Sahara – Le samouraï aux fleurs – jolie fable écolo en un volume

Sahara

Nobi Nobi est un éditeur en qui j’ai plutôt confiance quant à ses choix éditoriaux. Les séries que je lis chez eux sont vraiment d’excellente qualité, et la volonté de ne proposer que des titres sans contenu « sensible » me parle bien. De ce fait, j’attendais avec curiosité leur nouveau one shot intitulé Sahara, qui était présenté comme une fable écologique à tendance shonen nekketsu. Voyons donc ce qu’il en est !


Je remercie Nobi Nobi pour l’envoi de ce volume. Je vous invite à voir à ce lien l’extrait proposé par l’éditeur, qui représente quand même un bon quart du manga, de quoi se faire une idée claire de ce qu’il en est.


Dans un monde où la Terre s’est recouverte de sable, un samouraï atypique du nom de Sahara erre seul.
Il affronte les nombreux guerriers mécaniques qui rôdent hors des villes avec une étrange épée qui peut prendre la forme de différentes fleurs et plantes.
Un jour, il rencontre Yae, une jeune fille qui cherche à rejoindre la vallée de l’arbre-monde, persuadée que celle-ci a été épargnée par les sables et que le bourgeon de la vie existe encore là-bas. Sahara décide alors de la suivre dans son périple. Parviendront-ils jusqu’à l’arbre-monde ?

Je ne peux pas résister à l’envie de commencer en vous citant le mot de l’auteur sur le rabat de la jaquette, qui indique bien la nature de l’oeuvre : « Une épée, des robots, le désert… j’ai fini par bourrer ce manga de choses que j’adore, par pur caprice. Ça a beau être un voyage court d’un seul tome, j’espère que vous apprécierez les aventures de Sahara dans ce monde des sables. »

Il synthétise quasiment tout ce qu’il y a à dire sur ce titre : le format est court, mais cela n’a pas empêché le mangaka de le remplir de finalement pas mal de choses, peut-être même trop dans le sens où on sent une volonté de world building et de développement d’une histoire et une mythologie propre à cet univers, en plus d’une morale écologiste assez basique mais finalement agréablement mise en avant.

Ça fait beaucoup pour un one shot de 200 pages, et de ce fait, la crainte légitime serait que ce soit trop court et trop frustrant, comme les nombreux titres qui n’ont pas trouvé leur public et sont interrompus prématurément. Concernant Sahara, l’auteur précise dans la postface qu’il s’agissait d’une histoire prévue en 4 chapitres dès le départ, dans des numéros spéciaux de magazine. Il savait donc d’emblée la limite qu’il avait en terme de place, ce qui ne l’a pas empêché d’écrire de façon assez libre en terme de structure.

En résulte un titre riche, même un peu trop riche dans le sens où l’univers présenté est vraiment sympathique, aux accents post-apo dans ce monde désertique où le héros cherche à faire revenir la végétation. La présence de robots, la façon de se battre de Sahara avec une épée florale, et les informations données sur l’histoire et les événements qui ont amené à l’état actuel du monde montrent bien une volonté de développer quelque chose qui dépasse le cadre du simple one shot, ce qui crée de ce fait une petite forme de frustration, car on avait clairement le potentiel pour faire une série courte vraiment plus marquante si on avait eu plus de temps. Je pense vraiment qu’en étoffant sur 3 à 5 tomes, on aurait clairement pu avoir quelque chose d’excellent.

En l’état, ce one shot reste clairement bon, car la faible durée contribue à donner un rythme vraiment frénétique à l’histoire, la division en 4 chapitres contribuant au rythme du récit puisqu’on a en gros une péripétie principale par chapitre, qui contribue à étoffer à la fois l’univers, les rapports entre personnages et l’intrigue générale. Ainsi, on ne s’ennuie clairement pas à la lecture de cette aventure riche en action, parfois un peu confuse dans sa mise en images, mais néanmoins vraiment efficace.

Mais ce qui fait que le titre a un petit quelque chose en plus, c’est clairement son ambiance générale de fable écologique comme je l’ai déjà dit. On est clairement dans quelque chose de très très classique, à base d’opposition entre nature et technologie, mais cela fonctionne vraiment bien, car on sent une forme de modestie dans la narration et le discours qui font que l’on a bien conscience que l’auteur ne cherche pas à réinventer la roue ou proposer des concepts pointus.

Ainsi, ce one shot ne cherche pas à faire compliqué, va droit au but et y va bien. Son histoire est simple, avec des enjeux basiques, mais c’est très bien ainsi, car on n’a pas le temps d’aller plus loin. Il en va de même pour les personnages, peu nombreux mais efficacement caractérisés, ainsi que pour la morale simple mais qui passe bien. De ce fait, le format one shot est vraiment bien adapté à l’histoire racontée, même si on sent le potentiel pour quelque chose de plus dense. En l’état, c’est un très bon moment de lecture, parfaitement recommandable, notamment pour un public préado à ado, qui ne marquera pas, mais se révèle très divertissant.

Page couleur

19 commentaires

  1. Voici un titre qui a l’air simple, efficace et sans prétention, offrant un message écologique important, bien que consensuel….
    « aventure riche en action, parfois un peu confuse dans sa mise en images » Si j’aime beaucoup la couverture, son côté coloré et floral, ta phrase résume assez bien ce que je ressens en la regardant.

    Aimé par 2 personnes

  2. Je l’ai également lu cette semaine et j’en parlerai aussi la semaine pro 🙂
    Un titre que j’ai aimé, voir beaucoup plus que toi, car pour ma part, c’est un sublime coup de coeur que j’ai eu pour ce one shot. En plus, je suis complètement tombée amoureuse du style graphique du mangaka ♥

    Aimé par 1 personne

  3. Je viens de lire l’extrait gratuit… cela me branche vraiment. J’aime les personnages, le côté post apocalyptique, les mécha… Je suis terriblement intriguée et en même temps à lire ces quelques pages je me suis sentie comme apaisée. Je vais voir ça.

    Aimé par 1 personne

  4. J’adore les livres que proposent cet éditeur ! J’ai 8 contes japonais illustrés chez moi : un véritable trésor, mon précieux.
    Pour ce titre en manga, je suis sûre que ma fille adorera. Elle fait du kenjutsu depuis octobre 2020 et elle a-do-re !
    Merci du partage, de vraies pépites à découvrir.
    Belle journée

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi pour ton commentaire également, ça me fait très plaisir.

      Il me semble qu’on avait déjà parlé des contes illustrés que propose Nobi Nobi, on en a à la médiathèque et ils sont en effet de toute beauté !

      J'aime

      • Oui, on en avait en effet déjà parlé. Mais sont trop beaux, on en parlera jamais assez ☺
        Cet éditeur est pour moi un véritable trésor. Sa malle contient des histoires en or, avec qualité et merveilles d’ouvrages.
        Bon et beau week-end. A bientôt

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.