Les mots d’auteur #15

Une nouvelle salve de mots d’auteur arrive, avec toujours plus de petites anecdotes amusantes, de réflexions pertinentes et de WTF comme on aime !
L’occasion pour moi de vous proposer évidemment mes propres réflexions sur tout ce que ceci m’évoque, dans la joie et la bonne humeur. 
Je remercie tout d’abord Ly et Vagabond pour leurs propositions qui m’ont bien plu, comme vous allez le voir, et je vous remercie également vous, lecteurs et lectrices, qui avez l’air de bien apprécier ce rendez-vous, ce qui me fait vraiment super plaisir !

C’est parti !


GintamaHideaki Sorachi, dans Gintama

Proposé par Vagabond

Je n’ai jamais lu Gintama, mais je sais que c’est une série au très long cours. Et c’est important dans le cadre de ce mot car le mot renvoie à la question du passage du temps et des années que passe un auteur à bosser sur une série.

Or, cette notion me passionne en tant que lecteur, l’idée que l’on puisse suivre pendant parfois plus de 10 ans un même titre, et constater lorsqu’il arrive à son terme du temps passé.

De ce fait, je trouve intéressant d’avoir le son de cloche d’un auteur sur la question, et le mot dégage une certaine mélancolie teintée de poésie qui le rend très beau. C’est typiquement le genre de mot d’auteur que j’adore car en peu de caractères, il arrive à dire beaucoup de choses…

Et en plus on voit Gon, et ça, ça fait toujours plaisir !


Masamune kun's revengeHazuki Takeoka et Tiv, dans Masamune Kun’s Revenge

Proposé par Ly

Déjà, il y a un petit chat en photo, et un autre dessiné, donc ça commence très bien. Ce qui me donne envie de parler de mon chat, Gaspard Savoureux. C’est un chat qui a eu une vie difficile, puisqu’il a vécu en divagation, a été percuté par une voiture, lui fracturant le bassin, assez jeune. Suite à cela il a vécu des années en refuge, en isolement car il a le calicivirus, et a perdu ses dents à cause de la maladie, et a en plus un œil qui part un peu en cacahuète.
Et c’est après 5 ans de vie pas franchement facile qu’il a croisé notre route, dans le refuge où nous avons adopté notre chien. Et maintenant, il vit tranquille dans une maison, garde ses réflexes de chat un peu sauvage et me pète souvent la gueule, mais est d’une gentillesse infinie malgré tout.

Pourquoi je m’épanche sur mon chat ? Car il y a quelques jours il a été très malade et nous a fait très peur. Il ne s’alimentait plus et vomissait toute l’eau que je lui faisais boire à la pipette. Je l’imaginais déjà y rester du fait de ses soucis de santé, mais heureusement, après une nuit à la clinique, il est requinqué et va bien. Mais il ne me griffe plus depuis, bizarre…

Toujours est-il que ce genre d’événement aide à relativiser certaines choses, et invite à se recentrer sur l’essentiel, dont mon chat et mon chien font partie. Avec tout ça je n’ai pas parlé du mot, vous m’en excuserez, mais c’est une façon de rappeler à quel point mes animaux comptent pour moi, et j’ai bien constaté avec cet événement que je n’étais clairement pas encore préparé dans ma tête à les voir partir, même si cela arrivera forcément un jour…


Hiromu Arakawa, dans Silver Spoon

Un mot amusant, et un bien plus sérieux, tous deux très représentatifs de ce qu’est Arakawa en tant que mangaka, et qui transparaît dans ses œuvres. La remarque sur le riz de Fukushima rappelle l’importance de cet événement au Japon (mais aussi dans le monde), et le rapport fort entre l’autrice et le monde rural, au cœur de Silver Spoon et Nobles Paysans. L’autre, plus amusant, rappelle l’importance d’expérimenter soi-même les choses pour apprendre à se connaitre, un élément qui trouve également une forte résonance dans son oeuvre.


Osamu Nishi, dans Iruma à l’école des démons

Deux mots très intéressants. Celui concernant les animaux de compagnie parle de lui-même, et je ne vais pas m’étendre encore sur mon rapport aux animaux. Je note cependant que la présence d’un animal est quelque chose de fréquent chez les mangakas, et je pense que c’est lié au fait de bosser énormément dans un atelier. Quand on a un petit chat ou un petit chien à nos côtés pour travailler, c’est quand même bien plus agréable. D’ailleurs, dans le contexte actuel, j’ai pu découvrir le plaisir du télétravail et des formations à distance, que je peux passer chez moi en compagnie de mes animaux !

Le second rappelle à quel point la musique est universelle, selon moi le moyen d’expression le plus universel, loin devant le cinéma et la littérature. Toutes les civilisations ont appris très vite à exprimer des choses par la musique, et je trouve ça fascinant. D’ailleurs, si on me dit qu’on n’aime pas la musique, je ne pourrais tout simplement pas le comprendre.


Rave tome 3Hiro Mashima, dans Rave

On termine avec un de mes chouchous, Hiro Mashima. Son mot m’a vraiment fait rire, d’autant plus que je me retrouve un peu dedans. Le fait d’oublier des gens est une habitude avec moi.

D’ailleurs, petite anecdote : à la fac, j’ai croisé un jour un autre étudiant qui me disait quelque chose, j’étais certain de l’avoir déjà rencontré, mais je ne savais plus d’où. Mais comme lui s’en souvenais peut-être, j’ai préféré le saluer, et je lui ai donc dit : « Je suis désolé je sais qu’on s’est déjà vu mais je ne sais plus où ». Fort heureusement, lui aussi avait le même sentiment, et après réflexion on a fini par se souvenir ensemble d’où on s’était rencontrés. 

Fort heureusement, ça m’arrive moins aujourd’hui car je suis un ermite qui n’a plus besoin de faire ce genre d’effort, les seuls gens que je vois étant dans le cadre du travail, la famille ou les amis proches que, en principe, je n’oublie pas… Je dis bien en principe…


C’est fini pour aujourd’hui ! J’en ai mis un peu plus que d’habitude mais comme il y a plusieurs mots d’un(e) même auteur(autrice), ça passe. Et puis on n’en a jamais trop, gourmands que nous sommes ! Encore une fois, je serai ravi d’avoir vos retours sur ces quelques mots qui, je l’espère, vous auront fait sourire ou vous auront touché d’une façon ou d’une autre.

18 commentaires

  1. J’aime beaucoup ce petit rendez-vous des mots d’auteurs. Grâce à toi, je m’attarde plus dessus quand je lis un manga. Je suis contente que ton chat aille bien. Hier, notre chienne a eu sa visite annuelle chez le véto et ce dernier m’a mise en garde de ne pas oublier que c’était un animal et non un enfant. après ce qui nous est arrivé, c’est vrai qu’on la considère comme notre fille et un membre à part entière de notre famille. Je comprends ce que tu as dû ressentir. A ta place j’aurais été en stress.

    Je ne te souhaite pas encore une belle journée, j’ai vu un autre article (sur Beastars) que je m’empresse de découvrir.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, les animaux sont vraiment des membres de la famille à part entière pour nous. Je sais que tout le monde ne comprend pas ça, mais même si mes animaux ne sont pas exactement comme mes enfants, ils le sont un peu quand même dans ma tête et dans mon cœur. Du coup forcément, c’était un très gros stress.

      J’espère que ta chienne va bien. Je ne sais plus si on a déjà parlé de nos animaux respectifs, ma mémoire me fait vraiment défaut…

      Aimé par 1 personne

  2. Ces mots d’auteurs sont sympas, mais l’amoureuse des chats en moi a surtout été touchée par les tiens. Merci d’avoir partagé avec nous l’histoire de Gaspard, un chat qui n’a pas eu un début de vie facile mais qui a eu une chance folle de vous rencontrer.

    Aimé par 1 personne

    • Je ne devrais peut-être pas dire ça, mais c’est vrai qu’il a quand même eu de la chance dans son malheur. Qu début on était juste famille d’accueil, et le refuge nous a prévenu qu’un chat comme lui, avec traitement à vie, sans dents et adulte avait vraiment peu de chance de se faire adopter. Et en fait un jour quelqu’un a été touché par son histoire et était intéressée mais ça ne s’est pas fait car la personne a déjà des chats (et il pourrait les contaminer). Le fait de se dire qu’il aurait pu être adopté m’a fait un choc et du coup avec ma femme on a décidé de l’adopter pour être certains qu’il resterait avec nous.

      Et depuis, je pense qu’il se plaît bien. En tout cas a chaque changement de maison il défonce bien le papier peint 🤣

      Aimé par 1 personne

      • J’ai été bénévole dans un refuge pour chats et je te confirme qu’il n’avait quasiment aucune chance d’être adopté. Mais c’est aussi vrai que bien souvent, c’est la famille d’accueil ou un bénévole qui finit par craquer 🙂 Cela donne souvent d’ailleurs de belles histoires comme la vôtre.
        Le coquin ! Il tient à rappeler que vous êtes chez lui 🙂

        Aimé par 1 personne

      • C’est exactement ça, à la fois pour le fait de faire craquer une famille d’accueil ou un bénévole, et aussi concernant le fait qu’on est chez lui !
        D’ailleurs il a la plus grande chambre de la maison (bon dans les faits c’est plus une salle de jeux mais il y vit donc pour lui c’est une chambre 😅).

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.