Mon avis sur… Mieruko-Chan T.2 de Tomoki Izumi

Mieruko Chan

Après un premier tome qui m’a très positivement étonné par un travail thématique auquel je ne m’attendais pas, j’avais hâte de voir ce que Tomoki Izumi nous réservais avec le second volume de Mieruko-Chan. Ototo m’ayant envoyé ce tome (je les en remercie d’ailleurs), je vais pouvoir vous faire un petit retour dessus.


Mon avis sur le Tome 1


Miko continue de faire semblant de ne pas voir ces créatures, invisibles aux yeux des autres. Entourée de sa meilleure amie, Hana, qui semble attirer ces choses, et de Yuria, une médium en devenir, sa capacité à les ignorer va être mise à rude épreuve…

Pour rappel, cette série nous propose de suivre la jeune Miko, lycéenne qui est capable de voir les fantômes, et qui semble clairement harcelée par ces derniers. Cet aspect permettait au premier tome de développer selon moi une métaphore du harcèlement que subissent les femmes dans la rue, les transports et autres, véritable fléau au Japon qui est d’ailleurs mis en avant de de nombreuses séries. En effet, les fantômes me semblaient évoquer une forme de malaise constant que peuvent ressentir les femmes, de peur d’être victimes d’agressions de toute sorte. La solution que trouvait Miko pour éviter ces esprits était de les ignorer et de faire comme s’ils n’existaient pas.

Au-delà de cette métaphore, le récit est structuré comme un tranche de vie (d’où le sous titre Slice of Horror, évoquant une forme de tranche de vie horrifique) où chaque chapitre raconte un petit moment de vie de façon assez déconnectée. Cependant, on peut voir un peu de liant dans tout cela, notamment avec ce second tome qui développe des éléments déjà mis en place dans le premier.

Ainsi, on avait rencontré dans le premier volume une dame âgée qui tenait une boutique ésotérique mettre la clé sous la porte après une visite de Miko. Ce point revient au cœur de l’histoire, avec l’arrivée d’une autre jeune fille capable de voir les fantômes, persuadée d’être la remplaçante de cette dame. Or, il se trouve qu’elle est une camarade de classe de Miko, et va se rendre compte que cette dernière a la même capacité. Elle va donc se rapprocher d’elle… et se faire des films. Elle ne comprend pas que Miko se contente d’ignorer les esprits, et de ce fait, s’imagine qu’elle est investie d’immenses pouvoirs lui permettant de les éloigner. Cela donne lieu à des séquences très réussies oscillant entre l’horreur avec ces créatures immondes, et le comique des réactions de Yuria, la camarade de Miko.

Mieruko Chan

Et tout cela permet encore d’étoffer le mystère de cet univers. On ne sait toujours pas pourquoi elles sont capables de voir les fantômes, tout comme on ignore ce qu’ils veulent. Il y a cependant plusieurs passages laissant à penser qu’ils sont là car ils ont besoin de quelqu’un pour faire le passeur entre eux et le monde des vivants (élément ô combien classique du récit de fantôme). De même, on peut supposer que les personnes capables de voir les esprits ont vécu un deuil et ont une forme de lien avec le monde des morts, mais on a encore trop peu d’éléments pour bien cerner cet aspect (on a eu un indice à ce sujet à la toute fin du premier tome, et un autre à la toute fin de ce second).

Enfin, le volume se termine sur un cliffhanger intrigant qui pourrait éventuellement apporter un fil conducteur plus fort au récit, sans doute le petit élément qui manque pour le moment pour faire passer le titre à la vitesse supérieure.

En l’état, ce second tome de Mieruko-Chan reste une lecture particulièrement efficace, qui étoffe bien l’univers présenté dans le premier volume. On reste dans l’attente d’une intrigue plus consistante, avec davantage de fil conducteur. Mais pour l’heure, cela reste un titre vraiment intéressant et très maîtrisé dans ses effets. Le pari de l’auteur de proposer un « Tranche de vie horrifique » fonctionne vraiment bien à mes yeux et mérite d’être approfondi. On attendra donc avec intérêt le troisième volume afin de voir si les pistes abordées ici seront développées comme il se doit.

6 commentaires

  1. Ce titre pourrait éventuellement me plaire. Cependant, je trouve dommage que le fil conducteur ne soit pas clairement défini (dans un autre genre ça me rappelle Drifting Dragons. 4 tomes et toujours pas d’intrigue)…
    J’attends encore un peu avant de le décider.

    Passe un bon week-end 🙏

    Aimé par 1 personne

    • Je comprends tout à fait que tu préfère attendre, il vaut effectivement mieux pour certaines séries. Sur quelques tomes le fait qu’il n’y ait pas de fil conducteur n’est pas gênant mais en effet, ça pourrait devenir problématique sur la durée, à voir !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.