour toi, je ne considère pas que le fanservice vienne gâcher le personnage qui reste toujours magnifiée dans ses actions. C’est vraiment elle qui a droit aux séquences les plus impressionnantes et aux plus importants moments forts.

      Aimé par 1 personne

  3. Très bonne article sur Erza (et ne lisez pas Elsa de la reine des neiges)
    N’étant pas très familier avec la série je ne peut malheureusement que peu contribuer au débat pour savoir si Erza est un objectivement un aussi bon personnage comme tu le prétend.

    Aimé par 1 personne

  4. Un excellent billet et quel plaisir de te lire enfin sur ton personnage préféré! Je ne peux qu’être en phase avec toi, si le fan service est présent, pour moi jamais Erza ne perd de son charisme ou de sa badassitude! Si la scène de torture à un fort côté voyeur penchant du côté des hentai un peu chelou, Erza reprend vite sa place comme tu le mentionnes.
    Et si on aime aussi les persos féminins de Mashima c’est qu’elle ne sont pas que là pour émoustiller les hormones de son lectorat masculin. Elles ont autant leur place que les persos masculins quand il s’agit de coller une bonne branlée aux méchants! Pas besoin qu’un homme vole à leur secours et comme tu le dis Erza est un des persos les plus puissants de FT (du shonen game?).
    En tout cas j’ai énormément apprécié ton billet!

    Aimé par 1 personne

  5. Je pense que tu devines très bien que l’aspect sexy du personnage est accessoire et sexiste aussi, selon moi. Je ne vais pas en dire plus, je pense qu’il n’y a pas besoin.

    Par contre, là où je te rejoins, c’est que son côté badass m’avait marqué à l’époque (j’ai lu les 16 premiers tomes et j’ai abandonné car j’en avais ras-le-bol). Franchement, c’est le seul personnage de Fairy Tail que je retiens et dont je garde un bon souvenir, donc te voir la louer ne me dérange pas du tout. Je l’avais adoré pour ça aussi. Et je suis d’accord pour toi sur le moment « Parce que c’est Erza » : non, ce n’est pas une facilité scénaristique, je pense qu’on a assez vu sa force auparavant.

    Aimé par 2 personnes

    • Je n’ai en effet aucun doute sur le côté sexiste (peut être inconscient) quant à à façon de représenter le personnage (et tous les personnages féminins de Mashima d’ailleurs). Sur ce point j’avais déjà évoqué le fait de l’utiliser comme alibi par rapport au sexisme en disant que c’était pas un perso sexiste puisqu’elle est super forte, l’un n’empêche pas l’autre.

      Mais je dois aussi admettre qu’en tant que mâle primaire, ben j’aime bien le fait qu’elle soit sexy (je pense d’ailleurs que si je n’aimais pas ça, ce serait compliqué de continuer à lire les mangzs de Mashima).

      Aimé par 1 personne

  6. Salut !

    J’avais hâte de lire cet article et Il est superbe !

    Outre son côté badass, c’est son histoire personnelle que j’ai vraiment aimé. Ses amis, la relation avec Gerald, le rôle de grande sœur envers Natsu et Grey, l’explication de ses armures et pourquoi elle emporte tout le temps, la best relation Wendy/Erza, etc…

    Ce qui m’a gêné le plus c’est la destruction de ce fameux astéroïde grâce à sa force et un peu au pouvoir de l’amitié. Mais en renvoyant l’œuvre. J’ai compris que c’était normal car le pouvoir de l’amitié est le pouvoir le plus puissant. J’avoue que j’ai mis longtemps pour comprendre ça ^^

    Sinon tu as tout dit, merci encore pour cet article !

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi pour ton commentaire surtout, ça me fait très plaisir que l’article t’ait plu.

      Le coup de la météorite, je pense que c’est vraiment dans le même ordre d’idée que « c’est parce que c’est Erza », on a tellement mis en avant sa force exceptionnelle que l’idée est qu’elle peut vraiment tout accomplir au final.

      J’aime

  7. Un perso que j’aime beaucoup surtout pour l’évolution de son histoire personnelle et sa force, c’est très positif de voir un shonen avec des perso féminins puissants qui n’ont pas besoin qu’on les sauve !
    Quant au reste.. Le fan service ne me dérange pas mais quand c’est bien dosé et je trouve que ce serait encore mieux de montrer un perso féminin fort sans insister autant sur sa beauté physique, mais bon. Les gens ne devraient pas être définis par leur apparence, peu importe leur genre en fait. Et Mashima aurait pu en rester aux armures et ne pas la coller à moitié à poil tout le temps, je pense que j’aurais continué dans ce cas là. Après, chacun sa sensibilité et avec des si, on refait le monde 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.