Mon avis sur… Origin T.2 de Boichi

Origin2

Je continue tranquillement ma découverte de Boichi avec aujourd’hui le deuxième tome d’Origin, sa série en cours qu’il écrit et illustre (alors qu’il n’est qu’au dessin sur Dr Stone) et qui rappelons-le, devrait s’achever à 10 tomes, alors que le cinquième arrive en mai en France.

Après avoir détruit “Da”, le robot qui a tué plusieurs humains de sang-froid, Origin se fait soudainement attaquer par “Son” et “Gon”, alors qu’il raccompagne sa collègue Mai Hirose chez elle. Cette réaction illogique venant de robots ne peut être interprétée que comme une vengeance. Cela signifie-t-il que, parmi eux, se trouve un robot qui est capable d’éprouver des émotions ? Quelle sera l’issue de ce féroce combat entre ces robots dont l’humanité ignore l’existence ?

Je me rend compte qu’à aucun moment je n’ai évoqué le fait que Boichi ait étudié les sciences dures, en particulier la physique, ce qui se ressent ici (mais aussi dans Dr Stone qu’il doit influencer au-delà des dessins). Il y a un soin maniaque dans la description du fonctionnement d’Origin mais également de son univers. On trouve d’ailleurs en fin de tome des croquis avec explications du fonctionnement des véhicules, armes, décors, etc… Cela donne du corps au monde qu’il développe, et on sent qu’il s’est vraiment pris la tête pour le rendre crédible. De ce point de vue, Boichi force vraiment le respect car il se donne vraiment à fond sur ses mangas, et ça me fait vraiment plaisir.

De ce soucis du détail découle une caractérisation des personnages de grande qualité, même si actuellement on reste focalisé sur un petit nombre de ceux-ci, et en particulier sur les robots. Les humains mis en avant sont ceux travaillant avec Origin à l’AEE, et parmi ces derniers, c’est surtout les personnages féminins qui sont vraiment développés. Ainsi, la collègue d’Origin, Mai Hirose est surtout présente en tant que potentiel love interest. Mais ce postulat cliché est intéressant car un rapprochement avec une humaine pourrait dévoiler l’identité d’Origin, faisant de cet élément quelque chose de potentiellement important au niveau de l’intrigue. Mais c’est surtout le nouveau personnage du docteur Laura Fermi, nouvelle supérieure de l’équipe de l’AEE dont Origin fait partie, qui est très mise en avant. Son caractère bien trempé et plutôt manipulateur fait que notre héros se demande pendant un instant si elle est un robot mais en vient à la conclusion que non après analyse.

Et puisqu’on en est à aborder les personnages féminins, passons à l’élément que je ne peux plus passer sous silence quand il est question de Boichi : la sexualisation de ses personnages. Dans ce tome, il est clairement plus calme que ce à quoi il m’a habitué. On voit deux fois une paire de seins, et même si la deuxième fois apparaît comme un peu gratuite, ça passe. Par contre, même habillées, les femmes sont toujours dessinées dans des positions limite, même si dans le cas de Laura Fermi, cela se comprend compte tenu du caractère de cette dernière. Mais par rapport aux standards Boichesques, je trouve que ce tome est assez soft et cette représentation des femmes ne m’a clairement pas perturbé.

Ceci étant dit, évoquons le point important de ce tome : Origin arrive au constat qu’un des robots qui lui en veut est doté d’émotions, car il n’y a pas de raisonnement purement logique qui aurait pu amener au fait qu’on l’attaque. Cet élément permet de faire venir une thématique qui sera certainement centrale à la série, puisqu’Origin souhaite également développer des émotions afin de pouvoir atteindre son objectif qui est de mener une vie convenable. On comprend donc que le principal antagoniste, celui qui mène les robots adverses, ressent des émotions. Nous ignorons cependant tout de l’origine de celles-ci, ce qui permet de développer un mystère intéressant et riche en possibilités thématiques. De même, les autres robots déjà rencontrés bénéficient d’une caractérisation de grande qualité, de laquelle transparaît toujours une forte aura de mystère.

Le dernier point qui m’a particulièrement plu vient de la narration du manga. Nous partageons les pensées d’Origin, et je trouve que de ce point de vue, le travail de Boichi sur le personnage est d’excellente qualité, faisant de celui-ci un des très gros points forts de cette série. Ses pensées sont très particulières du fait qu’il raisonne de façon purement pragmatique, ce que l’auteur rend parfaitement. Nous avons d’ailleurs droit à un petit flash-back dans lequel on voit le « père » d’Origin lui expliquer ce que sont les émotions et le moi. C’est très intéressant d’un point de vue thématique, mais ce passage est aussi touchant car on voit la première apparence d’Origin, très différente de celle qu’il a actuellement, et sa relation à son père est très belle. On voit à travers tout ceci un vrai potentiel d’évolution concernant ce personnage principal, bien qu’il soit un robot, et je trouve qu’il suscite une énorme empathie. En tout cas, de mon point de vue, je le trouve parfaitement réussi, il s’en dégage une forme de tristesse vraiment touchante, quand bien même il ne ressent pas d’émotions. On ressent bien le poids du souvenir de son père sur lui. En bref, on est face à un personnage passionnant dont la richesse potentielle ne demande qu’à être dévoilée.

En résumé, ce second tome d’Origin m’a totalement conquis. Boichi met ici ses travers dérangeants en sourdine pour ne se focaliser que sur ce que j’aime chez lui : son génie narratif et d’illustrateur ! On ressent dans cette série une croyance très forte en son récit et en ses personnages, qui ne peut que susciter l’adhésion chez moi. On est ici face à du Boichi que j’aime, totalement passionné et investi dans son travail. Un très beau second volume qui je l’espère, n’est qu’un hors d’oeuvre en attendant les choses sérieuses ! Comptez sur moi pour rattraper au plus vite mon retard et vous faire part de mon ressenti sur les tomes suivants. En tout cas, pour moi, c’est un début plutôt brillant !

2 commentaires

    • Oui, elle s’est terminée récemment dans son magazine. Je viens de vérifier, en fait c’est une estimation pour les 10 volumes reliés, dans l’article que j’ai retrouvé, ils parlent de 10 ou 11 volumes.
      Dans tous les cas, ça sera pas super long et donc pas très coûteux.

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.