Mon avis sur… Nova T.2 de Caly

Le premier volume de Nova m’avait particulièrement charmé, notamment par le trait somptueux de Caly, jeune mangaka française, mais aussi par un travail de très belle facture sur les personnages, en particulier la fameuse Nova qui donne son titre au manga. Une scène en particulier m’avait fait forte impression, même si le volume dans son ensemble était de qualité. Ainsi, avec ce second tome, la mangaka étoffe son univers et ses personnages, ayant tout à fait le temps pour ça car le volume est particulièrement épais. En l’absence de pagination, je ne pourrais pas dire exactement combien de pages il y a, mais à vue de nez, je dirai entre 250 et 300. Mais ça, c’est un point de détail, ce qui compte, c’est comment elles sont remplies !

Un grand merci à H2T pour l’envoi de ce volume !


Rease a vu son quotidien bouleversé depuis que Nova, une mystérieuse jeune femme envoyée par l’Organisation, a débarqué dans sa vie. Au contact de cette dernière, l’adolescent apprend qu’il pourrait être un atout dans la collecte des EKSAA, ces parasites d’origine extraterrestre, qui rendent les humains dangereux voire violents. Mais le jeune garçon doit faire face à plusieurs situations compliquées : la mutation apparue sur ses mains et le caractère instable de Nova, elle-même inquiète d’être atteinte par ces parasites…

Ce second volume a pour moi un petit côté Spider-Man dans le fait que Rease, jeune collégien, cherche un équilibre entre sa vie d’adolescent et ses nouvelles responsabilités. En rejoignant la fameuse Organisation du fait de son aptitude découverte dans le premier volume, il se trouve contraint de gérer deux front deux aspects de sa vie tout comme Peter Parker. J’aime tout particulièrement ça, car cela fait office de très belle métaphore des changements qui surviennent à l’adolescence, de la modification de notre corps avec la puberté à une vision du monde qui s’affine (plus ou moins), en passant par un rapport aux autres qui se modifie également.

Ici, Rease prend beaucoup d’importances et est clairement le véhicule des lecteurs et lectrices sur tous ces points, là où Nova me semblait plus mise en avant dans le premier tome. Au contraire, ici, elle semble prendre quelques distances par rapport au jeune garçon, si bien qu’on la voit beaucoup moins. Elle est avantageusement remplacée par un nouveau personnage féminin, que l’on voit sur la couverture, et qui est plutôt haute en couleur et fonctionne très bien en contraste par rapport à Nova.

Mais c’est surtout cet équilibre difficile dans la vie de Rease, et tout le côté lié à son aptitude que je trouve vraiment passionnants. Les sortes de prises qui poussent sur ses mains lui permettent en réalité d’extraite les EKSAA, les entités extraterrestres qui parasitent les gens, du corps de leurs hôtes. Ce qui est intéressant ici, c’est que j’ai le sentiment que cela fonctionne en métaphore des souffrances psychologiques, voire de la dépression. Dans le premier volume, Nova se scarifiait les bras pour s’assurer qu’elle n’était pas parasitée, et il me semblait déjà impossible de ne pas y voir une représentation métaphorique d’une tentative de suicide.

De la même façon, la présence d’EKSAA dans les individus donne le sentiment qu’ils sont porteurs de souffrances psychologiques, dont Rease semble les délivrer par le biais de son pouvoir, qui me semble également représenter une forme d’empathie extrêmement prononcée. Je ne sais pas si je surinterprète concernant cet aspect, si la mangaka me lit, je serai ravi d’avoir son point de vue sur la question. Toujours est-il que j’ai vraiment eu le sentiment que c’était le cœur du sujet de ce volume, sentiment qui tendrait à être confirmé par la séquence du premier tome que j’ai évoquée.

Quoi qu’il en soit, toute cette interprétation a nourri ma lecture, rendant ce second tome au moins aussi passionnant que le premier. Car en plus de cette richesse thématique, nous avons un récit de SF adolescent très soigné, bien que de facture classique. Et surtout, une esthétique qui me parle toujours autant. De ce fait, j’espère vraiment que la série trouvera son public car je suis persuadé à ce stade qu’elle pourrait parler à un lectorat très large.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.