La fin de L’Attaque des Titans

L’Attaque des Titans s’est achevé ce vendredi 9 avril avec son 139e chapitre, concluant ainsi une série majeure qui s’est étendue sur plus de 10 ans. Pour ma part, je l’ai découverte assez tardivement, via son anime disponible sur Netflix, il y a un peu plus de 3 ans. J’ai ensuite rattrapé tout mon retard dans le manga, coïncidant presque avec une révélation majeure dans le récit.

Le manga est rapidement devenu une œuvre marquante pour moi, bien au-delà du simple monde du manga d’ailleurs, mais dans mes pratiques fictionnelles au sens large. Rarement je n’aurai suivi une œuvre avec autant d’assiduité et d’attentes, au point où j’ai même fini par acheter chaque chapitre à sa sortie sur Izneo arrivé à un point, car je ne pouvais plus attendre que les éditions colossales sortent (car oui, j’achète le manga dans ce format uniquement).

J’aurai finalement vécu plusieurs « premières fois » de la sorte avec cette série, qui est d’ores et déjà selon moi un manga majeur, qui restera et marquera durablement. Il m’a déjà marqué, mais je pense qu’il va continuer à marquer le lectorat en règle générale. Et si la série s’est achevée, l’effervescence qu’elle suscite n’est pas prête de s’arrêter, car au-delà de l’anime qui est toujours en cours, je pense vraiment qu’il s’agit d’un manga qui va laisser une trace.

Ceci étant dit, cet article va se proposer de revenir sur cette fameuse fin, comme une forme de célébration envers un manga si particulier. Je précise donc que je vais fatalement spoiler en masse. Mais pas d’inquiétude, il y aura de la lecture pour tout le monde. Car je vais dans un premier temps revenir de façon globale et sans spoiler sur mon rapport à la série. Ensuite je parlerai de la dernière partie du manga, et de mes attentes et craintes concernant la fin, pour finalement aborder la fin en tant que telle et comment je la ressens et l’interprète. De ce fait, les spoils seront graduels, mais la toute première partie de l’article ne dévoilera vraiment rien d’important.

Un manga qui aura su me faire vibrer

Comme je l’ai dit, j’ai commencé L’Attaque des Titans avec les saisons 1 et 2 de l’anime, et ce n’est qu’ensuite que je me suis lancé dans le manga. La série fait d’ailleurs partie des rares que je consomme sur les deux supports à la fois, afin de multiplier le plaisir (je fais aussi ça avec Hunter x Hunter comme je l’ai expliqué ici), et également car elle est d’une richesse et d’une complexité telle que cumuler les lectures et visionnages ne fait pas de mal. J’ai d’ailleurs prévu de relire toute la série au format relié quand toutes les éditions colossales seront sorties.

Eren 3Quoi qu’il en soit, dès mon visionnage des premiers épisodes de l’anime, j’ai été saisi par la radicalité de l’histoire racontée et le caractère vraiment unique de l’univers dépeint. Je pense que Isayama a vraiment trouvé une idée qui frappe et qui parle d’emblée, que ce soit les Titans en eux-mêmes, l’idée des murs protégeant l’humanité de ces titans, et le personnage d’Eren, qui m’apparaissait d’emblée comme étant porteur d’une énorme colère, tranchant avec une figure héroïque classique.

Mais surtout, cet univers et cette ambiance, avec ce mélange de fascination et répulsion avait quelque chose de très fort qui imprimait directement la rétine et le cerveau. Les Titans sont vraiment des figures très particulières et très marquantes je trouve, et la simple image du Colossal au-dessus du mur est marquante en soi. De plus, le fait que l’humanité soit enfermée derrière ces murs revêt une force symbolique importante. Pour dire les choses simplement, il y a quelque chose dans ce manga et son adaptation animée qui m’a tout de suite fait accrocher.

Et fort heureusement, Isayama a bien fait les choses et passé ce choc premier et cette approche radicale, il avait encore beaucoup de choses à raconter. Il est d’ailleurs devenu, à en voir les réactions sur les réseaux sociaux, un des maîtres de « l’effet d’annonce » (on parle de « foreshadowing » sur les réseaux, mais comme il y a un terme français, autant l’utiliser). Et ce n’est pas anodin je pense pour aborder le rapport particulier des fans à la série.

En effet, très vite, Isayama nous fait comprendre qu’à peu près tout peut arriver, le héros peut se faire bouffer d’emblée, et se révéler être un Titan, des alliés peuvent en fait être des traîtres, des personnages ultra charismatiques peuvent devenir de la simple chair à canon, bref, on comprend vite qu’on ne reste jamais sur nos acquis, et que l’état du monde dépeint peut être bouleversé très rapidement.

mort de Mike

De ce fait, les fans ont rapidement commencé à théoriser, et à chercher des indices pour deviner dans quelle direction va aller le récit. Et force est de constater qu’Isayama semblait avoir toujours un coup d’avance, créant avec ses twists une nouvelle lecture de certains événements. Ainsi, à mesure que le récit avance, les fans se sont habitués à replonger dans les anciens chapitres afin de voir quels éléments pouvaient être annonciateurs des bouleversements qu’on n’avait finalement pas vu venir. 

Un jeu d’autant plus saisissant que la cohérence de l’ensemble semble vraiment compliquée à prendre en défaut, au moins jusqu’à un certain point. Et tout cela a, je pense, participé à l’effervescence autour de la série. Car s’il y a bien un élément qui distingue L’Attaque des Titans des autres grands succès, c’est l’investissement acharné de ses fans, au point de s’enflammer sur les réseaux sociaux et les forums à chaque chapitre ou chaque épisode.

Et j’ai le sentiment qu’avec cette série, on a vécu un phénomène d’une intensité rare (peut-être inédite dans le manga/anime, mais je ne saurai l’affirmer) tant les fans étaient toujours au rendez-vous. Cela m’a rappelé ce qui se passait à chaque diffusion d’un nouvel épisode de Game of Thrones, où les gens étaient comme des fous à se demander ce qui allait se passer. Et si la comparaison avec GOT qui revenait souvent fait grincer des dents, je constate quand même que dans les deux cas, le fait que l’on nous ait habitué à une histoire dans laquelle tout peut arriver a contribué à susciter des attentes dingues et des réactions qui l’étaient tout autant. 

Et je suis vraiment très surpris de voir que jusqu’au dernier chapitre, Isayama fait en sorte que l’on ne sache pas exactement sur quel pied danser puisque même alors que je suis à jour, au moment où j’écris ces lignes et où le chapitre 139 n’est pas encore sorti, je continue de me questionner sur comment la série va se conclure… C’est quand même très très fort ! Mais cela s’accompagne aussi de quelques craintes me concernant.

Mes craintes avant le final (spoil jusqu’au chapitre 138)

Cela fait désormais plusieurs mois, voire même un an, que j’ai pris le rythme de lire chaque chapitre lors de sa sortie, grâce à la simultrad sur Izneo. je constate d’ailleurs que ce service, s’il est proposé pour plusieurs séries chez Pika, semble surtout faire parler concernant L’Attaque des Titans. Je le vois notamment aux remontées très vindicatives sur les réseaux sociaux quand il y a un couac et que le chapitre n’arrive pas en temps et en heure sur le site, signe d’une grosse attente. 

Et je pense que ce mode de consommation est encore une fois lié à la nature même de la série et à cette volonté de savoir au plus vite ce qui va se passer. Et le format d’un chapitre de 45 pages par mois joue aussi, car 99 centimes ne pèsent pas beaucoup sur un budget, et en plus, on a plus que les 19 pages des mangas hebdomadaires à se mettre sous la dent.

Quoi qu’il en soit, cela fait donc quelques temps que je suis la série en simultrad chaque mois, pouvant profiter à la fois des chapitres dès leur sortie, mais aussi (et surtout j’ai presque envie de dire), des réactions des lecteurs et lectrices. Car comme je l’ai dit, on sent vraiment un phénomène particulier avec ce manga, tant il sait déjouer nos attentes et nous amener dans des directions qu’on n’imaginait pas.

Photo de GrishaEt cet état de fait n’a été qu’en s’intensifiant depuis le tome 21, où l’on apprend ce qu’il y a dans la cave des Jaëger, et donc la vérité sur le monde qu’on croyait connaitre. Car même si auparavant il y avait énormément de théories et discussions sur la série, j’ai le sentiment qu’à partir de ce moment, cela a fait comme une explosion dans le cerveau des fans puisque tout ce qu’on connaissait était remis en question. Ainsi, on découvre la vraie nature de ce monde, et on comprend bien mieux le personnage de Reiner, qui devient assez pathétique. J’ai d’ailleurs constaté avec la diffusion de la quatrième saison de l’anime une évolution majeure dans le rapport à ce personnage dès les premiers épisodes.

Mais Eren n’est pas en reste, car plus on avance, plus le personnage évolue et devient sombre et moralement ambigu. Si bien qu’on a fini par lire régulièrement sur les réseaux sociaux des « Eren, prota le mieux écrit de toute l’histoire » et autres remarques du genre. Si je reste toujours très prudent avec les « meilleurs XXX de toute l’histoire » car personne n’a la connaissance de tout, il est certain cependant que le personnage d’Eren et son évolution ont eu une résonance très forte auprès du public.

Me concernant, ça m’a passionné de voir le travail d’Isayama autour du personnage et son basculement. C’en est d’ailleurs à un point où je considère en effet que Eren est le personnage qui a bénéficié du plus grand soin dans l’écriture de la série, mais ses actes font que je ne peux vraiment pas l’apprécier. J’en ai beaucoup parlé dans mon article sur le personnage, mais je n’arrive pas à voir de portée positives à ses actions et je les voit uniquement dictées par sa colère et son égoïsme. Mais ça n’empêche que ça le rend très intéressant.

Mais pourquoi, après tous ces éléments positifs, suis-je inquiet sur le final de la série me direz-vous ? Hé bien tout simplement car certains développements dans les derniers chapitres me laissent un peu circonspects, et me font craindre certaines choses. Au-delà du fait que conclure un manga n’est jamais chose aisée, surtout lorsqu’il a si bien su jouer avec nos attentes et nous prendre à revers, il y a en plus le fait que L’Attaque des Titans a un ton résolument original pour un manga shonen d’action, et surtout un discours très dense qui fait qu’on ne peut pas se contenter d’une fin lambda en mode « ils ont sauvé le monde et tout le monde est content ». D’ailleurs je pense que personne ne s’attend à une fin de cet ordre.

Mais surtout, en jouant au jeu de la recherche d’indices et des théories, comme la plupart des fans je pense, j’en suis venu à avoir une idée sur la potentielle fin qui me fait un peu craindre. Alors soyons clair, je trouve que, même à un chapitre de la conclusion, c’est compliqué de savoir où va aller Isayama, mais le fait est que la seule chose que j’ai imaginé me déplait et me décevrait un peu.

RamziPersonnellement, j’ai eu l’impression que l’auteur essayait de nous amener vers la piste d’un Eren qui décide de devenir le monstre absolu en déclenchant le Grand Terrassement uniquement dans le but que ses amis le tuent, afin de faire peur au monde et délivrer un message en mode « attention, on arrête de faire les cons sinon voilà ce qui pourrait arriver », ce qui serait peu ou prou le message final de Watchmen (en tout cas du film), et de beaucoup, beaucoup d’autres œuvres.

Et si ce n’est pas inintéressant en soi comme idée, je trouve que ce serait décevant car trop déjà vu, en plus de ne pas être très crédible par rapport aux développements qu’il y a eu jusque là. Mais pour être honnête, si plusieurs éléments me laissent à penser que c’est une piste possible, j’ai malgré tout un gros doute sur le fait que ça puisse se conclure de la sorte.

Mais même sans ça, depuis quelques chapitres, j’ai vraiment un sentiment d’écriture rushée et d’effets assez balourds par moments, sans parler d’un manque d’impact de certaines choses, comme par exemple la façon dont Livaï achève Sieg, qui manque clairement de panache pour quelque chose de si attendu. Je pense aussi au retour d’Annie assez inutile, du développement de Gaby qui ne semble pas mener à grand chose, et de deus ex machina dans l’affrontement qui font grincer des dents. Sans parler de la relative inutilité de certains personnages centraux, notamment Reiner, beaucoup trop en retrait sur ce final.

Des écueils auxquels la série ne m’avait pas habitué, qui seront peut-être atténués par le dernier chapitre, ou même par le fait de relire la série au format relié. Mais en l’état, j’attends ce dernier chapitre avec autant de craintes que de fébrilité, car ce n’est vraiment pas rien.

Encore une fois, le simple fait de ne toujours pas savoir comment tout cela va se conclure est déjà une sacré prouesse en soi, et je ne crois pas pouvoir citer un autre exemple de manga que j’ai lu qui conserve un tel suspense jusqu’à la fin. Car là où Isayama nous a laissé dans le chapitre 138, Mikasa a décapité Eren, sous les yeux d’Ymir. Mais est-il vraiment mort ? La question est légitime compte tenu de ce qui se passe dans la série. Quelle est l’implication d’Ymir dans tout ça, et est-ce qu’elle nous réserve quelque chose ? Pourquoi avoir autant mis en avant Armin ? Quel est son rôle dans tout ça ? Bref, ça fait beaucoup de questions… auxquelles on va répondre (ou non) en auscultant un peu ce dernier chapitre !

Le dernier chapitre

ATTENTION ! À partir de là, je spoile comme un Titan Bestial le dernier chapitre, donc évitez de lire ceci si vous voulez vous conserver la surprise.

Je précise également que ce qui va suivre, comme ce qui a précédé d’ailleurs, n’est qu’un point de vue tout personnel, que vous n’êtes absolument pas obligé de partager. J’exprime ici mon état émotionnel à la lecture de ce chapitre final, ainsi que mon interprétation. Je serai d’ailleurs ravi d’en discuter, car c’est toujours passionnant d’échanger, et surtout, n’ayant pas la science infuse, et en étant conscient qu’il y a des gens qui connaissent bien mieux cette série que moi, je pense que mon interprétation peut être enrichie, voire contredite.

Je tiens à prendre cette précaution car on est face à une série qui déchaîne les passions, et rien qu’en 24 heures avec la fin qui a leaké, on a vu de nombreuses réactions dans les deux sens, dont certaines très virulentes. Or, à aucun moment je ne souhaite imposer mon point de vue. Nous avons tous, fans de la série, créé un lien intime à l’oeuvre et l’avons interprété à notre façon selon notre sensibilité, et je pense qu’en aucun cas je ne dois affirmer que ma façon de recevoir L’Attaque des Titans est la meilleure ou la bonne. Ainsi, les remarques que je vais faire sont liées à mon expérience personnelle du récit, peuvent et doivent être discutées, tant que chacun et chacune respecte la vision de l’autre.

Ceci étant dit, nous allons donc pouvoir enfin ausculter ce chapitre final si attendu, EN SPOILANT COPIEUSEMENT, JE LE RAPPELLE !

Je viens donc de lire ce dernier chapitre il y a quelques heures, et quand j’ai écrit que je craignais une fin avec Eren qui a en fait lancé le grand terrassement exprès pour qu’on le tue et sauver ses amis, je ne pensais vraiment pas que c’est ce qui allait réellement se passer. Et pourquoi je ne pensais pas que ce serait le cas ? Car s’il y a eu des indices qui vont dans ce sens dans les précédents chapitres, cela vient à mes yeux contredire une très grande partie de ce qu’est Eren.

Et je suis certain qu’on peut raccrocher les wagons, y trouver de la cohérence, par exemple en disant que finalement il fait ce qu’il avait dit dès le début, c’est à dire détruite tous les titans… Car oui, en mourant, l’intégralité des titans redeviennent humains, et les porteurs des titans primordiaux n’ont plus leur limite de 13 ans à vivre. Une fin beaucoup, beaucoup trop heureuse selon moi, insérée au forceps sur bien des points, qui entre en contradiction avec ce que la série semble nous dire depuis le début.

On reste dans l’interprétation personnelle, attention, mais à aucun moment je n’ai vu dans ce manga une lueur d’espoir, la possibilité que les guerres puissent cesser, et très honnêtement, je pensais de plus en plus à une fin où Eren bute tout le monde (qui ne m’aurai pas non plus franchement satisfait) ou à la fameuse théorie de la boucle temporelle où à la fin Eren revient à sa position du premier chapitre, comme s’il vivait à l’infini les événements du manga… Chose qui ne m’aurait pas non plus satisfait.

Du coup j’en viens à faire preuve d’un peu de tempérance concernant cette fin, qui ne me plait pas en l’état, mais je n’arrive pas à imaginer quelque chose de satisfaisant et qui en même temps collerait à ce qui est raconté. D’une part concernant le développement psychologique d’Eren (sur ce point, une relecture fera quand même du bien pour voir s’il n’y aurait pas quelques éléments qui pourraient rendre ça plus consistant sur la globalité, ce n’est pas impossible), mais surtout concernant l’univers global.

Et même en y réfléchissant, les éléments qui viennent tempérer ça rendent le tout encore plus bancal pour moi. On nous dit que les pro-Jaëger ont créé une armée suite à tout ça, je me dis « au moins on nous montre que la guerre ne s’arrête pas comme ça », oui mais du coup ça rend le plan d’Eren un peu vain. Ainsi, dans cet univers où on nous a fait comprendre que la guerre était perpétuelle et qu’il y aurait toujours des raisons de s’entretuer, finir sur un potentiel statut-quo avec la fin des Titans ne me semble tout simplement pas crédible.

D’ailleurs, le fait que tous les titans redeviennent humains du fait de la mort d’Eren est également un peu facile je trouve. Cela fait quelque temps que la façon dont fonctionnent les mécanismes liés au Titan et à Eren et Ymir me semblent parfois un peu étranges, et le fait de ne pas donner d’explication sur tout n’est pas forcément un soucis. Mais là, le fait de bien insister sur le fait qu’il n’y ait plus de titan, nous dire que la mère de Conny va bien, et que les Titans Primordiaux n’existent plus et que leurs porteurs vont donc vivre leur vie normalement enlève le fort côté tragique qu’il y avait autour de ces personnages.

On ressent clairement une volonté de finir de la façon la plus heureuse possible en l’état actuel des choses, au point de sombrer dans une forme d’excès à ce niveau. Reiner a littéralement l’air de revivre, notamment dans ce moment où les bras m’en sont tombés quand il est béat devant la lettre d’Historia, comme si le mec totalement détruit psychologiquement n’était plus là…

Sur ce point d’ailleurs, pour les conséquences psychologiques sur les personnages, élément pourtant très bien traité durant toute la durée de la série, on est également dans ce côté beaucoup trop positif. Le fait de montrer Livaï comme une gueule cassée, dans une imagerie toute droit sortie de ce qu’on a vu des différentes guerres est bien vu, et permet de voir quand même un personnage autre que Mikasa marqué par tout ceci.

De même, l’idée de faire endosser le rôle de sauveur de l’humanité par Armin n’est pas une mauvaise idée en soi, même si je ne souscris pas à l’idée dans sa globalité car j’ai le sentiment d’un contresens. En effet, il explique bien qu’il va raconter les choses qu’ils ont vécu aux pro-Jaëger afin de faire la paix. Or, dès la mort d’Eren, ils ont menti aux Mahr en disant que Armin a tué Eren. De ce fait, je n’arrive pas à comprendre si il va aussi raconter l’histoire modifiée aux pro-Jaëger ou leur dire la vérité, quitte à ce que chaque camp ait une version différente de l’histoire. Mais dans les deux cas, les personnages semblent jouer au moins en partie avec la réalité et les événements tels qu’ils ont lieu, ce qui va en contradiction selon moi avec une partie du discours de la série, qui est de mettre en avant l’importance de connaitre la vérité sur son histoire… Un choix qui, encore une fois, ne me convainc pas.

Et avant de terminer sur le cas Mikasa, encore un petit retour sur le côté beaucoup trop joyeux de cette fin, avec la vision des différents morts qui peut toucher, mais me concernant m’a laissé froid. Et le fait que tout se finisse si vite et bien me fait me questionner sur l’utilité réelle de certains personnages dans l’histoire dans sa globalité. Je pense en particulier à Gaby…

Enfin, le récit se clôture avec Mikasa au pied de l’arbre où l’on rencontrait Eren dans le premier chapitre. J’ai relu les premières pages de la série pour voir comment cela se goupillait, et franchement, ça passe bien, il faut le dire. De toute façon, je pense que sur ce point, Isayama était vraiment dans l’obligation de se rattacher à cette scène. Mais dans les faits, c’est tellement vague que ça lui laissait la possibilité de faire un peu ce qu’il voulait. Car la théorie de la boucle temporelle/spirituelle d’Eren fonctionne tout aussi bien. 

Pour ce qui est du personnage de Mikasa, avec lequel j’ai un rapport compliqué, puisqu’elle m’avait totalement accroché dès le début par sa badassitude et sa prestance, pour devenir de plus en plus inutile, et termine en étant celle qui finalement apporte le point final à tout ça… C’est toujours compliqué, et je considère que le personnage est partiellement gâché, mais dans ce final qui ne me satisfait pas, elle est surement l’élément que je trouve le plus réussi. Avec cette simple scène, on arrive à prendre conscience de la blessure qui ne guérira jamais que cette vie lui a infligé, chose qu’on ne ressent vraiment pas chez les autres, notamment Reiner (oui, j’insiste, mais je trouve qu’Isayama s’est vraiment loupé le concernant).

La symbolique de l’oiseau est un peu lourde mais reste assez belle, si je fais l’effort de la décoreller du personnage d’Eren dont la conclusion du cheminement n’est pas crédible à mes yeux. Je vois qu’au final, il est une figure de martyre qui a pris sur lui toute la violence et la souffrance du monde pour sauver ceux qu’il aime, chose qui était amenée dans les derniers chapitres. Mais dans les faits, tout le reste de la série m’a toujours donné le sentiment d’un personnage rendu fou par sa colère et son égoïsme. De ce fait, je n’arrive tout simplement pas à croire à cette fin.

Et ce, que ce soit concernant le plan d’Eren ou le fait que ce soit si positif et joyeux. Et comme je l’ai dit, Isayama a tellement insisté sur la violence endémique de ce monde que je ne peux tout simplement pas adhérer à l’idée de paix dans cet univers. Comme s’il avait tellement bien fait son travail tout du long que cette conclusion ne fait pas sens pour moi.

Mais même en dépit d’une conclusion que j’estime, d’un point de vue tout personnel, en contradiction avec le message que j’ai perçu dans le manga (et peut-être me trompe-je sur ce point, c’est tout à fait possible), L’Attaque des Titans reste un monument à mes yeux, un titre à lire et qui continuera de faire partie des mangas majeurs selon moi. Comme je l’ai dit au cours de mon article, je me demande même s’il était possible de conclure de façon satisfaisante selon moi. Et même si cette fin ne me plait vraiment pas, et que je n’arrive pas du tout à y croire, cela reste un écueil important, mais pas suffisamment pour me faire revoir mon jugement sur la série.

Il est toujours compliqué de conclure une histoire, surtout quand elle s’étale sur plus de 10 ans, qu’elle est d’une telle richesse, d’une telle complexité, et d’une telle radicalité. Cette radicalité a totalement disparu dans cette fin, qui, d’un point de vue personnel, me semble dictée par les éditeurs plus que par la volonté de l’auteur (encore une fois, je ne suis pas dans sa tête, mais je n’arrive pas à me dire que c’est la fin qu’Isayama avait imaginé). 

Quoi qu’il en soit, cette conclusion est le début d’une autre étape. Une fois la totalité de la série sortie au format relié, je pense me lancer dans une relecture à l’aune de cette conclusion, et je verrai comment je recevrai à nouveau la série dans sa globalité. Ce qui est certain, c’est que L’Attaque des Titans est et restera une oeuvre colossale malgré ça. Un colosse au pied d’argile, mais un colosse quand même.

39 commentaires

  1. Comme tu spoil comme un titan bestial, je ne vais pas lire.
    Mais je pense que je vais adorer car il y a vraiment aucune fin que je désavoue.
    Et en voyant autant de réactions négatives, cela me conforte dans l’idée que je vais bien apprécié.

    Mais d’abord le tome 33 bientôt.

    Aimé par 2 personnes

      • Mais quand j’ai vu naruto pire fin et que j’ai apprécié, puis game of thrones pire fin et que j’ai apprécié, je me dis que je devrais m’en sortir avec une énième pire fin.

        Mais en attendant on va faire du bateau !

        Aimé par 1 personne

      • Je trouve la fin de Naruto très bonne personnellement car elle sait se focaliser sur son héros qui est parfaitement développé de A à Z, avec une forte portée émotionnelle.

        Game of Thrones j’ai détesté la fin, qui est à l’image de la seconde moitié de la série a mes yeux. Juste Jon Snow qui part avec les sauvageons, j’ai trouvé ça super attendu mais réussi.

        Après mon étalon nullité en terme de fin reste Le Retour du Jedi.

        Aimé par 1 personne

      • Naruto : arc final un peu long mais les idées sont bien présentes et marchent bien. J’aime.

        Got : c’est ma saison préférée des quatre pires, les quatre dernières. Ne pas avoir d’attentes puisque j’enchaînais les saisons avec juste 2 semaines de pause m’a aidé aussi. J’aime.

        Et même ma série du cœur dont j’attendais vraiment fort fort fort la fin, j’ai réussi à l’apprécier large.

        Je dois être atteint de la maladie bénigne de la fin facile.

        Aimé par 1 personne

      • Possible.
        Pour le coup à partir de la saison 5 de GoT, je n’attendais plus rien de la série, mais j’ai quand même réussi à trouver la dernière scandaleusement nulle…

        Heureusement que Emilia Clarke meurt dedans, c’est déjà ça de gagné.
        J’aurai bien aime que Ver Gris souffre et clamse aussi d’ailleurs.

        Aimé par 1 personne

  2. J’ai aussi lu ce dernier chapitre ce matin et tu m’aides à mettre le doigt sur ce qui m’a dérangé en plus de la faiblesse des dialogues qui m’a sauté aux yeux, c’est cette volonté de forcer une sorte de happy end qui n’a pas lieu d’être… J’aurais clairement aimé quelque chose de 100% sombre et destructeur, mais c’était pas simple à assumer.
    Contrairement à toi, je n’ai toujours pas accroché à ce qu’ils ont fait de Mikasa, ça fait trop femme potiche habituelle des shonen, même si je reconnais qu’elle au moins est marquée par ce qui s’est passé. Les échanges légers entre les garçons à la fin m’ont fait lever les yeux au ciel, tout comme ceux entre Arwin et Eren au début autour de Mikasa, ça casse tout.
    J’aime juste l’idée que rien n’est réglé, que la paix est dure à faire son chemin. Mais je trouve que dans l’ensemble on s’est trituré les méninges pour pas grand chose, et pourtant j’ai adoré la série jusque là.

    Aimé par 1 personne

    • Concernant Mikasa, je me suis peut-être mal exprimé. Je l’ai adoré dès le début mais ça a fini par dégringoler il y a déjà longtemps tant elle se complaisait dans son rôle de toutou d’Eren. Le fait qu’à la fin elle soit seule et en souffrance est assez beau en soi, surtout en comparaison des autres qui ont tous l’air de très bien vivre (encore une fois, Reiner si content et limite un peu concon c’est un crève cœur vu l’écriture du personnage).

      Pour le coup, j’ai vraiment le sentiment d’une fin très très conventionnelle qui ne colle pas à l’ensemble du manga.

      Aimé par 1 personne

      • Non, non, tu l’as parfaitement exprimé, mais je croyais que tu la mettais sur le même plan qu’au début dans ce dernier chapitre, et ce n’est clairement pas le cas pour moi. Mais je comprends aussi que tu préfères la voir comme ça comparé à d’autres qui semblent s’en être sortis comme un charme sans trauma…

        Je trouve aussi ça très très conventionnel et c’est dommage parce qu’au contraire la série m’avait semblé montrer autre chose jusque là. A relire pour méditer tout ça.

        Aimé par 1 personne

      • Oui, je pense de toute façon que la relecture intégrale fera du bien pour être au clair sur mon propre avis. Mais dans tous les cas, cette fin très timorée restera décevante en même temps que logique d’un point de vue « artistique ». Je me demande vraiment comment il aurait pu réussir à faire une fin satisfaisante en soi à mes yeux…

        Aimé par 1 personne

  3. Je n’ai vu que deux saisons en animé mais j’ai lu la totalité de ton article car je ne pense pas m’y remettre. C’était trop éprouvant à regarder, trop angoissant, trop dans l’ambiance post apo que je ne supporte pas, bref pas du tout ce dont j’ai besoin ces derniers temps. Du coup lire ta conclusion… Me déçoit en vérité car ce n’est pas du tout l’image que le manga renvoyait. Et même s’il ne me convenait pas en tant que lectrice bah je comprends ta déception.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, surtout qu’au stade où tu en es, tu es clairement pas dans la partie la plus hard et désespérée, puisque tu l’as compris, sur la fin Eren lance quand même l’annihilation de l’humanité, et ça se termine en mode « en fait je faisais ça pour sauver mes copains et mettre le monde en garde, lol ! »
      D’ailleurs c’est peu clair sur le pourcentage de la population humaine qui est morte dans l’affaire ou pas…

      Enfin bref, comme je l’ai dit, je crois aussi que l’auteur s’est un peu piégé et au fil des mois je réfléchissais aux fins possibles, et aucune piste ne me semblait vraiment satisfaisante. J’ai même presque l’impression que cette fin serait au final la « plus acceptable ».

      Aimé par 2 personnes

      • Et si, avec cette fin, Hajime cherchait plutôt à mettre en garde par rapport à une illusion du genre : « La paix durera toujours. » ? Après tout, il y a déjà peu de chances qu’un monde toujours en paix existe dans la réalité.

        Mais dans la fiction, c’est ce qu’il y a de plus fragile.

        Aimé par 1 personne

      • Je pense qu’il y a un peu de ça, mais ça reste je trouve très bancal.

        Par contre, je n’ai pas pensé à l’évoquer, mais je vois une réflexion sur les mécanismes d’identification dans la fiction en particulier à travers le personnage d’Eren, et l’envie de mettre en exergue comment il est possible de nous faire adhérer à la vision d’un personnage, quand bien même elle n’est pas moralement acceptable. Et ça se tient aussi jusqu’à la fin, même si ce point devient aussi un peu bancal… Voire même on peut se demander si Isayama y croit encore lui-même sur la fin.

        J'aime

  4. J’estime plutôt qu’entre les fans qui s’attendaient à une fin profondément triste et ceux qui en espéraient une très heureuse, il a cherché un entre-deux capable de satisfaire tout le monde.

    J'aime

    • Cette remarque est très intéressante, car c’est vrai que la question de vouloir satisfaire les fans doit se poser, et me semble d’ailleurs légitime.

      Je ne suis pas dans la tête d’Isayama, mais je ne doute pas que ça a du entrer en compte, et que cela a peut-être guidé l’orientation de sa fin. C’est compliqué à affirmer, mais en effet, c’est un point intéressant à soulever.

      Aimé par 1 personne

  5. Déçu de ne pouvoir lire que les 1eres parties de ton article sans spoil parce que je suis la parution française (j’ai pas encore lu le tome 33 mais ca ne saurait tarder). En tout cas, j’ai vu dans les commentaire que la question de la satisfaction des fans avait été posé et ça m’a rappelé la polémique de l’époque, je t’invite à regarder cet article il t’en apprendra peut-être davantage sur cette fin et ce qui l’entoure :

    https://adala-news.fr/2013/12/lauteur-de-shingeki-no-kyojin-oblige-de-changer-de-fin-pour-les-fans/

    En tout cas, même si j’ai pas lu la totalité de l’article, tu as quand même réussi à me donner envie de me relire la série, à faire jaillir la nostalgie dans mon cœur fragile d'(apprenti) Otaku… Je vais donc me relire la série quand elle sera terminée. A noter que cette année TPN, SNK, Ajin vont se conclure en France, ca fait bizarre. Et peut-être qu’il y a Demon Slayer à ajouter au lot… C’est mon porte-monnaie qui sera ravi ! Bon j’arrête de raconter ma vie, merci encore pour cet article qui a réveillé ma hype !

    Aimé par 1 personne

    • Ravi de voir que mon article t’as plu même si tu n’as pas pu tout lire (en effet, il vaut mieux ne pas se gâcher le plaisir de la decouverte).
      Je crois que pour Demon Slayer, la parution s’achèvera début 2022, genre vers mai… comme Beastars, que je suis depuis le premier jour !
      Ajin, je n’ai lu que les premiers tomes mais j’essaierai d’emprunter la suite en médiathèque car ça a tapé très très fort pour moi !

      Je vais aller voir le lien que tu as mis, je suis curieux.

      Aimé par 1 personne

      • C’est fait du coup, je viens de le lire. Ca date un peu mais clairement, je pense qu’il a eu le temps de changer plusieurs fois la fin dans sa tête, et je ne vais pas en révéler trop, mais je trouve qu’elle sent en effet la fin imprévue et je ne saurai dire quelle est la « force » qui a orienté la décision, mais je ne suis pas convaincu que c’est ce qui était pensé par l’auteur.

        Aimé par 1 personne

  6. Non clairement pas. Déjà qu’Isayama a énormément changé sa façon de faire (il faut savoir qu’il s’est beaucoup inspiré de l’anime de sa propre série pour améliorer certains aspects de son dessin). Après, si j’étais à sa place je pense que j’aurais moi aussi énormément hésité, je pense que le problème n’était pas le manque d’anticipation ou de maîtrise d’Isayama sur son scénario mais plus sa volonté malvenue d’essayer de satisfaire l’ensemble des fans, tout en sachant que parmi ces dits fans il y a bon nombre d’enfants attachés au personnages… Si le manga n’avait pas eu le succès colossal qu’il a aujourd’hui, c’est clair qu’Isayama nous aurait pondu une fin apocalyptique où tout le monde crève à la fin ! (après je dis ca mais j’ai pas lu la fin donc…) Cette dimension « happy » qui divise les lecteurs se retrouve aussi dans Berserk d’ailleurs, du fait que beaucoup sont déçus par la tournure du récit et attendent impatiemment un revirement gore et sombre semblable à l’éclipse.

    J'aime

    • Je n’ose pas trop en dire car ce serait vite du spoil. Meme parler du ton général de cette fin en est je pense.

      Pour Berserk, je trouve l’évolution de la tonalité du récit et de Guts (qui me semble le cœur de tout, celui dont l’état mental guide vraiment le ton de l’histoire) plutôt bien menée, je trouve même que Guts est vraiment la plus grosse qualité de Berserk, même si le manga n’en manque pas.
      Sur ce titre, je vois surtout une grosse évolution de Miura et un gain énorme en maturité au fil du temps.
      Apres je sais que beaucoup déplorent les aspects comiques du récit par moment, où l’évolution de certains personnages, mais pour le coup moi j’aime beaucoup les directions que prend Miura.

      J'aime

  7. Alors autant je te rejoins sur une fin trop rapide qui bâcle certains persos – je te rejoins totalement sur Reiner, Gabi, Annie et même Armin à certains égards – par contre je ne vois pas la fin comme toi.
    Cela tient essentiellement au fait que, comme nous l’avions évoqué lors de nos précédents échanges, je voyais bien le côté d’Eren de tenter le pire pour sauver ses amis, ne serait-ce qu’un parmi tous…
    Et avec cette vision de cette tentative du tout pour le tout, pour moi la clé de décryptage du manga se trouve dans la discussion entre Armin et Zeke où ce dernier explique que l’objectif de la vie est de se multiplier et que c’est ce qu’il l’amène à être en lutte perpétuelle par peur, on peut finalement comprendre que l’humain perverti par la peur au lieu de chercher à se multiplier uniquement, cherche à se multiplier au détriment d’autrui, à partir de là le but d’Eren prend sens je trouve car en exterminant 80% de l’humanité, la génération de ses amis auront au moins la tranquillité qu’il leur souhaite… La faction Jaeger incarne, à mon avis, le prémisse de la boucle des éternels conflits car de fin il n’y aura jamais mais ses amis vivront dans une paix approximative…
    De même, que le paradoxe d’Eren réside, pour moi, dans le fait qu’il connait l’avenir comme le futur, qui ne péterai pas un câble avec cette charge mentale et émotionnelle ?! Il est égoïste et se berce d’illusions mais je trouve ça logique vu le contexte et la charge de ce qu’il sait…

    Concernant Mikasa, elle est pour moi encore une fois, le personnage le plus réussi avec Eren… Ce n’est pas parce qu’on est badass qu’on n’a pas le droit d’aimer profondément et d’en souffrir… elle est pleine de paradoxes comme Eren mais quand on la compare à Armin sur la fin bon… mais Armin m’a souvent posé problème dans l’histoire, je l’ai trouvé traité de façon inégale…

    Enfin bref, c’est un sacré manga et même si la fin a été traité un peu trop rapidement pour être complète elle a le mérite de faire cogiter et ça c’est dans l’esprit du manga depuis le début. Il mérite clairement d’être lu et relu…

    Aimé par 2 personnes

    • Je trouve ce que tu dis vraiment très intéressant, et je pense qu’à ce sujet, mon rapport particulier à Eren fair qu’en effet, j’ai reçu cette fin assez différemment. Et je t’avoue que meme sur la base de ce que tu me dis, je comprends et je trouve que l’idée a du sens, mais il reste des éléments dans l’écriture d’Eren qui font que ça ne tient pas pour moi.

      Je pense au fait que vraiment dès le début il me semble réellement rendu fou par sa colère et que du coup, ça fait vraiment longtemps que je ne le voyait pas comme quelqu’un qui peut penser aux autres. Mais je serai très attentif à la relecture à voir si le basculement après sa vision de l’avenir est vraiment visible et comment c’est traité (car en l’état j’ai du mal à le voir).

      Et puis plus globalement, il y a aussi le fait que je trouve Eren assez détestable de façon globale. Ce qui ne veut pas dire que c’est un défaut d’écriture, mais comme je l’ai dit dans mon article sur le personnage, j’ai eu l’impression qu’à partir du moment où on découvrait les Mahr, l’idée était de nous dire : « voilà la vérité, du coup est-ce que Eren vous semble toujours un héros ? » Et que finalement la réponse est non.

      D’ailleurs on rejoint la question du manichéisme dans le shonen nekketsu, mais je pense que la série a globalement échoué dans sa tentative de ne pas être manichéenne quand même. Et Reiner est un très bon exemple de ça d’ailleurs, car finalement, c’est un bon gars en définitive.

      Mikasa, mon soucis avec elle c’est surtout qu’elle a un fort potentiel et qu’elle passe finalement les 3 quarts du manga dans le fond à attendre que Eren décide ce qu’elle doit faire. D’ailleurs le fait qu’elle le tue me semble aussi assez peu crédible tout simplement car elle finit par ne se caractériser que par rapport à lui. Et certains voient dans ce geste le fait qu’elle se libère de son influence, mais l’oiseau qui lui remet son écharpe me laisse à penser que non.

      En dehors de ça, personnellement j’ai presque oublié que Sieg existait… d’ailleurs sa mort définitive est tellement fade par rapport à son premier affrontement avec Livai. Mais globalement, ce combat final m’a semblé complètement raté tout comme une grosse partie de la fin (genre la mort de Hanzi, qui donne l’impression qu’elle est là juste pour le plaisir de faire mourir un personnage apprécié).

      Et je ne résiste pas à l’envie de remettre une couche concernant Reiner, je ne comprends vraiment pas comment Isayama a pu écrire ça, limite on dirait qu’il a pas compris le personnage qu’il a écrit…

      Mais bon, globalement cette fin pour moi c’est non, et elle est tellement anecdotique que je l’oublierai vite.
      On verra en relisant tout si ça passe mieux, ou si ce sera simplement l’élément qui entache un ensemble qui était trop brillant pour trouver une conclusion satisfaisante.

      Heureusement que je me l’etais fait spoiler, du coup ça m’a moins énervé 😅

      Aimé par 1 personne

      • « l’idée était de nous dire : « voilà la vérité, du coup est-ce que Eren vous semble toujours un héros ? » Et que finalement la réponse est non. »
        Justement, je rebondis sur ce que tu dis, pour moi ça fait partie d’un des sujets du manga, les héros n’existent pas. Il n’y a que des gens lambda qui vivent comme il peuvent et des guerriers et, parmi ces derniers, ce sont les plus forts, les plus malins, les plus chanceux ou les plus hauts gradés qui sont qualifiés de héros alors qu’ils ne sont tous que des assassins de masse et d’ailleurs la scène où ils rient et plaisantent entre eux est ratée pour pas mal de raisons mais pour moi elle dénonce une certaine hypocrisie de ce qu’est un héros… Comme si le fait de les qualifier de sauveur de l’humanité les allégeaient des crimes commis en amont… la réponse évidente est non mais est-ce que ce n’est pas ça qui est mis en exergue par une situation improbable et ridicule ? j’aurai tendance à dire que oui…
        La plus authentique dans tout ça, c’est Mikasa avec sa peine, pour moi elle est aussi égoïste qu’Eren… et je reviens sur ce que tu dis d’elle pour moi elle est badass mais son esclavage n’est pas dû pour moi à son héritage familial mais à ses sentiments pour Eren et là encore c’est le revers de la pièce du héros qui est mis en place…

        Je ne trouve pas qu’il y ait de manichéisme du coup parce que dans mon interprétation, il n’y a pas de gentils, pas de méchants, pas de héros, il n’y a que des tentatives veines de survie de A à Z…

        Mais vu de ta perspective je comprends ta déception… après c’est peut-être moi qui vais chercher loin… :-p

        Aimé par 1 personne

      • Je pense que le manga a réussi à nous inviter à chercher loin.

        Mais pour ce qui est de la notion de héros et de manichéisme, je vais revenir à Hunter, et je pense que
        Isayama a en partie loupé le coche par rapport à Togashi.

        Pour le coup l’aspect que tu évoques, je ne le vois qu’avec Eren car par exemple Reiner au final, compte tenu de la perspective du personnage, a vraiment un cheminement de méchant repenti qui devient héros (en mode Vegeta on pourrait dire).
        D’ailleurs en y réfléchissant, j’ai l’impression qu’on va aussi un peu vers les thèmes de Monster d’Urasawa.

        En fait je continue à voir le titre comme assez manichéen pour deux raisons. Déjà parce que les personnages semblent avoir cette vision, dans le sens où finalement ils arrivent vite à redevenir alliés une fois changé de perspective.

        Et aussi car on reste sur une opposition binaire Eldiens/Mahr avec quelques aspérités assez basiques.
        Et quand on regarde un peu les événements, ben en dehors des Titans primordiaux, je trouve pas que les personnages qu’on suit aient vraiment des reproches à se faire. Je dirai même qu’ils sont globalement assez vertueux, avec une emphase toute militariste mise sur leurs qualités (chose dont le nekketsu n’arrive vraiment pas à se débarrasser, comme la majorité des blockbuster ciné ou des jeux vidéo par ailleurs).

        Encore une fois, je trouve qu’on est loin de Hunter avec le traitement de Gon ou Meruem/Netero.

        Mais, et ça reste important de le souligner, tour ça est un ressenti et une interprétation personnelle, qui est aussi basée sur le fait que L’Attaque des Titans a été tellement bouleversant pour moi que la chute est plus violente.
        Parce que je serai par exemple pas si méchant avec la fin et les defauts de certains titres qui sont pourtant bien plus importants, tout simplement car je n’ai pas été habitué à un tel niveau d’exigence.

        Aimé par 1 personne

      • pardon j’ai merdouillé j’ai pas posté au bon endroit je te laisse supprimer l’autre commentaire.
        je le remets ici :
        C’est ça qui est magique avec cette oeuvre c’est que chacun voit son interprétation dans cette oeuvre, en ça elle est une pure réussite…
        Pour ma part, j’ai une version plus large en fait parce que depuis le début je vois un rapprochement entre ce qui se vit dans le manga et l’histoire du monde… du coup pour moi quand ils deviennent alliés c’est parce que ce sont des monstres similaires « des gens qui croient essayer de faire le bien tout en tuant des millions d’innocents au passage » ou par intérêt… Reiner, dans mon interprétation du personnage, se rallie aux autres par ressemblance d’ailleurs Eren et Jean disent qu’ils sont pareils… il n’est pas repenti à mes yeux, il va auprès de ceux qui le font se sentir le moins comme un monstre…
        et l’opposition Eldiens/Mahr elle est, pour moi, la représentation symbolique guerres nationalistes (genre Seconde Guerre Mondiale) où chacun, à son tour, devient la victime de l’autre au fil des guerres successives…

        enfin tu vois ma vision du coup est pas du tout la même que la tienne mais je trouve ça super intéressant de pouvoir avoir des visions si diamétralement opposées sur une même oeuvre parce que ça veut dire que, quoiqu’on pense de la fin, la globalité de l’oeuvre est d’une richesse et d’une profondeur assez hallucinante…

        Sinon, j’ai beau adoré l’Attaque des Titans, on est d’accord que Togashi reste le maître :-p

        Aimé par 1 personne

      • Oui, on se rejoint totalement sur le fait que Isayama a réussi à faire quelque chose de vraiment riche et porteur de beaucoup de sens.

        Et j’ai conscience que j’ai mis beaucoup de ma vision du monde dans ma façon d’interpréter le titre dès son tout début, ce qui a contribué à me le faire apprécier énormément, mais du coup il est possible que ma vision ne soit pas totalement en phase avec celle de l’auteur et pour le coup, ce que tu mets en avant m’éclaire différemment la dernière partie du récit et je trouve ça vraiment intéressant. Donc un grand merci à toi !

        Aimé par 1 personne

      • C’est bien normal. Que l’on soit d’accord ou non, jamais je ne me permettrai de monter sur mes grands chevaux et mal répondre aux autres, c’est un de ms principes. Si j’écris, c’est pour échanger en partant du principe que je n’ai pas la science infuse. Et clairement, ton point de vue sur la question est très enrichissant et je sais que quand je relirai le manga, j’y penserai afin de voir si je retrouve certaines choses que tu as évoquées, car ça me semble tout à fait pertinent.

        Aimé par 1 personne

      • J’essaie de me dire qu’avec le temps, on finit par être comme ça.
        Si je remonte 10 ans en arrière, j’étais assez énervant je pense dans ma façon de vouloir imposer mon point de vue et penser que j’ai forcement raison. J’en suis pas fier mais j’ai réussi à évoluer au moins 😅

        Aimé par 1 personne

  8. Très bon article. 🙂
    Tout comme toi, je suis assez partagé sur la fin que nous a livrée Hajime Isayama.

    Ça ne m’empêche pas de continuer à apprécier l’œuvre dans sa globalité, mais je trouve que certains développements amoindrissent vraiment sa portée, notamment en ce qui concerne la caractérisation et le devenir du personnage d’Eren.

    Je trouvais audacieux d’avoir fait de ce dernier un monstre d’égoïsme derrière ses intentions à priori altruistes pour ses amis et l’île du Paradis, notamment quand il est représenté sous les traits d’un enfant épris de liberté tandis qu’il est littéralement en train de piétiner celle du monde, tel Griffith dans « Berserk ».
    J’ai même cru qu’il n’y aurait pas de « plan Lelouch » et que ce dernier ne ferait pas semblant, ce qui n’est désormais plus qu’en partie vrai. Ce point me déçoit grandement. Au bout du compte, Eren est animé d’intentions altruistes, mais en réalité égoïstes, quoique finalement, on ne sait plus vraiment… D’une certaine manière, ce développement colle malgré tout avec l’éclatement de son esprit morcelé après qu’il ait été brisé suite aux révélations de son père et ce qu’il allait advenir de son destin. Le mangaka lui-même a dit ne jamais être parvenu à pleinement comprendre son personnage.

    J’apprécie par contre le fait que le côté « méta » du personnage ait été poussé si loin, au point qu’il ait tout déterminé dès le début concernant sa trajectoire, jusqu’à altérer le comportement de Dina, ce qui atténue l’aspect « comme par hasard » dans le déroulé des événements, même si le fait qu’elle soit un Titan Déviant mû par le désir inconscient de retrouver la famille de Grisha était une explication qui me suffisait.
    Eren me fait ainsi penser au Dr Manhattan dans « Watchmen », pour qui la perception du temps diffère radicalement du commun des mortels, au point que passé, présent et futur se confondent. Ce qui est censé se produire adviendra nécessairement.

    Mais quand bien même son objectif final était de lever la malédiction des Titans, qui pesait sur le destin de l’humanité depuis plus de 2000 ans, en libérant définitivement Ymir de l’Amour de la Servitude, je ne crois pas que ça justifiait pour autant le fait de décimer 80 % de la population mondiale.
    Cet ultime traitement reste à mes yeux problématique et cela s’applique plus encore au fait d’avoir voulu mettre à ce point le personnage d’Ymir en avant, via cette histoire de dépendance affective avec le premier roi Fritz, tel un syndrome de Stockholm refoulé. Le fait qu’elle ait été conditionnée par sa vie d’esclave était une explication encore une fois largement suffisante.

    Le principal problème de ce chapitre réside dans le fait qu’il passe à mon avis à côté de l’essentiel, apportant de nouvelles réponses à des questions qui n’en demandaient pas tant et délaissant au contraire les principales interrogations des lecteurs.
    Comme me le disait un ami, c’est comme si l’auteur s’était trompé dans sa résolution, avec pour point d’orgue la relation amoureuse entre Eren et Mikasa alors que son build-up ne portait pas là-dessus, telle la conclusion hors-sujet d’une dissertation bien menée.

    Je pensais que la destruction du Parasite jouerait un rôle central dans le fait de lever la malédiction des Titans, mais finalement, la clé de tout cela résidait bel et bien dans la volonté d’Ymir.
    La métaphore liée à la nécessité de voir Eren mourir de la main de Mikasa pour mettre un terme à l’obsession amoureuse de cette dernière est cependant mal amenée et plutôt malvenue.

    Les héros s’en tirent simplement parce qu’ils sont tombés par chance sur l’officier Mahr le plus ouvert d’esprit qu’il nous ait été donné de voir jusqu’alors.
    Dans n’importe quel autre contexte, je pense qu’ils auraient été abattus.

    Après, j’ai bien aimé le fait que l’intervention d’Armin fasse à ce point écho à son premier grand acte de bravoure au début du manga. Comme l’a prophétisé Eren, c’est bien ce dernier qui était destiné à « sauver » le monde.
    Après avoir enfin arrêté la destruction causée par le Grand Terrassement, même si d’aucuns pourraient considérer que ça a été bien trop tard, il devient à l’instigation d’Eren le nouveau Helos et convainc les Mahr de son humanité, comme lorsqu’il s’était illustré au District de Trost. C’est lui qui fera principalement le pont pour essayer de désamorcer les conflits futurs.

    Le manque de morts significatives dans la bataille finale, surtout au vu du caractère plus que jamais désespéré de la situation, était peu crédible.
    J’aurais préféré que Jean et Conny restent par exemple « décédés » suite à leur transformation en Titans Purs, simplement dispersés en poussière une fois la malédiction levée (étant donné que la métamorphose est censée être irréversible).

    Après, j’apprécie le côté « doux amer » et le fait qu’on ne soit pas dans une happy end pure. Le monde reste en guerre malgré la fin des Titans. La seule chose qui change à ce stade, c’est qu’avec la disparition des monstres humanoïdes et l’équilibrage drastique de la démographie entre le peuple Eldien et le reste du monde, plus personne n’est assez puissant pour annihiler l’ennemi dans sa totalité. Du moins jusqu’à ce qu’ils mettent au point la bombe atomique…
    J’observe néanmoins qu’en l’espace de trois ans, le monde ne semble pas avoir eu tant de mal que ça à se remettre du Grand Terrassement, malgré son ampleur. À titre de comparaison, j’ai le sentiment que notre économie sera bien plus durablement affectée par la crise de la Covid 19.

    Ceci dit, essayer de recoller les morceaux via des pourparlers prendra sans doute des décennies, voire des siècles.
    Le nation qui a émergé à Paradis est désormais gouvernée par un régime autocratique et militariste qui risque de perdurer encore un certain temps.

    La symbolique de la relation entre Eren et Armin reste plutôt réussie, comme celle de l’oiseau qui prend son envol ou encore la vision d’un arbre devenu l’allégorie suprême du cycle de la vie.
    Mais globalement, je reste vraiment mi-figue, mi-raisin. J’ai eu le sentiment que l’auteur en avait marre et qu’il a voulu en finir vite. Dommage, car mieux développé et mieux expliqué, ça n’aurait pas été si mal et ça serait resté logique. Dans le cas présent, il y avait bien trop de raccourcis et de facilités, juste pour tout conclure en un chapitre.

    Parmi les questions qui resteront sans réponse, je note qu’on ne saura pas vraiment ce qu’il est advenu des humains qu’il devait vraisemblablement y avoir dans les Colossaux.

    C’est une fin plutôt décevante, mais quand même loin de la catastrophe industrielle qu’avait été la dernière saison de « Game of Thrones ».

    Aimé par 1 personne

    • Déjà merci beaucoup pour avoir pris le temps d’écrire cette réponse si dense, ça me fait très plaisir.

      J’aime particulièrement la remarque de l’auteur sur le fait qu’il n’arrive pas à comprendre Eren. J’ai aussi ce souci, qui vient je pense du fait que j’ai interprété son comportement d’une certaine façon et que j’ai du mal au final à m’affranchir de ma vision du personnage.

      Pour le parallèle avec le Dr Manhattan, j’y ai pensé aussi notamment dans son plan et l’idée de violence massive, et du mensonge dans l’idée de préserver une forme de paix.

      Malheureusement je trouve que cette idée passe moyennement, notamment avec Armin et le fameux mensonge sur la mort d’Eren, qui me semble en désaccord avec ce que disait le manga jusque là sur la question de l’histoire et la vérité.

      Concernant Ymir, il va vraiment falloir que je relise pour être plus au clair sur tout ça car dans l’idée, je trouve tout ça assez décevant comme explication. D’ailleurs je te rejoins sur le fait qu’Isayama donne des réponses à des questions qui n’en avaient pas forcément besoin.

      Pour ce qui est de l’aspect Happy End ou non, en effet c’est nuancé, mais j’ai un gros soucis avec le devenir des personnages principaux, en particulier Reiner. Depuis plusieurs chapitres déjà, Isayama semblait dans une impasse avec lui, mais terminer en le voyant tranquillement fantasmer sur une lettre d’Historia laisse un goût très amer…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.