Mon avis sur… Black Box T4&5 de Tsutomu Takahashi

Si Black Box est une série très solide depuis son premier tome, le virage pris dans le quatrième, qui a de quoi décontenancer la rend encore plus passionnante à mes yeux. Takahashi fait le choix de s’éloigner des schémas classiques des récits du genre, pour aller vers quelque chose de plus sombre et radical, allant à fond dans son délire, quitte à laisser de côté une partie du lectorat. Me concernant, c’est au contraire ce qui permet à la série de passer au cran supérieur. Voyons cela ensemble.


Un grand merci à Pika pour l’envoi de ces tomes.


Mon avis sur les tomes précédents : Tome 1Tomes 2&3


Alors que les premiers tomes présentaient en détails Ryoga, le personnage principal du récit, qui lui donnait déjà une certaine singularité par son côté extrêmement sombre, presque à l’excès, les quatrième et cinquième tomes (sur six) mettent en scène l’affrontement entre ce jeune boxeur et Reon, qui semble être son parfait opposé. En effet, alors que Ryoga vit dans une certaine forme d’ascèse héritée de sa vie compliquée, Reon est une star fortunée qui semble vouloir devenir champion du monde plus par caprice que par réelle volonté de s’illustrer. Mais on se rend compte au fil du récit que les deux personnages partagent un côté résolument masochiste, chacun semblant courir après sa propre mort. Car le spectre de ce destin funeste est constamment mis en avant, notamment dans le rappel régulier du fait qu’un boxeur doit être prêt à mourir sur le ring.

Cette dramatisation à l’excès de ce sport si particulier atteint son point culminant dans le combat entre les deux boxeurs, puisque Ryoga va dérouiller de façon hallucinante, mettant la physicalité et les réactions naturelles du corps au cœur des choses. Ceci passant par les sécrétions de tous les fluides possibles et imaginables, le sang et la sueur, évidemment, mais aussi le vomi et la pisse, faisant de ce qui est sensé être un spectacle impressionnant et plaisant un moment douloureux et perturbant pour le lectorat, en même temps que pour les spectateurs au sein du récit.

Une approche radicale et qui peut décontenancer (je pense notamment à ma camarade Julie qui n’a pas accroché), mais qui se révèle extrêmement payante pour moi, dans sa volonté de bousculer les lecteurs et lectrices, mettant en exergue la violence de ce sport et le caractère plus que borderline de ces deux pratiquants en particulier. De là, on peut se questionner sur le rapport de l’auteur à la boxe, puisqu’il ne semble clairement pas vouloir le présenter comme le « noble art » tel que ses adeptes aiment à le définir, mais plutôt comme quelque chose qui ne peut que détruire ses pratiquants.

C’est peut-être pour cela que j’ai autant aimé ces deux tomes d’ailleurs, ayant un mélange de fascination et de répulsion pour ce sport, dont la violence me semble beaucoup trop importante pour que l’on puisse le considérer comme une discipline sportive comme une autre (ce qui est valable pour la plupart des sports de combat par ailleurs à mes yeux). Et c’est finalement en phase avec l’ambiance générale des titres que Takahashi que j’ai pu lire jusqu’à présent, toujours particulièrement sombres et violents, laissant à penser que l’auteur n’a pas vu que des belles choses dans ce monde.

De ce fait, à un tome de la conclusion (prévu pour arriver en février), c’est une forme d’enthousiasme qui prédomine, lié au fait de lire quelque chose qui retourne vraiment. C’est peut-être le secret de la qualité de la série à mes yeux, que d’arriver à nous faire ressentir un spectacle viscéral et violent dans tout ce qu’il a de dur et de dégueulasse. En mettant en avant les réactions du corps de son personnage principal, Takahashi génère des réactions physiques lors de la lecture, ce qui représente un sacré tour de force quand on y pense.

Publicité

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.