Ping Kong – Chronique en duo avec LittleBigDam

Ping KOng

0. Introdukong

En 2005, alors que je passais quelques jours chez mes parents, nous allâmes voir King Kong de Peter Jackson au cinéma ma mère et moi (mon père trouvant que le cinéma c’est trop cher sauf pour Alexandre d’Oliver Stone, seul film qu’il ait demandé à voir dans sa vie). Après avoir passé un magnifique moment en salle, nous rentrions à la maison. C’est alors que mon père me demanda : « alors, t’as vu les balles de King Kong ? ». Blague de qualité s’il en est, qui a du arriver aux oreilles d’un certain Comic Jackson, dont le pseudo laisse à penser que lui aussi a bien apprécié le film, en plus de l’humour raffiné de mon père. Malheureusement, si le nom de l’auteur renvoie à une référence qui me parle tout particulièrement, son titre n’est clairement pas à la hauteur de celle-ci à mes yeux.

Mais comme on est pas le genre à démonter gratuitement un manga ici (surtout quand il a été envoyé par l’éditeur) et qu’en plus j’ai un petit camarade qui a également lu les deux tomes qui composent cette série courte, nous nous sommes dit qu’une petite chronique en duo en mode « Good Kong Bad Kong » serait une bonne idée, le tout mariant avantageusement le fond et la forme puisque nous nous renverrons la balle au fil des paragraphes, vous invitant à jongler d’un article à l’autre. De ce fait, veillez à bien ouvrir les deux onglets (en principe si vous êtes en train de me lire, il ne vous reste qu’à ouvrir à côté l’article de LittleBigDam dont voici LE LIEN), et passer de l’un à l’autre à chaque fois que l’on vous y invitera, sachant qu’on a numéroté nos différentes parties afin que ce soit plus clair pour l’ordre de lecture.

Et puisque j’ai la flemme de servir, je le laisse introduire le titre : Balle à LBD (1) !

2. Rira bien qui Gorillera le dernier

Si le pitch que Dam vous a présenté semble un brin barré, propice à un petit délire potentiellement assez fun (le genre de délire que nous offre RapLeMo dans sa tête via twitter), la réalité est malheureusement tout autre à mes yeux. L’idée de base est finalement exploitée de façon particulièrement timide à mes yeux, en partie à cause d’un manque de temps pour poser les choses, mais aussi simplement parce que c’est traité dans un entre deux entre sérieux et comique, entre excès et aspect plus terre à terre, qui fait que je n’arrive pas à trouver de motif de satisfaction sur un point ou sur l’autre. Pour le dire simplement, le titre ne m’a pas franchement amusé, et son aspect sérieux (notamment sur la question du lien entre les deux sœurs) m’a semblé vraiment trop peu travaillé pour convaincre.

On nous explique très tôt dans le récit que la sœur a été transformée suite à une tentative de suicide. Si je peux accepter qu’on ne donne pas d’explication sur le pourquoi du comment de cette transformation, mettre en scène quelque chose de si dur (le suicide d’une enfant) pour totalement éluder cela m’a particulièrement irrité, donnant vraiment le sentiment d’un manga qui tourne totalement à vide, ne cherchant pas à donner de la consistance à son récit, alors même que cet élément me semble suffisamment dramatique et lourd de sens pour mériter d’être étoffé. Car quelques échanges émus entre les deux sœurs et un jeu en duo visant à renforcer leur lien ne suffisent pas à donner une réelle consistance à une histoire qui me semble très peu investie par son auteur, au delà de son postulat de base original mais trop peu travaillé.

Ainsi, c’est clairement une balle perdue me concernant pour ce qui est de l’écriture globale du titre, mais LBD semble avoir réussi à rattraper quelque chose là-dedans (3).

4. Gare au Gorille

Du côté visuel, je serai tenté de dire que c’est la même tambouille que pour ce qui est de l’écriture. Si le trait global de l’auteur n’est pas hideux, on ne peut pas dire non plus qu’il s’en tire avec les honneurs. Pour moi, c’est juste passable, avec quelques compositions qui passent bien côtoyant des illustrations où la perspective ne fonctionne pas toujours. De la même façon, les expressions des visages et les postures ont souvent des défauts vraiment dommageables sur la durée. Mais surtout, sa façon de mettre en scène n’arrive pas à appuyer les effets souhaités, que ce soit dans le décalage comique ou dans l’aspect plus sérieux voire plus énervé du sport.

Ping Kong

Les compositions et cadrages dans la compétition sont là pour retranscrire une certaine force, notamment en ce qui concerne la sœur gorille, mais en plus d’être vraiment stéréotypées, elles manquent cruellement d’impact réel. Il est aussi vrai qu’il est compliqué, lorsque l’on n’est pas du tout investi dans le récit et ses enjeux trop faibles de réellement réussir à le tirer vers le haut uniquement par le biais du dessin, d’autant plus quand il souffre de certaines carences. Ainsi, ce n’est pas non plus de ce côté que je trouve un motif de satisfaction, chose d’autant plus rageante que le manga sportif est un genre qui va souvent loin visuellement.

Mais je laisse la balle à LBD, qui est moins sévère que moi à ce sujet (5).

6. Conclusion simiesque

Que dire de plus pour finir ? Je pense que vous l’aurez compris, je n’ai pas vraiment trouvé de motif de satisfaction dans cette série, qui se laisse malgré tout lire avec un certain désintérêt. Si je voulais être méchant, je dirai même que le fait qu’elle soit très courte est ce qui joue le plus en sa faveur, mais même pas, car à 6€90 le tome, il vaut mieux aller vers deux volumes de Ao Ashi chez le même éditeur, une série sportive qui pour le coup arrive très bien à concilier les enjeux spectaculaires et humains du manga sportif. En ne cherchant pas l’originalité mais en étant vraiment investi dans son récit, Yugo Kobayashi arrive à proposer un titre sportif classique mais tout à fait maitrisé et enthousiasmant, ce que Ping Kong n’est malheureusement pas à mes yeux. Et je laisse la balle de match à LBD pour conclure comme il se doit cet échange endiablé (7), en le remerciant encore au passage de m’avoir proposé cette chronique en duo ! En espérant que tout ça vous ait plu également !

7 commentaires

  1. Super idée d’article, j’ai hésité à faire comme vous et mettre une partie de mon commentaire chez l’un et l’autre partie chez l’autre. Mais ça serais vite devenu chiant.
    Par contre vrai question, il font comment ceux qui lise sur mobile pour naviguer entre les 2 articles ?
    C’est pas un titre qui me parler plus que ça, et même si les truc wtf comme le fait qu’un perso se transforme en gorille sans aucune raison (ce que tu as écrit m’a d’ailleurs fait pensé au phrase de
    Hirohiko Araki qu’on peu retrouver au début des tomes de jojo’s, ou il te sort que c’est après un rendez-vous chez le dentiste qu’il à décider de devenir mangaka) me fait bien rire. J’essaye de faire plus attention à ce que j’achète

    Aimé par 1 personne

  2. Très intéressant, ce concept d’articles ! Le fait que cet effet « ping pong » entre vos deux articles soit aussi lié au sport du manga chroniqué, ça fait sourire. Je rejoins juste LBD pour dire que le gorille est super bien dessiné… peut-être un peu trop ? Ça ne casse pas le côté déluré de l’histoire ?

    J’aime

    • Honnêtement, le manga ne l’assume pas du tout selon moi ce côté déluré, donc le fait que le gorille soit mieux dessiné que le reste et plus réaliste ne jure pas vraiment, mais est au contraire dans l’esprit global du titre, le cul entre deux chaises et du coup convaincant sur aucun des deux côtés me concernant.

      Mais je suis content de savoir que le concept t’as plu, c’est LBD qui a eu l’idée.

      Aimé par 1 personne

      • Le manga ne me plairait sûrement pas, comme pour toi, mais oui, j’ai bien aimé lire vos deux chroniques, surtout qu’elles sont porteuses de deux points de vue différents !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.