Mon avis sur… Ao Ashi T.4 de Yugo Kobayashi

Ao Ashi

Ao Ashi continue son petit bonhomme de chemin depuis quelques mois, et semble s’imposer comme un titre solide aussi bien d’un point de vue qualitatif que commercial. Bien parti pour être une des licences porteuses de l’éditeur Mangetsu, le titre confirme encore une fois ses qualités en tant que manga sportif, un genre décidément passionnant.

Un grand merci à Mangetsu pour l’envoi de ce volume.


Mon avis sur les tomes précédents : Tomes 1&2Tome 3


Après trois volumes introductifs où nous apprenons à connaitre le jeune Ashito Aoi et son désir de devenir footballeur professionnel, nous le suivons désormais dans sa nouvelle vie au sein du centre de formation du Tokyo Esperion. Apres l’euphorie des premiers succès, il se rend finalement à l’évidence dans ce volume : il n’est pas du tout au niveau par rapport aux jeunes qui ont passé des années à s’entraîner de façon rigoureuse.

Le doute s’installe donc, mais la motivation et le besoin d’être à la hauteur du sacrifice financier de sa famille est le plus fort, et Ashito va donc se retrousser les manches et en faire deux fois plus pour combler son retard, en bon héros de shonen sportif qu’il est.

Ainsi, on se retrouve dans nos petits souliers pour peu qu’on ait le goût du genre, car les ficelles sont relativement classiques : le mur à franchir, le doute, la motivation qui redouble, et des camarades sur qui compter pour aider à aller de l’avant. Les fameuses valeurs d’entraide, de dépassement de soi et d’efforts chères au nekketsu sont bien présentes, et mises en scène avec talent.

Car en toute logique, si on aime le manga sportif, c’est pour ces codes, certes classiques, mais toujours efficaces et prompt à donner le grand frisson. Ici, c’est parfaitement appliqué, que ce soit dans une écriture qui sait gérer les passages obligés tout en apportant sa petite touche personnelle, ou dans l’esthétique, vraiment réussie avec des personnages au look affirmé en accord avec leur personnalité, ainsi qu’une mise en scène du sport incisive et efficace.

Pour en revenir aux personnages, si Ashito et ses camarades des sélections sont toujours aussi agréables à suivre, deux autres continuent de s’affirmer également. Tout d’abord, une jeune recrue particulièrement désagréable avec Ashito qui pourrait devenir une figure d’antagonistes. Mais surtout, Togashi, le jeune voyou qui partage la chambre d’Ashito, introduit dans le tome précédent. Avec son pur look furyo (coupe banane inclue) et son côté super bon gars au final, il apporte beaucoup de fraîcheur à l’ensemble et montre une parenté thématique entre l’esprit furyo et l’esprit sportif en manga.

En résulte un tome une fois de plus particulièrement plaisant à suivre, qui nous fait comprendre que les choses sérieuses ont commencé. La série étant déjà bien longue au Japon, on peut continuer le cœur léger, avec la perspective de belles évolutions pour Ashito et ses camarades.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.