Kaguya-Sama – Love is War T.3 de Aka Akasaka et Hitman T.5 de Kouji Seo

Kaguya Sama et Hitman

Entre Pika et la comédie romantique shonen, c’est une longue histoire ! Déjà à l’époque de Manga Player, l’éditeur avait sorti quelques romcom à succès, et devenu Pika, il a continué. De Ah ! My Goddess en 2001 à aujourd’hui, les séries se sont enchainées, si bien qu’on a toujours de quoi se mettre sous la dent dans le genre. Aujourd’hui, on va revenir sur les derniers tomes en date de deux des grosses séries du moment chez Pika, à savoir Kaguya-Sama et Hitman. Deux séries qui abordent le genre de façon très différente, rappelant que la comédie romantique au masculin embrasse un spectre très large, pour mon plus grand plaisir !

Avant de commencer, je remercie Pika pour l’envoi de ces deux volumes.


Je trouve particulièrement intéressant d’aborder conjointement ces deux titres, car il y a un grand écart stylistique de l’un à l’autre. Alors que Kouji Seo nous fait un pur shonen de romcom à la Kouji Seo avec Hitman, exploitant parfaitement les codes du genre, Kaguya-Sama cherche au contraire à s’en éloigner pour proposer une expérience bien différente. Cela vient surement en partie du fait que la série est prépubliée dans un magazine seinen. L’idée n’est pas de dire qu’une proposition est meilleure que l’autre, mais surtout, que le genre peut être exploité de bien des façons, en fonction des envies et des idées des auteurs.

HitmanEt c’est une grande chance pour nous, lecteurs (et lectrices !), car cela permet d’élargir nos horizons en terme de romcom, un genre que j’affectionne tout particulièrement. Ainsi, Hitman déroule un récit relativement classique où le personnage masculin est entouré de femmes (quand bien même il travaille dans le milieu éminemment masculin du Weekly Shonen Magazine), et va se retrouver dans des situations parfois improbables, propices aux rapprochements amoureux. Je l’avais déjà souligné lorsque j’ai abordé les tomes précédents, mais le cadre particulier du monde du manga est l’occasion pour l’auteur de mettre en abyme les codes du genre. Cependant, il ne cherche pas à prendre de la distance vis-à-vis d’eux, mais au contraire, les embrasse avec plaisir pour rester dans un pur schéma à la Seo.

Au point où il va d’ailleurs jouer dans ce cinquième volume la carte de la continuité, puisqu’il va faire intervenir les personnages principaux de sa précédente série, Fuka. Car il faut savoir que l’auteur, en plus d’être spécialisé dans la romcom, les fait toutes se dérouler dans le même univers (en l’occurrence, le notre), lui permettant de créer des passerelles d’une série à l’autre, pour le plus grand plaisir des fans. C’est donc ici chose faite, et la connivence joue à plein régime dans sa façon de mettre en scène le groupe de Fuka.

Au-delà de ça, l’aspect manga reprend le dessus par rapport au côté romcom, mais le tout reste parfaitement équilibré, et toujours aussi agréable à suivre. Mais de ce fait, ce volume a une vibe plus proche de Bakuman dans son côté pression des délais et coups de Trafalgar de dernière minute, de quoi pimenter un peu tout ça. Ainsi, on se retrouve encore une fois avec un volume des plus carrés et agréables à suivre, pour peu qu’on apprécie les ficelles de Kouji Seo. Me concernant, c’est totalement le cas, et le classicisme de l’approche me plait on ne peut plus !


Kaguya SamaAu contraire, Kaguya-Sama s’impose grâce à un concept fort et original. J’en avais parlé dans mon article sur les deux premiers volumes, l’idée de la série est que l’amour est vu comme une guerre, qui sera perdue par la première personne à déclarer sa flamme. Ainsi, Shirogane, le président du bureau des élèves, et Kaguya, la vice présidente, se lancent dans une bataille d’égo pour faire craquer l’autre.

Ce troisième volume est structuré de la même façon que les deux premiers, où chaque chapitre est l’occasion d’une situation cocasse qui va dégénérer, chacun cherchant à gagner du terrain sur l’autre. Et si la structure est ultra répétitive, le mangaka ne manque pas d’idée pour à chaque fois rendre ces joutes jouissives et à mourir de rire, si bien qu’aucun chapitre ne semble faiblir pour le moment.

De plus, l’univers clos de l’école permet de développer au fil des chapitres de nouveaux personnages (et c’est le cas dans ce troisième tome), et d’étoffer leurs relations à tous. Ainsi, on sent malgré la structure narrative un véritable souci de continuité qui fait plaisir à voir, et qui me semble surtout nécessaire compte tenu de la durée de la série. Car si l’humour est vraiment, vraiment très réussi, il a besoin de s’appuyer sur une histoire et des personnages solides, ce qui par chance est le cas ici.

De ce fait, Aka Akasaka arrive à trouver un équilibre parfait entre les sketchs auto-conclusifs et le développement d’une narration sur le long terme, qui passe par les personnages et l’évolution de leurs relations, ainsi que ce cadre scolaire. Et je suis intimement convaincu qu’on a vu là que la partie visible de l’iceberg et que l’auteur nous réserve encore de belles surprises. Ce qui est certain, c’est qu’on tient toujours là une très très belle surprise et une des séries fortes de l’année 2021 selon moi.


Ainsi, que ce soit via des codes ultra classiques mais exploités avec sérieux et talent dans Hitman, ou par le biais d’une narration et d’un concept très originaux avec Kaguya-Sama, les amateurs et amatrices de comédie romantique auront largement de quoi être servis. Pour ma part, je dirai quand même qu’à l’heure actuelle, Kaguya-Sama me semble celle qui a le plus gros potentiel des deux. Mais dans un cas comme dans l’autre, je ne boude pas mon plaisir devant ces histoires pleines de sentiments encore non avoués ! 

8 commentaires

    • Oui, c’est une habitude chez l’auteur, par exemple Fuka est la fille des personnages principaux d’une de ses précédentes séries. Ca ne veut pas dire qu’il faut avoir tout lu mais ça apporte quand même un petit plus quand on connait les personnages.

      J’aime

  1. Pour Love is War, tu me confirme donc que la structure reste la même, je vais donc passer mon tour pour le reste… L’auteur nous réserve peut être des surprises, mais si il faut attendre plus de 20 tomes pour la découvrir, je dis non ! J’ai d’autres priorités. Après ce n’est peut être tout simplement pas ce que j’aime… les goûts et les couleurs…

    Aimé par 1 personne

    • Oui c’est toujours une question de gout de toute façon. Pour moi ça a vraiment été une excellente surprise et je trouve que l’auteur gère bien sa structure de recit. A voir quand même sur la durée, déjà savoir si ça reste comme ça, et si oui, s’il arrivera à se renouveler. Mais je ne le saurai qu’au fur et à mesure ça.

      J’aime

      • Puisque toutes les séries de Kōji Seo se déroulent un même univers, cela pose quelques questions :
        1. Existent-ils des détails montrant l’existence d’une chronologie ?
        2. Dans le cas contraire, peut-on lire chaque série de cet univers indépendamment des autres ?

        J’aime

      • Alors il existe des détails chronologiques. Par exemple, Fuka étant la fille des personnages principaux de Suzuka, on voit le temps qui est passé entre les deux séries (puisqu’ils étaient ados à l’époque). Hitman se déroule après Fuka puisqu’on retrouve le groupe de musique après les événements de Fuka. La temporalité n’est pas ultra précise, mais on peut réussir à se faire une idée. Et peut-être même que les plus mordus de l’auteur sauraient dire exactement le temps qui passe (si tant est que tout soit cohérent à 100%, ce que je ne peux pas affirmer).

        Par contre, on peut vraiment lire chaque série indépendamment car tous ces liens restent du domaine du clin d’oeil, et il n’y a vraiment pas besoin de tout connaitre pour comprendre et prendre plaisir a chaque série séparément.

        Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu le tome 5 de hitman la semaine dernière et j’en parle justement demain ! Je l’ai lu en même temps que le 3 et 4 et heureusement, car j’ai trouvé les deux tomes précédents moins bien à mes yeux, par contre le 5 est mon pref depuis le début 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.