Mon avis sur… Girlfriend Girlfriend T.1 de Hiroyuki

Girlfriend girlfriend

Vous le savez, j’adore les comédies romantiques en manga. Plus précisément, j’adore les comédies romantiques au masculin. Le genre est ultra codifié, mais je suis intimement convaincu qu’il est possible de tordre les codes du genre ou s’en détourner pour réussir à se renouveler. Ainsi, j’ai souvent un œil sur les nouvelles comédies romantiques qui débarquent chez nous, afin de voir comment elles peuvent proposer des expériences de lectures intéressantes, qu’elles s’ancrent profondément dans les codes du genre, ou au contraire, qu’elles cherchent à s’en écarter. Ainsi, je suis ravi de voir Girlfriend Girlfriend débarquer chez Noeve Grafx, car dès son pitch, la série nous laisse à penser qu’elle sera particulière.

Je remercie au passage l’éditeur pour l’envoi d’une épreuve numérique de ce premier tome.


Girlfriend Girlfriend, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’une des nombreuses comédies romantiques en cours actuellement dans le Weekly Shonen Magazine (qui accueille également les séries de Kouji Seo ainsi que Rent-a-Girlfriend, entre autres), comptant actuellement six tomes au Japon, ainsi qu’une adaptation animée.

Un parcours classique pour un manga à succès issu de ce magazine, mais là où il est beaucoup moins classique, c’est dans son concept de départ et son ton. En effet, l’intrigue est on ne peut plus simple : Naoya, élève de seconde, est en couple avec Saki, qu’il aime profondément. Mais un jour, une autre élève nommée Nagisa vient lui déclarer sa flamme. La jeune fille étant si mignonne et gentille, Naoya n’ose pas l’éconduire, et va plutôt décider de convaincre Saki d’accepter une relation à trois ! Cette dernière accepte un peu par dépit, et tout ceci sera le point de départ d’une comédie particulièrement hilarante.

D’emblée, il faut donc préciser quelque chose. Le pitch peut tout à fait sembler de mauvais goût, avec cette relation à trois qui semble clairement privilégier le personnage masculin dans l’affaire. Et si on peut, à raison, avoir un mouvement de rejet d’emblée, je pense que pousser un peu la curiosité sera au bénéfice du titre. Personnellement, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, et je me demandais même si la série n’allait pas poser de façon sérieuse la question du polyamour (l’idée selon laquelle il est possible et acceptable d’aimer plusieurs personnes à la fois).

Saki et NagisaAu contraire, l’auteur semble avoir conscience du côté moralement très limite de son histoire, et a préféré en jouer, misant sur un excès constant dans le ton et les situations, qui fait qu’on ne peut pas vraiment prendre tout ça au sérieux. J’entend par là que les réactions des personnages sont toujours tellement over the top que finalement, on prend pas mal de distance vis-à-vis de l’aspect moral de l’histoire. Et si on pourrait continuer à rejeter cet élément, considérant quand même que c’est d’assez mauvais goût, j’ai pour ma part trouver ce premier volume déjà particulièrement savoureux grâce à cet humour particulièrement efficace.

Hiroyuki entre vite dans le vif du sujet, sans se questionner sur la vraisemblance des réactions de ses personnages. Ainsi, les deux filles acceptent très rapidement cette situation, quand bien même Saki n’en est pas franchement ravie, mais ils vont en plus rapidement cohabiter tous les trois sans que ça ne soit vraiment questionné. Encore une fois, tout cela fonctionne grâce à un ton qui sait manier l’excès et le côté un peu grotesque de la situation. Ce faisant, le mangaka a toute latitude pour développer des scénettes savoureuses où la jalousie, l’humour et un peu de coquinouterie se côtoient. Le tout avec une traduction qui confère un tempo comique bienvenu à tout ça, car une autre force de ce premier tome est son rythme assez frénétique.

Mais en plus, le récit arrive à concilier quelques passages attendus du genre, en les exploitant toujours avec son ton si particulier. Si bien que la lecture a déclenché chez moi de nombreux éclats de rire. Bien que, comme je l’ai déjà signalé, il se peut tout à fait que l’on adhère pas au style particulier du titre. Mais me concernant, je dois dire que toutes les situations ont fait mouche. Je m’interroge néanmoins sur la possibilité de maintenir un ton pareil sur la durée. Car la série a déjà 6 tomes au compteur, et si je peux envisager sans souci un titre réussi et constant sur 5 à 10 volumes, il est possible que si elle s’étire en longueur, on y perde en impact. À voir comment le mangaka va gérer tout ça, et dans quelle direction il va amener son récit.

Car si il commence sur les chapeaux de roue, avec son concept assez barré et son ton si particulier, le revers de la médaille est qu’il va devoir réussir à maintenir son niveau sur la durée. En l’état, ce premier tome est une excellente surprise donc, qui a créé de grosses attentes pour la suite chez moi. À charge désormais pour Hiroyuki de confirmer ce très bon départ !

6 commentaires

  1. Je trouve ça dommage comme parti pris. Choisir de tourner ça à la farce (grossière ?) c’est méprisant pour les personnes qui sont en relation polyamoureuse et ça n’aide pas les gens à cesser de les juger pour ça alors que c’est un style de vie comme un autre pourvu que tout le monde soit d’accord. Quand tu pars sur la comédie dans une relation hétéro normée, c’est moins un souci parce que justement, c’est la norme quasiment partout dans le monde mais là… Boarf. Enfin c’est mon avis, ça ne m’attire pas du tout comme idée. Du coup, je vais carrément rester loin de ce titre 😀

    Aimé par 1 personne

    • Pour le coup, je pense que la question de polyamour n’est même pas abordée, et ne dois même pas avoir traversé la tête de l’auteur. À mon avis il cherchait surtout un ton et un pretexte pour faire une romcom avec plusieurs filles autour du personnage principal.
      À mon avis, c’est typiquement le genre de manga pour lequel il n’est pas pertinent de chercher à apposer une interprétation et une grille de lecture de l’ordre de la morale ou des moeurs. Je pense vraiment que le but est d’être drôle en partant de ce pitch particulier traité avec excès. Et sur ce point, ce fut une très bonne surprise, mais encore une fois, c’est typiquement le genre de romcom qui va beaucoup diviser. Et comme de base tu n’apprécies pas trop le genre, je ne te recommanderai pas celle-là pour te réconcilier ^^’

      J'aime

      • C’est quand même malheureux parce qu’il y avait moyen de faire mieux mais bon ! Comme tu dis je ne suis pas bon public pour ce genre. J’avais juste envie de réagir parce que ça m’a agacée xD

        Aimé par 1 personne

      • Je peux comprendre.
        A vrai dire, je pense que le shonen est pas franchement le bon genre pour aborder un tel sujet. Il y a une immaturité émotionnelle et sexuelle propre à la romcom dans le genre qui fait que ça serait sûrement pas très pertinent.

        Corps Solitaires dans la collection Life pourrait peut-être aller dans cette direction, je dis bien peut-être.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.