Mon avis sur… Rash !! de Tsukasa Hojo

Rash

Je vous avais parlé il y a quelques temps de la collection « Les trésors de Tsokasa Hojo » que l’on doit à l’éditeur Ki-oon, regroupant des recueils d’histoires courtes et deux petites séries de l’auteur. Je vous avais déjà parlé de La Mélodie de Jenny, qui traitait de la guerre à travers trois nouvelles très réussies. Nous allons maintenant nous pencher sur Rash !! série courte en deux tomes dont le seul réel défaut selon moi est de ne pas être plus longue, car il y avait un très beau potentiel pour une plus grande histoire. Voyons ensemble de quoi il est question.

Après plusieurs années d’absence, le Dr Yûki Asaka revient dans sa région natale remplacer sa grand-mère comme médecin de la prison locale. Une bien mauvaise nouvelle pour son ami d’enfance, Tatsumi, qui l’accuse d’être une véritable Miss Catastrophe !

Courageuse et volontaire, la jeune femme semble en effet avoir un don pour s’attirer des ennuis : alors qu’elle n’a même pas encore pris ses fonctions, elle se retrouve mêlée au détournement d’un fourgon cellulaire par des prisonniers…

J’ai vu des avis très divergents concernant cette série sur Internet. Elle est parfois jugée excellente, d’autres fois un peu décevante, l’argument souvent avancé étant qu’on dirait une sorte de sous-City Hunter. Si la ressemblance entre les deux séries est évidente (comme je vais le développer par la suite), elle arrive quand même à trouver sa propre identité et est selon moi très intéressante à lire pour elle-même, mais aussi en tant que prolongement de certains éléments récurrents dans l’oeuvre de l’auteur, concernant en particulier le traitement accordé aux personnages féminins.

En effet, alors que la série culte de Hojo est centrée sur ce gros lourd (mais néanmoins très charismatique) de Ryo Saeba, on se retrouve ici avec un personnage principal féminin, épaulé par un ami d’enfance devenu policier. Ainsi, le duo est inversé par rapport à celui formé par Ryo et Kaori. Une inversion bienvenue puisque cela permet de donner la vedette au personnage féminin, ce qui est une des grandes forces de ce récit. En effet, je trouve personnellement que Hojo n’est jamais meilleur que lorsqu’il développe ses femmes fortes et badass. Je l’ai déjà dit plusieurs fois, mais me concernant, Kaori est de loin mon personnage préféré de City Hunter. Je trouve qu’il y a une grande intelligence dans la façon dont Hojo écrit et met en scène les femmes (sans parler de ses illustrations sexy et classes à la fois). Vous pouvez d’ailleurs trouver à ce lien un excellent article d’une fan de la série qui explique en quoi les personnages féminins de City Hunter sont intéressants en terme d’écriture. Et concernant Yûki de Rash !!, on est exactement dans le même type de schéma, avec une femme sexy, forte et indépendante. Elle est un excellent médecin (indiquant une grande volonté et intelligence pour avoir mené à bien ses études), mais est aussi rompue aux arts martiaux, bref, c’est une femme qu’il ne vaut mieux pas embêter. À côté d’elle, son homologue masculin fait parfois office de faire-valoir, ce qui n’est jamais le cas de Kaori dans City Hunter par exemple. Et de la même façon que dans la série mentionnée précédemment, les comportements masculins vis-à-vis d’elle servent à mettre en avant certains travers des hommes de façon humoristique et plutôt juste (et sans les lourdeurs qu’il peut y avoir dans City Hunter selon moi).

Mais au-delà de ces ressemblances, la série trouve sa propre identité dans ce qu’elle raconte. Car si le premier tome ne semble pas avoir de réel fil conducteur et nous présente les personnages principaux via diverses situations rocambolesques riches en action, le second a au contraire une trame plus fouillée et présente même une figure d’antagoniste très intéressante, dans le sens où cet adversaire questionne les notions de bien et de mal et la façon de « soigner » les gens mais surtout les maux de la société. C’est en ça que la courte durée de la série est frustrante à mes yeux, ce méchant étant tellement réussi que j’aurai bien vu une série plus longue afin de développer plus en profondeur les thématiques qui lui sont liées. D’autant plus qu’il a un rapport particulier au personnage de Yûki qui donne beaucoup de corps à cette histoire.

Et au-delà de l’antagoniste, les divers personnages secondaires qui gravitent autour de notre héroïne sont également très réussis, permettant de développer un réseau relationnel créant une belle dynamique de récit. Que ce soit son ami d’enfance secrètement amoureux d’elle, son ancien collègue qui souhaite son retour à son ancien emploi ou encore la personne chez laquelle tout ce petit monde vit (sans parler du personnel de la prison où elle travaille), la galerie de personnages est variée et très réussie, et aurait mérité encore une fois d’être développé sur une plus longue durée. Mais si j’insiste sur le fait que j’aurai aimé une série plus longue (entre 5 et 10 tomes, ça aurait été parfait), cela ne veut pas dire que c’est frustrant pour autant. La série trouve quand même une conclusion, bien qu’assez ouverte, et se tient parfaitement avec seulement deux tomes. Il serait donc dommage de s’en priver.

Avant de terminer, impossible d’évoquer une oeuvre de Tsukasa Hojo sans parler de l’esthétique, qui comme à son habitude est magnifique. J’adore le style visuel de cet auteur, d’une grande classe, avec de nombreux détails et des compositions très dynamiques. Cela vient relever avantageusement toutes les qualités du récit, que ce soit l’écriture qui est dynamisée et les personnages qui sont rendus encore plus charismatiques. Comme toujours avec cet auteur, on est dans du haut de gamme et c’est un ravissement pour les yeux !

En résumé, Rash !! est une très belle surprise pour moi qui prolonge avantageusement le plaisir de lecture ressenti face aux œuvres de Tsukasa Hojo. On y retrouve la patte visuelle de l’auteur et son talent pour dépeindre des personnages féminins charismatiques. Mon seul regret étant que compte tenu de la qualité de la série, j’en aurai bien repris pour encore quelques tomes. Malgré tout, sa durée n’est pas une source de frustration car la fin, bien qu’ouverte, se tient réellement. De ce fait, je vous recommande vivement cette lecture si vous aimez le travail de l’auteur !

Publicités

6 commentaires

  1. J’aime beaucoup le travail d’Hojo dont j’ai pas mal de vieux titres mais pas celui-là. Il va falloir que je voie si je peux me le procurer parce qu’il a l’air très sympa et en plus, je serais ravie de retrouver son univers. Merci pour la découverte !

    Aimé par 1 personne

  2. Cela fait très longtemps que je n’ai pas lu ce manga mais je me rappelle parfaitement la frustration que tu décris ! J’aurai aimé avoir plus de tomes mais bon c’est comme ça. Je pense qu’une héroïne aussi forte ce n’était pas encore dans l’air du temps…
    Merci pour le lien. Cela me fait très plaisir que mon article t’ait plu au point de le mettre en lien 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.