Analyse de séquence #9 Pandemonium – Erza contre 100 monstres [Fairy Tail]

Le shonen nekketsu est un genre très codifié, et de ce fait, on attend que ses représentants cochent certaines cases, nous dispensent certains éléments et passages obligés. Parmi lesquels, on aime (en tout cas c’est mon cas) voir ce que j’appelle des « moments forts » mettant en scène les personnages qu’on aime tant dans toute leur puissance et leur classe. Je pense même que si une série propose ce genre de séquence de façon régulière, procurant suffisamment de frissons à chaque fois, on peut en oublier certains défauts. Un des buts du genre étant quand même de nous faire ressentir des émotions fortes.

Nous allons donc analyser ici une séquence en particulier de Fairy Tail, qui synthétique pas mal ce genre d’idée. J’aurai pu prendre des tonnes d’autres exemples, j’en ai même déjà proposé dans d’autres analyses, mais il s’avère qu’ici, la séquence que j’ai choisi est un bon prétexte pour mettre en avant Erza Scarlett de Fairy Tail, le meilleur personnage de l’histoire de la fiction de sa série à mes yeux.

Car on va aborder un passage en particulier du tome 34, une séquence qui la met particulièrement en avant durant le Grand Tournoi de la Magie. Il s’agit précisément du chapitre 284 dans son intégralité. Voyons donc en quoi cette scène est géniale et représentative d’une certaine idée du shonen de bagarre.

Pandemonium

Contexte de la séquence

Nous sommes donc en plein dans le Grand Tournoi de la Magie, qui revêt une importance capitale pour Fairy Tail. Dans l’arc précédent, les membres les plus importants (et puissants) du groupe ont disparu pendant 7 ans, mais seulement un instant les concernant (ils n’ont donc pas vieilli). Pendant cet intervalle, la guilde est tombée en décadence, devenant la risée de toutes les autres. C’est alors que le Grand Tournoi de la Magie commence, l’occasion pour Fairy Tail de redorer son blason, et rappeler qui est la meilleure des guildes. Il va même y avoir deux équipes de Fairy Tail qui participeront au tournoi.

RèglesProblème, les deux équipes sont particulièrement nulles dans les premières épreuves, et se lancent dans un duel titanesque pour la dernière place ! Évidemment, tout ceci est là pour rendre les moments où les héros vont s’affirmer encore plus forts. C’est alors que Erza doit participer à l’épreuve du Pandemonium. Quelles en sont donc les règles ?

C’est simple, chaque équipe envoie un combattant, qui va entrer dans le fameux Pandemonium et affronter le nombre de monstres de son choix sur la centaine. Chaque monstre est choisi aléatoirement, avec des niveaux de puissance très variables, cependant, chaque monstre vaincu ne remporte qu’un point, quel que soit son niveau. Si un combattant est mis au tapis, il est éliminé, et conserve le nombre de points acquis jusque là.

L’idée est donc très simple : il faut vaincre le plus de monstres possibles, tout en restant prudent et ne pas être trop gourmand en les affrontant, afin d’éviter de se faire mettre au tapis. Détail supplémentaire, les combattants passent à tour de rôle, l’ordre de passage étant décidé par un tirage au sort. C’est alors que Erza est tirée au sort pour passer la première.

La première

Analyse de la séquence

Et donc, que va-t-il se passer… J’avoue qu’au moment de tourner la page et d’arriver à cette fameuse planche en pleine page, j’ai compris ce qui allait se passer, et mon sang n’a fait qu’un tour tant je trouve l’idée géniale ! Vous l’aurez compris, Erza qui passe la première se dit qu’il est temps pour Fairy Tail de montrer de quel bois ils se chauffent, et décide donc, pour s’assurer la victoire, d’affronter les cent monstres d’un coup !

Je les défie tousDans les appendices du tome suivant, la question de l’intérêt d’affronter les cent monstres alors qu’elle n’avait qu’à s’en faire 51 est posée. Je trouve ça vraiment cool de la part de Mashima de faire cette remarque pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je n’y avais même pas pensé, mais en effet, elle n’avait absolument pas besoin de tous se les faire.

Or, mettre en avant le côté un peu gratuit d’une telle prouesse rappelle justement pourquoi c’est si cool : il y a une forme de panache pur à s’imposer à ce point. Ça n’aurait pas eu le même impact si elle avait dit « bon ben du coup je m’en fais 51 comme ça je fais juste ce qu’il faut, on va pas non plus trop se fatiguer ! ». C’est certes un peu débile quand on y pense, mais ça fait partie du plaisir et du côté badass.

Et ça met aussi en exergue l’idée que le but de ces règles farfelues était finalement de dérouler le tapis rouge à Erza pour qu’elle puisse s’illustrer comme il se doit. De ce fait, déjà rien que le fait de décider de tous les affronter est particulièrement cool en soi !

Et une fois la décision prise, soyons clair, il n’y a absolument aucun suspense concernant le fait qu’elle ne peut que y arriver. On avait bien mis en avant le fait que les monstres les plus faibles étaient déjà très puissants, et que le big boss est une machine de guerre ultime, pour rendre la performance d’Erza encore plus dingue.

Un jour qu'on oubliera jamais

Et juste avant de se lancer, on a droit à un petit détail qui me plait bien. Déjà, on nous rappelle que les monstres n’ont pas été prévus pour être vaincus par une seule personne. Mais Erza, elle s’en fout ! Elle a dit qu’elle le ferait, donc elle le fera ! Et on a droit à la bonne idée d’une narration (qui est présente durant tout l’arc, pour une raison précise que je ne déflorerai pas) qui va accentuer le caractère exceptionnel de la prouesse à laquelle on va avoir droit, notamment avec la réplique « je crois que je ne l’oublierai jamais ! ». Et personnellement, en tant que fan, c’est clairement la séquence que j’ai le moins de chance d’oublier aussi, et je subodore que Mashima avait conscience de faire une séquence totalement marquante.

J’apprécie tout particulièrement le fait que le mangaka ait fait le choix, assez audacieux, de faire une quasi ellipse, puisque l’affrontement se déroulera finalement sur deux double pages et une dernière page de pose finale. La première double page est surement à mes yeux la plus iconique de toute la série, où Erza dans sa tenue Hakama (ma préférée) affronte tous les montres. Le texte indique qu’elle aurait du s’effondrer, mais qu’elle reste debout, appuyant sur la force de la volonté de la Fée.

La double page suivante insiste surtout sur les réactions de tout le monde, technique visuelle classique mais particulièrement efficace pour montrer à quel point ce qui se passe est exceptionnel. L’idée est simple : nous, pauvres mortels, ne sommes pas forcément capables de juger de la puissance des personnages. Mais si tous les mages sont éberlués ou pleurent comme les trois derniers face à une telle prouesse, c’est bien que l’on est face à quelque chose d’extraordinaire. De plus, voir les réactions et les émotions des spectateurs permet de nous mettre au même diapason émotionnel.

Erza victorieuseEt alors qu’elle achève les cent monstres, elle prend une pose de victoire comme on aime (quelque chose de récurrent dans le domaine du shonen de bagarre, au point où le personnage d’All Might est une forme de parodie de ça), et on comprend toute l’importance de cette action.

En effet, comme précisé précédemment, un des enjeux du tournoi est de redorer l’image de Fairy Tail, et ce moment de bravoure total y contribue grandement, comme l’indique la réplique « serait-ce là la véritable puissance de la guilde qu’on disait la plus forte du royaume il y a sept ans ?! »

Ainsi, on comprend également pourquoi Erza tenait tant à affronter tous les monstres, car au-delà du fait de remporter cette épreuve, elle envoie aussi un message fort à tout le monde, montrant ce qu’est la puissance réelle de la guilde de Fairy Tail.

Et l’autre effet de la séquence, c’est de mettre une fois de plus Erza en avant comme le personnage le plus stylé et le plus badass de la série. Si elle n’est pas considérée comme la plus forte de la guilde, elle est clairement celle qui a les moments les plus « wahou ». Et je pense d’ailleurs que pour cette scène, on n’imaginerait aucun autre personnage faire ça, même pas Luxus, même pas Guildart. C’est bien qu’Erza a vraiment quelque chose en plus par rapport aux autres personnages.

Si Mashima a dit que Natsu est son personnage préféré de Fairy Tail, j’ai cependant le sentiment qu’Erza est celle qu’il traite avec le plus de soin. Cette séquence en est une parfaite représentation. Le mangaka a tellement travaillé la mise en place de la scène pour appuyer au maximum le panache et le côté badass d’Erza, que je ne peux pas croire que l’objectif n’était pas de faire de cette scène le moment le plus fort de l’arc (même s’il ne manque pas de moments brillants).

En conclusion

Ainsi, au-delà de l’envie de mettre en avant Erza (pour changer), je trouve aussi que cette scène est intéressante car elle met très bien en exergue l’importance de ménager des moments fort au sein des shonen de bagarre, quitte à ce que ces passages aient un côté un peu outrancier ou gratuit (encore une fois, inutile de se farcir les 100, 51 auraient suffit, mais ça aurait été moins cool).

Mais en plus, cette scène montre très bien comment un personnage de nekketsu peut se caractériser dans l’action. Car si Erza est un personnage très travaillé, qui a une histoire personnelle très intéressante, c’est aussi (et surtout selon moi), une combattante d’exception, qui a droit aux scènes les plus impressionnantes et badass de la série. Et au-delà de la qualité de son design (car on pourrait en parler de la magnificence du personnage et du trait de Mashima…), c’est ce soin d’une écriture constamment badass qui contribue à rendre Erza si spéciale à mes yeux. C’est cette construction qui permet notamment à Mashima, en fin de série, de se permettre le fameux « Comment peut-elle se battre privée de ses 5 sens ? Parce que c’est Erza ». Il a réussi à la rendre tellement spéciale que le fait qu’elle puisse tout accomplir ne fait plus aucun doute arrivé à un certain stade. Et cette séquence est celle où cet aspect est, selon moi, le plus évident.

10 commentaires

  1. excellent article qui rend un tres bel hommage à notre titania !

    j’avais vu la première fois la scène en animé et j’etais comme un fou mdr même saber toih etait impressionne.

    Je sens que tu voulais mettre à la fin par ce que c’est Erza de happy mdr mais ca montre parfaitement que c’est l’une des meilleurs perso feminins dans les nekketsus avec Noelle pour moi

    Aimé par 1 personne

  2. On sent toujours ta passion pour Erza et ça fait plaisir ! Cette scène est vraiment ouf et comme tu dis pas besoin de faire les 100 mais ça en jette beaucoup plus !
    Du côté du perso et des Mashima’s girls on peut insister sur le fait que bien que Mashima aime nous montrer ses persos en tenue courte ou dans des poses plutôt osées, elles ne sont pas là pour faire de la figuration. il y a un background et elles n’ont pas besoin d’être constamment secourues comme dans la plupart des nekketsu clichés.
    Très sympa cet article en tout cas 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.