Mon avis sur… Lonely World T.1 de Iwatobineko

Lonely World

« Un golem est, dans la mystique puis la mythologie juive, un être artificiel, généralement humanoïde, fait d’argile, incapable de parole et dépourvu de libre-arbitre, façonné afin d’assister ou défendre son créateur. » La figure du golem est incontournable dans la fiction, même si on connait mieux son cousin plus moderne, le robot. Cette figure fascine et interroge beaucoup, si bien que lors de l’annonce de la parution de Lonely World chez Ki-oon, j’étais d’emblée intrigué via le recours à cette créature particulière. 

Et Ki-oon ayant eu la gentillesse de m’envoyer ce premier volume, qu’ils en soient remerciés, j’ai pu le lire pour m’en faire un avis plus précis, et si cette entrée en matière pose énormément de questions, elle n’en reste pas moins intrigante et séduisante. Voyons donc ce qu’il en est !

Avant de commencer, je vous invite si vous êtes intéressé à jeter un œil sur l’extrait d’une cinquantaine de pages via ce lien.

Les golems sont des robots autonomes, créés pour remplir toutes les fonctions nécessaires à la société. Même en l’absence d’humains, ils continuent leur travail inlassablement… Shii, une petite fille, erre seule dans une ville remplie de ces machines, où d’effrayants “cônes” la poursuivent sans qu’elle sache pourquoi. Dans sa fuite, elle ne croise aucun autre représentant de son espèce. Seuls des golems la fixent en silence…

Alors qu’elle est sur le point d’être capturée, l’un d’entre eux, Bulb, lui porte secours et l’invite à le suivre chez son maître. Or, celui-ci est décédé depuis longtemps… mais le robot n’en a pas conscience. Et lorsque Shii le lui apprend, il enclenche le mode auto-destruction ! La fillette panique. Cet automate est son unique soutien depuis qu’elle s’est réveillée le jour même, sans mémoire ni repère… Elle le convainc d’accepter une nouvelle mission : la protéger, elle, la dernière humaine ! Avec son aide, elle devra se faire une place dans ce monde étrange et résoudre le mystère de la disparition de ses créateurs…

Lonely World est un seinen de Iwatobineko, prépublié dans le Manga Action de Futabasha depuis 2019, avec deux tomes parus au Japon. Une acquisition rapide donc de la part de Ki-oon, sans doute car le titre a d’emblée un côté très fascinant, à la fois dans son esthétique marquée et dans ce qu’il raconte, reprenant à son compte un certain imaginaire. De même, le titre semble s’inscrire dans la vague d’ouvrages où un jeune enfant (ici une fille) est accompagnée d’une créature fantastique, à l’image de The Ancient Magus Bride, Somali, etc… Cependant, impossible pour moi de pousser la comparaison plus loin car je crois n’avoir jamais lu de manga de ce genre.

Quoi qu’il en soit, nous faisons dans ce premier tome la connaissance de la jeune Shii, visiblement la seule humaine dans cette cité remplie de golems. Elle cherche à rester cachée des « cônes », qui ressemblent un peu à des policiers golem, et va être protégée par un certain Bulb, automate incapable de parlé, qui l’amène chez lui afin qu’elle soigne son maître. Le problème est que l’homme est déjà réduit à l’état de squelette.

En effet, il semblerait que Shii est la première humaine que rencontrent les golems depuis plusieurs siècles. Elle-même l’ignorait, n’ayant aucun souvenir. C’est alors que la fillette et Bulb vont devenir inséparables, se dernier décidant de la protéger des cônes. On commence alors à prendre quelques marques dans cet univers, voyant quelques éléments familiers comme… un kébab ! Cependant, tout reste extrêmement nébuleux. La jeune fille va trouver des indices, les amenant dans différents lieux, glanant ci et là des informations éparses sur ce monde et sur ces golems, mais absolument rien qui ne nous permette à ce stade de vraiment savoir de quoi il en retourne.

LonelyWorld_planche3

De ce fait, ce premier tome introductif ne fait qu’étoffer le mystère, pour mon plus grand plaisir. Car à la fin de la lecture, les questions se bousculaient et j’avais vraiment envie d’en savoir davantage, ce qui est le premier gros point fort du titre. L’autre qualité dans l’écriture vient de ce tandem (qui est presque un trio, je vous laisse découvrir en quoi), qui fonctionne très bien. Si Bulb n’est pas doué de parole, et a un corps sans visage (juste un gros oeil), il arrive quand même à être étonnamment expressif et à transmettre des choses. Sur ce point, c’est également une belle réussite.

Dernier point concernant l’écriture, le manga arrive à très bien gérer ses ambiances et son rythme, passant de moments calmes et intimistes à des séquences d’action plus nerveuses. Et si la série ne devrait pas trop verser dans la grosse action pétaradante, tout ceci contribue à donner du rythme et de la tension à l’ensemble. En résulte une lecture particulièrement fluide, sans fausse note ni temps mort… Mais sans moment wahou non plus, le cœur du sujet restant ces mystères autour de l’univers, de Shii et de Bulb.

Enfin, l’esthétique globale du titre est à l’avenant, comme souvent dans les mangas que nous déniche Ki-oon je trouve. J’ai le sentiment que la direction artistique globale est sous influences orientales, que ce soit dans les textiles ou les décors, avec une touche d’imaginaire SF également. Cet aspect confère une identité propre au manga, quand bien même on ressent quelques influences en terme d’esthétique. Mais le résultat n’en reste pas moins flatteur à l’œil, et contribue au plaisir global de la lecture.

LonelyWorld_planche5En résumé, ce premier tome de Lonely World pose un début de cadre des plus mystérieux. On ne peut pas encore s’avancer sur la teneur réelle du récit, même si on voit déjà que la découverte des origines de Shii et son importance dans ce monde seront au cœur de l’histoire. Quoi qu’il en soit, loin d’être une source de frustration, tous ces mystères concourent au contraire à rendre cette entrée en matière tout à fait fascinante. De ce fait, je suis vraiment très curieux d’en apprendre plus, en espérant que la question des golems soit bien développée, car c’est ce qui m’intéresse le plus, à l’image du personnage de Bulb qui me fascine déjà !

27 commentaires

    • Au final, le résumé raconte le premier chapitre, mais il se passe déjà pas mal de choses dans ce volume.

      C’est vraiment une mise en place, qui pose l’univers, les enjeux, et les mystères à résoudre. Je trouve que ça fonctionne très bien, même si ce n’est pas furieusement original.
      Que ce soit dans le déroulement ou l’univers, ça renvoie à des choses déjà vues, mais je dois avouer que maintenant que je suis lancé, j’ai envie d’en voir plus !

      Aimé par 1 personne

  1. Même si je suis un peu moins emballée à cause des ressemblances que je ressens avec d’autres lectures, je me reconnais bien dans ta chronique.
    Je partage ton sentiment sur la bonne gestion des ambiances et du mystère. J’aime aussi le mélange des influences orientales et occidentales.
    Je trouve aussi que ça peut être prometteur selon la direction que ça prend.
    J’espère juste que ces deux petits tomes seulement en 3 ans ne cachent pas une mauvaise surprise…

    Aimé par 1 personne

  2. Le mot « golem » servit également à nommer les fantassins ennemis de « Kyōryū Sentai Zyuranger » (1992) *, en raison de leur apparence.

    * La première série utilisée pour créer la franchise « Power Rangers ».

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.