Mon avis sur… Welcome to the Ballroom T.1 de Tomo Takeuchi

Welcome_to_the_Ballroom_1_noeve

J’adore la danse ! C’est bien la seule discipline sportive que je trouve intéressante à regarder. Il y a un plaisir des corps en mouvement et de la chorégraphie qui m’enthousiasme et m’hypnotise. Je ne saurai exactement dire pourquoi, alors que je ne sais absolument pas danser, je vois cependant dans cette pratique quelque chose qui force le respect et l’admiration. De ce fait, Welcome to the Ballroom était certainement la licence que j’attendais le plus chez Noeve Grafx, alliant ma passion pour la danse à celle pour le manga sportif. Les deux ensemble ne pouvaient faire qu’un cocktail détonant, non ? Voyons ça tout de suite !


Je précise que la lecture a été faite à partir d’une épreuve numérique fournie par Noeve Grafx, que je remercie au passage. Je ne pourrai pas juger la qualité de l’édition, mais pour avoir vu des photos sur les réseaux, et en connaissant l’éditeur, il semblerait qu’on soit encore face à un travail de toute beauté.


Welcome to the Ballroom est un shonen sportif de Tomo Takeuchi qui concilie les deux passions de l’autrice : le manga et la danse, qu’elle pratique également. La série est prépubliée dans le mensuel Gekkan Shonen Magazine depuis 2012, et compte 11 tomes au Japon. On peut imaginer de ce fait que la parution chez nous sera relativement espacée pour éviter de trop rapidement rattraper le rythme japonais, le second tome étant programmé pour fin septembre. Le manga a également connu une adaptation animée qui a beaucoup joué dans l’intérêt du public français pour la série, comme souvent.

La série se présente comme un shonen sportif assez classique dans ce premier tome, que ce soit via son personnage principal je m’enfoutiste qui se découvre une passion dévorante pour la danse, ou certains codes esthétiques et narratifs. Mais, comme nous allons le voir, elle arrive à se démarquer en abordant une discipline finalement pas si souvent investie (de but en blanc, je ne pourrai citer que Subaru et Le Chant des souliers rouges comme mangas de danse, même si j’imagine qu’il en existe d’autres), et surtout, par un travail esthétique vraiment impressionnant.

Collégien, Tatara Fujita n’a ni talent ni passion et ne sait pas quoi faire de sa vie. Le hasard et une bande de caïds mal intentionnés l’amènent à rencontrer Kaname Sengoku, un danseur professionnel qui l’attire dans un studio de danse de salon. Tatara y découvre l’univers de la danse sportive.

Le résumé montre bien en quoi le pitch de départ est plutôt classique. De ce fait, pas grand chose à dire sur le déroulement narratif de ce premier tome. Tatara va se retrouver à suivre un cours de danse par le plus grand des hasards, et va vite se prendre de passion pour la discipline. Si, en tant que débutant, il n’est vraiment pas au point, il se fait déjà remarquer par sa persévérance, mais aussi, son talent pour reproduire les mouvements et les postures des danseurs. Une idée relativement classique du débutant qui a un petit quelque chose en plus, qu’on retrouve très souvent dans le manga sportif.

Cependant, ce premier tome arrive à se démarquer grâce à deux choses : d’une part, une esthétique particulièrement ample et soignée, et de l’autre, un travail d’écriture qui met parfaitement en avant la physicalité de la discipline, en même temps qu’un aspect sensuel qui, à mes yeux, est souvent évident dans les danses de couple.

Pour ce qui est de l’esthétique, on sent bien que la mangaka connait sur le bout des doigts son sujet, et accorde un soin maniaque aux postures des personnages ainsi qu’à leurs mouvements. L’écriture met en avant l’idée que les personnages se révèlent sur le dancefloor, et on retrouve totalement cet aspect dans le dessin. Même Tatara, pourtant débutant, a l’air bien plus grand et assuré lorsqu’il se met en position. Mais cela se voit tout particulièrement pour les danseurs expérimentés que l’on rencontre dans ce premier tome, notamment la jeune camarade de classe de Tatara qui sent bon le love interest : Shizuku Hanaoka.

La danse mettant en avant les corps en mouvement et les postures, il est évident que travailler cet aspect dans la pratique en couple procure une certaine charge sensuelle, d’autant plus pour un ado tel que Tatara, un peu travaillé par ses hormones. Rassurez-vous cependant, rien d’osé ou de mauvais goût là-dedans, simplement la réalité d’un adolescent qui remarque d’autant plus la beauté de sa camarade lors de ses prouesses scéniques.

Sur ce point, je trouve que la mangaka a parfaitement capté un des éléments qui rend la danse si fascinante à regarder, qui est qu’il s’agit selon moi de la discipline qui met le plus en valeur les corps et leur beauté. De ce fait, la mise en scène très travaillée contribue grandement au plaisir de lecture, mais aussi au discours sur la danse. J’espère d’ailleurs que par la suite, l’écriture et l’esthétique continueront de fonctionner de concert pour épouser l’évolution des rapports entre personnages.

Ainsi, ce premier volume s’impose d’ores et déjà par son dessin somptueux et percutant, qui met parfaitement en valeur la discipline. De même, il y a quelque chose dans l’écriture qui permet de comprendre ce qui se joue en particulier dans la danse. De ce fait, il est clair que cette introduction est de qualité. Cependant, ce premier tome est peut-être un peu trop engoncé dans les codes du shonen sportif. Si ce n’est pas un problème à proprement parler, j’espère quand même que la suite des événements saura apporter un petit quelque chose en plus en terme d’écriture pure, afin que ce point se hisse à la hauteur du dessin. Quoi qu’il en soit, cette entrée en matière remplit parfaitement son rôle, car je suis impatient de lire le second tome en septembre. Mais on est passé à ça du coup de cœur.

Welcome_to_the_Ballroom_promo_1

19 commentaires

  1. Même sentiment que toi de quelque chose d’assez classique et bien fichu, donc prometteur qui donne envie. J’ai quand même un petit peu de mal parfois avec les dessins, je trouve que leur vitesse donne un sentiment de flou qui empêche de bien voir la la fluidité des mouvements, la réalité des mouvements.
    Mais dans l’ensemble ça donne quand même vraiment très envie de poursuivre !

    J'aime

  2. Ah ouais, la danse c’est le seul sport qui te plaît à regarder ?!
    Team athlétisme total ! Je crois bien qu’il n’y a que ça que je regarde, et encore…
    Et je me demande maintenant s’il y a un manga sur l’athlétisme.

    Aimé par 1 personne

    • Il y en a forcément. Suzuka de Kouji Seo a pour toile de fond l’athlétisme, mais pas sur que ce soit le vrai cœur du récit.
      Mais il doit bien y en avoir d’autres.

      Mais ouais, la danse est vraiment la seule discipline pour laquelle j’ai un intérêt esthétique.

      Aimé par 1 personne

      • Yes, en effet. J’y ai pensé mais comme ce n’est « que » de la course, je me suis demandé si ça passait. J’associe l’athlétisme à plusieurs disciplines, je ne sais pas si c’est un tort.

        J’ai trouvé Running Girl sympa, mais encore une fois, le format en seulement 3 tomes pour une série de sport, c’est clairement insuffisant. On finit cette serie vraiment frustré.

        Aimé par 1 personne

      • Non dans l’athlétisme tu as plusieurs disciplines donc ça ne me semble pas être un tort que de le voir comme ça ^^. Mais on peut dire qu’on y traite malgré tout de l’athlé via un focus sur une discipline?

        Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ton retour sur le titre! De mon côté je me suis procuré mon tome à la sortie mais je ne l’ai pas encore lu trop pris par ma relecture de SD sur mon peu de temps libre ^^. En tout cas ça me donne envie de le lire rapidement ensuite!

    Aimé par 1 personne

    • J’ai tiqué sur SD avant de comprendre que c’était Slam Dunk 🤣
      Moi ma relecture a tourné court, tant pis, je me ferai les derniers tomes comme ça. Il y aura relecture plus tard. Je replonge quand même dans quelques passages en vu de l’écriture de quelques articles sur la série, et mon Dieu les frissons, et mon Dieu comme Inoue a monté en puissance en terme de dessin !

      Welcome to the Ballroom est vraiment une bonne lecture, ça ne fait aucun doute, en partie grâce à son visuel vraiment somptueux. Mais j’espère que le récit saura sortir des Carcans du manga sportif pour prendre de la hauteur et passer au niveau Supérieur.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.