Mon avis sur… The Cave King T.1 de Takao Demise

The Cave King
Si on aime les mangas, et en particulier les shonen, c’est notamment parce qu’ils semblent nous dire « Bonjour jeune loser ! Tu es incompétent en tout ? Ce n’est pas grave, c’est simplement que tu n’as pas encore trouvé ton truc à toi, mais ça viendra, et ce jour-là, tu seras reconnu à ta juste valeur ! ». C’est en tout cas ce que nous dit The Cave King, où un prince inutile va finir par trouver sa vocation, et ce faisant devenir monarque éclairé d’une île, car pouvoir et bienveillance peuvent aller de paire… dans le monde de la fiction, pas dans la réalité, je vous rassure ! Voyons donc en quoi cette ode au gentil raté est plutôt sympathique, assez utopiste mais néanmoins plaisante.

Un grand merci à Doki Doki pour l’envoi de ce premier tome.


Dans ce monde, tout le monde naît avec un emblème permettant d’utiliser la magie… Un art que peine à utiliser Heal, 17e prince du royaume de Sanfaress. Rejeté par sa famille, Heal se voit exilé le jour de ses 15 ans sur une île isolée, faite de roches inhospitalières, où il découvre de nombreux ossements à l’air libre. Souhaitant les enterrer, tout à coup, son emblème s’active et une voix lui annonce qu’il est devenu le roi des grottes ! Des capacités extraordinaires apparaissent en lui, permettant de créer toutes sortes d’artefacts grâce aux minerais qu’il extrait. Alors que Heal commence son exploration de cette île pleine de dangers, un navire de gobelins s’échoue sur les côtes…

EmblemeThe Cave King m’intriguait, même si j’avais le sentiment qu’on allait se retrouver encore dans un univers de fantasy assez générique, avec des ingrédients hérités de l’isekai. Et si c’est en effet le cas sur ces deux points, puisque l’univers est basique au possible, et que l’on a des éléments rappelant le genre en vogue, avec montée en expérience du héros et gain de compétences, il n’empêche que tout ça fonctionne très bien.

Je dois cependant préciser que, n’étant pas trop spécialiste du genre, je suis peut-être assez tolérant vis-à-vis de certains codes narratifs éculés. Car même sans être spécialiste du domaine, on voit les grosses ficelles que j’arrive à distinguer alors même que je ne connais pas très bien le genre. Mais, si l’on ne concédera pas l’originalité comme qualité pour le titre, cette entrée en matière a quand même un petit quelque chose qui m’a bien plu.

Déjà, c’est efficace à tous les niveaux ! Que ce soit en terme de dessin, d’écriture ou de déroulement, si à aucun moment on est scotché, on prend par contre plaisir tout du long. Je serai tenté d’utiliser l’expression clichée de « divertissement soigné », tant on est dans ce cas de figure. Le récit ne cherche pas à réinventer la roue, mais simplement à nous faire passer un bon moment, et sur ce point, il y arrive tout à fait.

Et surtout, je dois avouer que, bien qu’il soit basique au possible, le héros m’a pas mal plu, avec sa volonté de faire de l’île où il est exilé un endroit où il fait bon vivre aux côtés des quelques personnages qui vont le rejoindre en ce début d’aventure.  Ainsi, celui qui se croyait nul en tout découvrira sa vocation et va réussir à devenir le souverain de ce lieu grâce à sa bienveillance et son souci de l’autre, proposant une vision particulièrement utopiste de la monarchie, où le roi serait finalement quelqu’un qui a à cœur d’être bon avec ses sujets. Vous me direz, peut-être que le récit s’amusera à aller dans une autre direction par la suite et que, le pouvoir lui montant à la tête, le héros deviendra une enflure qui exploitera la plèbe. Ça pourrait être une idée sympa d’ailleurs, mais là, je m’avance un peu, car aucun élément ne semble aller dans ce sens pour le moment.

Ainsi, on passe un très bon moment en voyant Heal et ses compagnons de route avancer ensemble, et le paradoxe du genre m’apparaît une fois de plus dans toute sa splendeur. En réinvestissant les codes du RPG japonais, avec augmentation en expérience et gains de capacités, auxquelles la gestion d’un inventaire et compagnie viennent s’adjoindre (avec en plus un petit parfum à la Minecraft), le récit sait se rendre plus ludique et convoque des codes que je connais. Mais dans le même temps, il réemploie des éléments qui font sens et sont agréables dans le jeu vidéo précisément parce qu’on y joue. De ce fait, il vide de sa substance première cet élément, pour l’utiliser à son compte dans un cadre autre, et étonnamment, cela contribue au plaisir. C’est en ça que je trouve la formule paradoxale, mais finalement tout à fait fonctionnelle dans le cadre du récit.

Comme si je me plaisais à voir mon village évoluer dans un jeu vidéo, avec des héros qui montent en expérience. Sauf que dans les faits, c’est quelqu’un d’autre que je vois jouer. Très étrange, et je n’arrive pas trop à m’expliquer pourquoi ça fonctionne, mais le fait est que ça fonctionne ! Enfin, le manga dispense donc ce message amusant, bien que totalement naïf, qui est qu’on a tous des aptitudes spécifiques, et qu’en apprenant à les exploiter, on peut faire de belles choses. Un discours naïf qui se marie avec une vision tout aussi idéalisée de la monarchie, qui pour ma part m’a beaucoup amusé, et m’a même donné envie de voir comment ça va évoluer. Comme quoi, la fiction arrive à bien nous mener en bateau !

6 commentaires

  1. Je pense que ça ne fonctionnera pas avec moi ! Comme souvent chez cet éditeur, son catalogue colle vraiment à des codes qui ne me plaisent pas en tant que lectrice parce que trop génériques mais bon.. Il en faut pour tout le monde et passer un bon moment de lecture, c’est le principal.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.