Mon avis sur… Souvenir d’Emanon de Kenji Tsuruta et Shinji Kajio

Souvenirs d'Emanon.jpg

C’est en décidant de passer la porte de la médiathèque de mon petit village que je suis tombé sur Souvenirs d’Emanon, un manga dont la réputation était parvenue jusqu’à moi, mais pour lequel je n’avais jamais sauté le pas. Il faut savoir qu’il s’agit d’une adaptation de nouvelle et que le manga est un One shot, bien que deux autres volumes mettant en scène le personnage d’Emanon existent. Ce premier volume date de 2008 au Japon, et les suivants de 2010 et 2013. Voici donc le résumé très dense que nous propose l’éditeur sur cette version française :

1967, dans le sud du Japon. Loin des événements qui agitent le monde, un étudiant prend le chemin du retour après un voyage d’errance. Une longue nuit en ferry s’annonce. Alors qu’il cherche à oublier une énième déception amoureuse en se plongeant dans ses romans de SF, une intrigante jeune femme s’installe à ses côtés.
Fumant cigarette sur cigarette, elle a pour unique bagage un sac à dos marqué des initiales “E. N.” Son nom ? Emanon, ou “no name” lu à l’envers… Elle aussi voyage seule et sans but apparent. D’abord peu bavarde, les yeux dans le vague, elle se rapproche du jeune homme, car il lui rappelle un ancien amour… datant de plusieurs siècles !
Au fil de la conversation, elle lui dévoile son secret : sous ses airs d’étudiante, elle cache une âme vieille de trois milliards d’années ! Ses souvenirs remontent au plus profond des âges, avant même l’apparition de l’humanité. Son récit dépasse toutes les histoires de SF. Cette nuit en compagnie d’Emanon va bouleverser à jamais la vision du monde du jeune voyageur…

Si je dis que le résumé est dense, c’est surtout parce qu’au final, il raconte quasiment l’intégralité de l’histoire du manga. Et pour cause, ce n’est pas réellement la trame narrative à proprement parler qui fait la valeur de Souvenirs d’Emanon, mais l’ambiance mise en place et surtout, tout ce que l’oeuvre a d’implicite et l’invitation à l’interprétation et à la réflexion qu’elle propose. Et tout cela passe par le personnage d’Emanon, vieille de trois milliards d’années et portant en elle la mémoire de l’humanité. Ainsi, sa rencontre avec le personnage principal (le fameux étudiant) sera l’occasion de questionner l’importance des souvenirs, à la fois d’un point de vue individuel aussi bien que collectif.

Et c’est de là que découle la richesse thématique de l’oeuvre. D’un côté, des pistes de réflexion sont amenées sans apporter une réponse précise (l’importance de la mémoire collective d’un point de vue historique est abordée par exemple), et sont l’occasion  pour le personnage et le lecteur avec lui de remettre en question ses présupposés. Au cours de sa longue conversation avec Emanon, elle se demande s’il ne s’agit pas d’une malédiction car elle ne peut rien oublier, y compris les événements et les choses les plus dramatiques. De là naît également une seconde réflexion qui reste ouverte, concernant la violence inhérente à toute forme de civilisation. Une réflexion que je trouve pour ma part passionnante, et le fait de ne pas apporter réellement de réponse permet à chacun et chacune de voir comment se positionner par rapport à ça. De ce point de vue, j’aime beaucoup l’idée que les questions posées par l’oeuvre sont plus importantes que les réponses, que l’on est libre à chacun de rechercher, sans qu’une vérité nous soit imposée.

De la même façon, la dernière partie de l’histoire, focalisée sur le personnage principal plusieurs années après, m’a beaucoup plu du fait qu’elle mette en exergue sa mémoire à lui. De là, on arrive à une idée bien plus universelle que cette histoire d’esprit millénaire, puisque l’auteur met en avant l’idée que certaines rencontres et expériences peuvent nous marquer à vie. Ainsi, tout en restant dans la thématique principale de la mémoire, on termine sur quelque chose de plus intime qui permet à chacun d’y poser sa propre expérience de vie, et accompagne le lecteur ou la lectrice dans son retour au réel.

Au-delà de ces pistes de réflexion posées par le manga, on trouve également une esthétique de grande qualité, qui met parfaitement en valeur cette ambiance douce et introspective. Le tout sublimé par l’édition en grand format de Ki-oon, d’où transparaît un vrai soucis du détail, notamment au niveau des volets sur la première et quatrième de couverture. Un très beau travail dans la lignée des mangas de la collection Latitudes donc !

En résumé, j’avais entendu beaucoup de bien de cette histoire, et je me joins aux louanges générales. J’ai beaucoup aimé la façon dont ce manga arrive à poser des questions universelles sans imposer de réponse préfabriquée, mais au contraire, propose des pistes pour nous laisser interpréter librement l’oeuvre et les thématiques qu’elle charrie. De ce fait, ce n’est pas pour son histoire très simple que je vous recommande ce manga, mais pour toute sa richesse thématique et la façon dont ils nous amène à questionner notre vision de la mémoire et comment les souvenirs peuvent nous impacter.

Publicités

18 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.