Mon avis sur… My Broken Mariko de Waka Hirako

My Broken Mariko fait partie de ces titres qui m’ont attiré d’emblée, pour lesquels j’ai de grosses attentes, et, je dois l’avouer, avec lesquels je pars conquis d’avance. Mais encore faut-il confirmer cela une fois l’ouvrage en mains. Je dois admettre que l’unanimité générale autour du titre ne faisait que me convaincre encore plus. Et par chance, j’ai pu le recevoir de la part de Ki-oon, que je remercie au passage, ce qui me permet de vous proposer cet article alors que le titre vient juste de sortir.

Pour rappel et avant de vous expliquer pourquoi j’ai trouvé ce titre magnifique, My Broken Mariko est un one shot que l’on doit à Waka Hirako. Il s’agit du premier titre de la mangaka à arriver en France, dans une somptueuse édition en grand format avec jaquette gaufrée du plus bel effet, qui plus est augmenté d’une interview de la mangaka qui revient sur ses influences et sa façon d’aborder cette histoire… Avec en dernier bonus, la première histoire courte publiée par l’autrice, également d’excellente qualité, et dont la thématique propose quelques similitudes avec My Broken Mariko. En bref, une très belle édition que ce titre formidable méritait, pour seulement 9€95. Ceci étant dit, il est temps de passer au manga proprement dit !

Quand Tomoyo apprend aux informations la mort de son amie Mariko, elle n’en croit pas ses oreilles. Elles s’étaient pourtant vues la semaine précédente, sans que rien ne laisse présager un tel drame. Mariko, à la jeunesse brisée, qui lui vouait une admiration sans bornes et qui s’est vraisemblablement suicidée…
Tomoyo ne contient pas sa rage : elle doit trouver un moyen de rendre un dernier hommage digne de ce nom à sa seule confidente. Pas question de laisser le père violent de la jeune fille prendre les choses en main ! Bouleversée et confuse, elle se précipite chez lui, vole l’urne funéraire et, malgré les coups, hurle les mots de colère que Mariko a gardés en elle pendant toutes ces années ! Les précieuses cendres sous le bras, Tomoyo se lance dans une course effrénée, en quête du lieu de dispersion idéal… mais aussi du salut, pour son amie comme pour elle-même.

Le résumé resitue bien les événements. Tomoyo, le personnage principal de l’histoire, apprend que sa meilleure amie Mariko s’est suicidée. Des sentiments forts et contradictoires se mêlent, de l’incompréhension à la tristesse, en passant par la colère. Une seule certitude pour elle, le père de Mariko est en grande partie responsable de ce suicide, et ne mérite en aucun cas de conserver les cendres de sa fille. Tomoyo va donc s’incruster chez lui avec un couteau pour récupérer les cendres de son amie et les disperser. L’occasion d’un petit road trip qui reconstituera le fil de cette relation forte, proposant une réflexion sur le deuil, sur le suicide, mais aussi et surtout sur la maltraitance infantile.

Et c’est une des grandes forces du manga selon moi. Non seulement les thématiques sont très fortes, mais elles sont en plus multiples et s’entremêlent de façon logique, se nourrissent et se renforcent mutuellement. Et autant le dire clairement, avec un sujet pareil, le manga est dès le départ très chargé émotionnellement. En faisant rapidement face au père, dont on apprend qu’en plus d’être violent, avait abusé sexuellement de Mariko, on est directement mis face à l’injustice absolue de cette situation et on comprends sans qu’on ait besoin de nous le dire que la jeune femme a mis fin à ses jours à cause de la vie que son père lui a imposé.

D’emblée, on est en colère, tout comme Tomoyo, mais aussi extrèmement triste. En fait, on partage vraiment tout le cheminement émotionnelle de la jeune femme, avec la gorge nouée dès le début de l’histoire, jusqu’à ce moment où la mangaka met le dernier coup de massue pour faire vraiment monter les larmes. Et sur ce point, elles arriveront peut-être à un moment différent en fonction des personnes, selon nos vécus propres. Ce qui est certain, c’est que même sans avoir de rapport particulier à la mort, au suicide ou au deuil, Waka Hirako arrive parfaitement à nous faire comprendre ce qui se joue dans cette histoire, aussi bien concernant le geste de Mariko et la façon dont Tomoyo vit ça.

Une des excellentes idées étant de suivre une narration qui avance de façon constante, à l’image de Tomoyo qui ne s’arrête jamais de bouger. Mais en proposant également des sortes de flashs concernant la jeunesse des deux amies, mettant en avant des bribes du passé commun aux deux, permettant de mieux comprendre comment on en est arrivé là. Et sur ce point, cela permet de travailler avec pertinence, talent et énormément d’émotions le personnage de Mariko. C’est d’ailleurs cet aspect qui m’a ému aux larmes, expliquant de façon très simple mais très intelligente pourquoi une personne qui a vécu ce que Mariko a vécu s’autodétruise, se dévalorise constamment, et finalement pense qu’elle mérite le mal qui lui arrive.

Je pense aussi que l’impact émotionnel de ceci vient du fait que je connaisse des personnes qui ont malheureusement vécu des choses similaires, et j’ai le sentiment que ce que dit la mangaka ici correspond vraiment à ce que disent les victimes de tels sévices. Ainsi, arriver à retranscrire avec une telle justesse cet aspect contribue à l’impact émotionnel du récit. Mais il y a d’autres aspects profondément émouvants, qui peuvent plus ou moins toucher. Sur ce point, je vous invite d’ailleurs à lire le magnifique article de Julie sur son blog Songe d’une Nuit d’été, qui a un rapport différent à ce que raconte le titre, mais qui a été également bouleversée, le signe pour moi d’une vraie authenticité dans le traitement des différents éléments du récit.

Enfin, impossible de ne pas évoquer l’esthétique du titre qui influe grandement sur son ambiance générale. Le dessin est ultra expressif et permet vraiment d’épouser l’état émotionnel des personnages. On alterne entre des illustrations un peu brutes, avec des déformations parfois prononcées pour accentuer les expressions des visages ou les mouvements, et des planches bien plus réalistes qui ont de ce fait un impact bien plus fort du fait des contrastes dans le degré de réalisme. De plus, le découpage et le style visuel épousent bien le côté mouvement perpétuel de Tomoyo. Alors qu’en début d’ouvrage, je trouvais parfois le style un peu brouillon, j’ai vite compris que la mangaka savait ce qu’elle faisait et qu’elle adaptait son dessin aux situations et états émotionnels afin de renforcer chaque séquence. Et sur ce point, pour un travail de jeune mangaka, c’est vraiment d’un niveau de maîtrise impressionnant, qui rend l’impact émotionnel de cet histoire encore plus important.

Pour finir, un petit mot sur l’histoire en supplément, qui parle aussi de rapport à la famille, mais dans un cadre bien différent qui évoque presque le western. La mangaka arrive aussi en peu de pages à construire des personnages qui ont vraiment une âme, et à proposer un message subtil et intéressant. De quoi être encore plus convaincu du talent de cette dernière, et espérer que Ki-oon la suive dans ses prochaines aventures afin qu’on y ait également droit.

Vous l’aurez donc compris, My Broken Mariko est un énorme coup de cœur pour moi. C’est un idéal de one shot, qui en peu de temps arrive à proposer une histoire puissante, profonde et marquante, vers laquelle on a envie de revenir le plus souvent possible. Et Ki-oon ne s’y est pas trompé, proposant une édition de très belle qualité qui met parfaitement en valeur la beauté de ce titre. Évidemment, c’est un indispensable !

20 commentaires

  1. Bon ben voilà. Tout pareil. Je pense qu’on va en entendre parler pas mal et qu’il sera dans les sélections de fin d’année. Ki-oon ne s’est pas trompé de mettre le paquet sur ce titre qui, j’espère, fera aussi venir un nouveau public vers le manga.

    Aimé par 1 personne

    • Je pense aussi que, bien que le titre soit paru en début d’année, il ne sera pas oublié dans les sélections de fin d’année. En plus, le fait qu’il s’agisse d’un one shot en fait un objet parfait pour des recommandations de cadeau. Et en effet, il a le potentiel d’amener un nouveau public de curieux vers le manga je pense.

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu ton article en diagonale pour ne pas risquer de me spoiler des choses car comme tu le sais je l’ai acheté et je compte le lire bientôt :3 mais tu as l’air assez enthousiaste, comme beaucoup de gens d’ailleurs et contrairement à toi c’est quelque chose qui m’effraie un peu 😅

    Aimé par 1 personne

  3. Encore une fois, très bon article 😁 Je l’ai vu tout à l’heure en magasin et le titre m’intriguait, je l’ai vu passer plusieurs fois dans ma TL et a la lecture du synopsis, il titillait mon intérêt.

    Je vais aller le le chercher rapidement, ton article a réussi à me convaincre 😁

    Aimé par 1 personne

    • Oui, on est plusieurs à s’être fait cette réflexion au sujet du fait que ce soit un titre qui peut parler aussi aux non lecteurs de manga. Et je trouve que sur un format court, la mangaka a clairement réussi à aborder pas mal de choses, et de façon très authentique. Je n’ai pas trop osé développer sur la question de l’inceste et des maltraitances infantiles, mais ça me parle beaucoup vis à vis de personnes que je connais (Dieu merci je n’ai jamais vécu de choses comme ça, mais des proches sont dans cette situation, et les flashbacks avec Mariko m’ont vraiment rappelé des choses que j’ai appris sur les conséquences sur les gens qui ont vécu ça).

      J'aime

  4. Bon bein voilà je n’avais pas encore lu ta chronique mais le peu que tu en as dit sur insta m’avait convaincu et j’ai craqué :-p
    A lire ce que tu en dis ici, je ne regrettes pas et je pense que ce titre va en doubler pas mal d’autres qui étient prévus avant ^^

    Aimé par 1 personne

    • Franchement, au-delà de mon avis personnel, je vois sur les blogs et les réseaux sociaux beaucoup de gens en parler depuis quelques jours qu’il est sorti, donc je suis plutôt confiant. C’est un titre vraiment riche bien que court, et qui parle à beaucoup de gens. En plus le ton général n’est pas plombant malgré la dureté des thématiques.
      Bref, une pépite !

      Aimé par 1 personne

  5. […] Mon retour : C’est un excellent manga, poignant et qui a cette faculté de nous immerger de suite dans l’histoire. Âmes sensibles s’abstenir, on parle de traumatismes et de violences diverses et variées, c’est vague et non démonstratif mais ça peut remuer les personnes malheureusement familières de ces traitements. Mais pour ceux qui aiment les sujets sérieux, traités avec virtuosité, je le recommande vivement. Ce n’est pas un coup de cœur mais c’est un excellent manga traité avec beaucoup de délicatesse et d’intelligence émotionnelle.Pour en savoir plus, je rends à César ce qui est à César et vous dirige donc vers la personne qui m’a donné envie de le lire, sa chronique dit tout ce qu’il y a à dire : L’apprenti Otaku. […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.