Mon avis sur… Lost Lad London T.1 de Shima Shinya

Une petite enquête policière sur fond de possible complot politique, dans une petite ambiance anglaise, ça ne se refuse pas. Avec Lost Lad London, on part pour une série courte en trois tomes, où l’on suit un duo de personnages très marqués, le tout écrit et dessiné avec talent et style.

Un grand merci à Ki-oon pour l’envoi se ce volume. Vous trouverez un extrait du titre via CE LIEN.

Cette série courte de Shima Shinya est vendue comme mettant à profit l’expérience de la mangaka à Londres, dressant un portrait réaliste de la ville et son ambiance. S’il est difficile de juger de cet aspect sans avoir jamais été dans la capitale en question, il est cependant évident qu’il y a un ton et une ambiance qui différent des mangas policiers qui se déroulent au Japon. Mais elle ne joue pas à 100% la carte du dépaysement, puisqu’elle nous propose de suivre Al, jeune doctorant d’origine asiatique, qui se retrouve malgré lui mêlé au meurtre du maire de la ville.

En effet, celui-ci a été retrouvé poignardé dans le métro de Londres, sans que personne ne s’en aperçoive, rappelant la maxime de Vincent dans Collatéral de Michael Mann, disant que dans les grandes villes, quelqu’un pourrait mourir dans les transports qu’on ne s’en rendrait pas compte (par ailleurs, Collatéral est une merveille, comme tous les films de Michael Mann). Quel lien avec Al ? Il prenait tout simplement le même métro, et se retrouve avec l’arme du crime dans sa poche, sans savoir comment elle y est arrivée.

Et lorsque l’inspecteur Ellis vient l’interroger à ce sujet, Al préfère jouer franc jeu et lui dit qu’il détient le couteau qui a servi au meurtre, mais qu’il ne sait pas comment il est arrivé là. L’inspecteur à la mine particulière, bras et jambe dans le plâtre et le visage couvert de pansements, préfère croire le jeune homme et lui propose d’enquêter ensemble, en secret, afin d’éviter de reproduire une erreur de jugement qu’il a fait par le passé.

Ainsi, la mangaka nous brosse d’emblée le portrait de deux personnages intrigants et originaux, dont les interactions contribuent à faire le sel du récit. Récit qui par ailleurs se focalise sur l’enquête concernant le meurtre du maire, où les deux personnages vont tenter d’en découvrir les raisons, et également pourquoi on cherche à impliquer Al dans tout ça.

Si on a déjà des éléments de réponse probants dans ce premier tome, il reste encore énormément de mystères à résoudre, et d’éléments du passé des deux personnages à explorer. Car si on en apprend déjà beaucoup sur Al, Ellis demeure plus mystérieux, refusant de se livrer tant qu’il n’a pas totalement confiance dans son jeune partenaire sur cette affaire.

Tout cela fonctionne fort bien, reprenant la recette classique du duo très différent qui met les ressources propres à chacun au service de l’enquête. Enquête qui par ailleurs est d’une redoutable efficacité. Le format court permet de ne pas s’éparpiller et de distiller à un très bon rythme les informations et indices, faisant de ce premier tome bien plus qu’une introduction.

De plus, l’esthétique marquée de la mangaka , qui lorgne vers certaines influences européennes (en lien avec le cadre du récit ?) donne vraiment une ambiance particulière, qui évoque une certaine image d’Épinal de Londres. Rappelons sur ce point que le manga est paru au Japon dans le mensuel Comic Beam, qui n’hésite pas à proposer des titres aux esthétiques marquées.

Bien entendu, récit d’enquête policière oblige, la tenue globale du récit est un élément encore plus fondamental que dans les autres genres. L’avantage est ici qu’on sera vite fixés sur la qualité globale de l’intrigue, du fait de sa résolution en trois tomes. Car on ne peut pas encore évaluer pour l’heure la pertinence globale de l’intrigue, si tout se tient et est vraiment intéressant et riche de sens, et si le suspense ne s’évente pas rapidement. Mais en l’état, ce premier volume invite à la confiance, tant il pose avec talent ses deux personnages principaux et se lit avec plaisir.

Publicité

3 commentaires

  1. Je n’avais pas suivi l’annonce de cette sortie mais en fan d’enquêtes policières, et encore plus quand elles se déroulent en Angleterre (ça doit être le syndrome Sherlock Holmes), ça me tente pas mal. Et l’argument de la série courte fonctionne bien sur moi…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.