Mon avis sur… Les Carnets de l’Apothicaire T.6 & 7 de Nekokurake et Itsuki Nanao

Carnets 6 et 7

Avec désormais sept tomes au compteur, je pense pouvoir dire que Les Carnets de l’Apothicaire fait clairement partie de mes valeurs sures en ce qui concerne les séries en cours. Jamais de déception pour le moment, toujours une constance dans la qualité d’écriture et dans l’esthétique. Le titre m’attirait d’emblée par son récit et son cadre, même si le fait qu’il s’agisse d’une adaptation d’une série de romans m’inquiétait quand à ce côté « adaptation » justement. Crainte qui a été levée il y a longtemps me concernant, pour laisser place à un enthousiasme constant quand il s’agit de retrouver Mao Mao.

Car si les qualités que je relève depuis le début sont toujours bien présentes, que ce soit son cadre rappelant la Chine impériale, particulièrement travaillé et rehaussé par une esthétique de grande qualité, ses personnages très bien écrits qui se développent encore à chaque nouveau volume, donnant un véritable sentiment de vie à ce petit monde qui fonctionne comme dans une bulle ; j’ai aussi à chaque nouveau tome le sentiment de découvrir de nouvelles raisons d’aimer cette série, quand bien même la principale est et reste Mao Mao, son héroïne.

Ainsi, je profite de cet article pour aborder un peu plus ce personnage, particulièrement savoureux mais également porteur de valeurs et d’idées bienvenues. Passons le fait que ces tomes développent davantage son histoire personnelle, notamment avec l’arrivée d’un personnage qui sera à n’en pas douter fondamental pour la suite du récit, passons également sa relation avec Jinshi toujours aussi croustillante et réussie. Ce dont je voulais parler ici, c’est de l’importance des modèles d’identification féminins qui sortent de certains cadres classiques.

Car si j’aime beaucoup les personnages féminins sexy et badass qu’on trouve dans de nombreux shonen d’action (notamment chez mon chouchou Mashima), je pense que la fiction aura toujours à gagner à proposer des portraits de personnages variés. Me concernant, je me pose notamment souvent en tant que papa la question : « est-ce que j’aurais envie de proposer cette lecture à ma fille ? ». Et concernant Les Carnets de l’Apothicaire, je pense que c’est une des séries que je lis que j’aurais le plus envie de lui faire découvrir (dans quelques années du coup, je ne suis pas sur qu’à 2 ans elle soit très réceptive, pour le moment elle est plus sur Totoro et Facteur Souris).

Mao MaoLa raison en est toute simple : Mao Mao. Je trouve ce personnage porteur de valeurs extrêmement positives pour un lectorat féminin, éventuellement assez jeune. Car c’est une jeune femme qui prend beaucoup de recul sur les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes qui se jouent à la cour, et qui n’est dupe d’absolument rien. Elle arrive toujours à tirer son épingle du jeu par son intelligence, ses capacités de réflexion et la grande culture qu’elle a accumulé, en plus de son acuité pour ce qui est de discerner la vraie nature des gens. Ainsi, elle est un véritable catalyseur de thématiques sur les rapports hommes/femmes que je trouve passionnant, et je pense qu’elle est un personnage dans lequel des filles de tous âges peuvent vraiment facilement se reconnaître.

De plus, elle n’est jamais sexualisée sans pour autant être traitée comme un laideron (sa relation avec Jinshi étant sur ce point très bien pensée) et évite tous les écueils de mauvais goûts qu’on pourrait trouver avec ce type de personnage. En ça, elle est un personnage qui me semble extrêmement valorisant comme modèle d’identification. Et j’ai le sentiment que c’est le genre de discours que je pourrais tenir concernant les héroïnes d’un certain nombre de séries chez Ki-oon, si bien que j’en viens à me demander si ce n’est pas quelque chose de tout à fait conscient chez l’éditeur.

Quoi qu’il en soit, en plus de cet aspect qui me semble très important, et qui au minimum confère à la série un charme certain, c’est aussi et surtout un titre qui sait rester passionnant, ludique et toujours valorisant pour le lecteur ou la lectrice. Et, vous l’aurez compris, c’est un titre qui fait beaucoup de bien !

11 commentaires

  1. Je suis d’accord avec toi quand tu dis que l’héroïne est un modèle en terme d’écriture de personnage féminin ! J’aurais aimé la lire ado. C’est le genre de manga qu’on pourrait mettre entre les mains d’ados, surtout que même si on évoque la cour des plaisirs, les concubines etc. il n’y a pas de voyeurisme, c’est rafraîchissant. Une de mes séries préférées pour le moment 😊

    Aimé par 1 personne

    • Oui, tout cet aspect sensuel est mis en scène avec retenue du coup je ne vois vraiment aucun contenu problématique, en plus d’être vraiment valorisant pour le lectorat.
      Je suis ravi que tu dise que tu aurais aimé lire ça ado, car ça me conforte dans mon idée. Si jamais on a le budget pour acheter du nouveau mobilier à manga au travail, c’est peut être une série que je tenterai de prendre (là on manque cruellement de place pour ce qu’on a déjà donc je vais éviter de commencer de nouvelles series 😅).

      Aimé par 1 personne

  2. Joli angle d’écriture. J’avoue que Mao Mao est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’aime tant le titre. Elle est maligne, dégourdie, avec la tête sur les épaules, curieuse, assez insensible au romantisme et sait s’imposer de manière judicieuse. J’adore et je compte qu’elle fasse partie des modèles que tu voudrais donner à ta fille ^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.