Fairy Tail – City Hero T.4 et La Grande Aventure de Happy T.1&2

Fairy Tail Spin Off

Les petits hasards du calendrier font parfois bien les choses. C’est en tout cas ce que je me dis avec la sortie conjointe du dernier tome du spin-off de Fairy Tail intitulé City Hero, dans lequel la guilde est propulsée dans un monde urbain, et l’arrivée dans les librairies d’un pack découverte d’un autre spin off, La Grande Aventure de Happy, où notre matou préféré se retrouve séparé de ses amis, dans un monde peuplé uniquement d’animaux. Dans un cas comme dans l’autre, de quoi ravir les fans ! J’ai donc décidé de parler conjointement des deux titres, sachant que j’ai déjà abordé tous les volumes de City Hero, on ira plus rapidement sur ce dernier.


Un grand merci à Pika pour l’envoi de ce dernier volume de City Hero !


Fairy Tail, une série aux nombreux spin off

Pour commencer, un petit rappel : Fairy Tail est déjà une série très dense, s’étendant sur 63 tomes, mais ça n’a pas suffit à Mashima, qui est décidément sur tous les fronts. Sa créativité concernant cet univers étant vraisemblablement sans limites, il a chapeauté et continue de superviser pas mal de spin-off, alors même qu’il est déjà bien occupé avec Edens Zero. On aura eu droit aux origines de la guilde dans Fairy Tail Zero, à celles de Grey dans Ice Trail, mais aussi à des histoires dérivés dans Fairy Girls, Side Stories, La Créature Mystérieuse, Les Couleurs du coeur ou encore Blue Mistral. Sans compter la suite écrite par Mashima : 100 Years Quest.

De quoi bien prolonger le plaisir, et les deux autres spin off dont il est question ici, City Hero et La Grande Aventure de Happy sont également des extensions bienvenues. Le premier étant comme je l’ai dit en introduction une transcription dans un univers urbain du monde de Fairy Tail, où nos héros font partie de la police de la magie. Alors que La Grande Aventure de Happy nous présente un nouvel univers, respectant l’ambiance de la série, mais avec des enjeux et une intrigue qui lui sont propres.

Dans les deux cas, le respect du style Mashima, que ce soit dans le visuel ou dans l’ambiance générale est de rigueur, et contribue à la valeur de ces titres pour les fans… mais également les nouveaux venus. Car ces deux spin-off sont tout à fait autonomes, et s’ils sont plus intéressants pour un public connaissant Fairy Tail sur le bout des doigts, ils sont également des titres sympathiques pour un public néophyte. En particulier La Grande Aventure de Happy, qui m’a positivement étonné par sa qualité. Mais commençons par faire le point sur City Hero.

Fairy Tail – City Hero : une récréation bienvenue

Inutile de survendre la série, City Hero n’a pas la prétention de se hisser à la hauteur de la série d’origine. Pas d’univers dense, d’enjeux importants et de séquences épiques. Nous sommes dans une série récréative, qui exploite son concept pour nous proposer des histoires courtes parfois très malines, où le maître mot est le plaisir de retrouver des visages connus, dans des situations cocasses.

Si le tome 2 est clairement celui que j’ai préféré, pour son détournement vraiment habile de l’univers et ses inspirations qui permettent d’enrichir la tonalité de certaines histoires, force est de reconnaître qu’on est face à une série courte (4 tomes) plutôt bien menée du début à la fin.

Team Fairy tail

Le principal soucis étant que Ushio Ando, le mangaka, n’a pas souhaité de mettre de fin conducteur dans son histoire et ce faisant, il n’y a pas de montée en puissance. Au contraire, ce quatrième et dernier volume est dans la droite lignée des autres, et conclut agréablement cette série récréative sans chercher à nous proposer un véritable climax. C’est sans doute la limite de ce genre d’exercice, mais ça n’empêche pas de prendre un plaisir sincère à la lecture, du fait des retrouvailles avec des personnages qu’on apprécie… Erza en tête me concernant, évidemment !

Ainsi, si on connait déjà par cœur Fairy Tail et tous ses spin off, City Hero est une nouvelle façon de se replonger dans cet univers à travers une série courte sans prétention, mais suffisamment soignée et respectueuse de la série d’origine pour nous faire passer un bon moment.

Par contre, l’autre spin off dont il est question aujourd’hui semble, sur la base de ses deux premiers tomes, avoir bien plus à offrir et est bien parti pour être une extension d’univers de premier choix, comme nous allons le voir !

La Grande Aventure de Happy, un titre qui ne ment pas sur la marchandise

La Grande Aventure de Happy est donc un autre spin off de Fairy Tail, terminé en 8 tomes, et disponible chez Nobi Nobi, tout comme le spin off Blue Mistral centré sur Wendy et Carla. Si ces deux séries ne sont pas chez Pika, c’est parce qu’elles sont plus orientées jeunesse, ce qui ne veut pas dire qu’elles sont moins intéressantes pour autant. Quoique n’ayant pas lu Blue Mistral, je ne peux pas me prononcer sur cette dernière, mais pour ce qui est de La Grande Aventure de Happy, je peux affirmer sur la base de ces deux premiers tomes qu’il s’agit d’une série qui vaut clairement le coup. Mais de quoi est-il donc question ?

Alors que Happy et Natsu font leur vie comme ils en ont l’habitude, ils se retrouvent face à une sorte de grand soleil qui gobe le chat. Ceci fait qu’il se retrouve dans un autre monde peuplé uniquement d’animaux anthropomorphes. Happy est vu comme le héros de la légende, puisqu’il en partage les attribues : chat bleu ailé. On lui confie donc un pendentif en forme de cœur qui fonctionne comme un réservoir d’expérience, qu’il doit remplir afin de mener une quête dont on ignore la nature exacte, mais qui lui permettra de regagner son monde.

Happy devient donc un héros providentiel, qui gagne des points d’expérience en effectuant de bonnes actions, mais qui peut également en perdre en faisant des choses vilaines telles qu’être désagréable avec le chien policier du coin. Ceci permet de mettre en exergue une thématique ô combien récurrente des shonen d’aventure : les bienfaits de la bonté désintéressée. C’est d’ailleurs le fil conducteur du premier tome, qui ne développe pas encore d’intrigue suivie, mais nous permet de rencontrer les principaux personnages de cet univers tout en mettant en avant cette morale assez simpliste, mais bienvenue.

Car personnellement, je suis très friand de l’idée de proposer des morales positives et faciles à comprendre au public jeune, qui est la cible de la série. Mais si la série est enfantine et simple, cela ne l’empêche pas d’être soignée et de développer dès le second tome une intrigue plus dense.

On y découvre en effet un lieu qui semble taillé sur mesure pour Happy, où il va découvrir un des objets de sa quête, via des fresques qui donnent des informations sur l’état du monde. L’humanité semble en effet avoir déjà vécu dans cet univers, et aurait été décimée par des choses qui s’apparentent à des armes de guerre. On n’en sait pas plus à ce stade, et c’est tant mieux car cela évite de faire des révélations. Quoi qu’il en soit, on ressort de la lecture de ces deux tomes avec l’assurance qu’il y a une réelle intrigue suivie qui ne devrait pas manquer de mystère et de piquant.

C’est en ça que La Grande Aventure de Happy se démarque de City Hero par exemple, puisqu’on suit ici une vraie aventure, comme le titre l’indique, dans un univers nouveau mais néanmoins familier, peuplé de personnages qui s’illustrent déjà par leur charisme et leur histoire personnelle intéressante.

Ainsi, ces deux premiers tomes de La Grande Aventure de Happy ont été pour moi une excellente surprise. J’ai profité de l’offre découverte avec les deux premiers tomes pour le prix d’un pour satisfaire ma curiosité quant à ce titre, et je ne regrette vraiment pas car tous les ingrédients sont réunis pour faire passer un excellent moment. L’univers est plaisant, les personnages sont charismatiques et l’ambiance de la série d’origine est parfaitement respectée, tout en proposant une identité qui lui est propre. De plus, c’est parfaitement adapté à un public plus jeune car on se passe des personnages féminins très sexualisés qui pourraient poser problème à certains. Et l’histoire est suffisamment prometteuse pour également s’adresser à un public plus adulte. Me concernant, j’ai été happé par l’aventure de Happy !

4 commentaires

    • Après le concept même de spin-off est compliqué.

      Moi-même j’ai globalement du mal, surtout quand il s’agit d’univers qui ont déjà un milliard de tomes.
      C’est du bonus avec toutes les limites que ça implique, même si parfois il y a de très bonnes choses et je trouve que c’est me cas avec celui sur Happy, d’après les deux premiers tomes en tout cas.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.