Carole & Tuesday – De l’anime au manga

Carole & Tuesday

Avec la sortie de l’adaptation en manga de Carole & Tuesday chez Nobi Nobi, que je remercie pour l’envoi de ce premier volume, l’occasion était excellente pour moi de découvrir l’anime, afin de voir les similitudes et les différences entre les deux supports. On va donc faire le point à la fois sur l’anime et le manga ici, en commençant par revenir aux sources !


Avant tout, je vous invite à jeter un oeil à la page de la série sur le site de Nobi Nobi via ce lien, qui vous permettra de lire un extrait de plus de 60 pages de ce premier tome.


Le nouvel anime de Shinichiro Watanabe

C’est suffisamment rare pour le signaler, Carole & Tuesday est d’abord un anime avant d’être adapté en manga, alors que c’est plus souvent l’inverse qui se produit. Ainsi, il convient de revenir dans un premier temps sur l’anime. Il s’agit du dernier projet en date de Shinichiro Watanabe, le créateur de Cowboy Bebop et Samurai Champloo, produite pour les 20 ans du Studio Bones. Elle a été diffusée fin 2019 au Japon, et distribuée par Netflix à l’international, permettant à un large public de la découvrir.

C’est en parallèle que l’adaptation en manga a été prépubliée dans le magazine Young Ace, se concluant en trois tomes qui adaptent la première partie de l’anime (12 épisodes sur 24), en proposant une fin alternative.

Mais c’est avant tout une oeuvre de Watanabe, dans le sens où comme à son habitude, la musique a un rôle prépondérant, étant même le cœur du récit ici. Car même sans être spécialiste du réalisateur (personnellement je n’ai vu que Cowboy Bebop comme anime qu’il a supervisé), le fait que ses œuvres soient fortement imprégnées de musique est quelque chose de très connu. On ne s’étonne donc pas qu’il soit aux commandes de Carole & Tuesday, proposant de suivre le parcours de deux jeunes musiciennes.

Mon avis sur l’anime

Resituons un peu l’histoire de cet anime, en précisant au passage que je n’ai pour le moment regardé que la première partie, ce qui est déjà suffisant pour avoir un premier avis et faire un comparatif pertinent avec ce premier tome du manga.

Nous nous situons sur la planète Mars, où l’humanité a migré depuis pas mal d’années. Nous suivons le parcours de Tuesday, une jeune fille de bonne famille qui a fuit sa vie, rêvant de faire de la musique, ainsi que Carole, une orpheline également accro à cet art. Mais dans cet univers, la musique est produite par des intelligences artificielles qui les écrivent et les composent, et même les interprètes semblent user de technologies de pointe pour travailler leur voix (peut-être vont-ils découvrir l’autotune également !).

Les deux jeunes femmes se rencontrent, et de là découlera une amitié forte qui va les amener à vouloir percer dans le monde de la musique avec ce qu’elles composent elles-mêmes, sans le recours à des intelligences artificielles. Elle trouveront sur leur route un manager et un roadie prêts à les aider à percer, et auront une relation de rivalité avec une starlette qui, au contraire, utilise toutes les technologies à disposition pour faire de la musique.

Ainsi, on suivra le parcours de nos deux apprenties chanteuses, des premiers pas et premiers buzz sur les réseaux sociaux à leur participation à un énorme télé-crochet qui conclue la première partie. Et si je ne peux nier que j’ai passé un très bon moment devant ces 12 premiers épisodes qui sont passé très vite, force est de constater qu’on est dans quelque chose d’extrêmement convenu et gentillet en terme de développement scénaristique. Tous les poncifs qu’on pouvait imaginer sont présents, et le discours autour de la création humaine VS création artificielle ne va pas chercher très loin. On se doute que c’est surtout une façon de proposer une vision de la création qui soit décorrelée des logiques industrielles et impersonnelles qu’on trouve dans notre réalité, mais ça reste très basique et gentillet, à l’image de toute cette première partie.

De ce fait, c’est plus du côté du travail d’ambiance et d’animation qu’il faut aller pour vraiment trouver du biscuit serais-je tenté de dire. Car de ce point de vue, on peut vraiment se faire plaisir : l’animation est vraiment belle, le travail global de direction artistique également et permet de mettre en valeur le cœur du projet : la musique.

Car nous avons droit au moins une fois par épisode à une séquence clip, dans laquelle nos deux héroïnes ou d’autres personnages poussent la chansonnette. Évidemment, toute la partie télé crochet est l’occasion d’enchaîner les moments musicaux à la scénographie plus ou moins élaborée, variant les genres pour notre plaisir. Cependant, même sur le plan musical il y a pas mal à redire.

Je suis souvent méfiant avec les oeuvres audiovisuelles (films ou séries) dans lesquelles on parle du monde de la musique, avec des thèmes composés pour l’occasion, car j’ai souvent la crainte d’une musique ultra calibrée. Et clairement, on est dans ce cas de figure ici, et je serai tenté de qualifier les chansons qu’on entend de soupe. Si globalement ce n’est pas franchement ma came, je trouve que les passages musicaux de Carole et Tuesday sont quand même largement au-dessus des autres, et ça tombe bien car c’est le cœur de l’histoire. D’autant plus que les morceaux et leurs paroles sont liées à la vie des deux jeunes filles, conférant à cela une petite touche de personnalité et une teneur émotionnelle en plus, rendant tout cela cohérent avec la thématique abordée autour de la musique composée par des humains plutôt que des IA.

En résulte donc un anime tout à fait efficace, vraiment agréable à regarder et fait avec soin… Mais qui ne transcende en rien à mes yeux, la faute à un développement de l’histoire et un travail thématique des plus convenus. Mais cela n’empêche pas de prendre un réel plaisir au visionnage, même si je doutes sérieusement que cet anime me laisse un souvenir impérissable.

Peut-être suis-je un peu sévère, peut-être que j’en attendais trop. Quoi qu’il en soit, c’est par le biais de l’adaptation en manga que j’ai découvert Carole & Tuesday, et c’est à l’occasion de la sortie de son premier tome que je propose cet article, donc plutôt que nous arrêter en si bon chemin,voyons ce que vaut ce manga.

Mon avis sur le manga

On peut légitimement se dire qu’adapter en manga un anime centré sur la musique est une drôle d’idée, puisqu’on perd la composante musicale de ce fait. De même, le manga adaptant une série de 24 épisodes en trois tomes, inutile de préciser qu’il y a fallu faire un gros travail de coupe afin de faire tenir l’essentiel en si peu de volumes.

Pour ce qui est de ce premier tome, quelques péripéties sans grande importance sont éludées, tout comme certains moments sont raccourcis. De même, le personnage d’Angela, la « rivale » de Carole et Tuesday est introduite bien plus tardivement, alors qu’elle est présente quasiment depuis le début dans l’anime. Le cadre du récit est également moins élaboré. Enfin, les séquences musicales sont moins nombreuses et bien plus courtes, puisque de toute façon, on ne peut pas entendre le chant.

Cela fait beaucoup direz-vous, mais ce qu’on perd en densité narrative, on le gagne clairement en fluidité. D’autant plus qu’en dehors des coupes, le manga est très fidèle à l’anime, que ce soit en terme de storytelling ou d’esthétique. C’est d’ailleurs la grosse force de cette adaptation, qui est visuellement somptueuse.

De même, les passages musicaux sont finalement efficacement mis en scène visuellement, un enjeu important pour tous les mangas du genre. Il s’agit de savoir transmettre la tonalité émotionnelle des morceaux joués, et l’énergie de l’instant. Et sur ce point, je trouve que cette adaptation s’en sort plutôt bien, surtout face à des mangas qui parfois se prennent un peu les pieds dans le tapis sur cette question.

De ce fait, j’ai le sentiment d’avoir étonnement davantage apprécié la version manga à la version animée. Ou plutôt, je fait que j’en attendais moins fait que l’expérience était plus en adéquation avec mes attentes. Rendre l’histoire plus simple et dynamiser tout ça m’a bien plu. Le fait de ne pas entendre la musique n’est pas franchement dérangeant compte tenu du fait que je ne la trouve pas formidable dans l’ensemble, et en définitive, la lecture est vraiment fluide. Ainsi, sans transcender un matériau d’origine sympa sans être exceptionnel, le résultat s’avère pour le manga d’un niveau équivalent selon moi. On passe un moment de lecture agréable devant un ouvrage fait avec soin, sans que ce soit franchement marquant.

En conclusion

Vous l’aurez donc compris, si Carole & Tuesday m’a fait passer un bon moment aussi bien en anime qu’en manga, ni l’un ni l’autre ne m’a bouleversé et me laissera un souvenir marquant en tête. La faute à une histoire vraiment trop convenue et un aspect musical pas franchement à mon goût.

Mais les deux supports ont leurs avantages et leurs inconvénients, et dans les deux cas, on ne peut pas dire qu’on passe un mauvais moment. C’est simplement que si on s’attend comme moi à une réflexion assez poussée sur le rapport à la musique et la création, on risque d’être un peu déçu. À moins que la seconde partie de l’anime et les deux autres tomes du manga approfondissent la question, à voir.

En l’état on est face à un divertissement vraiment efficace et bien fait, qui n’a pas davantage d’ambition que nous faire passer un bon moment, avec un travail d’ambiance et de mise en image d’excellente qualité sur les deux supports.

25 commentaires

  1. J’ai failli l’acheter puis j’ai préféré attendre de lire des avis.. J’ai bien fait ! Merci pour ta chronique.
    Je trouve la comparaison avec l’animé vraiment intéressante, c’est original de passer de l’animé au manga car comme tu le dis c’est souvent le contraire !

    Aimé par 1 personne

    • Oui, et dans ce genre de cas d’adaptation je suis souvent méfiant, d’autant plus avec un manga qui adapte un anime musical, et qui du coup se prive du son…
      Et comme l’anime est sur Netflix je me suis dit que ce serait bien plus pertinent de le regarder pour comparer.

      Du coup j’espère t’avoir éclairé pour t’aider à te décider, je pense que mon point de vue sur la question est plutôt clair.

      Aimé par 1 personne

      • Je comprends,c’est le point principal qui fait que je suis mitigé. C’est vraiment les poncifs auxquels on peut s’attendre dans le genre, et sans que ça ait franchement de conséquences.
        Le manager est porté sur la boisson mais c’est rien, il y a une brouille entre les deux totalement artificielle et qui s’arrête aussi vite qu’elle arrive, une rivalité mais sans incidence. Une fan obsessionnelle qui n’aura pas réellement d’impact… c’est trop gentil et trop lisse.
        Je regarderai quand même la deuxième partie de l’anime, peut-être que j’aurais une bonne surprise.

        Aimé par 1 personne

  2. Tu confirmes un peu ce que je craignais après ma lecture du 1e chapitre, c’est plat et ça manque de vie. Sur les titres musicaux, je m’attends à vibrer lorsque les artistes jouent mais là ça n’a pas l’air d’être le cas. C’est trop gentillet pour moi, je préfère passer mon tour pour les deux supports ^^! Dommage parce que le nom de Watanabe était forcément attirant.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.