Karate Heat T.1 et En Garde ! T.2 – Le shonen sportif est-il adapté au format court ?

Karate Heat En Garde

La collection Sport Addict de Pika s’enrichit d’une nouvelle discipline avec Karate Heat, série en trois tomes de Eiichi Kitano, qui nous arrive en même temps que le second tome de En Garde ! L’occasion de revenir conjointement sur les deux titres, et de se poser la question de l’importance de la durée dans le genre du shonen sportif. Car les deux ont pour point commun de ne faire que trois volumes, répondant à la logique de la collection depuis ses débuts (la série la plus longue sur les cinq parues faisant 7 tomes).


Un grand merci à Pika pour l’envoi de ces deux titres. Vous pouvez retrouver un aperçu de chacune sur le site de l’éditeur : lien pour Karate Heat – lien pour En Garde !

Vous trouverez également mon avis sur le premier tome de En Garde ! ICI


Présentation de Karate Heat

Karate Heat est la deuxième série du mangaka Eiichi Kitano, prépubliée dans le Weekly Shonen Magazine en 2016, et terminée en trois volumes. Une si faible durée pour un titre sportif dans un tel magazine me laisse à penser qu’il n’a pas trouvé son public et a été arrêté prématurément. Quoi qu’il en soit, le mangaka n’est pas totalement inconnu chez nous puisqu’on a déjà eu droit à sa série actuelle chez Glénat, L’Oxalis et l’or, qui ne m’a pas vraiment convaincu, la faute à un ton beaucoup trop léger par rapport à son sujet.

Ici, la légèreté n’est pas interdite puisqu’on est dans un shonen sportif classique, centré sur la pratique du Karaté, où Takumi, un jeune prodige de la discipline qui n’a pas d’ami va nouer un lien spécial avec notre héros, Shinya, débutant dans ce sport, mais se révélant avoir des prédispositions exceptionnelles, notamment en terme de posture. Ainsi, les deux vont entrer dans le même collège et s’inscrire dans le club de Karaté, l’occasion de rencontrer d’autres pratiquants plus vieux, et de progresser.

Shinya et Takumi

Une structure ultra classique, mettant en avant le sport et les valeurs collectives qu’on lui associe fréquemment. Cependant, cette structure me semble adaptée pour des séries au long cours, et nous allons voir en quoi cela pose problème à la fois pour Karate Heat et pour En Garde !

La question de la longueur dans les séries sportives

En effet, les deux séries partagent un postulat de départ similaire, puisque dans les deux cas on a un personnage principal qui a des prédispositions incroyables pour un sport qu’il ne connait pas du tout, et la rencontre avec un.e praticien.ne de la discipline en question va faire naître une passion. Dans les deux cas, il y a un petit groupe de personnage qui gravite autour du héros/de l’héroïne, avec les camarades du club, l’entraîneur, les rivaux. Et dans les deux cas, on se frotte à la problématique de la durée très courte, avec trois tomes pour chacune des deux séries.

Or, le genre du shonen sportif a selon moi besoin de temps pour s’exprimer. On doit en effet caractériser et faire évoluer un personnage principal, aussi bien dans son rapport à la discipline, dans ses compétences et surtout, en tant qu’individu (par le biais du sport et du rapport à l’autre bien souvent). Cet aspect seul demande déjà du temps pour être développé efficacement. Mais en plus, il y a tout un tas de personnages secondaires à développer autour.

Et, cerise sur le gâteau, on lit quand même des mangas de sport… pour y voir du sport ! De ce fait, les confrontations doivent prendre une certaine place, et nécessitent également qu’on y accorde un certain temps afin de bien mettre cet élément en valeur.

Dans des deux séries dont il est question ici, l’avantage en terme de mise en scène du sport est qu’il s’agit de disciplines où les confrontations sont courtes. On n’est pas dans les 90 minutes d’un match de foot ou les 40 minutes d’un match de Basket. En quelques secondes (ou minutes) et quelques passes d’armes, le tour est joué. De ce fait, on peut enchaîner les affrontements rapidement, sans s’appesantir pendant des pages et des pages sur le moindre geste. Avec un travail efficace sur les postures et les mouvements clés, les mangakas peuvent tout à fait nous faire ressentir le frisson de la compétition.

Chika Escrime

Le souci ici vient plutôt du fait que toute la construction, notamment des personnages, est trop rapide pour que l’on arrive à totalement se projeter dedans. Dans un cas comme dans l’autre, tout va trop vite, les enjeux sont trop rapidement traités, pour tirer pleinement partie de ce qui est mis en place. Et surtout, il est évident que certains enjeux à long terme qu’on peut anticiper, et qui sont des classiques du genre, comme la montée en gamme jusqu’à une compétition majeure qui marquera le climax de la série, ne pourront avoir lieu.

Ainsi, une telle durée condamne à ne raconter que les prémices de la Grande Histoire de ces personnages, esquissés à grands traits. Ce n’est pas forcément problématique, mais cela donne d’emblée un sentiment de frustration. Certaines séries arrivent mieux que d’autres à gérer cet écueil, par exemple, Swimming Ace a très bien tiré partie de ses 5 tomes pour présenter des personnages qui ont beaucoup de relief, avec une compétition généreuse, et une fin ouverte qui passe bien, même si un peu forcée. Dans le cas de Karate Heat et En Garde !, j’ai nettement plus de réserves sur la possibilité d’une construction narrative globale satisfaisante.

De bonnes lectures malgré tout ?

Mais si cet aspect est un écueil qui mérite d’être souligné, cela ne veut pas dire pour autant que tout est à jeter. En effet, les deux séries ont des qualités réelles, puisque la lecture dans les deux cas passe agréablement. Si je devais donner une préférence, elle irait cependant à En Garde ! pour le moment. D’une part, je trouve le trait de Tamaru bien plus assuré et personnel, avec des character designs simples mais efficaces, et une constance dans la qualité du dessin, là où Kitano est bien plus inégal. De plus, Karate Heat pèche dans le dynamisme des postures, élément fondamental pour le genre.

Ensuite, l’héroïne de En Garde ! a bien plus de relief, là où son équivalent masculin Karatéka est beaucoup trop lambda. Mais, dans les deux cas, le récit est dynamique et permet de passer un moment de lecture franchement agréable.

Cependant, je l’avais déjà souligné lorsque j’ai abordé le premier tome de En Garde !, mais je ne suis pas convaincu que le moment agréable (et tout aussi oubliable) que l’on puisse passer avec ces séries suffise pour justifier un passage en caisse dans un domaine aussi concurrentiel que le manga, surtout avec les nouvelles séries sportives fleuve qui débarquent.

La courte durée (et donc le faible investissement), et les disciplines rarement vues dans le domaine pourraient être un atout pour ces deux titres au moins pour un certain public. Me concernant, je ne peux nier que, malgré le moment de lecture agréable, les deux sont promises à finir dans la catégorie des lectures anecdotiques, oubliées aussi rapidement qu’elles seront lues. Ce n’est pas grave en soi, mais avec toutes les sorties qui s’enchaînent, pas sur qu’elles puissent se démarquer.

5 commentaires

  1. Tu confirmes ce que je craignais pour ces séries. C’est justement cette crainte du trop peu qui m’a empêché de les prendre. Swimming Ace était déjà juste de ce côté-là tout comme Attacker You. Pour moi aussi, le sport a besoin de plus de tomes pour développer son propos et ses personnages, en général bien sûr, puisqu’il y a toujours des exceptions ^^

    Aimé par 1 personne

    • Oui, il y a toujours des exceptions. Déjà, en s’écartant du cadre collègien/lycéen, il est possible de faire quelque chose de plus resserré.
      Mais là, clairement, on ressent bien ce problème de durée. Si tu trouves Swimming Ace déjà juste (à raison d’ailleurs), dis toi que là c’est encore plus important.

      Au moins tu es prévenue !

      Aimé par 1 personne

    • Je n’ai pas lu Eyeshield, mais je pense l’emprunter un jour en médiathèque.

      Tu l’auras compris, je pense que ces séries courtes sont à réserver aux accros complets des sports en question ou des mangas du genre qui auraient déjà lu tous les titres majeurs existants.

      Aimé par 1 personne

      • C’est une série que j’adore, pourtant je ne comprend presque rien au foot US (au foot en général d’ailleurs ^^).
        Je suis bien d’accord avec toi, pour moi il faut du temps pour qu’on puisse au moins comprendre les règles du sport dont il est question et surtout pour faire monter le suspense face aux enjeux des compétitions.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.