Rohan Kishibe – Une expérience unique !

Rohan Kishibe

En ce début d’année 2021, l’adaptation animée des aventures hautes en couleurs de Rohan Kishibe a débarqué sur Netflix. En seulement 4 épisodes, cette incursion dans la vie d’un personnage de l’univers de Jojo’s Bizarre Adventure a su marquer par son aspect résolument unique et étrange, à l’image du manga dont est tiré l’anime. Un trip assez hallucinant qui se dévore d’une traite, et qui demande qu’on y revienne régulièrement. Voyons ensemble de quoi il en retourne.


Qui est Rohan ?

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser à penser, on est bien dans l’univers de Jojo’s Bizarre Adventure et pas celui de Tolkien. Rohan n’a donc ici rien à voir avec Theoden et les incroyables batailles épiques du Seigneur des Anneaux. Il n’est peut-être pas inutile de resituer le personnage et la série d’où il vient, car malgré sa popularité chez les fans de mangas, elle n’est pas forcément connue de tous.
Le Rohan répondra
Rohan Kishibe est un mangaka au sein de l’univers fictif de Jojo’s Bizarre Adventure, que l’on rencontre dans la quatrième saison du manga, intitulée Diamond is Unbreakable. Pour rappel, cette série a la particularité de raconter une histoire relativement indépendance dans chaque partie, toujours centrée sur un membre de la famille Joestar surnommé Jojo. Un des éléments caractéristiques de la série est également son mélange d’influences (cinématographiques, picturales, musicales, mode, etc…) qui agglomérées lui confère une identité forte. Personnellement, je n’ai pour le moment lu que les deux premières saisons, mais je suis déjà plutôt conquis par cette œuvre à la très forte personnalité.

Je n’avais donc pas encore rencontré le personnage de Rohan au cours de mes pérégrinations avant de regarder cet anime, tout comme je n’avais pas encore découvert le concept de Stand, introduit dans la série à partie de sa troisième saison. Il convient donc d’expliquer rapidement ce dont il s’agit, puisque Rohan est lui-même possesseur d’un stand. N’étant pas encore arrivé au stade où les Stand sont présentés dans le manga, je ne vais pas expliquer les règles qui régissent leur utilisation mais rester dans la simplicité.

Si j’ai bien compris (d’après le wiki Jojo), un Stand est la matérialisation psychique de l’esprit, qui d’après les nombreuses images que j’ai vu de la série, prend une apparence plus ou moins humaine, et confère à son manieur certains pouvoirs. Le Stand de Rohan Kishibe se nomme Heaven’s Door (en référence à la chanson de Bob Dylan, la musique ayant une influence énorme sur le travail d’Araki) et lui permet de transformer les individus en livre afin de lire en eux. On a l’occasion de voir ce Stand en action à plusieurs reprises dans l’anime.
Heaven's Door
Et si Rohan est introduit dans la quatrième partie du manga, pas d’inquiétude, l’anime est tout à fait compréhensible sans avoir lu jusque là. Sachez par ailleurs que Araki a publié au fil des ans plusieurs histoires courtes indépendantes centrées sur Rohan, où il raconte à chaque fois une rencontre avec une personne très étrange. Ces histoires ont été compilées dans deux volumes publiés par Delcourt Tonkam (qui édite également Jojo’s Bizarre Adventure), et deux collaborations centrées sur Rohan ont vues le jour, la première avec Gucci pour une histoire courte présente dans le premier recueil, la seconde avec Futuropolis dans le cadre de son projet de BD sur le musée du Louvre (celui-là même qui a donné lieu au somptueux Mujirushi de Naoki Urasawa, entre autres), intitulée tout simplement Rohan au Louvre.

Ce sont donc, vous l’aurez compris, plusieurs de ces histoires courtes qui sont adaptées en un épisode à chaque fois. La structure étant toujours assez similaire : Rohan rencontre quelqu’un à la terrasse d’un café, et lui raconte un moment marquant de sa vie, qui l’a amené à remettre en question sa vision du monde. Ces moments de vie sont l’occasion de faire connaissance avec des individus très particuliers, teintés de fantastique, qui inspirent le mangaka dans son travail. Ainsi, il y a une mise en abyme évidente du travail de mangaka et de ce qui lui insuffle l’étincelle créative, mais c’est avant tout un moment d’animation très original et barré, à l’image du travail d’Araki.

Mon avis sur l’anime

Clairement, la grosse force de Rohan Kishibe pour moi est l’originalité globale qui se dégage de l’anime. Chacun des 4 épisodes est très étonnant, nous dépeignant à chaque fois un personnage et une histoire vraiment inattendus, et mise en scène avec excès pour épouser le caractère étrange et grandiloquent de ce qui est raconté.

On commence avec la confession d’un homme à l’église, pensant s’adresser à un prêtre alors qu’il parle à Rohan. Il dit être poursuivi par l’esprit d’un SDF mort d’épuisement en travaillant à sa place, avec qui il a désormais maille à partir. On continue sur le destin d’une jeune femme qui a tué accidentellement son amant qui vivra à jamais avec les conséquences de ceci (je ne vous révèle pas comment cela se manifeste), pour continuer avec une entrevue entre Rohan et son éditrice en vue de l’achat d’une villa pour cette dernière, qui va tourner au défi sur fond de règles de politesse, en terminant avec un épisode où Rohan se mesure à un athlète aguerri dans la salle de sport qu’il fréquente.

Quatre histoires qui n’ont fondamentalement rien à voir, si ce n’est leur étrangeté et leur bizarrerie, mais qui ont toutes une forme d’unité stylistique qui apporte une cohérence globale à l’ensemble. Cette unité stylistique vient clairement de l’excès que l’on ressent sur tous les points dans l’écriture et la mise en scène, parfaitement symbolisée par l’épreuve du popcorn que l’on retrouve dans le premier épisode (Dans le confessionnal) qui est un véritable régal. La situation en elle-même est tellement grotesque, le sérieux et la tension dans la mise en scène et l’emphase mise sur chaque geste font que ce passage est à la fois tendu et hilarant.

Mais au-delà de cet aspect, les quatre histoires racontées dégagent une forte aura d’étrangeté, qui tend à décrire un monde où certaines choses semblent inexplicables, avec une forte dose de paranormal… et des petites morales en fin de parcours.

Car chaque personnage rencontré et histoire racontée semble proposer une petite morale finale, sur certains travers de l’homme. Et cet aspect m’a particulièrement plu, même s’il semble surtout sujet à interprétation. Ainsi, je laisse à chacun et chacune voir ce qu’il/elle retire du visionnage de ces épisodes.

En conclusion

Ce qui est certain, c’est qu’enchainer ces quatre épisodes reste une expérience à part. Une expérience rapide, puisqu’on en a pour une heure et demie grand maximum, mais ce moment court n’en reste pas moins très intense et marquant. Je trouve chacune des histoires passionnante pour elle-même, et bien qu’étant indépendantes, elles contribuent à nous immerger dans un univers particulier, auprès d’un personnage haut en couleurs.

Ainsi, on apprend à connaitre Rohan, qui reste malgré tout assez insaisissable, et on plonge un peu plus dans l’univers barré de Araki, qui mérite définitivement son qualificatif de « Bizarre ». De ce fait, cette nouvelle incursion dans ce qu’on pourrait appeler le « Jojoverse » était des plus convaincantes, et me donne envie de poursuivre ma découverte. La prochaine étape sera donc la partie 3, Stardust Crusader, à moins que je regarde d’abord le pendant anime des deux premières saisons du manga, pour poursuivre l’expérience au format animé… Quoi qu’il en soit, ce fragment de l’univers Jojo vaut clairement le coup d’être découvert, une fois de plus !

 

30 commentaires

  1. bonjour, comment vas tu? j’ai également regardé ces épisodes avec attention. j’ai également les deux volumes en cours de lecture (j’ai pris du retard à cause de problèmes) les 4 histoires animées sont les quatre premières du tome 1. il reste donc des découvertes à lire. ces histoires courtes sont complètement barrées. je pense que l’auteur a du s’en donner à coeur joie, poussant encore son coté « bizarre » plus loin. passe un bon dimanche et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne suis qu’au deuxième arc de Jojo, je vraiment découvert cet anime comme un truc à part du coup, je ne savais pas que c’était lié à Jojo mais comme quoi on peut le regarder sans problème. J’ai adoré Rohan Kishibe, c’est un ovni original, audacieux et dépaysant, je te rejoins ça vaut le détour !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.