Mon avis sur… Our Summer Holiday de Kaori Ozaki

ourSummerHoliday

C’est l’été, période propice aux belles lectures et quand en plus la saison est évoquée dans le titre d’un manga, qui plus est de qualité, ce serait bête de ne pas en parler. Ainsi, je vais vous donner mon avis sur le très beau Our Summer Holiday, de Kaori Ozaki, édité chez Delcourt Tonkam, qui n’a rien à voir avec Our Summer Love dont j’ai déjà parlé, mais qui est aussi une lecture estivale que je vous recommande (voir mon avis ici). Voyons tout de suite de quoi parle ce one shot.

Natsuru, 11 ans, est la star de son collège et jeune espoir du football. Il se retrouve mis à l’écart le jour où il refuse les chocolats que lui offre la plus jolie fille de l’école. Seul, il fait la connaissance de Rio, une fille de sa classe qui est rejetée par ses camarades à cause de sa très grande taille. Ils vont petit à petit se rapprocher et Rio va alors lui avouer son lourd secret.

Je vous avoue que le résumé ne met pas très bien en valeur ce qui fait la qualité de cette histoire selon moi, pour la simple et bonne raison qu’il se focalise sur le contexte global alors que ceci est bien vite évacué pour nous faire vivre dans la même bulle que les deux personnages, le temps de cet été qui va les faire grandir. Me concernant, j’aime beaucoup ce genre de récit, qui se déroule sur une courte période, en particulier de vacances, avec des enfants/ados, qui vont se construire dans une période qui fait office de parenthèse dans leur vie. Cela vient peut-être du fait que je n’ai pas connu ça, et donc j’idéalise ce genre de chose, un peu comme avec les récits lycéens où les personnages évoluent et vivent des choses marquantes, alors que me concernant c’était juste une mauvaise période à passer. Toujours est-il que j’aime ce genre d’histoire, mais encore faut-il qu’elle soit bien racontée.

Et rassurez-vous, c’est bien le cas ici. Nous avons en effet droit au portrait très touchant de deux personnages, Natsuru (dont on partage le point de vue), mais surtout la jeune Rio. En effet, cette dernière vit seule avec son petit frère depuis que leur père est parti pécher des crabes en Alaska. Personne n’est au courant de leur situation, sauf Natsuru qui va se réfugier chez eux après avoir abandonné le stage de foot auquel il devait se rendre pour l’été. Ainsi,  il va découvrir le quotidien de sa camarade et se rendre compte de la différence qu’il y a entre lui, très insouciant, et elle, qui doit tout gérer (les courses, la cuisine et autres tâches ménagères…). C’est ainsi que le jeune garçon va grandir au contact de Rio, qui de son côté va s’ouvrir davantage, nous permettant d’assister à la naissance d’une très belle relation entre les deux, matinée de moments de tendresse et de douceur (la découverte et l’adoption du petit chat étant un moment magnifique, évidemment), mais aussi d’une certaine gravité car la situation de la jeune fille et de son petit frère cache un lourd secret.

De tout cela découle un discours très fort et touchant sur l’enfance et sur les adulte. Non pas qu’il soit question de passage à l’âge adulte (les personnages sont trop jeunes), mais le manga nous présente plusieurs figures parentales qui donnent à voir la complexité de la relation que l’on peut avoir à nos enfants, ainsi que les qualités et défauts des parents. Nous avons droit à des portraits différents par le biais de la mère de Natsuru et du père de Rio, deux personnages très importants dans le récit, aussi bien de par leur présence que leurs absences.

De même, j’ai trouvé particulièrement réussi le travail sur la temporalité du titre, qui retranscrit très bien l’idée que cela se passe sur un court laps de temps, qui a cependant un grand impact sur les deux enfants. De ce point de vue, tout le développement de la relation entre les deux et de leur attachement est très réussi, le tout magnifié par une fin qui permet de comprendre à quel point ces vacances les ont impactés. Ainsi, du début à la fin, la mangaka aura brillamment réussi à nous faire comprendre en quoi cette parenthèse dans la vie de ces deux personnages aura un impact évident sur leur évolution.

Avant de finir, un petit mot sur l’esthétique du titre et sur l’édition semble de rigueur. Je trouve les illustrations très belles, captant à merveille la douceur qui se dégage de l’ambiance générale du titre. Le travail visuel sur les personnages contribue à les rendre très attachants, et les décors sont également détaillés et participent à l’ambiance. Tout ceci étant parfaitement mis en valeur par l’édition de Delcourt Tonkam, avec une jaquette que je trouve magnifique notamment, et qui retranscrit très bien l’essence de l’oeuvre selon moi.

En résumé, Our Summer Holiday est un très beau one shot qui réussit parfaitement à développer ses personnages et son intrigue en peu de temps. De la même façon que Our Summer Love (qui n’a rien à voir et qui est écrit par un autre auteur, j’insiste là-dessus), on se retrouve face à une histoire courte qui n’a pas besoin de davantage pour nous toucher et nous amener à réfléchir. Ainsi, en peu de pages, la mangaka a réussi à proposer quelque chose qui pourrait accompagner vos pensées le temps d’un été, voire davantage.

Publicités

6 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.