Mon avis sur… Slam Dunk Star Edition T. 9 & 10 de Takehiko Inoue

Slam Dunk

Dire que j’aurai attendu ces tomes 9 et 10 de Slam Dunk est un doux euphémisme. Alors qu’ils étaient prévus pour le 20 mars, le confinement annoncé quelques jours avant aura vu la sortie du titre repoussée, quand bien même j’en ai vu quelques exemplaires en photo sur les réseaux. Et c’est finalement en ce vendredi 15 mai, quasiment deux mois plus tard, qu’on a enfin pu avoir ces fameux volumes. Inutile de préciser que j’étais sur les dents tant je suis tombé amoureux de la série (et du travail d’Inoue en général). Voyons donc de quoi il en retourne, entre la deuxième mi-temps du match contre Kainan, évolution de personnages et nouveau match, il y a clairement de quoi faire dans ces deux volumes, encore une fois de très grande qualité !

Sakuragi

Le match avec Kainan bat son plein ! Alors qu’Akagi s’est fait mal à la cheville, Hanamichi revient en jeu alors qu’il était jusque-là sur le banc de touche. Hanamichi décide de défendre coûte que coûte leur panier, tandis que Rukawa joue offensif. Fin de la première mi-temps, Shôhoku a réussi à combler les 15 points d’écart, mais arriveront-ils à maintenir ce rythme ?

Je l’ai déjà dit, Inoue déploie des trésors de virtuosité depuis le début de sa série pour rendre ses matchs haletants. Cela vient d’un excellent travail de développement de personnages, posant de vrais enjeux en raison de la grande empathie que l’on a pour eux. L’esthétique de grande classe joue évidemment beaucoup, que ce soit par le travail sur les postures, le découpage et tous les éléments permettant d’être aux premières loges. Et enfin, il arrive à trouver plein de petites idées pour redistribuer les cartes régulièrement durant les matchs.

Sakuragi 2Car entre les blessures, les exclusions pour faute, les joueurs qui trouvent un second souffle malgré la fatigue et les entrées en jeu d’aides providentielles, on a droit à la totale, et tout fonctionne parfaitement. Le style reste réaliste et même si on a le sentiment qu’il se passe quand même beaucoup de choses en un seul match, on y croit. Précisons d’ailleurs que la seconde mi-temps contre Kainan occupe en gros tout le tome 9, et c’est très bien comme ça. L’intensité est toujours au rendez-vous, et j’ai toujours autant plaisir à voir Sakuragi évoluer dans l’action. Son rôle sera encore une fois déterminant, mais je ne vais pas vous dévoiler en quoi. Toujours est-il que sa progression est fulgurante et qu’il s’illustre de plus en plus, tout en gardant son côté grand crétin qui est toujours aussi drôle. Ainsi, les moments de bravoures aussi bien individuels que collectifs rythment cette seconde mi-temps, jusqu’à l’issue du match que je tairait. Quoi qu’il en soit, ce neuvième tome m’a encore une fois mis en apnée tant il était intense et riche en émotions du début à la fin.

On passe sans temps mort ou presque au suivant, lui-aussi quasiment entièrement dédié au sport. Car on sent bien qu’on a atteint un point de bascule dans la série, où le basket occupe quasiment toute la vie de nos personnages. Ceci est rendu évident par un détail amusant mais très parlant : tous les joueurs dorment en classe pour récupérer avant le prochain match du tournoi, comme si la vie en dehors du terrain n’avait plus d’intérêt. L’occasion de voir Sakuragi prendre conscience de certaines carences dans son jeu et de travailler dessus.

Mais l’essentiel du volume est surtout dédié à un match entre les équipes de Kainan et Ryônan, et si on avait eu auparavant l’occasion d’avoir des bribes de compétitions entre d’autres équipes que Shohoku, c’est ici la première fois qu’on se focalise autant sur les autres. L’idée étant de développer les personnages, d’autant plus que nos protagonistes auront ensuite un match à disputer contre Ryônan. Ainsi, cette rencontre est l’occasion de développer quelques personnages, en particulier Sendo, que je vois bien devenir plus important tant Inoue le met en avant ici.

 

Cependant, le fait de ne pas voir Shohoku jouer fait que l’on prend un peu de distance vis-à-vis de ce qui se passe dans ce match, quand bien même tout reste très bien mis en scène. On ressent moins d’intensité puisqu’il s’agit de personnages pour lesquels on a un attachement moindre. Mais le match reste très bon et surtout, un événement en fin de tome vient bouleverser les choses. Évidemment, le seul moyen de savoir de quoi il en retourne sera de le lire ! Mais il s’agit de quelque chose d’inattendu, de touchant, et qui clôture encore une fois brillamment ce volume nous laissant avec une envie folle d’en lire la suite, tant elle promet encore une fois !

En résumé, on arrive ici à la moitié du récit et Inoue fait toujours aussi fort. Aucune baisse d’intensité ou presque, il relance toujours son récit et donne toujours plus de corps à ses personnages afin de nous impliquer au maximum dans les matchs. Et la fin du volume 10 apporte un nouvel élément qui risque d’être un pivot dramatique pour les tomes suivants. Encore un sans faute donc pour ce classique que je prend un plaisir dingue à découvrir !

4 commentaires

  1. Decidement avec tout le bien que je lis sur slam dunk il faudra bien que je jette un oeil meme si l’idee d’une bd sur le basket ne m’imteresse absolument pas a priori. Mais j’aurais dis pareil sur Ascension qui m’a subjugué avec son theme montagnard alors why not…

    Aimé par 1 personne

    • Tu sais, le sport c’est vraiment pas du tout quelquel chose que j’apprécie, que ce soit à pratiquer ou à regarder. Mais ce manga est vraiment une pépite !
      Je préfère Real du même Inoue, mais Slam Dunk est un classique absolu et un manga de legende, et même en étant qu’à la moitié je comprends déjà pourquoi.
      Je chiale à un tome sur 2 perso.

      J'aime

  2. J’attendais aussi ces tomes avec beaucoup d’impatience. La construction du personnage de Sakuragi est vraiment magistrale. L’auteur, l’air de rien, montre de plus en plus la place centrale qu’il pourrait occuper, j’adore ! Comme toi, je pense que Sendo va devenir essentiel à la série, ce sera peut-être LE nouveau homme à abattre après Maki.
    En tout cas, j’ai enchainé les 2 tomes l’air de rien en une petite soirée sans pouvoir décrocher, excellent signe !

    Aimé par 1 personne

    • Moi ça me fait ça à chaque sortie. J’enchaîne les deux volumes d’une traite.

      Pour Sakuragi, je ne l’ai pas mis dans l’article pour ne rien dévoiler, mais jai trouvé l’enchaînement de pages à la fin de leur match magnifique lorsque l’on voir Akagi qui vient le voir, de dos, et la page suivante on le voit de face en train de pleurer.
      L’air de rien, on comprend que c’est devenu une vraie passion pour lui le basket.

      Et la fin du tome 10 était vraiment inattendue et j’ai beaucoup aimé ce qu’on apprend sur Sakuragi de ce fait.

      Vraiment, je suis totalement accro à cette serie et j’espère que la deuxième moitié de l’histoire sera aussi géniale.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.