Mon avis sur… Slam Dunk Star Edition T.7&8 de Takehiko Inoue

Slam Dunk

Les tomes précédents (tonitruants, comme d’habitude) nous laissaient sur la perspective d’une remise en question d’Hanamichi suite à ses nombreuses contre performances en match. Une potentielle évolution bienvenue chez notre génie autoproclamé. Voyons donc de quoi il en retourne dans ces deux nouveaux tomes, particulièrement volumineux (plus de 350 pages pour chacun d’entre eux) pour que l’on soit rassasié au mieux… Mais vous allez le voir, on en redemande !

Lors des présélections pour le tournoi interlycées, Shôhoku se heurte violemment à Shôyô, 2e du dernier tournoi départemental.
Akagi, Mitsui, Miyagi, Rukawa et Hanamichi sont en difficulté en début de match face au lycée début de match face au lycée qui possède le plus redoutable potentiel de tout le département.

Comme je l’ai dit en introduction, Hanamichi se retrouve en difficulté puisqu’il n’arrive pas à finir un seul match jusqu’au bout, non pas que la fatigue soit un problème, mais il se fait exclure pour 5 fautes à chaque fois. De ce fait, la fin du précédent volume laissait entrevoir une possible évolution de notre héros, ce dernier se demandant s’il était finalement le génie du basket qu’il pense être. Mais le questionnement est finalement de courte durée et il continue de penser qu’il est brillant, quand bien même ses carences de débutant son évidentes.

Ce qui ne l’empêche pas de s’illustrer dans les matchs auxquels on a droit durant ces deux tomes. Car il faut le signaler, après des volumes 5 et 6 très orientés furyo et où le basket a finalement peu de place, ces deux nouveaux tomes font le contraire et sont intégralement dédiés aux matchs. On comprend le choix d’Inoue d’avoir fait une pause dans le sport précédemment, afin de caractériser au mieux les deux derniers personnages qui intègrent l’équipe, afin de former ce qui est, j’imagine, le 5 majeur définitif de Shohoku. En effet, avoir prit autant de temps à introduire Mitsui et Miyagi était indispensable afin que l’on soit vraiment familier avec eux, et qu’on puisse ainsi avoir une plus grande empathie pour eux une fois sur le terrain.

Car ces deux longs volumes sont l’occasion pour absolument chaque membre de l’équipe de s’illustrer, et je dois dire que voir Mitsui en forme après son errance (racontée dans le volume 6) procure de belles émotions. Et chaque personnage a la possibilité de briller et de nous faire frissonner ou nous émouvoir, chacun à sa façon. Car c’est finalement sur le terrain que tout se joue, et que les personnages évoluent et donnent la pleine mesure de leur potentiel, Hanamichi compris. En effet, notre héros évolue et réussit, dans le cadre du sport, à trouver de nouvelles ressources au fur et à mesure.

Et sur ce point, Inoue traite avec beaucoup d’intelligence la chose, car il n’en fait pas un MVP d’un seul coup. Sakuragi reste un débutant, et conserve ses défauts liés à l’inexpérience. Mais, ayant certaines prédispositions, il reste capable de se révéler dans des moments décisifs. C’est ainsi que les matchs auxquels on assiste sont terriblement stressants et prenants car la situation peut se renverser à tout moment. Car les moments de grâce et d’émotions ne manquent pas durant ces matches, Inoue trouvant toujours des astuces scénaristiques pour renouveler les situations et relancer le suspense, sans jamais oublier de mettre en valeur ses personnages. Et j’insiste encore une fois sur le fait que je ne m’intéresse absolument pas au sport, et que pourtant, ça me touche ici. Ceci grâce à un excellent travail sur les personnages qui me permet de m’investir à fond dans les enjeux des matchs et du récit. Et quand je parle des personnages, j’y inclut Anzai, l’entraîneur assez effacé habituellement, qui se révèle aussi à quelques occasions.

Le tout est évidemment soutenu par un dessin d’une grande classe (on parle d’Inoue quand même) et un talent de découpage toujours aussi dingue, qui met d’autant plus en valeur les nombreux moments de bravoure auxquels on assiste durant ces matchs. C’est ainsi que l’on referme le huitième volume sur un gros cliffhanger (le match en cours n’est pas terminé et rien n’est joué), rincé et touché par la force émotionnelle de l’oeuvre !

Shohoku VS Kainan

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.