Mon avis sur… A Journey Beyond Heaven T.4 de Masakazu Ishiguro

A Journey Beyond Heaven fait vraiment partie des séries en cours dans lesquelles je crois le plus, et j’ai pourtant le sentiment qu’on en parle encore trop peu. Depuis son lancement en octobre, alors que je m’attendais à un titre qui allait beaucoup faire parler et enthousiasmer les lecteurs et lectrices, je me rends finalement compte qu’il y a une forme d’indifférence vis-à-vis du titre. Je vois bien quelques personnes aussi convaincues que moi des qualités du titre sur les réseaux, mais assez peu finalement par rapport à certains titres. Je n’arrive pas à me l’expliquer, c’est peut-être simplement une des injustices du monde de la création fictionnelle.

Pourtant, je suis toujours convaincu que la série pourrait tout à fait trouver écho auprès d’un très grand nombre si on se donnait la peine de pousser la curiosité. Car elle a selon moi les qualités suffisantes pour vraiment parler à un large public, dense tout en étant accessible, avec une bonne dose de mystère qui tient en haleine, un storytelling de haut vol et une richesse thématique déjà importante. Peut-être l’esthétique qui n’est pas au gout de tout le monde pourrait rebuter, mais de mon côté je la trouve très maîtrisée. Peut-être aussi que l’univers post-apo ne parle pas forcément. Je n’ai finalement pas vraiment d’idée sur les raisons du désintérêt du lectorat vis-à-vis de cette série, mais dans cet article, comme je l’ai fait dans celui consacré au tome 3, je vais tenter une fois de plus de vous inviter à donner sa chance à ce manga… Quitte à utiliser des formules toutes faites un peu pompeuses, mais que je pense sincèrement !

Ainsi, un grand merci par avance de prendre le temps de vous intéresser à cette série en me lisant, sachant que je ne vous spoilerai rien du tout dans cet article, exercice difficile s’il en est. Et je me dois aussi de remercier Pika, qui m’a envoyé ce quatrième volume. On pourrait d’ailleurs arguer que si je veux soutenir la série, je pourrai commencer par l’acheter de mon côté. Je ne pourrai pas le contredire, en effet. Quoi qu’il en soit, c’est parti pour une nouvelle fois tenter de vous expliquer en quoi ce manga pourrait bien devenir une série très importante dans le genre.


Mon avis sur les tomes précédents : Tome 1Tome 2Tome 3


A Journey Beyond Heaven, c’est quoi ?

Afternoon coverC’est tout simplement un seinen de Masakazu Ishiguro, prépublié depuis 2018 dans le magazine Afternoon de Kodansha, avec bientôt 6 tomes au Japon. Le manga paraissant dans un mensuel, il a un rythme de publication plutôt lent, qui a l’avantage si on veut se lancer de ne pas trop empiéter sur le budget, puisqu’on aura pas à acheter un volume tous les deux ou trois mois. En France, on va rapidement rattraper la publication puisqu’en ayant commencé en octobre 2020, la série a déjà 4 volumes parus chez Pika. Dans son pays d’origine, la série s’est fait remarquer au point de décrocher quelques prix. 

Ce titre est particulier à aborder, à la fois original et familier, évoquant certaines œuvres assez connues. Je n’ai jamais osé pousser la comparaison qui est pourtant fréquente et assez évidente avec Akira, car je pense qu’il faut être prudent quand on convoque des œuvres aussi majeures dans leur domaine. De plus, s’il y a des similitudes évidentes avec le magnum opus de Katsuhiro Otomo, il y a aussi beaucoup de points qui divergent, si bien qu’il est difficile de dire si A Journey Beyond Heaven en est véritablement un héritier. Mais on peut quand même dire que si on aime Akira, il n’est pas impossible de penser que la série de Ishiguro pourrait trouver une certaine résonance. 

Dans les deux cas, nous sommes dans un univers post-apo, où nous suivons des jeunes qui tentent de survivre. Dans les deux cas il semble être question d’expérimentations sur des enfants, même si tout reste encore très trouble concernant A Journey Beyond Heaven. Et dans les deux cas, une énorme attention est accordée à l’univers dans sa globalité, et à la façon dont l’humanité s’organise par rapport au nouvel état du monde suite à une catastrophe (même si dans Akira, la véritable catastrophe a lieu durant la série d’une certaine façon). Enfin, il y a des similitudes esthétiques selon moi entre les deux œuvres, même si Ishiguro arrive à imposer sa propre patte, qui n’est pas du goût de tous, mais qui me plait tout particulièrement.

CoursMais du coup, de quoi ça parle A Journey Beyond Heaven ?

Il est assez compliqué de bien décrire ce dont il est question. Dans un univers dévasté par un cataclysme dont on ne sait pas grand chose, Maru et Kiruko sont deux adolescents qui tentent de survivre dans ce monde où des monstres vont et viennent, pas en très grand nombre, mais suffisamment pour être inquiétants. Maru dispose d’un pouvoir permettant de les tuer, on ne sait pas pourquoi il dispose de cette aptitude, ni comment cela fonctionne. Kiruto a de son côté un pistolet au fonctionnement particulier, qui porte une marque particulière, surement un indice concernant leur future destination.

Car ils recherchent un certain « paradis ». Se pourrait-il qu’il s’agisse du second lieu que l’on voit dans la série, un institut rempli d’enfants qui semblent spéciaux, totalement aseptisé, et vraisemblablement à l’abri de la violence du monde extérieur ? On n’en sait finalement rien. Car si le récit est organisé selon ces deux points de vue narratifs, le mangaka s’amuse à brouiller les pistes et à conserver un fort degré de mystère, si bien que l’on fait des hypothèses basées sur pas grand chose. On a l’impression qu’il y a un lien entre les deux niveaux de récit, mais finalement, on n’en sait rien. Il y a quelques ressemblances entre certains personnages, quelques points qui posent question, mais après 4 tomes, le mystère reste toujours aussi épais. Ce qui est finalement une des nombreuses forces du récit.

Pourquoi c’est si bien du coup ?

Oui, c’est quand même la question qui mérite d’être posée. C’est bien beau de dire qu’il faut donner sa chance au titre, mais expliquer pourquoi serait pas mal non plus.

Comme je l’ai déjà signalé, un des éléments caractéristiques de la série est le grand mystère qui entoure à la fois l’univers et les personnages. Le fait de suivre deux intrigues en parallèles dont on ignore les liens fonctionne très bien, d’autant que chacune des deux propose une ambiance très différente et pourtant complémentaire. Après quatre volumes, l’univers général de la série continue de poser énormément question. Je pense en particulier à tout ce qui se passe au sein de l’institut avec les enfants, qui est particulièrement nébuleux en tant que tel, mais également vis-à-vis des liens avec l’intrigue principale de Maru et Kiruko.

Loin d’être une source de frustration, cette gestion du mystère tient particulièrement en haleine, donnant systématiquement envie d’en savoir plus, et invitant à formuler des hypothèses et des théories sur tout ça. L’auteur distille quelques maigres indices, que j’aurai bien du mal à interpréter personnellement, mais si plus de monde s’intéressait à la série, je suis sur que des échanges passionnants et passionnés pourraient voir le jour afin d’éclairer tout cela.

Mais cet aspect est loin d’être le seul élément remarquable du titre, qui brille aussi par sa richesse thématique. J’en ai déjà parlé dans mon article sur le tome 3, mais beaucoup de questionnements liés à l’identité de genre sont déjà abordés. La puberté et l’éveil sexuel sont également des éléments importants, en particulier dans l’intrigue qui se déroule dans l’institut avec les enfants. Ce quatrième volume met en avant un nouvel élément à ce sujet qui risque de devenir très important dans l’évolution du récit. Et si, mystère oblige, on ne sait pas encore exactement l’implication dans le récit de ces thématiques, il est évidemment qu’elles seront importantes tant elles sont mises en avant depuis le début.

Et en plus de cette composante mystérieuse qui invite à poursuivre la lecture, et ces thématiques denses et passionnantes traitées avec soin, nous sommes aussi et surtout face à un récit de SF particulièrement bien mené et addictif. Au fil des volumes, les éléments constitutifs de ce monde particulier se dévoilent, avec notamment les luttes entre clans qui prennent des atours de manipulation des foules et autres. Des éléments parfois classiques du genre se mêlent à des choses bien plus originales, pour toujours renforcer la crédibilité et la densité de ce monde.

KirukoEt au milieu de tout ça, nous suivons des personnages particulièrement bien croqués. Le duo principal qui survit à l’extérieur, Maru et Kiruko est particulièrement réussi, cette dernière surtout. Les deux sont, à l’image de l’univers et l’intrigue dépeints, porteurs de mystères et de certaines idées thématiques. Mais surtout, il y a une excellente dynamique entre les deux, à la fois crédible, intelligemment menée, et aux multiples promesses en terme de développement.

Enfin, pour ce qui est de ce quatrième volume, sans en dire trop pour ne rien déflorer, il nous met en scène quelques nouveaux personnages particulièrement bien sentis, développés avec suffisamment de corps en peu de temps pour qu’on s’intéresse à leur sort et leur histoire. Encore une fois, le mangaka ne manque pas de talent pour les dépeindre et nous propulser au plus près d’eux, dans ce monde si dur. Malgré tout, un peu de légèreté reste de mise, notamment grâce à Kiruko qui nous gratifie toujours de quelques répliques bien senties. En résulte une lecture toujours particulièrement accessible et efficace, malgré sa densité et son univers très dur.

Du coup, qu’est-ce qu’on attend pour le lire ?

Mais oui ! Qu’est-ce qu’on attend ? 

Je trouve le moment assez idéal pour se lancer. On a déjà 4 tomes à la qualité constante, le cinquième arrive en octobre, et ensuite le rythme devrait se calmer, du fait que le manga parait en mensuel (donc 1 à 2 tomes par an).

Je me questionne souvent sur le moment à partir duquel un titre peut être considéré comme une valeur sure. Est-ce que ces quatre tomes suffisent déjà pour se dire qu’il faut se jeter dessus ? Je serai tenté de répondre par l’affirmative, tant pour le moment tout est furieusement addictif et maîtrisé. Évidemment, on ne peut pas prévoir à l’avance si le titre sera une réussite sur toute la durée, mais on peut déjà partir résolument optimiste compte tenu des prouesses de l’auteur, de la qualité de son univers et de ses thématiques.

Mais surtout, surtout ! Cette série est un vrai coup de foudre dès son premier volume pour moi, et même si elle semble ne pas avoir touché un large public pour le moment, j’ai le sentiment que le petit lectorat actuel est globalement unanime sur les qualités de la série. De ce fait, je pense vraiment que A Journey Beyond Heaven gagne à être connu. J’ai tenté de souligner une fois de plus la qualité et la richesse de l’oeuvre. Mais je souhaitais surtout rajouter que le titre est très accessible. En dépit de la densité et de la complexité de l’univers, l’auteur met un point d’honneur à proposer une histoire limpide et facile à suivre, qui pose beaucoup de questions, mais sans jamais frustrer.

Ainsi, après déjà quatre tomes, je pense pouvoir affirmer que A Journey Beyond Heaven est un titre au très fort potentiel. Si le niveau qualitatif reste constant et que l’auteur arrive à exploiter comme il se doit les très belles pistes mises en place, on pourrait avoir une série importante dans le domaine de la SF contemporaine en manga. Vous conviendrez que ce serait dommage de rater ça !

Gimli

10 commentaires

  1. Content de voir que tu continues de parler de cet excellent manga. C’est vrai qu’il est étonnant de voir ce titre passer un peu inaperçu au vu de ses nombreuses qualités.
    Chaque nouveau tome me fais un peu plus entrer dans l’histoire. Il va falloir être patient mais c’est également pour moi une valeur sur dans le sf post apo pouvant plaire à un large lectorat.

    Aimé par 1 personne

  2. Gimli 😍😍😍😍😍 !! Pardon. Mais faut pas me mettre des gifs comme ça XD

    Bon. Bref ! Je suis d’accord à 1000% avec toi, du coup, j’ai pas grand chose à ajouter… Ah, si, faut que je fasse mon billet sur ce 4e tome ^^. Perso, je continue d’adorer, mon mari quant à lui est déçu car il trouve certains dénouements faciles (notamment sur le début). Là-dessus on est pas d’accord, mais bon.

    Mais oui, c’est un manga accessible, passionnant, prenant, avec une histoire qui monte en puissance et une intrigue qui nous tient bien en haleine. Le tout emmené par des personnages forts, attachants, que ce soit les héros du monde extérieur que les enfants coincés dans leur centre. Bref. J’attends la suite avec grande impatience 😀

    Alors ? Pourquoi la série ne marche pas ? Eh bien, je ne comprends pas. Après, peut-être est-elle noyée dans la masse ? Franchement, il y a tellement de titres qui sort par mois… C’est dur de suivre. Et peut-être que s’il y avait un animé, ça lancerait l’intérêt du public. Mais si au Japon, elle marche aussi mal qu’ici… oui, c’est dommage…

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai pas d’explication. Je pense quand même qu’en effet, le titre est noyé au milieu des sorties et qu’il n’entre pas dans les codes de ce qui fonctionne, bien qu’il soit accessible.
      Et je pense que malheureusment, le style de prime abord ne doit pas parler au grand public, alors que franchement, ça a tout pour fonctionne.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.