Mon avis sur… Marry Grave T.1 de Hidenori Yamaji

Marry Grave

Je me disais il y a quelques jours que j’allais me calmer avec les nouvelles séries, que je n’arriverai plus à suivre le rythme, mais chassez le naturel, il revient au grand galop. À force de lire beaucoup de bien de Marry Grave, série de Hidenori Yamaji terminée au Japon en 5 tomes, et débarquée en ce mois de mars en France chez Kana, j’ai fini par céder à la tentation. Il faut dire que la magnifique couverture, le prix de lancement attractif et le pitch très intéressant du manga ne m’ont pas aidé à résister, voyez plutôt :

L’humanité est au bord de l’extinction ! De puissants démons ont envahi le territoire des humains. Sawyer Riseman semble voyager sans but précis, aidant les villageois à se débarrasser çà et là de quelques féroces monstres. Mais le cercueil, qu’il porte en permanence sur son dos, renferme, la dépouille de sa femme, Rosalie. Sawyer est, en fait, à la recherche des nombreux ingrédients d’une mystérieuse recette qui lui permettra de la ramener à la vie ! Et cette recette risque de susciter bien des convoitises…!! Sawyer aura-t-il assez d’une vie pour réunir tous les ingrédients ? Sans compter qu’en récupérer certains pourrait s’avérer bien périlleux… Et que Sawyer cache un autre secret…

Car bien qu’on soit dans un shonen, on est quand même dans le domaine de la fantasy relativement dark (même si remplie d’humour). On sent d’emblée que l’on se trouve dans un monde violent, où l’humanité est au bord de l’extinction, assaillie en permanence de démons. Dans ce mon inhospitalier, Sawyer détonne. Pas seulement parce qu’il arbore en permanence sur son dos le cercueil de sa femme Rosalie, mais aussi parce qu’il ne semble pas craindre les dangers extérieurs et garde toujours le sourire, quand bien même il se retrouve dans les situations les plus périlleuses. De ce fait, l’ambiance du titre joue de ce grand écart entre la violence de l’univers, les dangers omniprésents, et l’humour ainsi que l’optimisme à toute épreuve de son héros. Ceci étant également soutenu par un travail visuel qui joue également sur cette opposition entre des décors extrêmement détaillés, des créatures repoussantes, et des personnages aux traits plus chaleureux et arrondis.

Mais au-delà de cette ambiance qui, vous l’aurez compris, m’a tout de suite parlé et m’a immédiatement fait rentrer dans l’univers du manga, qu’est-ce qu’on nous raconte ici ? Comme cela est dit dans le résumé, Sawyer Riseman, notre héros, parcourt le monde avec le cercueil de sa femme Rosalie sur le dos, afin de trouver les ingrédients lui permettant de la ressusciter. Nous apprenons très rapidement de quoi elle est morte et ce que cela implique pour notre héros, mais je vous laisse le plaisir de découvrir tout ceci. Toujours est-il que le récit est structuré en petites intrigues (il y en a 3 dans ce premier tome) dans lesquels Sawyer finit toujours par aider quelqu’un, affronter une ou plusieurs créatures, pour au final, récupérer un ingrédient supplémentaire. Tout ceci étant lié par ce fil conducteur tout simple qu’est la quête de tout ce dont il a besoin pour ramener sa femme à la vie.

Et si je m’attendais, avec les retours lus au sujet de ce premier tome, à une histoire très drôle (ce qui est le cas, j’ai beaucoup ri), ce qui m’a surpris, c’est surtout la force émotionnelle du récit. Pour commencer, l’histoire de Sawyer et Rosalie reprend l’idée classique de l’amour plus fort que tout, y compris la mort. Et c’est traité en partie sur le mode humoristique, mais l’auteur tient également à nous émouvoir et y arrive très bien. C’est peut-être simplement mon côté fleur bleue, mais j’ai rapidement été très touché par Sawyer qui est obnubilé par l’idée de revoir sa femme, et qui est prêt à braver tous les dangers pour cela. Un autre élément très réussi concernant sa relation avec Rosalie vient des quelques flash-back que l’on a, à la fois pour nous montrer (très rapidement) leur bonheur du vivant des deux personnages, mais aussi pour nous montrer comment cette dernière est morte. Cette construction renforce ce personnage et la rend « vivante » pour nous lecteurs et lectrices. Et il semblerait que ces flash-back continuent par la suite afin de développer davantage Rosalie.

Enfin, j’ai évoqué le fait que le tome était fragmenté en trois petites intrigues liées au fil conducteur de la résurrection de Rosalie. Outre l’efficacité narrative de cette structure, c’est l’occasion pour Sawyer de rencontrer des personnages dont l’histoire entre toujours en résonance avec la sienne, permettant ainsi d’étoffer à la fois l’univers et notre héros. Et chacune de ces histoires a selon moi quelque chose de touchant qui permet vraiment d’en garder un souvenir fort. Je ne vous dévoilerai rien de ces intrigues, mais chacune permet de faire évoluer notre héros tout en mettant en avant la dureté de ce monde et  comment beaucoup de gens se retrouvent démunis face à ce qu’il leur fait endurer. Et c’est évidemment l’occasion à chaque fois de rencontrer de nouvelles créatures dangereuses, qui seront l’occasion d’affrontements très dynamiques et parfaitement illustrés, dans lesquels la magie propre à cet univers sera développée, tout comme les pouvoirs de Sawyer. Une construction qui allie donc parfaitement le fond et la forme pour un récit très dynamique qui ne nous laisse aucun répit, pour notre plus grand plaisir !

En résumé, ce premier tome de Marry Grave m’a beaucoup surpris. Si il allait là où je l’attendais en terme d’univers et d’humour qui en font un récit très agréable à suivre, il a un supplément de cœur que je n’avais pas vu venir et qui le fait clairement passer au niveau supérieur pour moi. C’est en effet pour toute la portée émotionnelle de l’histoire et de ses personnages que je retiens le plus ce premier volume et qu’il figure d’emblée parmi mes coups de cœur du mois. De ce fait, j’ai hâte de retrouver Sawyer, et je me dis que si le niveau reste aussi haut pendant les quatre autres tomes de la série, je serai très triste de quitter ce personnage et cet univers.

Sawyer

8 commentaires

  1. bonjour, comment vas tu? c’est le genre d’histoire et de visuel que j’adore… bon tout comme toi, je voulais essayer d’arreter les nouvelles séries… ça semble compromis. passe un bon mardi et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.