A Journey Beyond Heaven T.5 – Un potentiel chef d’œuvre qui ne trouve pas son public

Journey tome 5

J’ai l’impression que A Journey Beyond Heaven est une série qui se retrouve prise dans un cycle infernal, où le lectorat est dramatiquement faible, et où les gens qui le lisent, pourtant, semblent unanimes sur la grande qualité du titre, tout en pestant sur le fait qu’il ne trouve pas son public. Au fil des volumes, des pistes sont évoquées pour essayer de comprendre cet écart entre un petit noyau dur totalement conquis dès le premier volume, et le reste de la sphère manga qui s’en moque totalement, quand elle n’ignore pas carrément l’existence du titre.

Ainsi, ce cinquième volume sera l’occasion une fois de plus de tenter de convertir quelques personnes si possible, tout en s’interrogeant sur les raisons qui font que, dans un médium où le lectorat est, tout du moins en partie, très investi et « spécialiste », des titres forts aux propositions vraiment intéressantes, peuvent se viander si copieusement. En espérant, encore et toujours, que la tendance peut s’inverser, car la série et jeune, et mérite de ne pas être condamnée si tôt.

Je précise avant de commencer que je me permets au fil de mon article d’intégrer des tweets de gens conquis par la série, soit parce qu’ils proposent des idées intéressantes, soit pour montrer une tendance globale chez les lecteurs de celle-ci à pester face à son insuccès, en espérant que cela nourrisse la curiosité !


Mon avis sur les tomes précédents : Tome 1Tome 2Tome 3Tome 4 – 


Une fois de plus, resituons la série. Nous sommes face à un manga se déroulant dans un univers postapo, où l’on suit deux ados, Maru et Kiruko, qui survivent tant bien que mal dans un monde où des bestioles étranges sévissent (en petit nombre quand même), que Maru est par ailleurs capable de tuer grâce à une sorte de pouvoir dont on ne sait pas grand chose. Kiruko, de son côté, est porteuse de certains mystères, même si on en apprend sur elle au fil des volumes, contrairement à Maru qui reste bien mystérieux.

Ainsi, dans ce monde un peu dévasté, on retrouve les tropes classiques du postapo, avec des gens pas toujours fréquentables, qui aiment bien dépouiller et tabasser les badauds (qui ne sont pas en nombre non plus), des environnements désolés, avec des villes vides et à moitié détruites. Et en parallèle, on voit des enfants dans un centre, qui semblent avoir des singularités pour certains, à l’écart de ce monde dévasté. Et après cinq volumes, on n’est toujours pas certain des liens entre ces deux intrigues, que ce soit au niveau narratif ou en terme de temporalité ou de géographie.

De ce postulat mystérieux bien qu’assez classique découle un récit particulièrement bien mené depuis ses débuts, entre moments attendus du genre, avec restes de civilisation et barbarie, et éléments plus originaux. Ce cinquième volume ne bouleverse pas la formule établie par l’auteur, et continue de densifier son univers et son intrigue parfaitement maitrisée, si bien que la confiance me semble de mise quant à l’évolution du récit.

Et pourtant, alors qu’il se dégage une familiarité de cette histoire qui rappelle certains récits connus, dont le sacro-saint Akira d’Otomo, le public semble s’en désintéresser. Avec ce cinquième tome, les personnes qui lisent cette série continuent de faire le même constat. J’ai souvent vu des gens considérer que cela vient d’un désintérêt de Pika pour la série, qui la sacrifie d’emblée. Il est en effet évident que l’éditeur ne pousse pas assez le titre, qui de ce fait se retrouve noyé dans les sorties. C’est malheureusement le lot de beaucoup de titres, qui n’ont pas une grosse mise en avant, possiblement car « difficiles à vendre », ce qui fait qu’ils se retrouvent peu mis en avant également en librairie (on ne le dira jamais assez, mais une grosse PLV ou une série en tête de gondole, ça change beaucoup de choses). Si bien qu’on se retrouve dans une sorte de boucle où les titres un peu originaux ne sont pas mis en avant, donc ne marchent pas, et comme ils ne marchent pas, on ne prend pas le risque de les mettre en avant.

Et c’est bien dommage, car comme je le dis à chaque fois, je pense vraiment que A Journey Beyond Heaven a tous les éléments qu’il faut pour parler à un large public. En premier lieu, une grande qualité, évidemment, mais aussi un univers codifié facilement appréhendable pour le lectorat, tout en proposant une réelle densité et une forte dose de mystère qui permet d’avoir une histoire dont on ne sait pas à l’avance ce qu’elle peut nous réserver, ce qui est assez rare pour être signalé.

Et on peut ajouter à ces qualités une grande richesse thématique, abordant des questions en lien avec l’enfance et la puberté, l’éveil à la sexualité, et l’identité de genre. Des thèmes parfois amenés de façon étonnante, mais se mariant toujours harmonieusement avec le développements du récit.

Ainsi, j’avoue ne pas savoir comment mieux mettre en avant ce titre de SF qui me semble avoir le potentiel pour effectivement devenir un classique. C’est une remarque que je n’osais pas trop faire sur les premiers tomes, mais que certains se sont permis sur les réseaux, et à laquelle je souscris. Il faut évidemment rester prudent puisqu’on en est encore au début de l’histoire (j’ai vraiment le sentiment qu’on en aura pour plus de 10 tomes avant d’en avoir le fin mot), et qu’une déconvenue pourrait arriver en fonction du développement de celle-ci. Mais il n’empêche qu’à chaque volume, j’ai vraiment ce sentiment d’être en train d’assister à la naissance d’un futur classique du manga de science-fiction.

Et ce n’est pas uniquement parce qu’il rappelle d’autres titres qui sont devenus de grands classiques, mais aussi et surtout car le titre trouve sa singularité, et propose quelque chose d’à la fois familier et original, qui ressemble sans vraiment y ressembler à des chefs d’œuvre du genre. Ainsi, j’aime à penser qu’à force de bassiner tout le monde avec le titre, les lecteurs et lectrices déjà conquis.es dont je fais partie pourraient inverser la balance, et aider le titre à trouver son public. Car comme le dit si bien ma camarade Tanja du blog Last Eve, ce serait dommage de devoir attendre la réédition patrimoine dans 20 ans pour découvrir ce titre brillant.

Encore une fois, j’ai bien conscience du fait que ça fait vraiment pari sur l’avenir, mais c’est selon moi quelque chose de si rare de vivre de tels moments de lecture, et de suivre en direct l’épanouissement d’une série dont on a le sentiment qu’elle a le potentiel de bouleverser son monde, qu’on a envie qu’un maximum de gens la suivent. Ainsi, si la SF et le postapo sont des genres qui vous intéressent, je vous recommande encore une fois de donner sa chance au moins au premier volume de cette série, qui en compte aujourd’hui 5 en France (tous impeccables),  avec un sixième prévu pour février. Si jamais vous accrochez, le rythme de parution va se ralentir et sera donc plus facile à suivre. Car il serait dommage de laisser la série sombrer dans l’oubli faute de succès, alors qu’elle pourrait apporter une grosse pierre à l’édifice du manga de science-fiction.


Et pour montrer que je ne suis pas totalement seul dans mon délire, voici quelques autres avis de camarades de blogging :

La Pomme qui Rougit : « En bref, ce sont deux tomes qui sont remplis de rebondissement, d’actions et qui nous intrigue énormément. Je suis ravie d’avoir persisté malgré l’avis mitigé du premier tome, car je suis complètement prise dans l’histoire maintenant. Je suis déjà impatiente de savoir ce qui se passera dans les prochains tomes ! »

Songe d’une nuit d’été : « Dans l’ensemble, A Journey Beyond Heaven est une excellente série de SF qui combine suspense, action et rebondissements. Nous sommes tenus en haleine tout du long. L’intrigue avance certes doucement, mais elle suit son chemin.  Quant aux dessins, je trouve qu’ils vont bien à ce style de récit. »

Les Voyages de Ly : « En perso, j’ai eu l’impression d’un tome plus lent mais tout aussi intéressant, avec une fin par contre terrible niveau mais donner moi la suite. Bref, je suis toujours aussi contente de cette série, et si vous vous intéressez aux mondes post-apocalyptiques, foncez ! »

Les Blablas de Tachan : « Dans ce décor de SF post-apo toujours aussi bien dosé, le mangaka entretient son mystère, dévoilant tantôt un fin pan de son voile, pour mieux l’en recouvrir ensuite. Il joue avec nous lecteurs mais on aime se prendre au jeu. On élabore plein de théories qui seront sans doute dédites mais pas grave cette atmosphère lente, pleine de mystères et d’étrangetés est vraiment savoureuse. »

Dr Chips : « La plus grande force de ce titre est très clairement son intrigues et les mystères qui entoure son univers. J’ai était totalement happé lors de ma lecture, au point d’enchaîner avec les tomes suivants pour voir si je ne trouvais pas les réponses à mes questions. Car des questions vous aller en avoir[…] »

Esprit Otaku : « Il y a des oeuvres qui sortent de l’ordinaire. Les auteurs cherchent, à travers ces récits, à nous faire vivre une expérience hors du commun. Cela peut donc autant déboussoler que capter totalement notre attention. Il faut alors savoir parfaitement équilibrer cette histoire en ce qui fait son charme si atypique et réussir à accrocher notre regard dès les premiers instants. […] On parle bien sûr de A Journey beyond Heaven. […]Si l’on ne savait absolument pas vers quoi on allait en se lançant dans ce manga, force est de constater que la magie a opéré rapidement. »

29 commentaires

  1. Très bel article !
    ça fait plaisir de voir des gens investis comme toi pour tenter de sauver un titre que l’éditeur lui-même laisse mourir…
    J’aime l’originalité aussi de la forme que tu as choisi et merci de m’avoir citée.
    J’espère que ça permettra à quelques curieux d’oser se lancer 😀

    Aimé par 1 personne

    • J’espère aussi, mais honnêtement, j’ai l’impression que tout le monde s’en fout. Les stats des articles sur la série par rapport à la moyenne globale sur le blog laissent vraiment à penser à un désintérêt total, c’est triste.
      J’ai quand même espoir de convaincre deux personnes à chaque article, mais ce sera pas suffisant je pense.

      Aimé par 1 personne

      • Je te comprends… J’ai l’impression que le gens (oui je fais des généralité) sont de moins en moins curieux et restent juste dans ce qu’ils aiment vu que maintenant y a souvent pléthore de titres. C’est dommage et un peu triste.

        Aimé par 1 personne

      • Je pense que c’est pas nouveau, mais pour le coup, l’explosion du nombre de sorties contribue à ça selon moi. Il y a tellement de titres que si t’es pas en tête de gondole ou très mis en avant sur les RS, tu es noyé.

        J’aime

  2. Ce tome 5 est encore une fois une pure réussite, l’histoire alterne tout ce qui est possible (on a peur pour un perso, on voit des choses horribles, des bons moments, on rigole, on se pose les mêmes questions que certains).
    Le scénario est béton, tous les persos sont bien construis, ils racontent tous quelque chose.
    Vite, le tome 6, car la fin du tome 5 appelle à trop de questions.
    On en apprend toujours un peu plus, tout se met bien en place.

    Après, oui, dommage qu’il n’y ait pas plus de plan commercial sur ce titre car il est excellent.

    Aimé par 1 personne

  3. Voilà un article engagé qui montre bien tout l’intérêt de la série ! Moi j’avoue que le dessin ne me plait pas plus que ça et que le post apo, c’est vraiment pas ma came du coup je n’ai pas plus envie que ça d’essayer mais bon. Je le garde dans un coin de ma tête au cas où je change d’avis 😊

    Aimé par 1 personne

  4. Bel article dans lequel je rejoins totalement ton avis! Je viens de lire le tome 5 et j’ai tellement hâte de pouvoir relire ce manga dans son intégralité une fois qu’il sera finit!
    Les mangas dotés de nombreuses qualités mais qui passent inaperçu c’est malheureusement monnaie courante.. Mais il ne faut pas baiser les bras, Banana Fish cartonne désormais et Dorohedoro est devenu très connu alors qu’à un moment on était que 500 à suivre le manga, les choses peuvent changer avec le temps.

    Aimé par 1 personne

  5. merci pour l’article, une série qui donne envie et tes articles dessus sont convaincants! j’entends parler de problème concernant la qualité d’impression, tu notes une dégradation ou ça reste stable ?

    J’aime

    • J’en ai entendu parler aussi, et honnêtement à la lecture ça ne m’a pas sauté aux yeux.
      Je ne suis pas du tout un spécialiste, donc je fais confiance aux gens qui ont fait ce constat, et qui ont même pesé les tomes pour comparer, mais en toute honnêteté, si je n’avais pas lu ces retours, je ne m’en serai jamais douté.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.