La question de l’héroïsme dans My Hero Academia

My Hero Academia

Je vous propose aujourd’hui un nouveau type de contenu que j’essaierai de faire régulièrement sur le blog, à savoir des focus qui s’étendront sur plusieurs articles au cours d’un mois complet, et qui pourront concerner aussi bien une série, un auteur, une thématique ou que sais-je… Ce sera en fonction de mes envies ou de mes idées. J’en ai d’ailleurs déjà plusieurs en tête et j’ai finalement décidé pour ce premier focus de me centrer sur le manga My Hero Academia, qui fait partie de mes séries préférées du moment, et dont le 18e tome arrive cette semaine (ou est arrivé selon le moment où vous allez lire cet article).

Comment vont donc s’organiser ces focus ? De façon très simple, sur un mois, j’écrirais des articles de façon régulière sur le sujet en question (ce qui ne m’empêchera pas de continuer à écrire des articles classiques sans lien), au moins un article par semaine. Par exemple, ce focus sur My Hero Academia comprendra au moins cinq articles dont celui-ci, mais également mon avis sur le tome 18 dès que je l’aurai lu, un avis sur le film Two Heroes, un classement de mes personnages préférés ainsi qu’un autre article sur une de mes séquences cultes du manga (sachant que j’ai déjà écrit sur une scène en particulier du tome 9).

Ceci étant posé, nous allons pouvoir inaugurer ce focus avec ce premier article qui a l’ambition de décortiquer la façon dont le manga traite de la question de l’héroïsme (puisqu’il s’agit évidemment de la thématique centrale de la série). De ce fait, cet article va spoiler un certain nombre de choses, d’importance variable, je préfère vous prévenir. Je ne pense pas que ça vous gâchera la découverte, mais je tenais quand même à le préciser. J’indiquerai cependant en début de paragraphe à quels tomes correspondent les parties spoilées afin de vous permettre d’éviter la lecture de certains éléments.

 

Izuku le sans alter (spoil tome 1) :

Il était impossible pour moi de commencer autrement qu’en évoquant le personnage principal du manga, premier vecteur d’identification pour le lecteur puisqu’il s’agit du seul dans ceux que l’on suit à ne pas avoir d’alter (ou super pouvoir). En effet, Izuku Midoriya fait partie des 20% de la population à ne pas disposer d’alter, ce qui le destinait à ne jamais pouvoir vivre son rêve de devenir un héros digne d’All Might, le symbole de la paix et le plus grand des héros (j’y reviendrai). Heureusement pour lui, c’est alors qu’il tente sans réfléchir de sauver un de ses camarades attaqués qu’il fait la rencontre du fameux All Might, et que ce dernier décide de faire de lui l’héritier de son alter, le One for All. En effet, le héros voit en Izuku un individu capable de prendre son relais précisément parce que le jeune garçon, bien qu’il n’ait pas d’alter se comporte pourtant déjà de façon héroïque. Ce point me fait penser au film Captain America, où le scientifique dont j’ai oublié le nom explique à Steve Rogers que c’est précisément parce qu’il est faible qu’il connait la véritable valeur de la force.

De même, le fait qu’Izuku ne maîtrise pas encore son alter et se blesse en l’utilisant est à mes yeux très intéressant d’un point de vue symbolique car cela montre que l’héroïsme requiert sacrifie et don de soi, chose que l’on sera amenés à voir à de nombreuses reprises au fil des blessures que le jeune héros s’inflige en défendant les autres. C’est ainsi que le personnage principal, passant de sans alter à héritier du One for All, questionne déjà la notion d’héroïsme. Et voir son évolution permet de constater à quel point devenir un héros est difficile et demande d’avoir cela en soi, le point d’orgue étant atteint pour moi lors du tome 9.

Deku Kota

 

L’héroïsme selon Stain (spoil tomes 6 et 7) :

Stain est un ennemi très intéressant en ce sens où il a un impact important à la fois sur les héros et sur leurs ennemis. En effet, il s’agit d’un psychopathe qui a une vision très particulière de l’héroïsme, estimant que la plupart des héros n’en sont pas réellement car ils servent des intérêts personnels et ne font pas ça par altruisme. De ce fait, il veut débarrasser le monde de ceux qu’il considère comme des usurpateurs. Son arc aura des conséquences sur certains personnages qui se remettront en question suite à cela, en particulier Tenya. Car son affrontement avec Stain va l’amener à se questionner sur les raisons pour lesquelles il a voulu devenir un héros, tout comme sur les raisons qui l’ont poussé à affronter cet ennemi en particulier, et il va prendre conscience que ce n’était pas par pur altruisme mais qu’il avait des raisons égoïstes à cela. De ce fait, même si Stain est un psychopathe, il a mis en avant aussi bien chez les héros que chez les vilains quelque chose d’important, à savoir les motivations qui poussent à agir et le fait que certains se comportent de façon vertueuse pour finalement servir des intérêts personnels. Ainsi, sa vision est extrême mais elle a eu le mérite de questionner une fois de plus la notion d’héroïsme.

Stain

 

All Might, le symbole de la paix, et All for One, son opposé (spoil jusqu’au tome 11) :

Le personnage d’All Might permet de mettre en avant un élément extrêmement fréquent pour ne pas dire indissociable des récits super héroïques, qui est d’envisager le héros comme un symbole. C’est-à-dire que le héros n’est pas seulement vu comme un protecteur, mais comme quelqu’un qui sert de modèle aux gens et dont la simple existence incite l’humanité à aspirer à quelque chose de meilleur. Un des exemples les plus frappants est certainement Superman, l’extra-terrestre qui incite l’humanité à se surpasser. Mais on retrouve ça dans la plupart des récits de super héros, que ce soit en BD ou au cinéma. Et on retrouve également cette idée avec All Might. Le simple fait qu’il soit surnommé « le symbole de la paix » en dit long selon moi sur ce qu’il évoque pour l’humanité. Il est d’ailleurs la représentation parfaite de ce qu’est un vrai héros selon Stain, et il inspire une nouvelle génération de héros derrière lui (en particulier Izuku et Katsuki qui sont tous les deux fans d’All Might et souhaitent prendre sa relève). C’est d’ailleurs pour cela qu’il arbore systématiquement son grand sourire, montrant en public un optimisme inébranlable. De même, il ne montre qu’à de rares personnes (dont Izuku) sa véritable apparence de gringalet afin que le symbole ne soit jamais effrité.

Ainsi, on comprend à travers ce personnage que les actions héroïques seules ne suffisent pas, il faut aussi inciter les gens à devenir meilleur. De ce point de vue, l’opposition entre All Might et Endeavor (le deuxième héros le plus puissant) est intéressante. En effet, Endeavor a beau être d’une puissance phénoménale également, il dégage une aura effrayante et assez négative qui fait qu’il ne peut pas être le symbole qu’est All Might. C’est d’ailleurs pour cela qu’il ne pourra jamais prendre cette place de numéro 1 et qu’il va falloir attendre qu’un autre héros à la puissance et au charisme équivalent à All Might arrive pour cela. Je l’avais d’ailleurs évoqué dans mon analyse concernant la séquence d’affrontement entre Izuku et Muscular dans le tome 9, le jeune héros s’en rapproche au fil du récit et à ce moment-là en particulier car il arrive à devenir ce symbole aux yeux de Kota.

Un autre élément récurrent des récits super héroïques est la présence d’une Némésis, un ennemi qui est le parfait opposé du héros. Ici, il s’agit de All for One, dont le simple nom est en opposition avec le One for All (l’alter d’All Might et Izuku). En effet, All for One est une personne totalement égoïste, dont le pouvoir est en adéquation avec son caractère puisqu’il lui permet de voler les alter des autres. C’est d’ailleurs ainsi qu’il est devenu immortel. De ce fait, son nom n’est pas anodin : il veut tout pour lui et utilise ses pouvoirs pour ceci, en opposition à All Might qui n’est qu’altruisme. On apprend au fil du manga qu’il est à l’origine du One for All, car il avait un frère dont l’alter lui permettait de transmettre un pouvoir à quelqu’un d’autre. All for One lui a transmit un alter d’emmagasinage de force, qui couplé au pouvoir de transmission a donné naissance au One for All. La symbolique est évidente : alors que All for One prend tout pour lui, le One for All est fait pour être partagé et sa puissance vient justement de la transmission. All Might en a parfaitement conscience et en le transmettant à Izuku, il espère que la puissance de l’alter n’en sera que plus grande. L’idée est ici qu’un héros ne doit pas garder égoïstement sa force et son expérience pour lui, mais qu’il doit la transmettre afin de la faire grandir, car il n’y a qu’ensemble que l’on peut arriver à aller de l’avant. C’est par ailleurs une morale assez classique du shonen nekketsu, mais que je trouve ici particulièrement brillamment mise en application.

De ce fait, le dernier combat entre All Might et All for One revêt une importance symbolique énorme et est un des moments de bascule du manga. Il est d’ailleurs tellement important que je vais le passer sous silence ici pour mieux vous en parler lors du prochain numéro de Mes scènes cultes.

All Might

 

Ainsi, j’espère avoir réussi à mettre en exergue la pertinence avec laquelle Kohei Horikoshi traite de la question de l’héroïsme dans My Hero Academia à travers ces quelques exemples. Il s’agit en effet de la thématique majeure du manga, celle qui permet de saisir les évolutions des différents personnages et les modes de pensées de chacun d’entre eux, qu’ils soient héros ou vilains. Je n’ai cependant pas cherché à être exhaustif, j’ai plutôt souhaité évoquer des éléments clés à mes yeux, mais il est évident que l’auteur a traité cette thématique par d’autres prismes (je pense notamment à des personnages comme Katsuki et Mirio qui représentent aussi une vision particulière de l’héroïsme). Cette thématique est d’autant plus intéressante qu’elle me semble présente de façon quasi-systématique dans le genre du shonen nekketsu, mais elle trouve ici une résonance toute particulière en étant au cœur de l’univers et des questionnements des personnages. De plus, le mangaka a l’intelligence d’utiliser la force émotionnelle que charrie cette thématique pour nous rendre ces personnages plus proches, et comme dans tout bon récit super héroïque, questionne aussi notre rapport à l’héroïsme et nous invite à donner le meilleur de nous-même en nous inspirant de ces symboles.

 

Publicités

7 commentaires

  1. J’aime bien ce nouveau type d’articles, c’est très sympa d’autant plus que là particulièrement comme toi j’aime énormément My hero academia
    Le manga surfe sur les clichés du nekketsu mais Horikishi le fait toujours de façon intelligente comme effectivement la thématique de l’héroisme après vu que c’est le thème principale de son manga je dirais que c’est logique, tu as cité les moments clés à ce niveau et moi je retiens énormément l’arc avec Stain, c’était certes un psychopathe mais sa vision des choses n’était pas pas totalement fausse notamment quand on a vu ce qui s’est passé avec Tenya mais globalement je trouve que ça pousse le lecteur a réfléchir ( personnellement c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé )
    Bon évidemment il a tout le côté symbole de la paix avec All might d’ailleurs après ce combat contre All for one on comprends vraiment l’impact que ça avait mais dans la même thématique du héros qui se surpasse pour les autres j’ai envie de dire il y a Mirio vu que tu n’en a pas parlé , c’est un autre de mes perso favoris justement tu parlais de relève pour le symbole de la paix on pense à Izuku ( mais pour l’instant ça reste difficile vu qu’il ne maitrise pas à 100% le One for all ) mais je pensais beaucoup à Mirio aussi sauf que je veux pas spoiler parce que je se suis pas à jour sur les sorties françaises donc je sais pas ou on en est exactement mais j’aimerais beaucoup que ça soit lui ( même si je rêve je pense lol ). Parce que bon comme beaucoup j’adore la vision de l’héroisme selon Mirio totalement altruiste là aussi, c’est pas pour rien que Nigheye l’a vu comme futur successeur de All might
    La vision de l’héroisme on le voit aussi à travers certains vilains et j’aime beaucoup ça chez l’auteur on on a pas une oeuvre segmenté entre 2 opposants c’est quand même pas tout noir et pas tout blanc, et on le constate de plus en plus au fil de l’oeuvre

    Aimé par 1 personne

    • Concernant Mirio, c’est vrai que je n’ai fait que l’évoquer, mais j’avais écrit au tout début du blog un article sur le tome 17 dans lequel je me suis focalisé sur lui durant un bon paragraphe, car le personnage est en effet très intéressant et son affrontement contre Overhaul est très intéressant de ce point de vue (tout comme son nom de héros, Lemillion, qui a énormément de sens).

      Pareil, je compte écrire durant le mois un article sur l’affrontement entre All Might et All for One, en revenant sur l’importance symbolique de ce combat ainsi que son impact sur le futur de la série. Ca me fait un programme chargé pour ce mois-ci, mais j’avais envie de commencer les focus en me faisant vraiment plaisir, et je me suis dit que la sortie du tome 18 était l’occasion idéale.

      Aimé par 1 personne

      • Oui effectivement je l’ai pas lu du coup cette chronique faudra que je le fasse =D.
        Ben oui totalement c’est un personnage que j’apprécie énormément d’ou là mon engouement lol

        J’ai bien hâte de lire ça du coup parce que c’est vrai que cet affrontement c’est un des gros tournant du manga.

        Aimé par 1 personne

  2. Ton article était très intéressant. Et j’ai apprécié le fait que tu abordes Stain. C’est vraiment, pour l’instant, le méchant le mieux travaillé à mes yeux, même si Overhaul est bien aussi. Dans ses actions plus que discutables, je trouve qu’il y avait de la noblesse. être héros étant devenu une profession, la question se pose vraiment : est-ce qu’il le font par altruisme, par désire de protéger ou pour divers intérêts autre que la fonction première de ce rôle ?
    Pour All for One, on est plus dans le méchant classique. Il voulait tout dominer, être le plus puissant, ça, on y est habitué, alors j’ai beaucoup apprécié l’affrontement, en manga (en anime c’était un peu plus « raté » je trouve sur certains angles) mais ce n’est pas mon méchant favori.
    Pour Kacchan, tu as eu raison de l’évoquer aussi. C’est un héros atypique, loin du « tout propre » Deku. C’est ce qui fait que Kacchan est mon personnage favori. Et plus les tomes avancent, plus on en apprend plus sur lui, et plus je l’apprécie. Evidemment, son côté gueulard peut rebuter, mais j’aime bien que Kohei ne donne pas, comme tu l’as expliqué, une seule vision de l’héroïsme.

    Aimé par 1 personne

    • D’ailleurs Katchan est encore numéro 1 du classement de popularité qu’il y a dans le tome 18 !

      All for One, on est d’accord, c’est plus le méchant très méchant plus basique, mais comme j’ai essayé de l’expliquer, c’est l’opposition entre lui et All Might qui me semble intéressante.

      Et effectivement, j’ai l’impression que Stain est pour le moment le méchant qui a marqué le plus de monde, surement du fait que c’est celui dont on comprend le mieux la vision, qui est discutable mais intéressante.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.