Mon avis sur… Interspecies Reviewers T.1 de Amahara et Masha

Interspecies reviewers

Jamais avare en expériences un peu différentes, notamment coquines, en terme de manga, j’ai accueilli l’annonce de Interspecies Reviewers chez Ototo avec curiosité. Le concept de série coquine dans un univers de fantasy où deux galopins courent les lieux de débauche à la recherche d’expériences sexuelles inédites, et faisant des critiques pour chacune d’entre elles, m’intriguait. De plus, l’annonce semblait accueillie avec joie par pas mal de monde, du fait d’une adaptation animée qui aura su toucher un public avide d’expériences particulières. Cependant, il y a ce qu’on s’imagine, et la réalité des choses. Et il s’avère que dans ce cas, non seulement le titre ne propose pas du tout ce que j’imaginais, mais en plus, je n’y ai vraiment rien trouvé pour me plaire. Et s’il doit avoir son public, il est évident à la lecture de ce premier volume que je n’en fais pas du tout partie. Voyons donc pourquoi !

Je remercie avant toute chose Ototo pour l’envoi de ce tome.

Dans un monde où cohabitent humains et démons, géants et centaures, fées et sirènes, l’aventure tend les bras à tout un chacun. Mais que vous soyez sensible ou non à l’attrait des épées et des boules de feu magiques, un tout autre genre d’aventures s’offre également à vous. Des établissements spécialisés pour les personnes en quête de belle compagnie ont éclos à travers tout le continent, et les « succubes » qui y officient ont autant de tours dans leur sac qu’il y a d’espèces en ce bas monde. Que vous souhaitiez draguer la dragonne, monter la minotaure ou harponner la harpie, il existe un cabaret de succubes pour vous ! Et pour vous permettre de savoir à l’avance si votre route vous-même à un lupanar de luxe ou dans un bordel crasseux, n’hésitez pas à consulter les critiques de Stunk et de ses joyeux compagnons : ils sauront vous renseigner !

À la lecture du résumé de la série, je m’attendais à un manga coquin à souhait, sans aller jusqu’au hentai (on est chez Ototo, pas Niho Niba) où les parties de jambes en l’air originales avec des créatures de fantasy seraient légion. On m’annonçait aussi pas mal d’humour pour rythmer tout ça, de quoi passer un bon moment de détente devant un titre un brin barré. Malheureusement pour moi, aucun de ces deux aspects ne me semble présent, ou en tout cas, pas à ma convenance.

interspecies-reviewers-ototo-planche

Concernant la coquinerie, soyons clair, ce n’est pas là qu’on en trouvera. Si les créatures à grosse poitrine pullulent, nous n’en verrons vraiment pas grand chose. Chaque chapitre (très court) est agencé de la même façon : « dis donc, si on allait tester tel lieu ? » – on y va – petit gag sans scène de sexe – ellipse du moment croustillant – lecture de la critique de chacun des personnages – et on répète tout ça à l’infini. De ce fait, on peut rapidement voir les créatures avec lesquels les personnages vont s’acoquiner, mais ce sera tout. Pas de sexe, et pas ou très peu de nudité. En ça, la mention « Pour Public Averti » semble presque de trop, tant on trouve facilement bien plus chaud dans nombre de romances shonen ou seinen.

Mais j’ai donc rapidement compris que le but n’était pas là, et que la dimension érotique était surtout un outil au service de l’humour. Qu’à cela ne tienne, si je me paye une bonne tranche de rire, ça compense, me dis-je au début de ma lecture… Sauf que la tranche de rire n’est jamais arrivée. Il faut savoir que l’humour passe essentiellement par des dialogues où le champ lexical sexuel se déploie, à grands renforts de « chibron » et autres mots pour désigner le pénis. S’il y a quelques jeux de mots fortement connotés qui m’ont quand même fait esquisser quelques sourires, dans l’ensemble, j’ai surtout ressenti une certaine gène, voire un malaise, devant un humour qui ne fonctionne pas du tout sur moi, à tendance lourde voire beauf.

En résulte une lecture laborieuse du début à la fin, qui ne m’a quasiment jamais réveillé. La seule exception étant un chapitre où les personnages changent de sexe le temps d’un rapport saphique, et où ils précisent dans leur critique que c’est une expérience intéressante car cela permet de prendre conscience qu’ils y vont un peu fort parfois avec le sexe de leur partenaire féminine. Une idée pas si bête qui met un tout petit peu en perspective le sexe et le point de vue masculin lié au sexe. Mais, vous en conviendrez, c’est bien peu sur tout un tome.

Ainsi, comme je l’ai dit en introduction, si la série doit avoir son public, il est évident à la lecture de ce premier volume que je n’en fais clairement pas partie. En dehors du petit point soulevé au-dessus, je n’ai vraiment rien de positif qui ressort de ma lecture. Je n’ai pas été titillé par la dimension sexy, je n’ai pas du tout adhéré à l’humour. Bref, rien n’a trompé l’ennui dans cette lecture particulièrement pénible pour moi… Ça arrive.

14 commentaires

  1. C’est rare de te lire sur un retour négatif ! C’est intéressant ce que tu en dis tout en restant respectueux. Je n’avais même pas vu cette série mais il faut dire que j’évite ototo car je ne suis jamais séduite par leurs titres 😅

    Aimé par 1 personne

    • Hé bien en tout cas je ne suis pas sur que celui-ci pourra te séduire davantage.

      Ca fait partie des règles quand même, quand on t’envoie un manga, même si tu n’as pas aimer tu ne vas pas le défoncer.
      Mais bon, c’est vrai que pour le coup, ce fût une lecture franchement laborieuse.

      Aimé par 1 personne

      • Beaucoup ne s’en privent pas, après le tout c’est d’être honnête dans son retour tout en étant respectueux. Y’a beaucoup de gens quand tu lis leur blog iels aiment tout, tout le temps, surtout quand ce sont des sp 🙄

        J’aime

      • J’ose espérer qu’un avis négatif de temps en temps n’est pas trop fâcheux pour les éditeurs quand même. Puis je suis suffisamment critique vis à vis de certaines complaisances pour essayer d’éviter de tomber aussi dedans.

        Aimé par 1 personne

      • Oui, de toute façon pour être honnête, je pense que pour ce genre de titre, tu sais à l’avance dans quoi tu t’embarques.
        Il y a quand même quelqu’un sur Twitter qui a apprécié que je l’éclaire sur le fait qu’il n’y ait aucune scène de sexe. Il pensait que l’anime censurant cette partie, mais au final elle est aussi absente du manga.

        J’aime à penser que mes articles peuvent au moins avoir un but informatif pour aiguiller un choix, plutôt que dire « j’ai aimé donc faut l’acheter » ou l’inverse. Parce que dans les faits, mes goûts sont mes goûts et je ne peux parler que pour moi. Mais peut-être qu’en donnant les précisions qu’il faut, on peut aider à savoir si un titre est fait ou non pour nous.

        Aimé par 1 personne

  2. J’étais en train de check livraddict pour prendre des notes sur les caractéristiques du manga suite à l’écriture de ma chronique, et j’ai directement été rassuré de voir ta note négatif.
    Je pense que tu le sais, comme tu as déjà vu certaines de mes chroniques, je suis plutôt un public facile, mais comme toi, de un on nous promet un ecchi, mais j’ai lu des titres ecchi qui était vraiment plus osé. Encore l’humour serait présent comme je n’ai pas arrêté de l’entendre et comme cela nous l’est promis, aucun souci. Malheureusement, comme toi, je n’ai absolument pas accroché à l’humour beauf et sexiste par moment qui m’a même dérangé. De ce fait, les deux promesses faites sur ce titre ne sont pas respecté. Pourtant, durant ma lecture, j’espère, avoir un moment, quelques choses, qui rattraperait le tout, mais non, je me suis juste fortement ennuyer et j’avais qu’une hâte, que le tome se termine !

    En bref, cela me rassure grandement de voir que je ne suis pas la seule déçu 😉 (ps : désolée si je ne viens pas beaucoup sur ton blog ces temps, avec mon déménagement qui approche, plus le blog et insta a gérer je n’ai pas trop le temps, mais j’aime toujours autant tes avis)

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je ne suis pas du tout étonné que ça ne t’ai pas non plus parlé, je ne suis vraiment pas du tout rentré dedans.

      Pour ce qui est du fait de ne pas avoir le temps de passer, je ne vais pas te le reprocher étant un peu dans la même situation. De mon côté c’est simplement le rythme avec le travail et le bébé qui s’est intensifié des deux cotés et je n’arrive pas du tout à gérer. Je suis épuisé constamment…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.