Mes rééditions marquantes de 2020

Second article bilan de 2020, après celui où je vous ai partagé mes nouveautés préférées de l’année (voir ici), on va aborder ici quelque chose qui est important pour moi : les rééditions de mangas. J’avais d’ailleurs écrit un article à ce sujet, où j’expliquais pourquoi c’était quelque chose de plutôt important selon moi. Vous pouvez vous rafraîchir la mémoire ou découvrir mon article ici, mais en substance, j’expliquais que je trouvais important les rééditions de mangas, car ça permet à un nouveau public de découvrir des classiques, en leur donnant un petit goût de nouveauté, qui peut contribuer à les mettre davantage en avant.

Ainsi, cette année comme chaque année, on a eu droit à des rééditions qui étaient plus ou moins attendues des lecteurs de mangas. C’est sur ça que je vais faire le point, un point non exhaustif évidemment, en revenant sur plusieurs rééditions sur lesquelles j’avais envie de dire quelques mots. Il n’y aura pas de véritable classement comme c’était le cas pour mes nouveautés préférées de 2020, mais plutôt des « catégories », comme nous allons le voir tout de suite !


Les rééditions que j’ai pas lues mais dont j’ai envie de parler quand même

ParasiteParasite, de Hitoshi Iwaaki, paru chez Glénat

J’ai décidé de passer à côté de la réédition de Parasite bien que j’ai beaucoup aimé l’adaptation animée lors de mon visionnage en début d’année (voir article ici)… Précisément parce que j’ai vu en début d’année l’anime, et que je l’ai beaucoup aimé.
En fait, j’ai trouvé cette adaptation et la façon de raconter l’histoire tellement convaincante malgré de menus défauts que je n’ai pas ressenti le besoin de lire le manga d’origine. Peut-être que je le ferai un jour quand même, mais le budget étant limité, j’ai voulu me focaliser sur des titres dont je ne connaissais pas encore l’histoire. Mais je n’ai pas de doute concernant la qualité de cette histoire !

Old BoyOld Boy, de Garon Tsuchiya et Nobuaki Minegishi, paru chez Naban

Je vais être honnête, Old Boy n’est pas franchement un manga qui m’intéresse, parce qu’on ne peut pas s’intéresser à tout. Par contre j’ai vu les deux films, celui de Park Chan Wook que l’humanité entière connait parce que festival de Cannes, Tarantino et plan séquence « jeu vidéo », mais aussi celui de Spike Lee qui est assez unanimement considéré comme une honte absolue…
Sauf que moi je l’aime bien le film de Spike Lee. Il faut savoir qu’il a été charcuté puisque le réalisateur avait apparemment fait un cut de 3 heures réduit au final à 1h50. Mais surtout, je trouve qu’il se tient plutôt bien, que Josh Brolin fait une prestation vraiment intense et brillante contrairement à Choi Min-Sik… Que je trouve horrible dans tous les films où je l’ai vu… En bref, je ne lirai probablement pas Old Boy de sitôt sauf si je le trouve en médiathèque, mais j’aime bien LES DEUX films.


La réédition dégueulasse, mais dégueulasse ! Mais qu’on achète quand même parce que c’est un classique d’une mangaka majeure

Maison IkkokuOui, j’ai envie d’écrire des titres un peu longs. Et cette réédition, vous l’aurez peut-être deviné, c’est celle de Maison Ikkoku de Rumiko Takahashi. Commençons par le point positif de cette édition à en croire les fans : la traduction revisitée est apparemment plus heureuse. Ce qui est vraiment bien !
Par contre pour tout le reste, il faut le dire, Delcourt a fait un travail assez honteux ! Cette réédition a le qualificatif de Perfect Edition, qui n’est clairement pas méritée. On a de bêtes volumes doubles, chose qui ne me dérange pas, mais vendus à plus de 12 euros, là où les volumes doubles de Youg GTO chez Pika sont vendus à 10€90 ou ceux de Shaman King à 10€ chez Kana. Le coup de prix, passe encore, mais surtout, cette version un peu plus chère est largement moins bonne : le papier est très fin et pas très blanc, et surtout, l’impression est franchement pas top. Il n’y a aucune page couleur, ce qui n’est pas forcément très grave, mais ces pages couleurs en noir et blanc ici sont vraiment immondes ! Beaucoup trop sombres en terme d’encrage, on y voit parfois pas grand chose. En bref, une édition vraiment pas terrible du tout, un peu chère pour ce qui est proposé, et dont le qualificatif de perfect n’est clairement pas justifié. De la part de l’éditeur qui a proposé une version Deluxe formidable pour Hikaru No Go (toujours en cours d’ailleurs), ça la fout mal.


Shaman King : la seconde Star Edition de Kana

Shaman KingAprès Slam Dunk en 2019, Kana récidive avec le concept de « Star Edition » pour cette fois-ci faire revenir Shaman King. Alors que le manga d’Inoue a une pagination qui varie d’un tome à l’autre, Shaman King a droit à des tomes double à chaque fois, donc une longueur constante. J’ai écrit un article sur le titre où je reviens sur les apports de cette Star Edition, que ce soit les planches retravaillées par l’auteur ou la nouvelle fin écrite des années après qui est sortie en même temps que le premier tome. Mais surtout, on constate une unité de prix entre cette série et Slam Dunk, et un choix éditorial commun de rester sur un format poche pour conserver un prix abordable pour les nouveaux lecteurs. Si ce choix est parfois critiqué, il reste tout à fait logique. Et Kana a annoncé poursuivre les Star Editions en 2021 avec Yuyu Hakusho de Togashi ! J’ai tellement hâte !


Les rééditions qui n’apportent pas grand chose parce que les éditions précédentes étaient déjà top mais au moins elles permettent de découvrir un grand artiste

Pika a réédité dans sa collection Graphic les deux titres de Satoshi Kon de son catalogue : Le Pacte de la Mer et Fossiles de rêves. Si ces rééditions n’apportent pas grand chose à part un changement de couverture bienvenu, il n’en reste pas moins que ces éditions en grand format sont particulièrement belles et mettent en valeur la qualité du travail de Satoshi Kon, très très grand artiste que j’ai découvert à l’occasion !

Dans le même ordre d’idée, Casterman a ressorti un milliard de titres de Taniguchi de leur catalogue avec de nouvelles couvertures dans la collection Écritures, parce que s’ils ne sortent pas 5 Taniguchi par an, ils se sentent mal. D’ailleurs, ils ont annoncé pour 2021 de nouvelles éditions de L’Homme qui marche et Le Journal de mon père en sens de lecture original… Ça ne s’arrêtera donc jamais !


Les rééditions qui permettent de mettre en avant un collectif important

Après Card Captor Sakura rééditée avec un certain succès, Pika profites de ses 20 ans pour remettre en avant le collectif CLAMP, très important au sein de leur catalogue. Cette année, outre une réimpression de Kobato qui ne change rien il me semble par rapport à l’édition d’origine, ils proposent également de très belles nouvelles édition de Chobits et Magic Knight Rayearth, qui me plaisent tout particulièrement, déjà parce que cela me permet de découvrir le travail de CLAMP qui me parle vraiment beaucoup, mais aussi parce qu’il y a une forme d’unité stylistique dans la charte graphique, avec un effet « cadre » sur les jaquettes. Si on reste dans des formats poche classique, on a droit à des traductions retravaillées, de belles pages couleurs et des éditions dans les canons qualitatifs de Pika.
Du coup, j’espère vraiment que l’année prochaine il y aura d’autres titres de CLAMP qui feront leur retour. D’ailleurs j’ai découvert les premiers tomes de plusieurs autres séries du collectif, et j’ai vraiment beaucoup aimé aussi.


La réédition qui n’en est pas vraiment une chez nous puisqu’elle concerne un titre qui n’était pas sorti en France, mais quand même l’édition qu’on a est basée sur une réédition donc ça compte un peu quand même… Puis je voulais en parler parce que c’est Urasawa

Yawara

Yawara ! est donc une des premières séries de Naoki Urasawa, très gros succès au Japon mais totalement inédite en France pendant plus de 30 ans, qui nous est enfin arrivée en 2020 grace à Kana. J’ai resitué le titre dans l’oeuvre de son auteur dans un article dédié, et donc je triche un peu en le citant ici, car cette édition de toute beauté que nous propose l’éditeur se base sur l’édition deluxe japonaise. Donc je considère que ça passe, et en plus c’est moi qui décidé comme c’est mon article.
Du coup on a droit à une édition en grand format, avec de belles pages couleurs, et une impression de qualité. De quoi profiter au mieux de ce titre, qui s’il risque bien de ne pas être dans les plus marquant de son auteur à mes yeux, n’en reste pas moins un vrai plaisir, d’autant plus qu’on l’aura attendu (bon moi pas trop, parce que j’ai découvert Urasawa en 2019, mais quand même !).


La réédition ghetto super classe mais qu’au final ça me fait bizarre un peu maintenant que je découvre le manga…

Fullmetal AlchemistLa réédition de Fullmetal Alchemist est un véritable travail d’orfèvre. Comme pour les autres titres, j’ai essayé de décrire au mieux dans un article ce que propose cette réédition. Outre les pages couleurs d’origine, la traduction revue et le grand format, on a droit à des pages sur papier glacé épaisses et d’un blanc plus blanc que blanc ! C’est vraiment un travail super impressionnant, qui s’accompagne d’autres ouvrages de qualité chez Kurokawa autour de la série : artbook, guidebook et romans… En bref, pour son anniversaire, l’éditeur a vraiment mis son titre phare en avant… MAIS ! Ce travail de qualité indéniable m’a permis de découvrir le manga, dont je connaissais déjà très bien l’histoire grâce aux deux animes. Et du coup, hé bien sans aller jusqu’à dire que je suis déçu, je dois admettre que je trouve que les animes transcendent le support d’origine. Peut-être que par la suite le manga se révèlera plus virtuose, mais je trouve quand même qu’on sent que Arakawa, malgré tout son talent, était une mangaka débutante. Certains moments forts sont ainsi un peu trop rapidement amenés et n’ont pas l’impact qu’ils ont en version animée. Si bien que, malgré la qualité de son histoire, de son univers et de ses personnages, je dois admettre que je trouve Silver Spoon et Arslan bien plus maîtrisés dans la carrière de la mangaka. Il n’empêche que c’est un plaisir de découvrir Fullmetal Alchemist en manga, mais ça ne sera pas parmi les expériences de lecture les plus folles de l’année pour moi.
Et histoire de continuer mon forcing constant, Vinland Saga est à mes yeux largement au-dessus dans le catalogue de Kurokawa !


La réédition de l’année qu’il faut acheter quitte à vendre ses enfants même si vous avez déjà la précédente édition

20th Century Boys, considéré par beaucoup de fans d’Urasawa comme son chef d’oeuvre. Forcément, considérant ce mangaka comme mon préféré à l’heure actuelle, je ne pouvais pas ne pas me jeter sur ce titre, d’autant plus que je ne l’avais pas encore lu. Mais si je considère que c’est un achat indispensable, je dois avouer que je n’ai pas encore acheté le troisième tome. Si tout se passe bien, je devrais aller le chercher dans quelques jours.

Quoi qu’il en soit, j’ai essayé de resituer au mieux le titre dans mon article dédié, en expliquant ce qu’apporte cette édition, outre sa fin alternative. On a donc droit à un magnifique travail de la part de Panini, même s’il semblerait qu’il y ait des soucis avec le tome 3 qui est plus grand que les premiers de quelques millimètres (on peut supposer qu’avec les retirages ce sera réglé car l’éditeur a été informé). On a toutes les pages couleurs (et il y en a beaucoup !), une traduction revisitée, un grand format et du papier et un encrage de qualité. Et en plus, les jaquettes sont magnifiques, avec du relief sur le titre et les images de la 4e de couverture. Un vrai bonheur.

Et si on peut considérer telle ou telle édition comme étant meilleure (celle de FMA est peut-être la plus belle en terme de fabrication cette année, mais reste selon moi en dessous de Sun-Ken Rock et Hikaru no Go en deluxe), mais celle de 20th Century Boys est quand même clairement dans le haut du panier, et sur la qualité pure du récit, c’est clairement celle qui m’a le plus marqué cette année. Évidemment, ça n’a rien d’étonnant puisqu’on par d’Urasawa. Mais quoi qu’il en soit, s’il y a bien une réédition à posséder en 2020, c’est bien celle-ci plus que toute autre selon moi !


Cet article étant fini, comme d’habitude, je serai ravi de discuter avec vous des rééditions de 2020, lesquelles avez-vous lues ? Lesquelles vous ont marqué ? Déçu ? N’hésitez pas à me partager tout ça !

39 commentaires

  1. Je savais d’avance que tu allais parler de 20th Century Boys ainsi x)

    Sinon, je ne sais pas si tu l’avais déjà dit avant, ou j’ai oublié, mais je ne pensais pas que tu préférais l’animé de FMA au manga… J’avais beaucoup aimé Brotherhood, il se peut que le manga ne m’apporte rien de plus, je l’admets, mais quand même surprise.

    Je confirme pour Kobato, sa réédition ne change rien ! (j’ai celle d’avant) La réédition de Card Captor Sakura, je m’étais précipité dessus l’année dernière, j’ai logiquement fait de même avec Magic Knight Rayearth (j’ai déjà Chobits). Je suis contente aussi pour les personnes qui n’ont pas pu les lire avant de pouvoir en bénéficier, CLAMP est un collectif que j’aime beaucoup et qui a une place prépondérante parmi les mangas que j’ai pu lire.

    Bon, sinon, va peut-être falloir que je l’achète, ce 17ème tome de la réédition de Shaman King…

    Aimé par 1 personne

    • Pour CLAMP, en effet, c’est super ce que fait Pika et je suis ravi de découvrir un peu plus leur travail.

      Concernant 20th, c’était une obligation. De toute façon il n’y avait pas beaucoup de suspense concernant le fait qu’Urasawa serait bien représenté.
      D’ailleurs dans mes nouveautés préférées de l’année je me suis retenu de mettre Atchoum et Asadora n’est que 4e mais dans les faits sur la durée je suis sur qu’il deviendra bien meilleur que ses concurrents à mes yeux.

      Pour FMA je me suis fait la réflexion récemment. Comme je l’ai dit je trouve qu’on sent sur les tomes sortis le côté première œuvre, où les idées sont intéressantes mais l’exécution pêche parfois.

      Les scènes choc du début sont bien plus réussies dans les animes à mes yeux.

      Aimé par 1 personne

  2. C’est assez original comme bilan 🙂 Et ça se marrie bien avec ton « top » des nouveautés 2020 😀 Faire deux tops séparés, rend la lecture beaucoup plus digeste 😀 J’ai vraiment bien aimé tes deux articles, comme d’habitude c’est toujours un plaisir de te lire 🙂

    Je te rejoins sur l’édition « perfect » de Full Metal Alchemist 🙂 Elle est vraiment magnifique, c’est pour ça que j’ai décidé d’en faire un petit article et j’ai pu découvrir le format papier, après avoir regardé 3x fois l’animé 😀

    J’aime bien également l’édition « Star » de Shaman King, ça me permet de découvrir aussi cette œuvre, que je souhaitais commencer un jour, mais faute de fin, j’ai souvent hésité. Ca me fait penser d’ailleurs que je dois me lancer dans l’édition « Star » de Slam Dunk, j’ai encore envie de lire la série, mais plus avec le format de l’époque 😂

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton passage par ici !
      Effectivement, je préfère faire plusieurs tops pour distinguer les nouveautés du reste. d’ailleurs je dois en faire encore un sur les découvertes qui ne datent pas de cette année. C’est presque le plus important car dedans il ca y avoir des titres que j’ai lu intégralement, dont certains font partie de mes mangas préférés désormais.

      Pour la Star Edition de Shaman King, c’est cool que tu en dise aussi du bien. Beaucoup de gens s’en plaignent sur Internet car Kana a fait le choix de format poche sans fioriture pour proposer des éditions moins coûteuses là où les fans auraient préféré des deluxe. Mais bon, on ne peut pas contenter tout le monde.

      J'aime

      • C’est vrai qu’on est loin des deluxe, mais la jaquette réversible c’est top et tous les dos qui feront une jolie fresque, ce sera joli ☺️ mais je pense pas que Kana vendait ça comme du deluxe et ils ont été bien clair à l’annonce de cette édition 😊

        Aimé par 1 personne

      • Oui, en effet. D’où le fait qu’il n’y a aucun soucis pour moi. Ils ont d’emblée précisé ce qu’il en serait. Je comprends que les fans puissent être déçus car ils auraient voulu du grand format deluxe etc, mais on ne peut pas décemment dire que cest Star Editions sont mauvaises.
        Et en effet, j’aime beaucoup les jaquettes réversibles !

        J'aime

    • Oui, on sent l’œuvre de jeunesse. Mais au moins l’œuvre de jeunesse de quelqu’un qui a vécu une vraie vie et a des choses à dire, pas d’un jeune Otaku qui n’a jamais levé le nez de ses mangas et qui du coup a une vision des choses un peu trop simpliste.

      Les titres me sont venus comme ça 😄

      Aimé par 1 personne

  3. On a vraiment été gâté cette année.
    Pour ma part, j’ai juste pris (pour le moment) Parasite et Yawara que je voulais découvrir et que j’adore, Shaman King que je relis avec plaisir et FMA que je stocke avant une relecture intégrale.
    Mais je pense clairement finir par craquer par 20th Century Boys malgré mon manque de place et le doublon que ça me fera.
    Celle de Maison Ikkoku m’a donné envie de compléter l’édition que j’avais déjà et j’en cherche les tomes en occasion du coup ^^

    Vivement 2021 et les prochaines ! J’ai déjà noté celle de Yuyu Hakushu que je me prendrai sans faute !

    Aimé par 1 personne

  4. Je trouve FMA tres belle mais par rapport a ce que j’attend d’une edition collector (en bd et comics) c’est court en bonus. Sur 20th century boys je comptais l’emprunter en mediatheque mais vu le plaisir que je ressent sur Asadora (mon premier urasawa) je j’attendrais peut etre les avis pour me lancer sur un achat de 20th…

    Aimé par 1 personne

  5. J’en ai lu plusieurs de ce que tu as présenter, pour ma part celle de FMA est ma préférée, contrairement à toi je n’avais jamais lu ni vu cette histoire culte, du coup, je n’ai pas de comparaison vis-à-vis de l’anime, ce qui me permet sans doute de profiter plus pleinement de ma lecture 😉
    En tout cas, cette année fut riche en réédition 😀

    Aimé par 1 personne

  6. Je trouve cela très bien de rééditer des vieux titres… mais encore faut-il que ces rééditions soit à la hauteur. Heureusement c’est tout de même souvent le cas !
    Moi je suis déçue par celle de Magic Knight, je m’attendais à mieux. Du coup je passe mon tour et je vais relire mes très anciens tomes.
    Celle de Sailor Moon, je l’aurai acheté si je n’avais pas déjà la belle réédition d’il y a quelques années. Du très beau travail que j’aurai aimé voir sur Magic Knight ! Un peu dégoûtée ? Non, pensez donc !
    Pour le reste et bien je trouve celle de Full Metal très belle. J’ai d’ailleurs enfin lu le manga dans son intégralité grâce à ma médiathèque. J’avoue reconnaître mon avis dans ce que tu dis pour l’histoire. Je suis quelque peu restée sur ma fin et très surprise de grosses révélations qui auraient méritées plus de suspens. Et j’avoue avoir préféré sur ce point l’animé. Mais cela reste un super manga.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je pense que pour FMA c’est surtout qu’il souffre de la comparaison avec l’anime que je connais très bien. Et aussi un peu avec les autres séries de Arakawa que je trouve bien plus maîtrisées. Je ne sais pas si tu as lu Silver Spoon qui se passe dans un lycée agricole, mais pour moi c’est vraiment son chef-d’oeuvre !

      Pour les rééditions, si ce sont des volumes assez simples comme Magic Knight, ça ne me dérange pas tant qu’on le précise. Par exemple j’ai parlé de Maison Ikkoku qui est vendu en tant que « Perfecr Edition » et c’est totalement mensonger de la part de Delcourt. Là ça me dérange. Surtout quand ce même éditeur a fait un travail formidable sur la deluxe de Hikaru No Go.

      Mais celle de Sailor Moon, je ne l’ai pas abordée car je ne l’ai pas encore, mais c’est clairement un super travail, je l’ai feuilletée en magasin et j’ai halluciné tellement elle est belle.

      Aimé par 1 personne

      • Non je n’ai malheureusement pas encore lu d’autres titres de cette mangaka donc je ne peux pas parler de son travail complet.
        Oui l’appellation est vraiment importante. Moi je note tout de même des prix excessifs pour des titres qui ont fait largement leur preuve et qui ont déjà eu des rééditions… Après quand tu vois le travail sur l’édition sur Sailor Moon, le prix passe beaucoup mieux. Mais je pense que les éditeurs doivent faire attention parce qu’à force de rééditer, les fans vont en avoir marre d’être prix pour uniquement des porte feuilles ambulant… C’est à manier avec précaution. Mais retrouver des titres parfois plus édités depuis longtemps, c’est bien.

        J'aime

      • Oui, parfois on se demande l’intérêt de rééditer quand le titre est toujours dispo, dans le cas de Magic Knight il me semble qu’il n’était plus imprimé.

        Dans tous les cas je regarde au cas pas cas quand il s’agit de réédition.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.