Mon avis sur… Blue Period T.1 de Tsubasa Yamaguchi

Blue Period

Première grosse nouveauté de 2021 à mes yeux, Blue Period est un titre qui a rapidement attiré mon attention de par sa thématique, la peinture et l’art en général. J’aime tout particulièrement les œuvres qui mettent en exergue les passions et les arts, d’autant plus quand on explore la question des arts graphiques au sein d’un manga, qui est lui-même un médium purement graphique. Comme si la rencontre entre un sujet et son moyen de le développer entraient en convergence, créant de ce fait une oeuvre d’autant plus pertinente dans son mode d’expression.

Voyons donc ensemble de quoi il en retourne avec cette invitation à la contemplation et au plaisir des arts !


Un très grand merci à Pika pour l’envoi du magnifique kit presse bien en amont de la sortie, qui me permet de vous proposer cet article quelques jours avant la parution de ce premier tome (pour rappel, le titre sortira le 20 janvier). Vous pouvez d’ailleurs vous rendre sur la page du titre via ce lien afin de lire le premier chapitre, ce qui est déjà suffisant pour se faire une idée.


Avant d’entrer dans le vif du sujet, resituons comme toujours la série. Il s’agit du premier manga au long cours de Tsubasa Yamaguchi, qui avait uniquement proposé un one shot au Japon auparavant, inédit en France. La série est prépubliée dans le magazine Afternoon de Kodansha depuis 2017 et son neuvième volume sortira au Japon en même temps que le premier arrivera chez nous.
La série a réussi à se faire une belle petite réputation en quelques années, remportant notamment l’édition 2020 du Prix Manga Taishô, ainsi que les 44ème Kôdansha Manga Awards 2020 catégorie générale. Après lecture du premier tome, je subodore que c’est à la fois la thématique et le traitement de la mangaka qui ont contribué à lui valoir ses prix prestigieux, car un ouvrage graphique traitant des arts me semble destiné à trouver écho auprès de passionnés des cultures visuelles de tous bords.
C’est d’ailleurs pour moi un des gros points forts de ce titre. En tant qu’amoureux du manga, j’ai à cœur de faire découvrir ma passion à des gens qui ne sont pas forcément attirés de prime abord. Heureusement, ce médium regorge d’œuvres qui permettent d’établir des connexions avec des publics divers, et après lecture de ce premier tome, je suis convaincu qu’il pourrait parler à un large public, de préférence adolescent ou adulte à partir du moment où celui-ci est un peu sensible à la question des arts.

Ceci étant dit, voyons ce que ce premier tome a dans le ventre !

Tout commence par une découverte

Yatora est un lycéen studieux à qui tout réussit. Pourtant, il ressent depuis toujours une impression de vide en lui. Jusqu’au jour où, par hasard, il tombe sur un tableau qui le subjugue littéralement… Très vite, Yatora réalise que peindre est le seul moyen de faire passer ses émotions et de se révéler. Cet événement le pousse à se livrer corps et âme à la peinture pour tenter le concours d’entrée de la plus sélective des écoles de Beaux-arts !

Blue Period entre d’emblée dans la catégorie des mangas centrés sur une passion. Le résumé l’indique, Yatora se caractérise par son aisance générale dans un peu tous les domaines, qui l’amène à être un peu blasé. On dirait qu’il s’occupe, qu’il passe le temps et fait les choses parce qu’il faut les faire, mais sans que rien ne le fasse vibrer. Jusqu’au moment où quelque chose se déclenche en lui, en voyant une peinture.

J’insiste sur ce point, car c’est celui qui, d’emblée, a le potentiel de parler à n’importe quelle personne vivant une passion dévorante selon moi. Car je pense que personne ne naît « passionné ». Il y a bien souvent une sorte de « choc originel » qui fait office d’élément déclencheur, et ce quel que soit le domaine. Une oeuvre, une expérience, quelque chose qui va nous amener à ressentir une émotion forte et nous faire nous dire « on peut donc transmettre ça ! ». Ce qu’on a tendance depuis plusieurs années à qualifier d’ « effet Wahou ».

Ce monde Bleu

Et c’est ce dont il est question au début de ce tome, et qui est particulièrement bien retranscrit par la mangaka. J’en ai parlé en introduction, mais je pense qu’il y a là une rencontre entre le sujet et le moyen d’expression de celui-ci, puisque n’importe qui un tant soit peu passionné de manga doit avoir une petite attirance pour les arts graphiques en général. Ainsi, il est très facile de se projeter dans le personnage de Yatora et comprendre ce qu’il ressent.

Sur ce point, la rencontre entre Yatora et la peinture est déjà un très beau moment de mise en scène, proposant des illustrations en pleine page pour accentuer l’impact de cette découverte, et surtout un détail qui m’a particulièrement plu : la femme sur la peinture semble bouger pour faire un clin d’œil à Yatora, comme une petite facétie de la perception du jeune homme.

Yatora et la peinture

Et ce détail n’en est pas un selon moi, car il exemplifie la connexion qui se fait entre une personne et une oeuvre. Encore une fois, tout passionné a surement déjà ressenti ce sentiment de connexion intime avec une oeuvre en particulier, ayant l’impression que son créateur ou sa créatrice l’avait produite exprès pour nous tant elle entrait en résonance avec nous au niveau intime. Et je pense que ce clin d’œil est là pour montrer que c’est ce qui arrive à Yatora à cet instant. Et à partir de là, il a attrapé le virus, se demandant comment a été faite cette toile, et se retrouvant davantage en phase avec ses émotions et son rapport au monde, et comprenant que la peinture peut être un mode d’expression à part entière. Cette découverte va finalement lui faire trouver sa voie.

Un manga technique et didactique

Après ce premier chapitre, Yatora entre comme nous, lecteurs et lectrices, dans le vif du sujet. Il commence à peindre, et va comprendre que c’est ce qu’il veut faire, qu’il a ça en lui. Sauf qu’on ne devient pas Picasso en un jour. Il a désormais un objectif, intégrer une école d’art, et seulement un an et demie afin d’acquérir la maîtrise nécessaire pour faire partie des quelques élus. Ainsi, la question de l’enjeu à moyen terme est réglée, nous allons pouvoir nous focaliser sur la peinture !

Car le fait de suivre un personnage totalement novice n’est pas anodin, et est une ficelle classique (mais efficace) dans la fiction : quel meilleur moyen pour faire découvrir au lecteur un « univers » qu’il ne connait pas (ici la peinture) que de suivre un personnage qui ignore tout de ce milieu ? Ainsi, nous allons suivre Yatora dans son apprentissage des bases, que ce soit les techniques pour respecter des proportions, donner un effet d’ombre ou de lumière à un objet, et de nombreuses autres choses à maîtriser pour pouvoir espérer s’en sortir.

Encore une fois, le lien avec le monde du manga se fait tout naturellement puisqu’il est évident que n’importe quel apprenti mangaka passe par toutes ces étapes afin de maîtriser son art. Le tout se voulant très didactique et surtout d’une vraie authenticité sur la question technique, sans jamais sombrer dans quelque chose de lourd. Le rapport de Yatora à tout ça aidant pas mal à trouver nos marques, et à ressentir une évolution. Sur ce point, on pourrait tout à fait rapprocher Blue Period des mangas sportifs, ou de ceux sur un jeu de société (Hikaru no Go au hasard), puisqu’il s’agit dans tous les cas de nous intéresser à une domaine qu’on ne connait pas, et nous apprendre les subtilités de celui-ci.

Et grâce au travail d’écriture concernant le personnage de Yatora, on se projette sans soucis dans tout cela, prenant plaisir à en apprendre davantage sur ces techniques tout en voyant le jeune homme affirmer sa volonté d’aller de l’avant. Ces deux éléments se nourrissant l’un l’autre grâce à l’écriture habile de la mangaka. Mais si le titre est très bien écrit et est parfaitement fluide dans son déroulement, la question de l’esthétique est d’autant plus importante compte tenu du sujet abordé.

Une esthétique à la hauteur de son sujet

Décrypter l’esthétique d’un manga lorsque l’on n’a pas les notions techniques pour n’est pas vraiment chose aisée. C’est d’ailleurs pour ça que je passe en général rapidement sur cet aspect. Sauf qu’avec Blue Period, nous sommes sur un manga dont c’est précisément le sujet. Il serait donc malvenu de ne pas s’attarder sur cet aspect. Avant de l’aborder plus en profondeur, précisons que Pika a fait le choix de proposer des pages couleur afin de mettre en valeur la dimension artistique du titre justement, choix on ne peut plus judicieux tant celles-ci rendent bien.

Pages couleurs

Ce que je retiens surtout dans le trait de la mangaka, c’est son travail sur les visages et le dynamisme des mouvements des personnages. Non pas que ça bouge énormément dans tous les sens, mais il y a un travail sur les postures que je trouve intéressant, et qui est peut-être justement hérité d’un travail artistique sur les mouvements des corps. Les visages sont aussi dessinés d’une façon très particulière, donnant un cachet très spécifique au titre. Je trouve d’ailleurs qu’il y a un travail sur les regards vraiment intéressant, mettant bien l’accent sur cet élément si important dans le rapport à l’art. Tout ceci permet d’être au plus près des émotions des personnages, ce qui encore une fois colle parfaitement avec le sujet du manga, tout étant ici question d’émotion et de transmission. Enfin, précisons que les décors sont relativement simples, sans être laids pour autant. Cela crée un contraste avec le travail sur les personnages, mais qui contribue justement à mettre ces derniers en valeur.

Dernier détail intéressant, le manga mettant l’accent sur la peinture, toutes les œuvres ont été réellement peintes, on a d’ailleurs toujours le droit au nom de l’artiste en signe de respect pour son travail. Bien qu’elles soient en noir et blanc sur papier, et pas en couleur sur leur support d’origine, le fait qu’elles soient, j’imagine, numérisées afin d’être intégrées aux planches de la mangaka produit un effet des plus réussit, et contribue à mettre en valeur les tableaux. Et je parle des tableaux importants dans le récit, mais aussi de tous ceux produits pendant les cours. Car un élément qui ressort est qu’il n’y a pas de création sans intérêt, et que tout mérite d’être traité avec soin.

En conclusion 

J’espère que vous l’aurez compris à la lecture de cet article, un peu plus long que d’habitude pour un simple avis, mais j’ai vraiment été emballé par ce premier tome. Son sujet ne pouvait que me parler, étant sensible aux arts sous toutes leurs formes, et le traitement de la mangaka permet de dépasser le seul cadre de la peinture pour englober la création artistique dans son ensemble, manga compris.

Ainsi, Pika frappe déjà très fort avec cette première nouveauté, et à raison d’un volume tous les deux mois, on aura dans l’année le temps de se faire une bonne idée du potentiel du titre. Ce qui est certain, c’est que ce premier volume est des plus encourageants.

Pour finir, j’insiste une fois de plus sur son potentiel à toucher un public bien plus large que les simples lecteurs et lectrices de manga. Que ce soit par son sujet ou son esthétique, le titre a vraiment la capacité à entrer en résonance avec quiconque un tant soit peu sensible à la question des arts. En tout cas, j’ai vécu comme pour Yatora une rencontre avec une oeuvre qui transmets des choses !

 

14 commentaires

    • Personnellement, je l’attendais vraiment énormément et j’ai beaucoup aimé. Il y a d’autres éléments dont je n’ai pas parlé dans ce premier tome, qui contribuent à mettre en place quelque chose de très intéressant.
      Je pense même relire prochainement ce tome tant il m’a plu.
      Je ne serai pas étonné que cette série fasse partie de celles dont on parlera tout au long de l’année !

      Aimé par 1 personne

    • Oui, dans l’esthétique on s’éloigne de certains canons du manga mainstream. Le trait de l’auteur n’est pas toujours assuré mais il s’en dégage un vrai style et j’aime tout particulièrement son travail sur les visages et les expressions qui renforce le côté profondément humain du titre.

      D’ailleurs je ne l’ai pas signalé ici mais il aime donner à certains personnages secondaires les traits d’acteurs connus, voire… de Matthew Bellamy de Muse !

      J'aime

    • Tu peux oublier le précédent commentaire, il concernant Space Brothers…

      Mais du coup Blue Period est clairement un titre qui a une vraie recherche graphique, ce qui me semble indispensable pour un manga sur l’art.

      J'aime

  1. On sent effectivement à merveille ton coup de cœur pour ce titre et ça me touche !
    J’avais déjà très envie de le lire mais tu achèves de me convaincre. J’aime les titres qui parlent de passion, ils parviennent toujours à me le transmettre. Ici le fait de suivre le déclic puis les débuts quand il se lance m’intéresse beaucoup. Les dessins ont l’air sublimes et je suis ravie d’apprendre qu’on aura des pages couleur.
    Bref encore un titre à acheter ><

    Aimé par 1 personne

    • Hé oui, au grand dam des portefeuilles !
      Je tiens juste à préciser que dans ce premier tome il n’y a des pages couleur qu’au tout début (sur l’extrait en ligne tu peux les voir). Je ne sais pas s’il y en aura beaucoup par la suite, surtout que le communiqué de l’éditeur n’est pas très clair sur ce point.

      Mais quoi qu’il en soit c’est vraiment un très beau premier tome, et j’espère qu’il te plaira également !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.