Mon rapport au fanservice

Décolletés MashimaLe fanservice dans le manga est une question ô combien épineuse. Si globalement, les lecteurs et lectrices conviennent qu’il s’agit d’une pratique problématique, le rapport à la question est source de nombreuses tensions. Cela vient selon moi du fait qu’on a, entre fans, un rapport extrêmement passionné aux œuvres, et qu’on peut rapidement prendre les choses de façon personnelle. Ainsi, lorsqu’il est question de fanservice et de ses dérives, on peut facilement avoir le sentiment d’être soi-même pris à parti, comme si le fait d’aimer une oeuvre critiquable nous rendait coupable de quelque chose.

Et cette question du fanservice étant récurrente dans les débats, et alors que le Président de la République a adoubé la pratique en s’entretenant avec Hiro Mashima (oui, il n’a surement aucune idée du contenu de ses mangas, mais c’est pas grave) j’ai eu envie de proposer une petite réflexion basée sur mon rapport tout personnel à la question. Le but étant d’aborder tout ça de façon posée, de voir ce qui peut et doit être discuté et critiqué, tout en ayant un discours déculpabilisant et déculpabilisé sur la question. Car qu’on se le dise, je n’ai personnellement aucun souci avec le fanservice, bien au contraire, c’est même quelque chose que je peux avoir tendance à franchement apprécier en fonction des cas.

Ainsi, on va voir, exemples à l’appui, ce qu’il en est. Le but étant de dire que oui, il est bon de réfléchir à ces questions, à voir les visions du monde charriées par ces représentations. Mais qu’il ne faut pas pour autant se sentir déshonoré quand on attaque ce qu’on aime, et qu’aimer le fanservice ne fait pas de nous de mauvaises personnes (fort heureusement).

C’est donc parti pour un merveilleux voyage dans le monde des culottes et des gros nénés, où l’on va autant se rincer l’œil que faire chauffer nos cerveaux (du moins je l’espère) !

Fanservice : de quoi parle-t-on ?

Tout d’abord, il convient de définir un peu les termes pour qu’on soit tous d’accord. Car la notion de « fanservice » recouvre plusieurs choses, et si le terme est utilisé essentiellement pour parler de « fanservice érotique/coquin » à destination du lectorat masculin, il englobe en réalité plusieurs phénomènes.

Si on s’en tient à une définition stricte, le terme de « fanservice » veut dire faire plaisir aux fans, d’une façon ou d’une autre. Cela peut-être en utilisant des références partagées par une tranche de fans d’une œuvre ou un domaine, faire intervenir un personnage particulièrement apprécié justement parce qu’il est apprécié, ou que sais-je. L’idée est de donner ce que les fans sont venus chercher, avec pour finalité de les contenter et que du coup ils disent en gros « Wé c’est trop bien, il y a Freezer dans Dragon Ball Super ! J’ai trop adoré ! ».

Mais ici, ce qui nous intéresse, ce n’est pas tant ce type de fanservice que celui dont on parle plus largement, et qui fait parfois grincer des dents, le fanservice érotique où les auteurs prennent un malin plaisir à dévêtir les personnages féminins afin de montrer leurs poitrines (souvent conséquentes) ou leurs culottes. Certaines séries ou mangaka sont devenus des spécialistes en la matière, avec en chef de file un certain Hiro Mashima.

Le terme de fanservice me semble un peu étrange pour aborder la question de l’érotisation excessive des personnages féminins, mais comme c’est un terme très répandu et compris sous cette définition, c’est celui qu’on va utiliser. Il semble sous entendre que les gros nichons et les culottes à outrance sont donc ce que les fans réclament. J’imagine que ce n’est pas totalement faux, mais c’est une façon particulière d’envisager les fans de manga et anime.

Quoi qu’il en soit, vous l’aurez donc compris, on va parler du fanservice qui vise à mettre en scène de façon pas toujours fine (ni justifiée) les corps féminins, afin de les sexualiser au maximum pour émoustiller un lectorat qu’on imagine majoritairement voire exclusivement masculin (encore une fois, les exemples de fanservice que l’on va voir viennent essentiellement de shonen).

PeinturePetite subtilité néanmoins, car c’est un point qui a été abordé plusieurs fois sur twitter, notamment concernant Kowloon Generic Romance de Jun Mayuzuki. Il y a parfois un raccourci qui est fait entre fanservice et une approche se voulant érotisante des personnages féminins. La différence est subtile mais existante. Pour moi, le fanservice sert plus comme argument de vente, une façon d’intéresser un certain lectorat par la présence de culottes et de nénés. Or, l’érotisation me semble avoir plutôt un objectif esthétique, narratif ou artistique. L’idée, si l’on prend toujours le cas de Kowloon Generic Romance, est de mettre en avant le personnage féminin comme étant attirante et désirable d’un point de vue adulte et masculin. Cela me semble servir un propos et une ambiance en phase avec ce qui est raconté. On peut toujours trouver à redire sur la façon de faire, et juger cela gratuit ou objectifiant (ce qui est tout à fait compréhensible), mais il n’empêche que j’y vois personnellement une distinction. Elle est peut-être floue dans certains cas, mais elle me semble exister.

Pour dire les choses simplement, il y a une différence entre représenter de la nudité plus ou moins explicite dans une histoire adulte ou le désir et le sexe sont des notions travaillées dans l’écriture, que montrer les fesses et les seins de Tamaki dans Fire Force (manga formidable par ailleurs).

Est-ce grave d’aimer le fanservice ?

Comme je l’ai dit en introduction, je pense qu’une partie des conflits qui naissent au sujet du fanservice viennent du fait que ce soit associé à la notion de sexisme dans les mangas. Chose qui est naturelle, puisque, différences culturelles mises à part, il est en effet compliqué de ne pas y voir une forte dose de sexisme.

Le simple de fait de mettre ostensiblement l’accent sur les corps féminins contribue à objectifier les femmes, donnant le sentiment (volontaire ou non) qu’elles n’existent que pour être regardées et désirées. Et je pense qu’un peu tout le monde a conscience de ça, car lorsque l’on vient défendre ses mangas et animes préférés d’accusations de sexisme, l’argument du « oui mais tel personnage féminin ultra sexualisé est puissant/badass/intéressant », comme pour botter en touche sur la question du sexisme et montrer que si on apprécie un personnage féminin, c’est avant tout parce qu’il est bien écrit ou « cool » d’une façon ou d’une autre.

Erza victorieuseSauf que déjà, l’un n’empêche pas l’autre… J’ai envie d’utiliser mon sempiternel exemple de Erza, qui est ultra sexualisé de façon constante, tout en restant la plus badass des badass. Mashima va même jusqu’à lui donner comme tenue ultime et emblématique un habit où en guise de haut, elle n’a que quelques bandelettes couvrant sa poitrine. Où comment allier le badass et le sexy à outrance. De ce fait, j’ai du mal à me dire que l’argument de la puissance ou de la badassitude du personnage féminin concerné puisse annuler la critique quant à l’aspect sexiste de la chose. Il n’empêche que, en tant que fan de Fairy Tail, j’écoute ce qui se dit sur la série et j’ai le sentiment qu’une partie du lectorat féminin arrive à faire fi de cet aspect car il s’agit d’un des rares nekketsu où les personnages féminins ont une importance équivalente aux masculins. 

Ceci mis à part, l’idée est surtout de constater que quand on attaque un manga qu’on apprécie sur la question de la représentation des femmes et du sexisme, le lectorat masculin (dont je fais partie pour rappel) rivalise toujours de créativité pour expliquer en quoi ce n’est pas sexiste, mauvaise foi à l’appui si besoin. Et de mon côté, je pense que cette façon de faire est contre productive. Je pourrais vous faire un catalogue des justifications vaseuses qui ont déjà été données, une de mes préférées étant que c’est plus simple pour une femme de se battre en étant à moitié à poil, comme ça l’adversaire peut pas s’agripper aux vêtements (étonnamment, les personnages masculins peuvent avoir des tenues amples, des capes et des écharpes, ça c’est moins gênant, surement parce que c’est des vrais mecs qui se battent dans le respect des règles, pas comme les femmes, fourbes par nature…).

Pour moi, ce n’est pas en cherchant des excuses à posteriori pour justifier le fait de désaper les personnages féminins qu’on peut s’en sortir. Selon moi, il faut tout d’abord accepter l’idée que oui, en effet, c’est sexiste et gratuit de dévêtir les personnages féminins, c’est un fait. Et mettre quelques mecs à moitié à poil au milieu n’y change rien. Une fois cette idée bien acceptée, on peut parler plus posément. Précisons également que si les codes culturels propres au Japon jouent certainement, et que chez eux cet aspect n’est pas vu de la même façon, je considère qu’on peut quand même en parler de notre point de vue occidental.

Ce qu’il faut dire ensuite, c’est qu’aimer une œuvre qui véhicule des idées sexistes ne fait pas forcément de nous de méchants masculinistes qui prennent les femmes pour des objets. Il y a d’ailleurs une partie du lectorat de ces titres qui sont des femmes, et qui arrivent à faire avec. C’est selon moi l’élément le plus important à rappeler : on peut aimer des œuvres qui ont des contenus problématiques sans pour autant être une personne problématique ou mauvaise. Je pense que c’est de là que viennent les tensions.

À mon avis, certains refusent qu’on dise que leurs mangas préférés sont sexistes car ils se sentent assimilés à cela, et ont le sentiment d’être considérés eux-mêmes comme des gens sexistes. Or, c’est évidemment plus compliqué que cela. Je me considère personnellement comme une personne plutôt au fait des problématiques sexistes (du moins, dans la mesure du possible en tant qu’homme qui n’y a jamais été confronté à titre personnel), et je suis évidemment pour que le traitement accordé aux femmes à tous les niveaux de la société évolue positivement. Mais cela ne m’empêche pas d’apprécier les mangas qui font preuve d’un peu de coquinouterie, tout simplement car j’arrive à prendre beaucoup de distance avec ces représentations et à dé-corréler tout ceci de ma façon de voir les choses dans la réalité.

Je sais que c’est quelque chose de difficile à envisager pour certaines personnes, ma femme a par exemple du mal à le comprendre malgré le fait qu’on aborde souvent la question. Mais j’arrive tout simplement à avoir un plaisir esthétique à la lecture de mangas véhiculant des représentations sexistes, car je suis en mesure de prendre de la distance avec. Cela ne veut pas dire que je ferme les yeux sur ces aspects. J’arrive simplement à me dire qu’il s’agit d’œuvres de l’esprit (ou manquant justement d’esprit parfois) qui ne se veulent pas des représentations fidèles de la réalité dans leur façon de mettre en avant les corps féminins.

On peut évidemment considérer que cela reste problématique puisque l’on objectifie les femmes, et qu’on montre une image idéalisée où toutes ont à peu près le même gabarit (grandes, minces et grosses poitrines), chose impossible à nier. Mais il me semble tout à fait possible, en tant que lecteur, de ne pas être influencé négativement par ces représentations. 

KaguraPour le dire simplement, ce n’est pas parce que j’apprécie de voir des personnages féminins toutes plus sexy les unes que les autres dans les mangas que je vais me mettre à me dire que seules les femmes correspondant aux canons ultimes de beauté valent la peine qu’on s’y intéresse, ou que je ne vais voir dans les femmes que des objets de désir (et heureusement, puisque je ne travaille qu’avec des femmes depuis des années). Et en toute franchise, après avoir longtemps pensé que la fiction pouvait faire avancer les choses en invitant à la réflexion et en prônant des valeurs positives, j’ai fini par ne plus du tout croire en ces vertus et potentialités de la fiction. Je pense désormais que les messages ne passent qu’auprès des gens déjà sensibles à ceux-ci, et n’ont au final aucun impact sur les autres.

Pour dire les choses simplement, je ne pense pas que la fiction puisse rendre le monde meilleur. Et si je pense ceci, la corollaire doit être applicable, et de ce fait, je ne pense pas qu’elle puisse le rendre pire. Une personne éveillée aux questions de sexisme et traitant les femmes avec le respect et les égards dû à tout être ne deviendra pas un immonde dégueulasse parce qu’il lit des mangas pleins de gros nénés à l’air. Et une personne toxique ne deviendra certainement pas plus toxique en lisant des mangas pleins de fanservice, tout comme le fanservice ne sera pas à l’origine de leurs comportements déplacés.

Rien n’oblige évidemment à partager cette vision des choses, mais c’est la mienne, et elle me semble être relativement cohérente par rapport à ma façon de voir les choses.

Mais là, j’ai simplement expliqué en quoi ce n’était pas un problème POUR MOI d’aimer le fanservice. Je tiens à préciser que j’arrive tout à fait à comprendre qu’on puisse le rejeter. C’est avant tout question de sensibilité personnelle. La mienne fait que cela ne me semble pas grave en soi, puisque je pense sincèrement que ça ne prête pas à conséquence dans la réalité. J’ai peut-être tort de penser ça, je n’en sais rien, mais en tout cas, c’est comme ça que je vois les choses. Ce qui est en revanche certain, c’est que ça ne prête pas à conséquence DANS MON CAS PROPRE. Je ne crois pas être devenu un mâle en rut du fait que je lise des mangas remplis de nanas sexy.

Ceci étant dit, il est temps de se demander pourquoi j’aime bien le fanservice… La réponse va être relativement simple et évidente.

Pourquoi j’aime bien le fanservice ?

Parce que je suis un beauf et que j’aime bien mater les filles, mais que comme c’est pas des vraies femmes, je me sens plus en phase avec moi-même car c’est quand même pas très bien de regarder les femmes dans la rue ou au quotidien en règle générale !

RebeccaC’est un peu dit comme une blague, mais c’est finalement plutôt sérieux. Je me dis que ce n’est pas un problème d’apprécier regarder de belles femmes de fiction. Je ne suis même pas sur que l’on puisse parler de fantasme par rapport à ça. J’y vois simplement un pur plaisir esthétique pour ma part. Il faudrait d’ailleurs voir si des professionnels (des universitaires j’entends) ont travaillé sur la question, afin de voir quel est le rapport des lecteurs et lectrices à cela. Est-ce que c’est associé ou non à un fantasme ? On peut supposer que oui dans certains cas, notamment les fameux cas extrêmes d’Otaku liés à une « Waifu », mais ça ne représente évidemment pas la majorité des gens. Je ne crois pas que l’excitation sexuelle vis-à-vis des personnages féminins légèrement vêtus soit quelque chose de fréquent. Je ne peux évidemment parler que pour moi, et je dois avouer ne pas vraiment savoir pourquoi ça me plait autant, mais ce n’est pas lié à une quelconque excitation sexuelle (pour ça, il y a le hentai).

Je dois être un peu un mâle primaire quand même, mais je me dis simplement que quitte à avoir des personnages féminins dans un manga, autant qu’elles soient à mon goût physiquement. Et si en plus il peut y avoir un peu de plans culotte ou poitrine, pourquoi se priver ? Encore une fois, j’ai parfaitement conscience qu’on peut ne pas goutter à ça, et que le côté problématique lié à l’objectification des femmes fasse qu’on rejette cela. Je ne parle que de mon point de vue personnel. Et je pense sincèrement qu’il n’y a rien de malsain là-dedans. Aucune femme en 2D ne viendra remplacer les vraies femmes dans la vraie vie pour moi (et encore moins ma femme, cela va sans dire).

YuminSur cette question, je ne sais donc pas moi-même exactement quels mécanismes font que j’aime autant ça. C’est certainement quelque chose de très primaire, cela va sans dire, et c’est lié à un pur plaisir esthétique. Il faut d’ailleurs noter que certains auteurs qui sont coutumiers de la pratique sont assez « perfectionnistes » dans leur approche. De ce fait, non seulement ils aiment bien dessiner les personnages féminins peu vêtues, mais ils semblent en plus apporter un soin évident dans les illustrations concernées. Je pense encore et toujours à Mashima, dont le trait est absolument somptueux en toutes circonstances, mais aussi à Atsushi Ohkubo, qui propose parfois des planches étonnamment détaillées sur Tamaki. D’ailleurs, il faut préciser que le fanservice peut tomber à l’eau si je n’arrive pas à adhérer à l’esthétique de l’auteur quant à la façon de représenter les corps féminins. Un exemple tout bête, j’ai vraiment du mal avec Boichi qui représente les femmes de façon toujours identique, extrêmement maigres mais avec malgré tout d’énormes poitrines. Je constate d’ailleurs que son travail d’anatomie plus réaliste est sur cet aspect moins à mon goût (sans parler de son approche extraordinairement beaufisante sur un personnage comme Yumin de Sun-Ken Rock par exemple).

Mais une autre question que je me pose, pas forcément liée, est celle de l’utilité ou de la « gratuité » du fanservice.

Le fanservice est-il forcément gratuit ?

Car oui, je vois souvent des discussions sur des éléments de fanservice qui seraient gratuits alors que d’autres non. Mon avis sur la question est extrêmement claire : pour moi, le fanservice par définition ne peut qu’être gratuit. Je ne vois absolument aucun cas où il y aurait un besoin impérieux à montrer des seins ou des culottes, y compris dans le cas de la représentation du sexe dans un manga. On peut toujours en faire l’économie sans que ça n’altère la narration.

Et je pense même que le fanservice se caractérise par le fait qu’il soit totalement gratuit, qu’il soit présent juste pour faire plaisir aux lecteurs, mais que dans les faits on peut sans problème s’en passer. Mais si on le peut, est-ce qu’on le veut ?

Lucy Erza WendyC’est pour moi cette question qu’il faut se poser, et en toute honnêteté, je pense que cet aspect contribue au plaisir que j’ai à la lecture de mangas de Mashima, de Kouji Seo ou autres. Si je n’ai pas de temps en temps ma dose de séquences de douche ou de plage, je suis un peu frustré. Je note quand même une spécificité à la comédie romantique, où le fait de montrer frontalement les choses liées au sexe apporte un plus à mes yeux. Encore faut-il traiter ça avec sérieux et pas simplement pour montrer des seins. Mais en tant qu’homme adulte, je me projette clairement bien plus facilement dans des histoires d’amour si la dimension sexuelle est présente et représentée. Sur ce point d’ailleurs, on est souvent dans le cadre d’un traitement plus érotisant de la chose que réellement du fanservice. Mais c’est selon moi à juger au cas par cas. Je trouve par exemple que Seo a un traitement très « fanservice » de la chose, lié à un fort regard masculin sur la question. Switch me On de Kujira est un excellent exemple au contraire de manga traitant de la dimension érotique et sensuelle du sexe, sans tomber dans le côté graveleux du fanservice. On sent une approche bien plus réaliste de la chose, qui est sans doute liée au fait que la mangaka soit une femme, évitant ainsi le male gaze.

Ici, la représentation du sexe me semble donc fondamentale dans le développement de l’histoire et dans l’affect que l’on a pour les personnages. Et le traitement réaliste de la chose est indispensable à cet aspect. MAIS, comme je l’ai dit, on ne parle pas de fanservice ici, de ce fait, on s’éloigne largement du sujet de base de l’article. Cependant, cette digression ne me semble pas totalement inutile car je pense que se questionner sur le pourquoi de la nécessité de scènes de sexe réalistes dans le cadre de romances adultes n’est pas inintéressant (je l’ai d’ailleurs fait dans cet article).

Encore une fois, dans la romance à la Kouji Seo, le sexe a une importance narrative certaine, mais la façon de faire, pétrie de male gaze, fait que c’est quand même très gratuit en terme de représentation, si bien que je comprends parfaitement les reproches qui ont pu être fait à Half & Half sur cet aspect par exemple. Et plus globalement, la question de la représentation des corps, en particulier féminins, mérite d’être posée quel que soit le genre investi et quelle que soit la façon de faire. Sur cet aspect, j’ai notamment trouvé Video Girl Aï de Katsura bien plus pertinent, en questionnant beaucoup le point de vue des personnages sur ce rapport au corps et à la sexualisation.

Du coup, c’est bien le fanservice ?

J’ai essayé au cours de l’article d’apporter de la nuance, et finalement, cette question n’amène pas à une réponse en particulier. Je pense surtout que la réponse sera propre à chacun et chacune. Si je comprends parfaitement qu’on puisse rejeter en bloc toute forme de fanservice, ou encore qu’on préfère y réfléchir au cas par cas, j’ai tenté de mon côté d’apporter ma propre réflexion sur le sujet, à la fois nuancée (je l’espère) et décomplexée (je le crois).

Comme je l’ai dit, et c’est une de mes idées principales, je pense qu’il ne faut pas blâmer les gens adeptes de cet aspect, tout comme il ne faut pas tirer des conclusions sévères sur eux. On peut être une personne tout à fait respectable et avoir plaisir à trouver cet élément dans ses lectures. De même, je ne trouve pas tolérable les levées de boucliers systématiques dès que quelqu’un vient remettre en question cet aspect. Il me semble que c’est tout à fait sain de questionner les représentations, et il ne faut pas nier le fait que celles-ci puissent être problématiques.

Food Wars fanservice

Je pense même que les réactions d’une partie des fans de manga dès qu’on vient mettre en avant les soucis liés au fanservice dans les séries qu’ils apprécient donnent raison à la critique, et vient du fait qu’ils savent au fond d’eux que c’est quand même problématique. Car ne pas accepter qu’on réfléchisse et qu’on voit des choses négatives dans cet aspect laisse à penser qu’il y a un manque de recul sur la question. De même, venir apporter des arguments fallacieux pour justifier cet élément, qui est purement gratuit et lié à des impératifs commerciaux (et surement des goûts personnels des mangakas, hommes généralement), ne fait pas avancer le débat.

Selon moi, la question du fanservice est très intéressante, à la fois du point de vue esthétique/artistique et en tant que fait social. Comme je l’ai dit, je ne crois plus en la possibilité de la fiction d’avoir un impact, en bien ou en mal, sur les gens. Mais je peux me tromper là-dessus, n’étant pas dans la tête des gens et n’ayant pas la science infuse. Surtout, je pense que cette pratique, très ancrée dans le monde du manga, mérite d’être réfléchie et traitée d’un point de vue éthique et artistique. J’ai souvent entendu des justifications scénaristiques vaseuses pour amener le fanservice, qui me donnent souvent l’impression de prendre le problème à l’envers.

En disant que tel ou tel manga a « besoin » de cet aspect pour aborder tel élément de caractérisation de personnage ou autre, j’ai le sentiment qu’on oublie la possibilité que ce soit au contraire l’auteur qui a tenté de justifier le fanservice à posteriori. Il existe également des cas limite sur la question, qui essaient un peu d’avoir le beurre et l’argent du beurre. Je pense en particulier à GTO sur ce point. Mais je suis intimement convaincu qu’il est possible de mettre en avant du fanservice dans un manga, tout en proposant une mise à distance de ceci afin de proposer un discours un tant soit peu pertinent. Encore faut-il le vouloir, bien entendu.

Et au final, comme toujours avec ce genre de cas, ce qui m’intéresse, c’est surtout d’ouvrir un dialogue, qui sera je l’espère posé et fertile. Me concernant, j’espère avoir réussi à faire passer mes idées, et avoir un peu dédramatisé la question. Mais j’espère surtout avoir été respectueux des visions de chacun et chacune, car cela reste pour moi le plus important. Les sujets sérieux (car c’en est un selon moi) méritent d’être traités avec sérieux, mais aussi avec bienveillance.

Mashimacron

30 commentaires

  1. Salut,

    J’ai découvert ton blog il y a quelques jours et je trouve que tes articles sont vraiment de qualité et font réfléchir.
    Et justement, cet article me donne envie d’écrire un commentaire pour réagir et surtout exposer mon point de vue.

    De base, je suis vraiment contre le fan-service mais ton article m’a fait me demander : Pourquoi ?

    Je suis donc contre parce que je trouve que dans certaines œuvres il n’y a pas besoin de montrer des filles dénudées, en petite culotte etc. Mais ce qui me gêne c’est que ça porte préjudice à l’œuvre selon moi, comme dans le cas de Fairy Tail.

    Très personnellement, j’ai connu Fairy Tail lorsque j’étais enfant et j’adorais ça. Puis en grandissant, je me suis mis à remarquer toutes les scènes de fan-service et ça me mettait vraiment mal à l’aise. À tel point que j’ai arrêté de suivre l’œuvre car de mon point de vue, Fairy Tail était devenu plus un ecchi qu’autre chose (ce qui est bien évidemment faux).
    Mais pourquoi ça me mettait mal à l’aise ? Je pense qu’étant adolescent à cette époque, j’avais des fantasmes sur ces personnages de manga pour lesquels je suivais leurs aventures depuis des années, et voir l’auteur les dénuder me donnait envie d’en voir encore plus, et finalement j’étais frustré de ne pas avoir encore plus de fan-service, ce qui est paradoxal du coup.

    La question de fantasme fait sûrement sens dans mon cas.

    J’ai toujours pensé que Mashima pourrait dessiner de superbes Hentais et je le pense encore, s’il allait à fond dans le délire sexualisation et du coup s’il allait dans le sexe ça pourrait être drôle (et pour le coup ce serait du 100% fan service).

    Alors je me demande quel est exactement mon rapport à la sexualité ? Car là est la vraie question je pense, que le rapport qu’on a chacun avec la sexualité va influencer sur notre vision de ce phénomène.
    Mais ce qui est étonnant, c’est que dans un manga comme Highschool of the Dead le fan-service ne m’a jamais dérangé. Peut-être parce que cette oeuvre assume totalement ce côté décomplexé et dénudé.

    Finalement, je pense que je suis plus en accord avec une œuvre assume totalement ce côté gros nichon et sexualisation à outrance, au contraire de Fairy Tail qui est un shônen nekketsu diffusé dans le Jump, et de ce fait ne doit pas dépasser certaines limites.

    Je voudrais finir sur le fait que je pensais que Mashima voulait attirer les lecteurs en dénudant ces persos et que l’œuvre était vide, mais mon point de vue a changé et me donne envie de relire Fairy Tail dans sa totalité car il y a énormément de personnages attachants, des musiques géniales concernant l’anime, un univers fourni et charmeur.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait très plaisir ce que tu me dis au début, j’essaie de réfléchir et de donner envie de réfléchir, je ne sais pas toujours si j’y arrive, donc ça me fait très plaisir.

      Etre contre le fanservice sans avoir forcement de raison me semble tout à fait envisageable. A vrai dire au début j’étais contre par principe, à cause des visions des femmes que ça véhiculait. Mais à force de lire du manga, et d’avoir des occasions d’y être confronté, mon avis sur la question a évolué, en grande partie en lisant les mangas de Mashima.

      En fait j’avais dans l’idée d’évoquer l’évolution de mon rapport à ça mais forcément, j’oublie certaines choses precues au fil de l’écriture…
      Si tu lis mes articles sur les premiers tomes d’Edens Zero, je critique énormément cet aspect. Les choses ont finalement bien changé.

      Je pense en fait qu’en tant que personne pour que les traitements accordés aux femmes soient meilleurs sur tous les niveaux, je rejetais cet aspect.
      Mais au fil des lectures, j’ai pris du recul sur tout ça, y trouvant une forme de plaisir.

      Je pense qu’il n’y a pas de réponse toute faite, et que trouver ça négatif est normal et que ça l’est dans l’idée sur de nombreux points, mais me concernant, j’arrive à faire abstraction des idées négatives que cela soulève pour simplement avoir ce plaisir esthétique des personnages féminins très sexy. Et comme je le dis, je trouve quand même bien plus sain de mater des personnages de fiction que les femmes dans la rue, mais c’est aussi un point de vue tres personnel.

      J'aime

      • Avec plaisir 🙂

        J’étais effectivement contre sans raison, et même si je le tolère je n’arrive pas à prendre de plaisir car il y a cette frustration liée au désir de toujours en vouloir plus, lié comme je le disais à notre vision très personnelle que nous avons de la sexualité au sein des mangas (ou non).

        Mon point de vue a tout de même beaucoup évolué depuis l’époque où je rejetai en bloc certaines œuvre juste à cause de deux trois bouts de nichons… et tant mieux car ça va surement me permettre de découvrir d’autres œuvres !

        Je suis tout à fait d’accord avec le fait qu’il vaut mieux se rincer l’œil sur de la fiction que dans la réalité, mais je me pose toujours la question de l’inconscient sur les lecteurs et notamment les plus jeunes par rapport à leur image de la femme, ce serait intéressant (et complexe) qu’il y ait des études sur le sujet.

        Aimé par 1 personne

      • Je pense, et en tout cas j’espère qu’il y a eu des études sur le sujet. Je peux pas promettre de trouver le temps, mais j’aimerais un peu me pencher dessus.
        J’ai eu l’occasion de lire une étude sur l’investissement émotionnelle d’adolescentes dans le shojo, mais du coup c’est quelque chose de très different. A creuser !

        Pour le coup dans ces séries, j’ai cette frustration de l’absence de gestes d’affection entre les personnages. Et en tant que mec friand de romance, comme je l’ai dit, j’ai besoin qu’il y ait du sexe pour m’investir totalement dedans.

        J'aime

  2. Personnellement cet aspect dans le manga m’horripile au plus haut point. Cela dénote un rapport au corps féminin qui n’est vraiment pas sain surtout la façon dont les scènes sont présentées. Moi j’ai toujours ressenti un regard de voyeur et c’est là que ça me pose réellement problème.

    Aujourd’hui j’arrive à poser des mots sur ce que je ressentais depuis toujours à la lecture de ces manga.
    La nudité ne me pose pas de problèmes ni le fait d’avoir parfois des regards un peu voyeur. Je crois que nous en avons tous mais là c’est quelque chose qui est présenté comme normal.

    Quand un enfant ou ado lit ce genre de manga, il va considérer cela comme une attitude normale. Forcément, le corps de la femme est assimilé à un objet. Si on ajoute à cela tout ce que la société véhicule en ce sens, cela ne peut pas augurer de bonnes choses.
    Que des femmes puissent en lire n’arrange absolument rien à la chose. Beaucoup de femmes n’ont pas conscience de la place que la société leur impose. Moi encore aujourd’hui j’ouvre les yeux sur beaucoup de choses… et j’ai la quarantaine ! Je pense même que dans leur esprit cela confirme leur place d’objet principalement objet du désir masculin. En tant que femme on nous apprend que notre désir n’existe pas, que l’on existe que pour celui des hommes.

    Pour moi, ces manga véhiculent à grande échelle ce schéma de penser.

    Quand on devient adulte, on évolue et on peut avoir de la distance avec ce récit sous-jacent mais pas quand on est un enfant ou un ado.
    Si la lecture est variée et permet de contre balancer ce point de vue misogyne et sexiste, pourquoi pas mais soyons honnête, souvent surtout à cet âge là, on lit la même chose.

    Le fonctionnement de la société japonaise n’arrange rien. Sur les questions d’égalité femme/homme, ils sont au Moyen âge. Il y a encore 20 ans, une femme mariée ne pouvait pas voyager à l’étranger sans l’aval de son mari !
    Là-bas, la femme est soumise… et c’est d’ailleurs ce que je recherche beaucoup d’hommes occidentaux. Combien de fans de manga sont partis vivre au Japon pour trouver une épouse ? Ce n’est pas l’amour du pays qui les a enchanté mais bien l’idée que là-bas, leur femme serait une esclave (oui, j’ose ce terme sans complexe !). Et ce qu’il y a d’ironique, c’est que ces hommes étaient souvent fan de manga de fanservice. Cela peut paraître cliché mais c’est une réalité. Combien de reportages j’ai vu durant ces 25 ans dernières années avec en toile de fond cet état esprit !? Et cela ne choquait personne. D’ailleurs ce n’était jamais dit explicitement mais cela suintait, s’en était écoeurant.
    Juste comme ça, combien de fois avez-vous vu des reportages sur des femmes françaises fan de manga parties vivre au Japon ? D’ailleurs combien de fois avez-vous des reportages sur des femmes fans de manga rien qu’en France ?

    Pour conclure (même si je pourrai écrire un livre sur ce sujet), je pense qu’il serait temps de réfléchir sur ce que ce type de regard engendre dans la tête du jeune public qui le lit.

    Effectivement quand on est enfant on ne voit pas ce que les adultes voient. On reste très naïf. Lire du fanservice ne va pas faire de chacun un pervers, harceleur, violeur… Mais contrairement à la violence qui a souvent été critiquée (rappelons-nous de Ségolène Royal !), la société ne propose pas un autre regard sur les corps féminins que celui présenté dans ces manga.

    Je m’explique. Dans la société, la violence est encadrée par tout un arsenal de justice et de moral. En gros, tuer quelqu’un, ce n’est pas bien. En tant qu’enfant, en lisant des manga « violents » on sait que c’est de la fiction, qu’en réalité on ne peut pas le faire. On nous le rabâche à longueur de temps.
    Ce n’est absolument pas le cas concernant les femmes. La société véhicule ce regard masculin sur le corps féminin. A chaque coin de rue on peut le constater, sans parler des séries, des films, des pubs… Il n’y a aucun contre poids. La femme est un objet, point.
    Cela commence à changer mais combien de temps pour que la société dans son ensemble regarde le corps des femmes autrement que comme un objet ?

    Aimé par 1 personne

    • On ressent bien ta colère dans ton commentaire, et elle me semble tout à fait saine. D’ailleurs étant une personne en colère contre énormément de choses dans notre monde, je le comprends tout à fait.

      Je pense d’ailleurs que j’arrive à faire totalement abstraction des idéologies et images véhiculées par la fiction car je me sens comme très peu lié à ce monde et cette société. D’ailleurs on dit souvent que certains s’évadent dans la fiction, et je trouve cette formulation un peu énervante parfois, mais dans mon cas je pense que c’est totalement le cas. Plus je suis dans mes passions, moins je me confronte au monde.

      En même temps, je pense être à peu près au fait des problématiques sociétales actuelles.
      Du coup, je me demande si ces représentations sont pas plus un symptôme qu’une cause, et qu’elles existent uniquement parce que nos sociétés sont ce qu’elles sont.

      Sur les mecs qui vont au Japon pour trouver une femme soumise, je t’avoue que c’est un truc qui m’effraie un peu. Je ne crois pas connaître personnellement des gens qui sont comme ça mais je trouve que c’est une chose qu’on ressent à plus ou moins forte échelle. Une forte vision masculiniste des choses qui voit d’un mauvais œil le fait que les femmes puissent avoir leurs propres volontés et ne pas être soumises. Avec ma femme on a déjà écouté des podcast ou vu des reportages édifiants sur des hommes qui se font des camps entre mecs pour se reconnecter à leur masculinité. On sent en filigrane une haine des femmes liée au fait qu’ils sont tout simplement incapables de simplement faire des concessions… assez hallucinant.

      J’espère qu’on peut quand même trouver des contrepoints. Je vois de plus en plus souvent ces questionnements dans notre société. Apres, je pense que ça évoluera lentement. Je connais beaucoup de femmes de mon âge ou un peu plus âgées qui ont totalement intégré tout ça, et je trouve ça très triste.

      Pareil, je trouve le positionnement de Netflix intéressant sur ce point. Evidemment que c’est une façon de s’attirer la sympathie d’une frange de la population, mais le fait est que leurs séries ont une tendance forte à traiter de problématiques sociétales importantes, dont le rapport aux femmes. C’est déjà un pas dans la bonne direction je pense. Si les jeunes qui regardent Fairy Tail en masse sur Netflix passent ensuite à ces séries qui délivrent des choses pertinentes, ça peut peut-être mener à la réflexion.

      Aimé par 1 personne

      • D’ailleurs je trouve très intéressant pour les jeux olympiques, toutes ces athlètes qui ne veulent plus porter des vêtements qui sexualisent leur corps comme par exemple ces volleyeuses de plage qui ne comprennent pas pourquoi elles doivent porter un bas de bikini alors que les hommes portent un short large !
        Je pense que l’on va dans le bon sens su ce sujet. Cela bouge, c’est très bien 🙂 .

        Aimé par 1 personne

      • Ca me rappelle un cas nettement moins glorieux, où on a voulu faire interdire une tenue de Serena Williams sous prétexte qu’elle ne la mettait pas à son avantage (pas la traditionnelle jupe quoi)… sur certains points, la route sera encore longue !

        Aimé par 1 personne

  3. bonsoir, comment vas tu? c’est un sujet très épineux, d’autant plus que je pense que les occidentaux n’ont pas la meme vision du corps féminin que les japonais. il est de notoriété publique qu’ils aiment les fortes poitrines (et que leurs épouses sont des planches à pain lol) donc c’est vrai que le fanservice est vraiment pour les fans et gratuit.
    personnellement, ça ne me dérange pas quand cela reste occasionnel. c’est vrai que voir des nanas à poil toutes les cases me lasserait car ça ne m’intéresse pas… mais ne soyons pas de mauvaise foi, si c ‘était des garçons, cela me gênerait moins 😉 car c’est aussi le problème, les femmes se cachent en accusant les mecs, c ‘est mal etc… mais on n’est pas mieux. la plupart aiment regarder les beaux garçons (et pourquoi on s’en priverait?)
    à mon avis, il faut rester dans une certaine mesure pour ne pas que les plus jeunes assimilent que le corps de la femme est facile et qu’il n’est pas respectable. mais ce n’est pas un problème inhérent au manga. on peut tout autant le reprocher aux films, séries et à l’industrie porno… bien occidentaux cette fois.
    l’autre revers du problème est qu’on est dans une société qui voit le mal partout. maintenant il faut son quota de noir, de gay, etc… pour ne pas etre critiqué. ça devient du n’importe quoi et donne des aberrations comme dans les action live de Disney (ce qui a tendance à m’énerver) alors si on montre une culotte ou un bout de sein, il faut que ce soit justifié sinon l’artiste passe pour un pervers, macho, et j’en passe… c’est fatigant. même si je ne nie pas qu’on a un réel souci avec la culture du viol. mais cela doit se régler ailleurs que dans les mangas, selon moi. (tout comme le problème de la violence ne vient pas des jeux vidéos)
    passe un bonne soirée et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

    • Je te rejoins sur l’idée que ça doit se régler ailleurs que dans les mangas. Comme je l’ai dit, je pense que le rapport aux femmes dans les mangas est une conséquence de la société dans laquelle on vit, et pas l’origine du problème.

      C’est évident que c’est quelque chose à travailler en profondeur. J’ai le sentiment qu’on commence doucement (trop doucement) à aller dans la bonne direction quand même. Tout du moins dans nos sociétés occidentales.

      Aimé par 1 personne

  4. Je n’ai pas envie de me lancer dans un débat sur le fanservice, je trouve que c’est une question complexe et j’ai surtout été intéressée de lire ton point de vue en tant qu’homme sur la question.
    Par contre je crois fermement au pouvoir de la fiction donc je vais un peu rejoindre un commentaire déjà posté sur le fait que ça peut avoir une influence négative sur la représentation féminine et que c’est révélateur d’une façon de penser et de considérer la femme qu’il serait temps de changer. Et ces changements, ça passe par la fiction mais aussi par l’éducation. Quand on aura éduqué correctement gens (peu importe leur genre) alors le fan service ne sera pas / plus un souci car à l’instar de la violence, les lecteurices sauront de manière consciente qu’on ne représente pas une réalité.
    Bref je n’irai pas plus loin ici mais je tenais à poster un petit commentaire pour saluer le courage que tu as eu d’aborder un tel sujet.

    Aimé par 1 personne

    • N’exagérons rien, si j’avais parlé des scans, là on aurait pu parler de courage tant c’est s’exposer à la véhémence de certains. Pour le fanservice, même si ça reste un sujet tendu, je fais confiance en l’intelligence des gens, et puis j’ai abordé ça d’un point de vue perso. Et avec le temps, j’ai l’impression sur les gens qui me lisent ont quand même compris que j’étais relativement ouvert et bienveillant. En tout cas je l’espère.

      A vrai dire, pour la capacité de la fiction à influencer les gens en bien ou en mal, j’y ai très longtemps cru mais, à force de vivre dans le monde tel qu’il est, j’en ai fini par ne plus y croire.
      On peut consommer des œuvres aux messages ultra positifs et quand même abandonner son chien ou battre ses gosses. Je pense qu’on a un truc dans la tête qui fait qu’on oublie bien vite ces messages positifs pour que finalement notre nature reste ce qui nous fait agir.
      C’est en tout cas comme ça que je vois les choses, mais comme je l’ai dit, est-ce que j’ai raison ? Je n’en sais rien du tout.

      Aimé par 1 personne

      • Je ne pense pas que sur une question de ce type on puisse parler d’avoir raison ou tort. Pour moi, ça dépend de chacun.e, de nos conceptions du monde, etc.

        Et même si ce n’est pas le pire sujet polémique, ça en reste un donc je réitère, il faut un certain courage pour oser écrire dessus et compter sur la bienveillance des gens… encore plus sur Internet. ^^’

        Aimé par 1 personne

  5. Coucou ^^ Ta réflexion sur le fanservice est très intéressante !

    Pour ma part, je n’ai rien contre le fanservice de manière générale, c’est-à-dire celui qui vise à plaire au public cible parce qu’on sait assez bien que dans le manga, pour qu’une série perdure, il faut un minimum le brosser dans le sens du poil (parfois ça ne marche pas). Par exemple, j’aime bien retrouver certains personnages que j’aime bien apparaître davantage ou le couple que je shippais devenir concret. ^^

    Par contre, en effet ce qui me dérange plus c’est celui visant à faire le focus sur certaines parties du corps féminin (le fanservice coquin x)). C’est d’ailleurs toujours ce qui m’a un peu gênée quand j’ai regardé/lu certaines œuvres, au point parfois de m’empêcher d’apprécier pleinement une série car je sentais qu’un truc collait pas. Et souvent je me faisais une raison – un peu de manière défaitiste : de toute façon, je ne suis pas le public cible. D’ailleurs ce type de fanservice pour moi a quelque chose à voir avec le male gaze, même si ce dernier est pernicieux. La débauche gratuite de nudité et l’objectification du corps n’est finalement qu’une manifestation – visible et pas subtile – de ce male gaze.

    Nous sommes d’accord sur le fait que ce n’est pas parce qu’un personnage féminin est présenté comme « badass » qu’il n’est pas représenté de façon sexiste. D’ailleurs, ne voir un personnage féminin comme cool que parce qu’il est badass c’est assez moyen aussi XD Ça donne l’impression de compenser ses atouts physiques par de la force.

    Comme tu le dis, aimer le fanservice n’est pas problématique – puisque de toute façon c’est fait pour (tout comme ne pas aimer d’ailleurs). Par contre, c’est important de prendre conscience de ce phénomène et son côté parfois problématique, notamment pour les valeurs qu’il véhicule. Alors bien sûr, la fiction se sert de la réalité mais je pense qu’elle peut, d’une certaine mesure, influer sur notre manière de penser notamment à un âge où on est jeune. Pas forcément nos actions mais plus le prisme sur lequel on se situe.

    Il faut en effet être sensibilisé pour voir la problématique, mais avec l’âge et l’expérience de vie, on peut parvenir à changer son fusil d’épaule. Avant, j’excusais pas mal de comportements borderline mais maintenant ça ne passe plus et mes lectures s’en ressentent. Nos biais cognitifs font qu’on va souvent être plus attiré(e)s par ce qui conforte nos idées et on oubliera ce qui ne nous intéresse pas, ne nous correspond.

    Il y aurait tant à dire tellement le sujet est vaste ; mais je vais m’arrêter là XD

    J'aime

  6. Un article très intéressant et qui va ravir tous les coquinous du net avec les images choisies!
    Pour ma part, je n’ai rien contre le fan service mais de mon côté ce que j’ai appelé fanservice pendant des années n’avait rien à voir avec celui mettant en avant le corps de la femme.
    Je vais parler de mon expérience de fan et en particulier de Final Fantasy, oui rien à voir avec le manga quoi que la licence possède aussi quelques mangas. Bref dans mon petit coeur de fan toujours à l’affut (à une époque) de la moindre annonce ou de petit bonus à se mettre sous la dent, j’adorais voir ressurgir mes persos préférés de la licence, ou des petits clins d’oeil visuels ou musicaux dans les nouveaux opus, le genre de choses que toi en tant que fan tu as vu, qu’un « non initié » lui ne peut pas comprendre. Ce petit truc en plus qui fait que tu sais qu’on te parle à toi qui aime la licence et qui va apprécié ce petit truc en plus qui n’apporte certes rien à l’histoire mais ce clin d’oeil du développeur/scénariste/compositeur/etc… La sortie d’un jeu mobile par exemple comme le FF Record Keeper il y a quelques années c’était le sommet du fanservice et clairement un immanquable pour moi, pourquoi? Parce qu’un je où tu revis (de manière sommaire) les évènements marquants de tous les FF, tu peux obtenir tous les persos (gentils comme méchants), faire la team que tu souhaites, avec les musiques qui vont bien, etc… Bref un kiff ultime. Il y a peu je te parlais par exemple de FF Lost Stranger et pour le coup c’est pareil j’adore! Pourquoi? Bah certainement parce que c’est FF et que c’est bourré de références aux jeux. N’étant pas porté sur l’isekai d’habitude j’ai forcément lu ça avec un oeil de fan aveuglé par le nom prestigieux.
    Reste qu’aujourd’hui dans le manga quand on parle de fanservice c’est bien évidemment à celui qui met en avant des seins et des culottes dont tout le monde parle. Mon rapport avec celui ci n’est pas compliqué, je m’en moque à vrai dire. Oui les petits scènes de FT à la plage ou autres sont sympa, mais après dans certains cas on se retrouve des fois avec des trucs un peu bizarre voir limite auxquels je ne goute pas vraiment. Comme toi pour ce qui est de la corrélation entre le fanservice et l’image de la femme, je fais la différence. Reste qu’à notre âge (ça fait vieux de dire ça quand même …) on peut faire la diff mais sur le public adolescent cible ça me semble un peu plus tangent…
    Et c’est plutôt là qu’il y a à mon sens un petit pb. Car quand je lis un manga ou tout autre bouquin ce que je cherche c’est univers, une ambiance, un moment d’évasion et pas besoin d’un dessin pour mettre du piment dans ma vie sexuelle, pour entretenir la flamme de notre couple ou pour idéaliser la femme. Mais à l’heure de l’adolescence où la plupart ne connaissent rien de tout ça et ont leurs hormones en ébullition je pense que l’image que le tout envoie n’est pas terrible et du coup ça ça me pose un soucis par contre. Comme tu l’as dit d’autant plus qu’on ne voit pas ça dans un seinen mais que c’est beaucoup plus propre au Shonen donc on le fait sciemment pour une tranche d’âge visée….
    Après je pense comme toi que ce n’est pas en voyant des culottes dans un manga qu’on va aller se frotter dans le métro, ou parce qu’on regarde des films ou séries sur des psychopathes qu’on en devient un, il y a surtout la nécessité de mettre des mots sur tout ça et d’instaurer un dialogue autour de tout ça.
    En tout cas fort sympathique ce petit article!

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup à toi. Ton avis rejoint certaines choses discutées en commentaire je pense.

      Pour le fanservice qui n’est pas lié à la sexualisation, je n’ai pas trop d’avis. Parfois ça fait mouche sur moi, parfois c’est lourd. Les clins d’oeil peuvent me faire leur petit effet, mais quand par exemple on a des cas où tout semble dicté par le fanservice et l’envie de faire revenir nimporte qui (Freezer, mon dieu…) sans le moindre souci de cohérence et de respect des personnages et du public, ça devient chaud…

      Aimé par 1 personne

  7. Je vais du coup partager mon avis qui, comme tu t’en doutes, sera plus sévère sur le fanservice. Je comprends ta femme dans le sens où le recul que tu dis avoir, on ne peut pas l’avoir toutes les deux car on est les premières concernées. Et pour te faire comprendre, je vais t’expliquer le cas que j’ai eu avec un roman, un classique : « Alexis Zorba » (je me souviens plus du nom de l’auteur, il était grec), paru en 1947. Beaucoup d’hommes m’ont conseillé ce roman (je précise leur genre mais je n’avais absolument pas noté ça à l’époque, c’est juste que c’est important pour la suite). Je confirme qu’il était super bien écrit, solaire, joyeux, philosophique, etc. Mais très gros hic en tant que femme : un des personnages principaux qu’on est sensé admirer + d’autres personnages étaient misogynes, mais genre bien comme il faut. Ca descendait les femmes… au point que ce personnage que j’évoque a posé clairement la question de savoir si les femmes sont des êtres humains. Et là, forcément, en tant que femme, ça bloque. Les hommes qui l’ont lu et me l’ont conseillé ont pu prendre ce fameux recul dont tu parles car ce genre de propos incendiaires sur mon genre ne les concernait pas. Ils ont pu balayer ces éléments car après tout, boarf, ça les concerne pas de près, et ils ne sont pas misogynes de toute façon, tout va bien. Perso, je me suis sentie insultée et je ne suis pas la seule… Y a pas de recul à avoir pour nous avec ça, d’autant plus qu’il y a largement des retombées misogynes dans notre monde.

    C’est la même chose pour le fanservice. Tu précises bien que ton avis n’engage que toi mais si d’autres se défendent autant avec des arguments fallacieux ou qui tombent à côté du vrai problème, c’est qu’il y a bel et bien une vision sexiste qui existe chez eux. Et cette sur-sexualisation des femmes, fictionnelles, certes, la renforce.

    Une chose que j’aimerais mentionner, héhé : en tant que femme, le fanservice ne sera pas forcément le même. On verra maxi des torses nus mais ça n’ira pas bien plus loin. On a plutôt ça avec des scènes romantiques, qui font rêver, où le personnage qu’on aime peut être un véritable gentleman ou, s’il est réservé ou froid, les petites attentions anodines en feront tomber plus d’une. Il y a aussi une différence du fanservice selon le genre.

    Aimé par 1 personne

    • Pour ta dernière remarque, je suis totalement d’accord. Je l’ai évoqué très implicitement au détour d’une parenthèse. Car oui, un autre argument bidon qu’on voit souvent c’est que « ça va hein, les mecs aussi sont BG et tout le temps à poil ». Donc déjà ils le sont infiniment moins, et surtout sont mis en valeur d’un point de vie toujours masculin, dans le sens où ils sont représentés comme des fantasmes masculins de virilité, pour que les lecteurs crevette que nous sommes (les hommes) se fantasmes en vrais alpha (tu comprendra que ce vocabulaire est volontairement ironique).

      Je comprends tout à fait ton point de vue pour le reste, et je ne vais clairement pas le contester. Mon but était pas de dire que le fanservice c’est cool et qu’il y a aucun souci, cetait surtout de dire que bien qu’il y en ait, j’arrive de mon point de vue (d’homme) à en faire abstraction.
      Mais j’ai aussi tenu à souligner que les arguments claqués à ce sujet sont contre productifs. Mais je ne sais pas si ça vient de réflexes sexistes intégrés ou simplement de la mauvaise foi parce qu’ils se sentent attaqués.
      Faudrait être dans leur tête pour s’en assurer 😄

      Aimé par 1 personne

  8. Aaaaah le fanservice…. En fait, il ne me dérange pas tant que ça à condition que toutes les femmes ne soient pas sexualisées en outrance et je ne parle pas que du physique mais également du comportement. Je serais hypocrite de dire que ça m’horripile. J’aime voir des parties du corps chez certains personnages.
    Par contre, s’il y a bien un manga que j’ai lâché à cause de ça, c’est Negi Ma (je crois que je l’ai déjà évoqué) après, c’est du Ken Akamatsu, hein ^^. Quand il n’y a que ça, ben ça me saoule et je lâche l’affaire.

    Par contre, je pense qu’il faut voir au-delà du fan service surtout si l’histoire du manga est riche et intéressante. Même si parfois, je peux un peu grincer des dents, il y a une part de moi qui passe outre.
    En fait, si ça touche les hommes comme les femmes, là je me dis « Aaaah cool, au moins on voit la chair de toute le monde ! ». Je vais donner un exemple dans l’animé de YGO, il y a un épisode où un personnage est dans le coma (voire aux portes de la mort) et malgré la scène dramatique, la caméra aime bien montrer le torse du personnage (pour mon grand plaisir, je ne m’en cache absolument pas aha !) alors qu’il est remplis d’électrodes ! Je pense qu’ils ont voulu faire ça car parce qu’ils savaient que pas mal de filles regardaient l’animé. Dans le manga, cette scène n’est pas si fan service que ça au final.
    Si je ne dis pas de connerie, mis à part Maï qui a un côté séductrice sur les bords mais pas de manière exagérée, les femmes ne font pas l’objet de fanservice sauf peut-être au début du tome 1 ou une scène où Anzu est bien mise en avant lorsqu’elle est en maillot de bain. Mais ce n’est pas forcément du fanservice mais ça montre un peu le côté coquin de Yugi. Et oui, malgré sa petite taille et son apparence naïve, il est pas si innocent que ça et n’oublions pas qu’il a 16 ans, l’âge où les hormones sont en général un peu sans dessus-dessous.

    Autre trucs, dans les télénovelas et en particulier hispaniques, les hommes comme les femmes ont quasiment tous des physiques avantageux (des beaux pec et abdos pour les messieurs et un beau corps de déesses pour les femmes.

    Personnellement, s’il faut du fanservice côté nudité et sexualisant, si ça touche les femmes et les hommes, ok mais soyons raisonnables.

    Aimé par 1 personne

    • Pour ce qui est des mecs à moitié à poil, si je suis ravi de savoir qu’une partie du public féminin apprécie ça car ça me donne une excuse pour apprécier le cas inverse sans complexe, je pense aussi que dans de nombreux cas, ça s’adresse surtout au lectorat masculin, pour fantasmer sur des modèles de virilité.

      En tout cas, je trouve intéressant aussi ta remarque sur le fanservice qui peut empiéter sur l’écriture du personnage, c’est un aspect que j’évoquerai quand j’oserais parler du cas bien particulier d’Erza. Comme souvent des gens disent que c’est un personnage gâché par le fanservice, alors que selon moi, au contraire, une de ses forces est que malgré le fait qu’elle se fasse desaper très souvent, elle reste toujours aussi badass et stylée.

      Aimé par 1 personne

      • Honnêtement comme je l’ai dit, ça serait hypocrite de ne pas aimer reluquer de jolis corps masculins comme féminin ^^’.
        Et oui, des fois ça peut-être ça aussi. Quand je vois des mecs qui veulent aussi bien gaulé que Goku je me dis « heu les cocos, ne vous emballez pas trop, c’est avant tout une fiction et que parfois, les proportions ne sont pas forcément réalistes ».

        Dans certains cas, ça peut gâcher mais s’il toujours garder en tête le fait qu’un perso féminin est un fanservice à gogo au lieu de voir plus loin, on s’en sortira pas. Combien de meufs sont bien sûr parfois dénudées ou possèdent des atouts assez conséquents mais qui sont badass ? Je pense à Lara Croft qui a une poitrine généreuse et est une bombe sexuelle mais ce que je retiens surtout d’elle, c’est d’une aventurière courageuse, intelligente et bourrée de bonne punchlines à l’anglaise comme je les aimes.

        J'aime

  9. Bon bein, on a déjà échangé autour de ce sujet donc tu connais déjà grosso modo mon opinion…
    C’est un sujet complexe et j’avoue j’ai un peu la flemme de me lancer dans le débat comme Manon…
    Ceci dit je la rejoins totalement, quand les hommes et les femmes seront parfaitement éduqués à l’égalité et sensibilisés aux violences récurrentes qui quand même rappelons-le sont quotidiennes pour beaucoup de trop de femmes, on ne s’inquiétera plus du fan service…

    Autre chose, comme tu l’évoques brièvement il y a fan service et fan service, quand tu cites Boichi, à mon humble avis tu es loin du compte que tu parles simplement de beaufitude et de Yumin, je rappelle qua dans son manga, la viol n’a pas de traumatismes voire même donnent du plaisir aux victimes et excitent, la femme n’a pas de possession, les hommes dictent leurs vies, leur sécurité et leurs sentiments… le problème du fan service de Sun Ken Rock est juste le sommet d’un iceberg que tout le monde dénonce pour faire bien mais quasiment personne ne relève les vraies problématiques que je viens de citer… bon ça c’est pour lui…

    Ensuite quand on parle du fan service, il faudrait parler aussi de la discrimination que ce dit fan service met en avant… Les garçons lisent de la bagarre, les filles des histoires d’amour… si on parle d’égalité pourquoi n’aurait-on pas autant de fan service pour les filles qu’il n’y en a pour les gars ? Je suis désolée mais si on voit une culotte de fille pourquoi ne verrait-on pas de la même façon et, érotisé de la même façon, le caleçon des gars…. mais ça personne ne veut le lire ou l’entendre parce que finalement voir des hommes érotisés, ça gênerait trop les mecs, suffit de voir leur réaction face au genre yaoi….

    Ensuite je ne reviens donc à ce que je disais où je rejoins Manon, je suis sur des groupes de mangas sur fb par exemple, est-ce que tu as seulement idée de combien d’ado lisent Sun Ken Rock ? et comment peut-on ne serait-ce qu’imaginer que ça ne peut pas les influencer sur leur perception des femmes et des hommes ?
    Tu connais vaguement mon histoire, moi j’ai été longtemps persuadée que je voulais devenir un homme pour être en sécurité et ne rien craindre, pour avoir une vie facile, faut dire que j’ai grandi avec tous les modèles des années 70-80 les plus machos du monde, j’avais même écris un article sur mon tout premier blog, je l’avais appelé « le syndrome Magnum », on pourrait l’appeler « le syndrome du preux chevalier »… Alors ok il y a les nanas de Fairy Tail mais combien d’autres d’héroines peut-on citer et pourquoi les héros ne seraient pas traités de même ?

    Personne ne veut faire culpabiliser ceux qui aiment le fan service, on veut juste une égalité de traitement, une égalité de choix, ne pas être écarté d’une oeuvre à cause d’un public cible décidé à l’avance, on ne veut pas d’auteur extrême comme Boichi pour ne citer que lui qui justifie le viol en image et en narration tout en le critiquant en parole. Vous voulez du fan service en tant qu’homme ? pourquoi n’en aurait-on pas autant en tant que femme dans la même oeuvre ? ah c’est vrai d’un seul coup si on traite tous les personnages de la même façon ça va sérieusement poser problème pour la narration et tous les personnages vont tout le être à poil… expérience à mener !

    bref finalement je me suis laissée emportée… désolée 😉

    Aimé par 1 personne

    • Ne sois pas désolée, tu sais bien que j’aime beaucoup échanger avec toi, tu as toujours un point de vue très intéressant et enrichissant.

      Concernant Boichi, on en a déjà beaucoup parlé et a vrai dire je trouve que sur la durée ça pèse énormément dans ses series, d’où le fait que son travail qui me plaît le plus est sur Dr Stone où le Jump fait office de garde fou.
      Je vais dailleurs revendre mes Sun-Ken Rock car après avoir emprunté la fin en mediatheque, je ne ressent pas l’envie de les relire.
      Pour le coup si je n’ai abordé son cas que par le prisme des personnages féminins à poil tout le temps, c’est vraiment parce que le reste partirait sur un autre sujet plus vaste, mais qui mérite en effet d’être abordé.

      Pour ce qui est de la sexualisation des personnages masculins, je suis d’accord avec toi, jee pense que ça dérangerait pas mal le lectorat homme, qui doit en avoir un peu conscience d’ailleurs au vu de leur argumentaire à ce sujet. Car j’ai souvent vu revenir l’idée selon laquelle les persos masculins seraient aussi sexualisée comme on les voit tout le temps torse nu, mais on est clairement dans une représentation de virilité dont le but est de flatter le lectorat masculin, et pas féminin. Donc on est encore loin d’un traitement similaire…

      Aimé par 1 personne

      • Voilà on est bien d’accord que voir un perso torse nu et dans pose guerrière ça n’a rien à voir avec un vrai fan service qui serait l’équivalent de ce qui est fait sur les personnages féminins autant en terme de poses, de vêtement vraiment ultra fragile, de plan de vue etc…
        Free! par exemple, bien que le faisant de façon brève et super subtile comparé au fan service pour homme, met bien plus en avant les corps d’homme que le simple torse nu… mais la question est est-ce que les mangaka seraient prêts à le faire ? Est-ce que le lectorat masculin ne finirait pas fuir ces oeuvres ? Il y a un vrai problème d’équité ici et comme je le disais dans mon commentaire précédent s’il y avait autant de fan service féminin que masculin, tous les personnages seraient sans arrêt à poil, il n’y aurait plus de place pour l’histoire… je trouve que c’est plus compliqué que de culpabiliser ou pas les hommes qui aiment ça… Si nous en tant que femmes on doit se taper votre fan service, pourquoi l’inverse ne peut être possible c’est ça qui est critiquable et très hypocrite… (sans parler de Satanas Boichi et de des problèmes qu’il soulève)

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.