Our Colorful Days T.3 – Suite et fin d’une très belle série

Our Colorful Days

Nous savions depuis le début que Our Colorful Days serait une série courte, avec seulement trois tomes. Mais Gengoroh Tagame avait déjà su prouver avec Le Mari de mon frère qu’il était parfaitement en mesure de proposer un récit riche et intelligent, aux personnages développés avec densité, en peu de temps. Une fois le troisième et dernier volume de cette nouvelle série refermé, j’ai eu la confirmation qu’on avait là un auteur de grand talent, qui arrive une fois de plus à proposer une histoire profonde et marquante, pour son deuxième manga mainstream.

Nous allons donc voir de quoi il en retourne dans cette conclusion, en évitant soigneusement de spoiler les quelques révélations de ce dernier tome, ou même des précédents. Vous pouvez donc lire l’article le cœur léger, même si vous n’avez pas commencé la série.


Mon avis sur les tomes précédents : Tome 1Tome 2
Mon avis sur Le Mari de mon frère


Petit rappel avant d’aborder la conclusion de l’histoire en elle-même, Our Colorful Days est une série centrée sur Sora, jeune adolescent qui commence à prendre conscience de son attirance pour les autres garçons. Si son homosexualité n’est pas connue des autres, il vit malgré tout assez mal le fait de devoir porter un masque, et de subir l’homophobie inconsciente de son entourage, que ce soit ses parents ou ses amis.

C’est une rencontre fortuite avec un homme bien plus âgé, lui aussi homosexuel, qui lui permettra de prendre conscience de certaines choses, et de s’accepter et s’affirmer davantage.

Alors que Le Mari de mon frère présentait des personnages déjà bien ancrés dans la vie, pour lesquels la question du coming out semblait déjà réglée, Our Colorful Days fait le choix de se centrer sur un adolescent, qui permettra d’aborder une thématique différente, mais toujours en lien avec le même sujet. La présence d’un « pair » plus âgé vient également renforcer la richesse du travail sur le thème du coming out, de la différence du mode de vie entre hétéro et homosexuel.

Ainsi, Gengoroh Tagame s’affirme après seulement deux séries mainstream comme un Auteur avec un grand A, dans le sens où ses travaux sont traversés par une même thématique centrale. Étant lui-même homosexuel et un artiste reconnu pour ses illustrations homo-érotiques dans lesquelles il s’est rapidement spécialisé (voir l’article qui lui est dédié sur le site d’Akata), le fait que la question de l’homosexualité soit centrale dans son oeuvre n’est pas anodin. C’est d’autant plus intéressant qu’on peut supposer que les questionnements posés dans ses mangas sont certainement basés sur des événements vécus et des questions qu’il s’est lui-même posé.

Mais même pour un lectorat qui n’est pas directement concerné (ce qui est mon cas), ses mangas sont particulièrement intéressants car ils sont tout simplement de toute beauté, proposant des portraits de personnages vraiment touchants et d’une grande authenticité.

PatronEt ce dernier tome ne fait donc pas exception. Après les révélations du volume précédent, de nouveaux questionnements affluent dans l’esprit de Sora, et contribuent à le faire grandir tout comme le Patron, qui malgré son âge et son expérience, a également parfois besoin d’une main tendue. Ainsi, dans ce volume tout comme dans le reste de la série, la relation qui se noue entre les deux leur permet de grandir et de voir l’avenir sous un nouveau jour plus coloré, à l’image du titre du manga.

On quitte donc ces personnages avec une fin ouverte vers l’avenir, qui fait sens compte tenu du fait que l’on a assisté à un petit chapitre de leurs vies respectives, mais un chapitre marquant, qui contribue à les faire avancer en tant qu’individus. De ce fait, comme dans Le Mari de mon frère, au-delà de la question de l’homosexualité, on y trouve un discours plus universel sur le rapport aux « pairs » et le lien à l’autre, qui fait particulièrement mouche ici.

Ainsi, on termine la lecture avec le sourire aux lèvres. L’histoire qui nous est racontée ici est peut-être un peu idéalisée (nul doute que beaucoup de jeunes dans la situation de Sora vivent des épreuves très difficiles), mais la bienveillance qui prévaut dans les deux séries de Tagame fait énormément de bien. On a au final avec Our Coloful Days la confirmation d’un très grand talent, que j’espère revoir très vite dans une nouvelle série.

10 commentaires

  1. Même si j’apprécie aussi beaucoup le travail de l’auteur, sa volonté d’ouvrir les esprits et les belles relation qu’il noue. Je suis un peu déçue par cette série et ce tome. Il m’a manqué quelque chose. Sora était un peu fade pour moi. C’est le patron qui m’a charmée et accrochée parce qu’il avait plus d’aspérités, idem pour sa meilleure amie très bien développé. Je reste du coup sur ma faim ^^!

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je vois tout à fait. Moi ça ne m’a pas du tout posé problème, mais je comprends totalement que ces développements puissent ne pas convenir.
      Je nous souhaite qu’il fasse une nouvelle série, pour te reconquérir et pour me confirmer son talent !

      Aimé par 1 personne

  2. Tout comme Tampopo, c’est plus le patron avec qui j’ai accroché, mais j’ai aussi apprécié Sora (même si j’ai effectivement trouvé qu’il manquait un peu de relief comparé à son aîné). Très belle chronique qui conclut cette chouette série =)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.