Mon avis sur… Desert 9 T.1 de Kei Deguchi

Desert 9

Parmi les nouveautés de ce début d’année chez nobi nobi !, Desert 9 m’intriguait du fait de sa proposition d’un univers légèrement postapo, où la Terre est devenue désertique et où l’eau est une ressource rare. Un postulat classique mais qui peut s’avérer efficace, pour ce que l’éditeur nous présente comme une fable écologique conclue en 4 tomes. Une durée qui peut donner une petite histoire tout à fait sympathique, mais, nous allons le voir, cette entrée en matière contient un certain nombre de scories qui font que j’en ressors mi-figue mi-raisin.


Un grand merci à nobi nobi ! pour l’envoi de ce tome, je vous invite à jeter un œil à la présentation de la série sur le site de l’éditeur, qui vous permettra également d’en lire un extrait de plus de 80 pages.


Desert 9 est la première série de Kei Deguchi, prépubliée de 2020 à 2021 dans le Jump Square de Shueisha. On y suit le jeune Mao dans un monde dévasté, plus de 1000 ans après notre ère. Il y affrontes les Hydra, des créatures constituées d’eau, qu’il chasse afin de récupérer cette précieuse ressource. Par ailleurs, la Terre n’est désormais plus que déserts, sachant que lui vit dans le premier, et qu’il y en a 8 différents, et qu’il se raconte qu’un neuvième existerait, bien que personne ne l’ait jamais trouvé.

Mais le père de Mao lui parlait de ce fameux neuvième désert avant de disparaitre, laissant un enregistrement l’invitant à partir à sa recherche. Ainsi, nous suivons la quête de ce jeune héros pour retrouver son père, le fameux neuvième désert qui donne son titre à la série, ainsi qu’une créature nommée « Diamante, le roi des hydra ».

Un beau programme, mais qu’il devra mener à bien rapidement, la série ne faisant que quatre tomes. C’est d’ailleurs une des premières réserves que j’ai. Si les enjeux sont suffisamment simples pour que l’on puisse avoir une série complète sur cette durée, j’ai quand même quelques craintes compte tenu du fait qu’on nous promette la découverte des huit déserts (plus, en toute logique, le neuvième). Or, arrivé à la fin du premier tome, Mao débarque seulement dans le second désert. Et si l’auteur peut trouver une pirouette dans son récit (après tout, rien n’oblige à visiter chaque désert dans l’idée), j’ai peur que cela implique une histoire rushée. Ce sera à juger sur la globalité, et le second tome nous donnera déjà une idée de si le titre va trop vite ou non.

Car la nature du récit est propice au développement d’un univers singulier, et sur ce point, c’est assez réussi. D’une part car le trait de l’auteur est vraiment agréable à l’œil, et d’autre part parce qu’il développe des idées classiques mais efficaces dans le cadre d’un shonen d’aventure. Par exemple, on apprend que les habitants et les hydra des différents déserts ont des aptitudes propres, en fonction des particularités climatiques des lieux où ils vivent. Ainsi, Mao et les siens ont simplement une ouïe plus développée, afin d’entendre les créatures de loin, mais dans le second désert, les habitants ont la capacité de faire flotter les objets dans les airs.

Cela donne un côté ludique et dépaysant à l’ensemble, tout en amenant un aspect qui enrichit l’action. Action qui par ailleurs est un peu confuse selon moi. Si les illustrations sont vraiment réussies, le découpage n’est pas toujours clair et on ne saisit pas toujours en détails ce que fait Mao. De même, en terme d’écriture, l’auteur va un peu vite et on ne comprend pas toujours comment toutes les spécificités de son univers fonctionne.

Mais, si cela fait pas mal de points noirs qui ternissent le tableau, je souhaite insister sur le fait qu’il se dégage un charme réel du titre et de son univers, et que la lecture reste très agréable et fluide. Cependant, les réserves sont bien réelles, si bien qu’il vaut mieux aller vers ce manga en connaissance de cause. D’autant plus que la durée de la série reste un gros point d’interrogation, et qu’il est possible qu’en bout de parcours, la frustration soit au rendez-vous.

Ainsi, si le titre a un charme certain, et représente malgré tout une lecture plaisante, il y a un certain nombre de défauts qui ternissent déjà le tableau, et qui pourraient poser problème sur la durée. Me concernant, je me retrouve typiquement dans le cas où j’ai apprécié ma lecture, mais où il est difficile de la considérer pour l’heure comme tout à fait recommandable compte tenu de la forte concurrence dans les sorties. Je pense même que chez nobi nobi !, des séries courtes comme Astra – Lost in Space et Blizzard Axel représentent des investissements bien plus surs.

7 commentaires

  1. Super article.
    J’ai vu passé la couverture sur twitter mais je pensais qu’il s’agissais d’un tome 9, je m’était même dit « tien première fois que j’entend parler de cette série alors qu’elle est déjà à 9 tomes ». Donc merci d’avoir corrigé mon ignorance.

    L’intrigue comme tu la décrit ainsi que l’approche qu’à l’air de prendre la série me semble vraiment intéressant, surtout que j’ai pas l’habitude de lire de titre qui parle d’écologie.

    Mais je pense passé mon chemin pour cette fois. Déjà trop de série que je doit encore commencer, voir qu’il reste 3 tomes pour bouclé 8 autres iles me fait aussi un peu peur. Et malgré que je ne trouve pas les dessins moche, j’imaginais les monstres d’eau un peu différent de celui que tu nous montre (on pourrais presque croire que c’est un monstre de feu).

    Sinon j’adore l’idée que chaque habitant d’un désert à une aptitudes propres, ça donne envie de tous les découvrir.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, comme tu dis (et comme j’ai essayé de l’expliquer), j’ai certaines réserves par rapport à la durée de la série.
      Dans tous les cas, je ferai un retour également sur le deuxième tome pour donner une idée plus précise, mais pour le moment, je recommande clairement d’attendre. Ca m’embête un peu de dire ça, car encore une fois, le titre a un certain charme, mais pas sur que ça suffise sur la durée.

      J’aime

      • Je pense qu’il va vraiment falloir attendre la fin de la série pour voir si on peu la conseillé. Il y a déjà eu des exemples de séries courtes avec un début plutôt classique mais qui on su se montrer intéressante par la suite.

        Aimé par 1 personne

  2. Je ne suis pas spécialement attirée par ce titre, déjà l’aspect post apo puis le style de dessin qui ne me parle pas… Mais je me demandais justement ce que ça valait après l’avoir vu en librairie donc tu réponds à ma question. Merci pour tin article !

    Aimé par 1 personne

    • De rien, je dois avouer que je suis plus que partagé. Comme jai dit, le titre a un certain charme, mais quand même beaucoup de scories en plus de son format très court qui me donne des craintes, si bien que ce serait compliqué de le recommander. On verra si le second tome est plus convaincant.

      Aimé par 1 personne

  3. J’avais lu un extrait fourni par mon libraire et je n’ai pas réussi à avoir l’accroche qui me fait dire « si j’essayais ! » Le dessin ne m’attire pas spécialement, ni même le récit qui pourtant pourrait être prometteur avec un bestiaire lié à un élément spécifique, et la présence de ces déserts. Dans le concept aventure, exploration et bestiaire à la fois dangereux et intriguant je préfère Alpi. Après si la série trouve son public, c’est le principal !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.