Ao Ashi T.1&2 – Coup d’envoi pour l’éditeur Mangetsu

Ao Ashi

L’arrivée d’un nouvel éditeur sur le marché du manga est toujours un petit événement en soi. Et après l’annonce en fanfare de la naissance de Mangetsu, label dédié à la BD japonaise qu’on aime tant chez Bragelonne, sous la houlette de Sullivan Rouaud, déjà directeur de collection pour Hi Comics, les fans de mangas attendaient avec fébrilité l’arrivée de Ao Ashi, série footballistique fleuve qui donne le coup d’envoi pour l’éditeur. Ayant reçu en avance les deux premiers tomes de la série (je remercie Mangetsu pour ça), je peux vous proposer cet article, afin de vous encourager à rejoindre la Ao Army lors de la sortie le 26 mai prochain !

Cet article sera un peu particulier, puisque pour fêter ce petit événement éditorial, je vais dans un premier temps présenter un peu l’éditeur et le programme déjà annoncé pour les mois à venir, pour ensuite développer un peu plus ce qu’est Ao Ashi, avant d’en arriver à mon avis à proprement parler sur ces deux premiers tomes.

Mangetsu, nouveau challenger dans le manga game

C’est en janvier de cette année que l’arrivée de Bragelonne sur le marché du manga a été annoncée en grande pompe, avec la création de Mangetsu, signifiant « Pleine lune » en japonais. Sullivan Rouaud, déjà directeur éditorial de Hi Comics, la branche comics de l’éditeur est nommé directeur éditorial de Mangetsu. Depuis, les annonces se sont succédées sur les réseaux sociaux, avec des rendez-vous réguliers fixés les veilles de pleine lune.

Mangetsu

Ainsi, entre janvier et aujourd’hui, l’éditeur a annoncé pas mal de belles choses à même de s’adresser à un large public. Pour le moment, trois collections sont annoncées : « Shonen », « Seinen » et « Life », avec en bonus une collection Junji Ito, l’éditeur ayant réussi à acquérir les droits de l’oeuvre de l’auteur, à l’exception notable de Gyo, Spirale et La Déchéance d’un homme, qui sont chez Delcourt Tonkam.

Et le coup d’envoi pour l’éditeur a donc été programmé pour le 26 mai, avec la sortie des deux premiers tomes de Ao Ashi, dont il est question ici, dans la collection Shonen. Un choix qui me semble logique, puisque la série est la plus à même de frapper fort pour le lancement. Elle sera suivie par les deux premiers tomes de Chiruran le 2 juin, autre shonen fleuve (29 tomes en cours au Japon), cette fois-ci dans le registre historique avec une histoire de samouraï grand public. Le même jour sortira Le Mandala de Feu, one shot également historique, dans la collection Seinen cette fois.

Enfin, Tomie lancera la collection Junji Ito en juillet, qui s’étoffera au fil des mois avec aussi bien des rééditions d’anciens titres indisponibles, que des inédits. Cette focale mise sur un auteur en particulier me parle énormément, et on y reviendra avec grand plaisir. L’éditeur a d’ailleurs récupéré les droits de plusieurs titres de Tetsuo Hara, l’auteur de Hokuto no Ken, se déroulant dans l’univers de sa série phare.

Je m’arrête là dans le listing, le but n’est pas de faire un catalogue que personne ne va retenir. Je suppose que le site de l’éditeur sera mis à jour au fur et à mesure. Ce que je retiens, c’est que Mangetsu va déjà proposer deux séries très grand public au long cours, une collection centrée sur le maître de l’horreur, le retour de titres d’Hara, et quelques one shot dont certains semblent assez audacieux. Une belle touche de diversité, en attendant d’en voir davantage sur la collection Life qui m’intrigue aussi pas mal. De quoi proposer un début de catalogue attrayant, sans pour autant s’éparpiller.

Mais si on est ici, c’est pour parler de Ao Ashi, le titre de lancement de l’éditeur !

Resituons Ao Ashi

Ao Ashi est donc un seinen sportif, centré sur le foot, en cours depuis 2015 dans les pages du Big Comic Spirit de l’éditeur Shogakukan, magazine qui a notamment publié plusieurs titres de Urasawa et Matsumoto, entre autres auteurs et séries majeurs. Le manga en est déjà à 23 tomes reliés au Japon, de quoi assurer un suivi éditorial sur la durée pour Mangetsu. Il est par ailleurs le second titre de son auteur, Yugo Kobayashi, après Tenman à la carte, un shonen culinaire en 4 tomes inédit en France.

Le titre a déjà une solide réputation au Japon, puisqu’il totalise plus de 7 millions de volumes vendus, a un partenariat avec la J League et Kochi United, a déjà été adapté en spectacle live et aura droit à son anime en 2022. Et après une nomination au grand prix Manga Taisho en 2017, la série remporte le prix de la meilleure série au Shogakukan Award 2019.

Kochi United

Tout ça pour dire que le titre est déjà auréolé d’une solide réputation dans son pays d’origine, au point où on pouvait se demander pourquoi elle a tant tardé à arriver en France. Mais maintenant que c’est chose faite, nous allons pouvoir voir par nous même ce dont il est question.

La série est vendue par l’éditeur comme un titre à l’ambiance shonen sur le terrain, et seinen en dehors, pour une série prônant l’humilité, l’entraide et le travail en équipe. On y suit le jeune Ashito Aoi, collégien à Ehime qui va rencontrer lors d’un match un certain Tatsuya Fukuda, entraîneur de l’équipe des U18 (pour « Under 18 ») du Tokyo Esperion FC. Ce dernier a pour ambition d’amener cette équipe au plus haut niveau, et pour cela, cherche les adolescents les plus prometteurs pour en faire des graines de champion.

Convaincu du potentiel d’Ashito, il va l’encourager à passer la sélection pour rejoindre les jeunes du Tokyo Esperion FC. Les deux premiers tomes racontent donc cette rencontre ainsi que le début des sélections, donnant déjà bien plus qu’un simple avant goût de ce que l’auteur nous réserve, comme nous allons le voir.

Mon avis sur ces deux premiers tomes

Si certaines séries sportives prennent leur temps avant de mettre les pieds sur le terrain, Ao Ashi fait le choix de très vite déclencher les hostilités. Ainsi, nous rencontrons Ashito alors qu’il est en train de faire des prouesses sur le terrain dès les premières pages, ce qui l’amènera à se faire repérer par Tatsuya Fukuda. Ce dernier va lui demander de faire un exercice particulier pour qu’il travaille son positionnement, et devant l’acharnement du jeune garçon, sera convaincu de son potentiel et de sa combativité.

Coeur qui bat

C’est alors qu’il va convaincre sa mère et son grand frère de le laisser aller à Tokyo passer des sélections afin d’intégrer le Tokyo Esperion FC. Précisons au passage que sa famille est plutôt pauvre, en plus de vivre loin de la grande ville. Un élément social qui risque d’avoir son importance, car l’auteur met déjà plusieurs fois l’accent dessus, sans pour autant sombrer dans le misérabilisme. Mais on comprend que pour Ashito, faire carrière serait le moyen de mettre sa mère et son frère à l’abri du besoin.

Cependant, on a finalement peu le temps de s’appesantir sur tout cela, car ces deux premiers volumes sont menés tambour battant, Ashito arrivant très rapidement à Tokyo pour passer les sélections dans le premier tome. La première étape passée avec succès, le second tome nous permet d’assister au premier match du jeune héros et ses camarades postulants, face à l’équipe de réserve des U18 du Tokyo Esperion FC.

Ao Ashi

Ainsi, après une mise en place rapide et efficace qui arrive à tout de suite nous impliquer dans le récit et nous faire ressentir une forte empathie pour son héros, on a droit à ce que tout amateur/rice de manga de sport vient chercher : la compétition !

L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit d’être sélectionné pour intégrer les U18. Et le match sera déjà une épreuve pour le jeune Ashito. Je le répète à chaque fois que j’aborde un titre sportif, mais c’est un genre que j’aime énormément, alors même que le sport ne m’intéresse absolument pas dans la vraie vie. Mais je trouve que le genre, quand il est maîtrisé, arrive à nous faire ressentir de très fortes émotions, notamment grâce à l’aspect humain prépondérant. 

Cet aspect, allié à un travail de mise en scène, de découpage et d’esthétique globale, permet de donner le grand frisson que l’on vient rechercher dans le genre. Et en l’occurrence, ces deux premiers de Ao Ashi suffisent à convaincre sur cet aspect. En ayant suffisamment travaillé Ashito en amont, on arrive sans soucis à se projet en lui et à ressentir la tension et les émotions lors du match. Et l’empathie ne fonctionne d’ailleurs pas que pour lui, car ses équipiers qui sont aussi sur la sellette ont déjà droit à une caractérisation suffisamment réussie pour que l’on s’attache à eux et vibre à leurs côtés.

Enfin, car c’est un élément fondamental dans le genre et qui contribue aussi à l’impact des matchs, l’esthétique de l’auteur est déjà particulièrement réussie et assurée. Les character design des différents personnages les rend tous parfaitement identifiables et contribue à leur charisme, mais surtout, le travail de découpage et de posture, élément central dans le genre, est déjà de très belle qualité, proposant des planches somptueuses qui impriment la rétine. De quoi être confiant quand on sait que ce ne sont que les deux premiers tomes.

En conclusion

Vous l’aurez sans doute compris à ce stade, j’ai été particulièrement conquis par cette entrée en matière. Si on est dans un schéma assez classique, le fait d’entrer directement dans le vif du sujet en nous donnant un bon aperçu du talent que l’auteur peut déployer en terme de mise en scène et de gestion du rythme d’un match. Et en ayant développé en amont le personnage d’Ashito, le mangaka s’assure de l’investissement du lectorat dans le titre et ses enjeux.

De plus, il met en place plusieurs éléments qui seront à n’en point douter développés par la suite et qui pourraient contribuer à densifier comme il se doit le récit. Ainsi, avec ces seuls deux premiers tomes, je suis enthousiasmé par cette série au très fort potentiel. Sa longue durée et son succès au Japon contribuent à me mettre en confiance, car le genre sportif s’épanouit sur un grand nombre de tomes selon moi. Ainsi, le fait que l’on soit partis pour plus de 20 tomes m’enchante et je me vois déjà continuer l’aventure aux côtés d’Ashito durant des années !

24 commentaires

  1. Ah bah si c’est un label Bragelonne il sera boycotté comme le reste jusqu’à ce que la structure fasse preuve d’éthique et arrête de supprimer les commentaires des gens qui demandent une réaction à l’affaire Marsan. Merci de m’avoir appris que c’était relié car je n’en avais aucune idée 😅 puis de toute façon ce manga n’est pas pour moi (aucun intérêt pour ce sport->) donc ce n’est pas bien grave.
    Tout cela n’empêche pas ton travail d’être de belle qualité, comme toujours !

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ton commentaire.
      Je ne savais pas que Bragelonne supprime les commentaires, c’est dommage parce que c’est quelque chose dont il faut parler…

      Quand j’ai appris cette histoire j’y ai justement pensé par rapport à l’éditeur. C’est une question compliquée, et je ne sais même pas si je peux me permettre de donner mon avis dessus (en tour cas je peux dire que par principe je crois d’abord les personnes qui portent plainte ou qui parlent plutôt que les accusés qui ont bizarrement toujours la même defense).

      Dans tous les cas, je me doutais que le lancement de Mangetsu serait un peu éclaboussé par ça, même si j’ai pu constater avec l’affaire Act Age que le public manga arrive facilement à retourner les choses malheureusement.

      Aimé par 1 personne

      • Si si ils le font sur Twitter et sur Facebook, les gens essaient d’obtenir des réactions de leur part mais hormis celle là il n’y a rien et ils ne disent rien.. Plusieurs personnes disent avoir posté et avoir vu leur message supprimé dans la demi heure.. C’est que le cm a reçu des consignes strictes.
        C’est frustrant à fond et vraiment scandaleux parce que ce silence est significatif. C’est une forme d’approbation de ce comportement et ça dénie les victimes. Enfin je ne veux pas transformer ton article en tribune donc je m’arrête ici sur le sujet !
        Et en effet j’ai pu constater ça avec Act Age même si au moins kioon s’est positionné de mémoire et a arrêté la commercialisation. Ce qui était dommage c’était pour la dessinatrice qui n’avait rien avoir dans l’histoire mais heureusement je crois me souvenir qu’elle a pu rebondir non ?

        Aimé par 1 personne

      • Elle a dessiné une histoire courte, et elle fait des collaborations pour de la pub ou autre il me semble.
        Mais pour Act Age je me souviens surtout des gens qui chialaient parce que leur manga était arrêté, manga qu’ils lisaient en scan puisque sinon avec les 2 tomes sortis en France, tu avais clairement pas le temps d’avoir un attachement. Et il y avait plein de réactions de mauvaise foi en mode « si ils continuent la publication j’achèterais mais c’est vraiment pour soutenir la dessinatrice, l’éditeur et la traductrice »… les victimes on en a jamais entendu parler, et évidemment cette volonté de soutien était assez amusante quand à côté ils sinjectent du scan en intraveineuse à longueur de journée…

        Aimé par 1 personne

      • Je tape l’incruste dans votre conversation ^^. Car il est vrai que pour le coup le démarrage de Mangetsu risque d’être un peu pollué par l’affaire Bragelonne malheureusement. Je dis juste « pollué » car comme tu le soulignes je ne suis pas trop inquiet malgré tout sur la réussite du lancement avec ce shonen qui à l’air plutôt sympa. Et j’avais vu qu’il n’y avait aucune communication de Bragelonne sur l’affaire mais par contre je n’avais pas vu qu’ils supprimaient les commentaires en plus…. Sale histoire comme on en voit bien trop souvent malheureusement….
        Pour le titre je ne sais pas si je le prendrai de mon côté, beaucoup de choses plus prioritaire déjà dans un premier temps puis il faut bien avouer que la longueur me freine un peu…
        En tout cas quand on voit à quel point Sullivan est encensé pour son travail dans le milieu du comics et à ça sent le mec qui adore vraiment les manga ça peut laisser présager d’une belle aventure. Ce que je souhaite aux gens de Mangetsu!

        Aimé par 1 personne

      • Oui, je pense vraiment que Mangetsu est drivé par la passion. J’ai regardé beaucoup des vidéos de présentation, notamment de la collection Junji Ito.

        L’affaire Bragelonne tombe mal pour eux, et malheureusement c’est toujours géré de façon particulière la communication autour de ce genre de chose. Il vaudrait peut-être mieux faire un communiqué indiquant clairement que l’éditeur ne se prononce pas tant que c’est en cours, et laisser les gens s’exprimer sur les réseaux plutôt que museler la parole. Mais en même temps on ne me demande pas mon avis 😅

        Aimé par 1 personne

      • Je suis d’accord avec toi, ça pue la passion quand tu regardes les vidéos de présentation et je trouve que la communication est très bien pensée depuis le début, rdv les jours de plein lune, vidéo via youtube, grosse présence sur les RS du directeur de collection ( ce qui change du CM habituel).

        Pour Bragelonne oui il vaut mieux laisser les gens s’exprimer d’une part parce que tu envenimes les choses en faisant ça et clairement c’est déjà assez grave comme situation de base pour ne pas en rajouter. Et en plus tu continues à mettre plus bas que terre les « victimes » (je mets des guillemets malgré tout car l’affaire est toujours en cours) et c’est horrible pour les personnes en question… Mais comme tu dis on n’a pas vraiment notre mot à dire… Mais je plains le CM qui à vraiment une place de merde là….

        Mais bon revenons à Mangetsu, j’attends un peu plus les sorties suivantes de mon côté!

        Aimé par 1 personne

      • Je suis un toujours un peu en retenu avec les titres sportif. Autant j’adore les vrais titres sportifs autant j’ai toujours peur de tomber sur des titres avec des trucs improbables qui pour moi me font sortir du côté sportif… N’ayant pas lu de scans de Ao Ashi (tu connais mon avis sur la question) je ne sais pas à quoi m’attendre du coup

        Aimé par 1 personne

      • Pour blue lock c’est ce que j’avais cru comprendre effectivement je pense que je passerai mon tour. À suivre pour Ao Ashi ! Je suivrai tes retours 😉

        Aimé par 1 personne

  2. Comme d’hab trés bon article ! Comme tu sais je suis à jour sur le manga et je peux te confirmer que le manga ne va que monter en puissance ! En tout cas je suis content que ca ta plu et j’ai hate de l’avoir en main pour le relire et de faire aussi mon article sur le sujet ! De plus j’attends les prochaines annonces de mangetsu avec impatience !

    Aimé par 1 personne

  3. Pas certaine d’accrocher à ce titre… :/ Je pense plutôt me tourner vers Blue Lock pour le coup pour le manga sportif. En revanche, Mangetsu je les attends de pied ferme avec leur sortie Chiruran, j’attendais cette annonce depuis quelques temps, donc je le 2 juin je vais pas les louper xD

    Aimé par 1 personne

    • En principe ils vont aussi m’envoyer Chiruran, petit privilégié que je suis.
      Et j’ai presque honte parce que ça fait vraiment privilégié aussi, mais j’ai également reçu Blue Lock. J’ai encore des lectures sur le feu mais j’espère le lire la semaine prochaine.

      Aimé par 1 personne

  4. Super article qui me donne l’eau à la bouche (enfin aux yeux) ! J’ai hâte de recevoir les 2 tomes que j’ai déjà pré-commandé. A travers différents lives, j’ai trouvé que Mangetsu se posait vraiment les bonnes questions et avait une vrai volonté de bien faire. En plus ils ont de bonnes idées (faire une collection spéciale aux couleurs de Junji Ito peut paraître facile mais je crois que c’est le tout 1er éditeur à créer une collection dédiée à un auteur précis. Le seul truc qui m’inquiète c’est qu’ils fassent un peu la même erreur que Panini et Meian : éditer et rééditer trop d’œuvres à tel point que chaque mois est surchargé et qu’on ne parvienne pas tout le temps à suivre le rythme (faire la perfect de Éden, 20th century boy et de Banana Fish en même temps est pour moi pas une bonne idée). Pour moi Noeve Grafx fait aussi une erreur car, même si leur ligne éditoriale est très nette, il s’enferme dans des genres d’œuvre précis (la romcom et le eichi d’après ce que j’ai pu voir) bien qu’il y ait 1 ou 2 exceptions, ce qui peut leur porter préjudice à long terme lorsqu’ils voudront élargir leur catalogue. enfin bref… Encore une fois je blablate … Malgré tout, je reste curieux des nouvelles licences qu’ils vont dégoter.

    J’aime

    • Tu as bien fait de blablater, c’est très intéressant ce que tu dis.

      Pour Panini, en effet, quand 3 tomes à 16 euros sortent en même temps, ça entamé déjà considérablement mon budget du mois. J’ai d’ailleurs trouvé le premier tome de Banana Fish, je vais pouvoir découvrir ça.

      Pour Noeve, je trouve que leur catalogue va dans 2 directions : la romcom/ecchi, et le manga plus auteurisant et original type Veil ou Robo-Sapiens. Un grand écart stylistique, mais qui me plaît bien car je suis un bon public pour les deux.

      Mais oui, beaucoup ont des réserves sur la durée car ils sortent déjà beaucoup, et ses series longues.

      Mangetsu a l’air de moins se disperser et d’avoir une ligne edito claire, qui me plaît bien. Et en effet, faire une collection dédiée à un auteur c’est top.
      Le seul autre exemple qui me vient en-tête c’est Les Tresors de Tsukasa Hojo chez Ki-oon, mais c’est une collection composée uniquement de petits titres, aucun des mastodontes de l’auteur n’y est car Panini a les droits.

      J’aime

      • Ah j’avais pas pensé aux trésors de Tsukasa Hojo… Bien vu ! Pour Noeve c’est vrai que l’autre direction que tu mentionnes est présente mais pour l’instant ya pas grand chose. Je suis assez réservé sur cette 2e ligne éditoriale. Banana Fish j’attends ton avis mais j’ai l’impression qu’il fait moins l’unanimité que Éden parmi les influenceurs.

        Aimé par 1 personne

      • Ah, j’ai le sentiment de n’en avoir entendu et lu que du bien. Eden aussi d’ailleurs, mais j’ai l’impression qu’on en parle moins quand même. On verra quand je l’aurai lu, là j’ai encore quelques titres sur le feu à traiter avant, mais j’espère avoir le temps de le lire la semaine prochaine.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.