Mon avis sur… Ao Ashi T.3 de Yugo Kobayashi

Ao Ashi

Après deux premiers tomes menés tambour battants, j’avais très hâte de retrouver Ashito dans la poursuite de son rêve : devenir footballeur professionnel. Ce troisième volume, beaucoup plus posé que les deux premiers, est l’occasion de revenir sur cette série, comme cela sera le cas tous les deux mois désormais, mais aussi de proposer une petite réflexion sur l’importance de prendre son temps dans les mangas sportifs, genre fleuve par excellence.

Un grand merci à Mangetsu pour l’envoi de ce volume


Mon avis sur les Tomes 1 et 2


Ashito Aoi est revenu chez lui, à Ehime, après la détection du Tokyo City Esperion, un grand club professionnel de la capitale. Alors que le verdict tarde à venir, Noriko, sa mère qui l’a élevé seule, adopte une attitude inhabituelle… Ashito a-t-il réussi les tests ? Qu’est ce que sa mère a sur le cœur ? Quelle surprise lui a-t-elle préparé ?

Comme je l’ai dit en introduction, le shonen sportif est pour moi un genre fleuve par excellence. J’en avais parlé lorsque j’ai abordé En Garde ! et Karate Heat (voir article ICI), deux séries courtes. Selon moi, le genre du shonen sportif a besoin de prendre son temps pour développer tous ses éléments. Puisque nous avons souvent des castings riches de personnages, qui doivent progresser dans la pratique sportive en même temps qu’ils évoluent sur le plan personnel, il faut prendre son temps pour réussir à rendre tous ces aspects prenants et pertinents. Ce n’est pas un hasard si les cadors du genre font plusieurs dizaines de tomes, voire plus de 50 dans certains cas (Dream Team notamment).

Il y a à la fois des enjeux narratifs importants à gérer, qui demandent du temps, et un impératif spectaculaire dans la mise en scène du sport, où la dramatisation passe également par le fait de faire durer la compétition, quelle qu’elle soit. Je pense notamment à Slam Dunk, où les matchs s’étendent sur plusieurs tomes parfois.

AshitoYugo Kobayashi semble avoir parfaitement compris cela, puisqu’il prend déjà son temps dans ce troisième volume, et se pose un peu, après une entrée en matière ultra dynamique. Alors que Ashito s’est fait repérer durant les sélections pour le Tokyo City Esperion, il a la joie d’être sélectionné pour rejoindre le centre de formation. Cependant, il va devoir parler de tout ceci avec sa mère, avant de faire le premier pas le menant à son rêve.

On retrouve donc ce dont je parlais plus haut, à savoir cette gestion des enjeux personnels des personnages, qui se fondent aux enjeux sportifs. Ashito a déjà expliqué dans les premiers tomes vouloir devenir professionnel pour la passion du foot, mais aussi pour mettre sa mère et son frère à l’abri du besoin. La dimension financière est au cœur du sujet de ce troisième tome, où notre jeune héros va enfin prendre son envol sous le regard bienveillant de sa mère, au détour d’une scène particulièrement touchante bien qu’assez attendue.

Et une fois les adieux faits, Ashito va entrer au centre de formation, retrouvant quelques têtes connues et en rencontrant de nouvelles, dont son camarade de chambre, un certain Togashi, toujours en retard et brillant par son absence au début (détail qui m’a beaucoup amusé, me rappelant un mangaka du même nom dont on n’a pas de nouvelles depuis quelques années). Ainsi, nous restons dans les clous du manga sportif, avec la présentation de nouveaux personnages à la caractérisation marquée, qui deviendront centraux à n’en point douter (il faut quand même 11 joueurs + le banc pour faire une équipe !).

Ainsi, si ce tome amorce plutôt une forme de transition, venant achever l’introduction de la série, le fait de prendre le temps de bien poser les personnages et le cadre global fait franchement plaisir. Sachant qu’on en a pour au moins 20 tomes de plus, on peut se le permettre, d’autant plus que ce tome moins rythmé n’en reste pas moins agréable à parcourir, nous permettant d’approfondir Ashito tout en présentant ses nouveaux camarades. Le but est de donner une assise émotionnelle toujours plus forte au récit, et en cela, ce tome est parfaitement réussi. Ceci permet d’avoir toujours plus d’empathie pour les personnages, et en particulier le protagoniste, afin de ressentir le maximum de frissons lorsqu’il commencera à briller sur le terrain. Ce faisant, ce troisième tome nous met dans les meilleures dispositions en attendant le prochain volume, où les choses sérieuses vont vraiment commencer !

Train

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.