Mon avis sur… Frieren T.3 de Kanehito Yamada et Tsukasa Abe

Frieren 3

Après une sortie en fanfare des deux premiers volumes, Frieren, LA grosse nouveauté de Ki-oon de 2022 se poursuit ici avec un troisième tome qui confirme les belles qualités aperçues précédemment. En exploitant intelligemment son concept du voyage de l’elfe Frieren dans le monde qu’elle a contribué à sauver, les mangakas proposent un récit à mi-chemin entre l’aventure et le quotidien plus posé. Si l’idée fonctionne fort bien d’emblée, ce troisième tome arrive à proposer quelque chose en plus, permettant d’augmenter de façon sensible la qualité du titre, qui n’en devient que plus recommandable comme nous allons le voir.


Mon avis sur les tomes 1&2


Stark, guerrier et disciple d’Eisen, a rejoint les deux mages dans leur périple. Ensemble, ils arrivent dans le comté de Granat, mais une surprise de taille les attend : des démons à l’apparence humaine se baladent comme si de rien n’était en ville ! Frieren n’est cependant pas dupe, elle sait que leur présence n’augure rien de bon…
La suite des événements lui donne malheureusement raison. Tandis que les éclaireurs tentent de briser la barrière magique de la cité de l’intérieur, une armée dirigée par nulle autre qu’Aura la Guillotine, qui fait partie des sept sages du chaos, se tient prête à attaquer à quelques kilomètres de là ! L’elfe parviendra-t-elle à l’arrêter ?

Alors que le second tome s’achevait avec un enjeu plus important pour Frieren et ses camarades, où les démons représentent un vrai danger pour eux, la première moitié du présent volume offre une résolution à tout cela dans l’action. L’occasion de développer davantage l’héroïne de l’histoire via des flashbacks qui créent un jeu de ping-pong entre le passé et le présent, montrant en quoi les expériences vécues caractérisent Frieren.

Une idée narrative très classique mais vraiment bien exploitée ici, puisque totalement en phase avec le propos général du titre. Ce qui permet de ne jamais quitter la mélancolie et le ton extrêmement posé du titre, y compris dans l’action, chose assez étonnante et vraiment bienvenue au sein de la série. Action qui par ailleurs est mise en scène d’une façon assez originale, ne cherchant pas à valoriser l’impact des coups et des sorts. Au contraire, même dans ces phases, on ressent une forme de flottement, qui est à la fois due à la puissance démesurée de l’elfe par rapport à ses opposants, signe de sa grande expérience passée, mais qui vient également d’un travail qui me semble conscient de scénographie et de découpage visant à conserver le caractère « posé » du titre même dans ces moments. Un choix très intéressant, qui fonctionne parfaitement à mes yeux.

Mais cette partie n’est qu’une parenthèse dans le parcours de nos héros, qui reprennent ensuite leur voyage. Voyage qui reste par ailleurs le vrai fil conducteur (assez ténu) de la série. Et cela fonctionne fort bien sur ce point, car les mangakas arrivent à convoquer une imagerie classique de la fantasy qui charrie suffisamment de choses pour qu’on ressente une vraie familiarité sans avoir besoin de trop en dire. D’ailleurs, je me demande si la familiarité de l’univers pour le lectorat ne serait pas à mettre en parallèle avec le concept même du titre, où Frieren fait route dans un monde qu’elle connait déjà par cœur, contrairement à l’appel à la découverte et l’aventure que l’on a habituellement dans le genre.

Quoi qu’il en soit, même avec des environnements et des ambiances classiques du genre, le ton fonctionne fort bien et le voyage que l’on entreprend aux côtés de Frieren et sa bande est toujours aussi agréable, empreint d’émotions et d’un côté vraiment reposant. On retrouve encore les parti pris de mise en scène des deux premiers tomes, qui dilatent parfois le temps sur certains événements et en traitent d’autres comme de petites vignettes, pour toujours accentuer le côté quotidien et reposant de l’ensemble.

En résulte, vous l’aurez compris, un tome toujours particulièrement agréable, à mes yeux sensiblement au-dessus des deux premiers d’ailleurs, qui me rend d’autant plus confiant quant à la tenue du récit. Si le voyage pour le voyage sans enjeu important peut décontenancer, je n’ai pour ma part aucun souci avec cela. Je pense même que cela contribue au ton et à la singularité de cette série. Mais surtout, je trouve que le traitement de la fantasy dans cette série est vraiment à la hauteur, lui conférant le « sense of wonder » que l’on aime avoir avec ce genre (ou avec la fiction en général), arrivant avec une certaine économie d’effets à nous immerger et nous transmettre ce sentiment de grandeur et de densité d’un monde dans lequel on a envie de rester plongé encore un moment aux côtés de ces personnages.

Frieren

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.