Bilan de Mars 2021

C’est un mois bien rempli qui s’achève, avec un nouveau confinement qui ne change pas grand chose pour moi, les médiathèques étant parmi les « essentiels » au même titre que les libraires, faisant que les plannings de sortie ne s’en retrouvent pas perturbées, contrairement à ce qui fut le cas il y a un an.

Quel rapport avec le bilan ? Aucun, mais il fallait bien introduire l’article !

Nous allons donc faire le point sans tarder sur un mois riche en lectures et en publications. Merci encore une fois à vous de répondre présente et de vous montrer intéressé par ce que j’écris. Il y a eu beaucoup de retours et de conversations dans les commentaires et sur les réseaux, et ça me fait très plaisir car c’est vraiment agréable d’échanger.

Comme d’habitude, le bilan va être fragmenté entre les gros articles du mois, les coups de cœur, quelques retours sur les temps forts en terme de lecture ou de publication, et un peu de bond vers le futur et le mois d’avril qui vient de commencer.

Les gros articles du mois

Video Girl Aï et la romance adolescente au masculin
Ma Mangathèque Idéale #11 : Level E de Yoshihiro Togashi
Retour à bord de l’Edens Zero – T.6 à 13
Découverte des classiques – Le Club des divorcés de Kazuo Kamimura
Fairy Tail – Mon classement des personnages
L’Attaque des Titans – L’arc du tournant majeur
Le Perce Neige de Rensuke Oshikiri et les blessures de l’enfance
La sexualisation asexuelle dans le shonen nekketsu
Ma Mangathèque Idéale #10 : Silver Spoon de Hiromu Arakawa
L’Attaque des Titans – L’arc du choc des titans
Riku Kurita et Renoma Sasaki – Comment grandir dans ce monde ?

Coups de cœur de Mars

Ce mois-ci, « seulement » deux coups de cœur, ce qui reste très bien car il pourrait tout à fait n’y en avoir aucun. Rappelons d’ailleurs que je ne parle que des nouvelles sorties du mois, même si vous allez le voir, je triche considérablement pour un des deux.

Pour commencer, les deux premiers tomes de Kaguya-Sama – Love is War, qui m’ont totalement comblé. J’étais surtout intrigué du fait d’une très forte demande de la part des lecteurs et lectrices de manga, mais j’avais en même temps quelques réserves, notamment du fait de la structure narrative très répétitive. Et en deux tomes, Aka Akasaka a clairement balayé toutes mes craintes, grâce à une écriture incisive et un humour décapant qui ont fait mouche à chaque chapitre. Je vous renvoie à mon article pour en savoir plus, mais me concernant, ce fut une véritable révélation et j’ai désormais hâte de lire les tomes suivants !

Autre coup de cœur, celui de la petite trichouille, vous me pardonnerez. Il s’agit du Bateau de Thésée, qui n’est pas tout à fait une nouveauté, mais que je me suis permis de considérer comme tel. Pourquoi ? Me direz-vous. Car si la série a déjà vu 5 tomes sortir en 2019 et 2020, l’éditeur Vega était en peine suite aux confinements successifs, et s’est retrouvé stoppé dans son élan. Or, après un rachat par Dupuis, il va mieux et relance ses séries débutées, dont certaines avec une offre promotionnelle alléchante sur les deux ou trois premiers tomes vendus 3 euros chacun. J’ai donc cédé à quasiment toutes leurs offres, et c’est clairement ce thriller mâtiné de voyage dans le temps à la forte composante familiale qui m’a le plus conquis. À tel point que j’ai déjà rattrapé la parution française en lisant les 6 tomes sortis (sur 9) d’affilée. Et je reste toujours aussi convaincu par les qualités du titre, que je recommande très très chaleureusement !

Les moments forts de Mars pour moi

Par moment fort, j’entends vraiment tout et n’importe quoi, cela peut être un marathon de lecture sur une seule série, un coup de cœur inattendu, ou même quelque chose qui concerne le blog.

Premier moment fort, mon article sur la sexualisation asexuelle dans le shonen nekketsu, qui a été particulièrement bien accueilli. Évidemment, le fait de mettre des gros nénés et des bikinis de partout n’y est pas étranger, mais au-delà des clics conséquents, il a généré beaucoup de retours et de conversations très intéressantes, qui m’encouragent à poursuivre dans cette voie. J’entends par là que les questions de représentation des corps, de la sexualité et autres me passionnent, je pense que vous l’aurez compris. Et de ce fait, j’ai très envie de continuer dans l’analyse ou le partage de mon rapport personnel à la chose.

D’ailleurs, le second moment fort est lié à celui-ci, puisqu’il s’agit de mon rattrapage de Edens Zero, impulsé par une envie toute personnelle qui me vient de ma passion grandissante pour le style de Hiro Mashima. Et alors que j’étais très déçu par les tomes 4 et 5 au point de lâcher l’affaire, j’ai eu l’opportunité grâce à Pika de continuer (car il convient d’être honnête, j’ai demandé à l’éditeur qui a gentiment accepté de m’envoyer les tomes suivants), et mon regard sur la série a considérablement évolué. J’ai écrit un article dans lequel je reviens en détails sur tout ça, mais pour schématiser, mon rapport au « style Mashima » a évolué grâce à ma découverte de Fairy Tail (et de Erza, il est vrai…), au point où tous ses tics, notamment le fanservice, ont fini par devenir des choses que j’aime et recherche chez lui. De ce fait, je pense reparler beaucoup de Mashima, de ses séries, et de son rapport au fanservice !
Mais au-delà de ce point, il y a aussi une évolution évidente d’Edens Zero en tant que série. J’ai également tenté d’expliquer, sans aucun spoil, comment les personnages gagnent en épaisseur, les arcs en densité, et globalement, comment la série gagne en intensité globalement, au point de totalement me conquérir. Désormais, je suis devenu accro à Edens Zero tout comme au style Mashima en général (d’où le fait que je me dévore aussi des spin off de Fairy Tail pour patienter).

Autre temps fort, ma découverte via les médiathèques de Video Girl Aï de Katsura. Le titre se retrouve au carrefour de plusieurs choses qui m’intéressent tout particulièrement : il s’agit d’un petit jalon dans l’histoire du manga, publié au début des années 90 aussi bien au Japon qu’en France, où le marché n’était clairement pas aussi florissant qu’aujourd’hui.
De plus, il s’agit d’une comédie romantique au masculin, profondément adolescente dans son rapport à l’amour, au désir et au corps. Et de ce fait, il est un objet d’analyse passionnant concernant la façon de représenter les corps féminins et la sexualisation en général. C’est d’ailleurs par ce prisme que j’ai abordé la série dans mon article, qui je l’espère vous a intéressé.
Pour finir sur ce titre, la petite anecdote rigolote mais pas tant que ça, que j’ai déjà raconté : j’ai emprunté la série en médiathèque, série qui n’est plus imprimée par Delcourt par ailleurs. Et j’ai eu la surprise de voir que les tomes 7 et 8 étaient ceux de la réédition grand format. Seul problème, la réédition n’a pas la même tomaison que l’édition classique (9 tomes contre 15 en format poche), de ce fait, les tomes 7 et 8 correspondent en réalité aux tomes 11 à 13 (voire 14). Ce qui fait que j’ai du zapper les tomes 7 et 8 de l’édition poche de base… J’ai réussi à refaire le lien entre les différents éléments d’intrigue sans soucis, mais c’est quand même un peu dommage, vous en conviendrez !

Et pour finir sur les moments forts en terme de lecture, un petit dernier qui est dans un autre sujet qui m’obsède, le rapport à l’auteur, avec ma découverte de Level E de Togashi (monsieur Hunter x Hunter).
Il s’agit d’une série courte en 3 tomes qu’il a fait entre Yuyu Hakusho et Hunter x Hunter, avec plusieurs petites histoires reliées par un personnage central, se déroulant dans notre univers au détail près que des extra-terrestres vivent parmi les hommes, sans que l’humanité ne le sache.
Une des grosses qualités du titre, en plus de son intelligence caractéristique de l’auteur et d’un humour que je ne lui connaissais pas, vient du fait qu’elle semble faire office de brouillon pour un certain nombre de choses que l’on verra exploitées par la suite dans Hunter x Hunter. Ainsi, si le titre est déjà passionnant pour lui-même, il le devient encore plus lorsqu’on le met en perspective par rapport au travail de Togashi.

Enfin, je ne résiste pas à l’envie d’avoir un petit mot pour Blue Period, dont le second tome est sorti ce mois-ci. Déjà parce que c’est une petite pépite, une de mes meilleures lectures du mois et surement une des séries qui comptera dans cette année 2021, mais aussi parce que la série semble en difficulté en terme de ventes, ce que je trouve dommage car elle a vraiment tout ce qu’il faut d’intelligence, de qualités esthétiques, et d’accessibilité pour toucher un large public. J’espère donc vous donner envie avec mes articles (voir ici le tome 1, et ici le tome 2), car je trouve que la série le mérite vraiment. On aura l’occasion d’en reparler, et je ne lâcherai rien tant qu’elle continuera à me toucher (en essayant quand même de ne pas devenir lourd, c’est quand même mieux).

Enfin (bis), j’ai envie de toucher deux mots concernant le tome 15 de Beastars, que j’ai lu hier et pour lequel je n’ai pas encore pris le temps d’écrire. Je ferai un tir groupé avec le 14 que je n’ai pas encore évoqué. Je vais me répéter, ce sera toujours les mêmes dithyrambes que d’habitude, mais je n’y peux rien, Paru Itagaki est tout simplement constante dans la virtuosité, avec des moments de grâce en terme d’écriture et de mise en scène qui me laissent coi à chaque fois. Pour moi, Beastars fait partie depuis son premier tome des très très grandes séries, et je suis intimement convaincu qu’elle fera date et marquera le début d’une grande carrière pour sa mangaka. Oui, c’est un gros pari, mais au pire je compte sur vous pour ne pas me le rappeler si j’ai tort.

Perce NeigeEnfin (3, j’ai oublié encore un truc !), un gros coup de coeur mais qui date de l’année dernière, j’ai enfin acheté et lu Le Perce Neige, soit le seul Orikishi sorti en France que je ne connaissais pas encore (Hi Score Girl, je n’ai vu que l’anime). Et c’est peut-être le titre de l’auteur qui m’a le plus touché au format manga pour le moment.
Il s’agit d’un titre dur et violent sur le harcèlement scolaire, mais pas que, qui parle avec talent des blessures de l’enfant, une constante chez l’auteur. J’en parle en détails dans mon article, mais il s’agit pour moi d’un véritable indispensable, comme finalement chaque titre de l’auteur (la parenté avec Sayuri, également disponible chez Omaké manga, est évidente).

Quoi de beau pour Avril ?

Comme d’habitude, je me laisse un peu porter et je n’ai plus l’œil sur les plannings, accusant tellement de retard dans certaines séries que je préfère ne pas me faire du mal. Je peux déjà vous dire par avance qu’avec un nouveau tome de Prisonnier Riku et deux de Slam Dunk, les coups de cœur du mois sont déjà désignés. Et si on y ajoute le nouveau tome de Vinland Saga, je crois qu’on a déjà mon top 3 sans trop de surprise !
Mais en terme de nouveautés, il y aura quand même les rééditions de Banana Fish et Eden chez Panini que j’attends comme un fou !
En plus de ça, on aura droit à double dose de Dr Stone avec le tome 15 et le One Shot dédié à Biyakuya, le père de Senku qui arrivent dans quelques jours.

24 commentaires

    • J’espère aussi, mais il y a de toute façon les trois valeurs sûres citées pour lesquelles je ne me fais aucun doute, quelques sorties que je guettes avec beaucoup d’intérêt, et dans tous les cas, les lectures à rattraper ne manquent pas.
      Comme j’ai eu ma prime je vais pouvoir commander des chèques lire et un peu me faire plaisir, parce que bon, si je n’achètes pas, on va encore dire sur Twitter que je fais partie des vilains qui reçoivent tellement des éditeurs qu’ils n’ont plus besoin d’acheter…
      (J’ai failli aborder dans le bilan quelques aspects charmants des réseaux sociaux mais je me suis rétracté)

      Aimé par 1 personne

      • Ah, je n’ai pas l’impression d’être las.
        C’est juste que j’ai l’esprit à 80% sur la vraie vie alors qu’il l’était genre à 5% avant. Alors forcément, il y a moins de magie dans mes paroles.

        Je t’avouerai que je ne suis pas forcement à l’aise d’être étudiant en ce moment et que je fais tout mon possible pour écoper ce bateau qui coule.

        Au final, c’est même pas que ça ne va pas, c’est juste que j’ai l’esprit chargé !

        Mais t’inquiète même pas, le clown en moi ne demande qu’à ressortir façon alien.

        Aimé par 1 personne

      • Tu m’en vois rassuré. Pour moi le plus important c’est que, présent ou pas, tu ailles bien. C’est ça l’amitié et l’esprit shonen !
        Tu es mon Sasuke et je suis ton Naruto (oui, je me donne le beau rôle)

        Aimé par 1 personne

  1. Grâce à l’offre de Vega, j’ai l’impression que le Bateau de Thésée a fait une réapparition fracassante sur la blogosphère et les réseaux, ce qui semble plus que justifié si je me fie à ton avis et à d’autres…
    Passe un bon mois d’avril 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Le Bateau de Thésée est un manga que je suis depuis sa sortie. J’adore ce manga, une sorte d’Ereased mais en beaucoup mieux du fait que l’identité du ou de la meurtrier(e) nous reste longtemps inconnue et que les valeurs de famille prônées par le manga résonnent plus facilement en nous. (Et le style graphique atypique m’a aussi charmé) Beastars j’ai adoré l’anime mais le manga a trop de tomes maintenant, pareil pour Vinland Saga et Slam Dunk qui en plus a des tomes chers par rapport à ce que c’est en terme d’édition… Concernant Orikishi, tu n’es pas le seul qui en dit du bien (manga news aussi a écrit des articles élogieux sur sa personne je crois) donc j’y jetterai sûrement un coup d’œil. D’ailleurs en porte d’entrée, tu me conseillerais le Perce des Neiges ?
    De mon côté, je compte rattraper d’ici fin avril mon retard sur le cultissime et l’excellentissime – et ce sont des euphémismes – Dorohedoro (tome 12 actuellement), continuer les classiques (MHA qui s’améliore d’ailleurs, JJK, SNK, Blue Exorcist), mais aussi et SURTOUT me procurer le tome 5 de l’incroyable Gannibal et les 2 premiers tome d’Eden que j’attends tout comme toi non sans excitation ! Bon mois d’Avril à toi et ta famille et hâte de lire tes articles/avis futurs.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, le Bateau de Thésée fait beaucoup penser à Erased, mais comme toi, j’ai une préférence pour le premier.

      Beastars, Vinland et Slam Dunk font partie de mes pépites perso.

      Pour Oshikiri, Le Perce Neige est une bonne porte d’entrée et tu n’as que 25 euros à débourser pour les deux volumes (epais). Sinon Sayuri dans le même style mais en fantastique est un très bon One shot. Je n’ai pas lu Hi Score Girl mais j’ai vu l’anime et je pense que c’est sa meilleure histoire, mais ça fait 10 tomes.

      Excellent mois d’avril à toi aussi ! Je suis très content d’avoir tes retours qui je l’espère, seront réguliers. Un des plaisirs est d’échanger souvent avec les mêmes personnes je trouve.

      J'aime

  3. Effectivement ça ne va pas te changer grand chose du coup, mais tout de même bon courage. J’ai la chance d’écoper d’une semaine de plus à la maison pour ma part et je compte en profiter ^^
    Je ne savais pas que Blue Period avait des difficultés en terme de vente, surtout avec la promo qu’il a eu.
    Avril nous réserve de belles choses, j’attends à peu près les mêmes titres que toi et j’espère surtout qu’Eden te plaira, j’ai adoré son début à l’époque !
    Très bon mois d’avril à toi 😃

    Aimé par 1 personne

  4. @cegaritrox
    Pour « Beastars », nous ne sommes pas face à quelque chose d’excessivement long puisque le tome 22 est le dernier. Vingt-deux tomes en tout pour un titre de cette envergure, ça reste financièrement plus abordable que les 72 tomes de « Naruto », par exemple.

    Aimé par 1 personne

  5. Rhââ tu donne toujours autant envie de découvrir des séries toi! Si en plus tu colle des nénés…. 🙂
    Côté Bilan il faudra que j’évolue les miens vers plus de fonds en laissant un peu les stat qui ne semblent plus intéresser autant. Je vais bientot découvrir (enfin) Blue period qui me tente bcp… Excellent mois à toi!

    Aimé par 1 personne

    • Excellent mois à toi aussi !

      Je pense que tu devrais te faire plaisir avec Blue Period, c’est une des grosses pépites de ce début d’année pour moi, avec Kaguya-Sama d’ailleurs. Pika commence vraiment fort je trouve et ça devrait continuer comme ça durant le reste de l’année.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.