Mon avis sur… Les Héros de la Galaxie T.4 de Yoshiki Tanaka et Ryu Fujisaki

Héros de la galaxie

Me voici enfin à jour dans Les Héros de la Galaxie après lecture de ce quatrième tome qui marque la conclusion de la bataille entamée dans le volume précédent. Petit rappel des faits :

La flotte de l’Alliance des Planètes Libres lance une attaque audacieuse contre la Forteresse d’Iserlohn au moyen de navires lance-missiles. Mais, Reinhard, qui a vu clair dans le jeu des Alliés, va déjouer leurs plans.
Il accepte de servir d’appât et d’attirer la flotte alliée dans le champ de tir du Marteau de Thor, au risque d’être pris lui-même pour cible. Parviendra-t’il à renverser le cours de la bataille et s’extirper des griffes de la mort ? La 6e bataille d’Iserlohn approche de son terme.

Ce tome débute donc par la fin de la bataille qui pourrait marquer un tournant important pour l’Alliance en cas de victoire. Je me garderai bien de vous en révéler la conclusion pour ne pas vous gâcher le plaisir, sachez simplement que les héros des deux camps se sont illustrés, ce qui permet à la fois à Von Müsel et Yang Wen-Li de gagner encore du galon. Mais c’est en particulier le cas pour Reinhard qui en plus de grimper dans la hiérarchie militaire, se voit accorder un titre de noblesse et des terres (sauf que contrairement à ce qu’on a pu voir dans notre histoire réelle, ici il s’agit carrément de planètes entières). Ceci amorce quelque chose de nouveau dans la série, puisque Reinhard gagne encore de nouveaux opposants, avec la noblesse qui voit globalement d’un mauvais œil qu’un roturier tel que lui se retrouve à leur niveau. De ce fait, on voit dès ce volume comment les manigances pour se débarrasser de lui se mettent en place.

Et en l’occurrence, l’idée est simple : entamer une nouvelle bataille dans le seul but de mettre Reinhard hors d’état de nuire. Ce point est très intéressant car on voit bien comment les événements géopolitiques peuvent être liés à des affaires beaucoup plus triviales, et à des jeux de pouvoirs individuels, ou de castes. Ainsi, les vies humaines semblent avoir bien peu de valeur pour la noblesse de l’Empire qui vit dans l’opulence. C’est d’autant plus vrai que la sixième bataille d’Iserlohn a déjà donné lieu à des morts particulièrement brutales, montrées de façon frontale visuellement (sans surenchère pour autant), ce qui m’a beaucoup plu. Et de même, cette nouvelle bataille qui s’engage en fin de tome n’oublie pas de nous rappeler qu’au sein de ces énormes machines de guerre, il y a avant tout des individus, dont les morts sont violentes.

Mais dans l’autre camp, un nouveau héros qui s’était déjà illustré dans la précédente bataille s’impose ici par son naturel de leader, son charisme, et ses stratégies audacieuses. Il s’agit du vice-amiral Willem Holland, qui se distingue clairement des têtes pensantes de l’Empire par la façon dont il accorde au contraire une importance capitale à la vie de ses hommes. Cela lui permet de fédérer autour de lui d’autres gradés qui n’hésitent pas à le suivre, même si celui-ci désobéit aux ordres et ne respecte pas les tactiques de ses supérieurs. La présence de ce nouveau personnage fait passer Yang Wen-Li au second plan, son tempérament plus posé ne l’aidant pas à se mettre en avant (mais nul doute que son heure viendra). Ainsi, la nouvelle bataille qui débute dans ce quatrième tome semble annoncer un duel entre Holland et Reinhard, et il sera encore une fois très intéressant de voir à quelles stratégies audacieuses auront recours les deux camps pour s’illustrer. Une chose est certaine, nous avons encore affaire à un récit mené à cent à l’heure, très riche en événements, en personnages et en intrigues qui s’entremêlent. Tout ceci donnant lieu à une lecture toujours aussi maîtrisée et passionnante !

En résumé, ce quatrième tome des Héros de la Galaxie reste au même niveau de qualité que les précédents, du fait d’une écriture toujours impeccable qui n’oublie jamais de mêler les destins de ses personnages à des enjeux plus grands. L’esthétique globale du titre est également toujours aussi brillante, permettant une fois de plus de renforcer les liens que l’on noue avec les personnages. Nous sommes donc encore et toujours face à une série très recommandable dont chaque volume se dévore d’une traite !

(PS : à noter une petite référence à La Classe Américaine de la part du traducteur qui m’a fait sourire, mais je vous laisse la trouver !)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.