Mon avis sur… Corps Solitaires T.2 de Haru Haruno

Corps Solitaires

Corps Solitaires n’est pas ma série préférée de la collection Life de Kana, mais elle n’en reste pas moins excellente, et elle est surtout celle dont la thématique me semble la plus intéressante et la plus originale, puisqu’elle nous propose une réflexion sur l’absence de sexe au sein d’un couple, qui pourtant le pratiquait auparavant. On se demande pourquoi cette démonstration des sentiments s’est étiolée jusqu’à disparaître et l’impact sur les membres du couple. Un sujet très intéressant, traité avec talent par Haru Haruno.


Un grand merci à Kana pour l’envoi de ce second tome


Mon avis sur les titres de la collection Life :
Chacun ses goûts : Tome 1 – 

Cigarette and Cherry : Tome 1&2 – Tome 3 –
Corps Solitaires : Tome 1 –
First Job New Life : L’intégrale
Just Not Married
 : Tome 1 – Tome 2 – Tomes 3&4 –


Michi a 32 ans. Sa relation avec son mari n’est pas mauvaise mais une seule chose fait défaut : cela fait 2 ans qu’ils n’ont plus de relations sexuelles.
Lors d’une soirée entre collègues, elle se confie à l’un deux. Makoto a le même problème mais c’est sa femme qui ne semble plus avoir de désir pour lui… Pouvoir en parler permet à Michi de reprendre espoir et de se lancer dans la reconquête de son mari…

Resituons rapidement la série. Nous suivons Michi, 32 ans, qui n’a plus de relations sexuelles avec son mari, alors qu’ils s’aiment toujours, et qu’elle en a toujours envie. Mais ce dernier n’a plus de désir sexuel pour elle. Frustrée et souffrant de cette situation, Michi finit par en parler à son collègue Makoto qui a le même soucis qu’elle. Les deux se soutiennent mutuellement et se rapprochent du fait de leurs difficultés respectives, jusqu’à un soir où Michi s’effondre dans les bras de Makoto.

C’est là que le premier tome nous laissait, avec des questions sur l’évolution de la relation entre les deux personnages principaux, mais aussi sur les raisons (s’il y en a) qui font que leurs vies de couple respectives battent de l’aile. Le premier volume traitait avec intelligence de la question, développant des personnages écrits avec une grande authenticité, en abordant de front un sujet assez tabou : la sexualité dans un couple.

Ce deuxième volume continue bien évidemment de développer cette thématique, qui sera certainement le cœur de toute la série. Pour ce faire, la mangaka a la bonne idée d’étoffer les deux personnages principaux, mais aussi le mari de Michi. Suivre les deux couples permet de mettre en avant leurs situations respectives, et nous laisse encore dans une forme d’incompréhension vis-à-vis du comportement de chacun des deux conjoints. Le mari de Michi continue d’être une personne assez détestable, après les reproches injustes qu’il faisait à sa femme dans le premier volume. Et on rencontre également la femme de Makoto, une éditrice très occupée qui justifie leur absence de vie sexuelle par les tensions liées au travail.

Ainsi, les moments de vie de couple et l’absence d’intimité dans chacun des deux ressortent particulièrement dans ce second volume, permettant d’étoffer la perception que l’on a de tout ceci, avec en élément central l’évolution des relations entre Michi et Makoto. 

Ces différentes couches de récit permettent d’ailleurs d’éviter certains poncifs dans le développement des rapports entre personnages, ce qui est vraiment bienvenu. Car si on voit certaines choses arriver, d’autres surprennent davantage et la mangaka évite d’aller vers la solution de facilité, préférant au contraire rester dans une forme d’authenticité dans le traitement de ses personnages et leurs évolutions.

Cela permet de ressentir davantage d’empathie pour les personnages, mais également de mieux comprendre les sentiments et réactions de chacun (jusqu’à un certain point tout du moins). Et ce faisant, ils se font le vecteur de la richesse thématique du récit, qui continue d’approfondir la question de la dissonance dans les envies sexuelles entre les membres d’un couple, sujet ô combien intéressant et traité ici avec intelligence.

En ça, ce second tome de Corps Solitaires confirme tout le bien que je pensais du premier, étoffant intelligemment ses personnages et les thématiques qui y sont liés. La série est toujours en cours au Japon avec 6 tomes, ce qui laisse encore du temps pour développer davantage tout ceci. Ce qui est certain, c’est que Haru Haruno réussit pour le moment son pari, proposant une série qui par certains aspects se rapproche d’une romance adulte, mais en proposant un traitement particulièrement original de la chose. Une vraie réussite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.