Mon avis sur… Iruma à l’école des démons T.2 de Osamu Nishi

Iruma

Après être directement tombé sous le charme d’Iruma à l’école des démons avec son premier tome qui sentait bon l’inspiration à la Harry Potter tout en trouvant sa propre voie, je n’en pouvais plus d’attendre le second volume afin de voir si ce coup de cœur allait se confirmer. Par chance, Nobi Nobi a eu la bonne idée de proposer un tome par mois jusqu’au tome 10 afin de rattraper un peu la publication japonaise. Je les remercie d’ailleurs au passage pour l’envoi de ce volume. Nous allons donc voir, sans le moindre spoil, si ce second volume tient toutes ses promesses.


Mon avis sur les tomes précédents : Tome 1


Le malheureux Iruma a été vendu par des parents cupides à un démon qui le gâte comme son petit-fils. Une nouvelle vie commence pour lui à l’école des démons, où personne n’a jamais vu d’humain mais tout le monde rêve d’en dévorer un !
Dans sa nouvelle école, le pauvre Iruma ne cesse bien malgré lui de s’attirer des attentions malvenues. La dernière en date est celle de la présidente du conseil des élèves, qui le soupçonne d’être un humain !

Nous reprenons ce second tome exactement au moment où le premier nous avais laissé, alors que les nouveaux élèves de l’école des démons Babyls attendent de connaitre leur classement dans la hiérarchie démoniaque. On en profite pour nous expliquer les différents rangs, mais Iruma n’étant pas un démon, les choses ne se passent pas comme prévu pour lui, si bien qu’en l’impossibilité de voir son classement, on décide de le reléguer au dernier rang.

La chose l’arrange dans l’idée, puisqu’il ne veut pas faire de vagues, devant cacher sa nature d’humain, mais au lieu de le rendre insignifiant, cela renforce au contraire l’intérêt des autres élèves pour lui. Il faut dire qu’il s’est illustré à plusieurs reprises dans le tome précédent, sans le vouloir bien entendu, et le fait qu’il se retrouve au rang le plus bas malgré ses performances attire la curiosité. Et elle va en particulier susciter celle de la mauvaise personne, à savoir Amélie Azazel, la présidente du comité des élèves.

AmelieElle entend parler du fameux Iruma, et est plus qu’intriguée par ses facultés et ses faits d’armes, au point d’en déduire qu’il serait humain. Elle va donc tenter de rentrer en contact avec lui afin de vérifier ses hypothèses. Et cela donne lieu à une rencontre inattendue et vraiment réussie. Je n’en révélerai rien, mais sachez qu’Amélie est un personnage très réussi, reprenant le stéréotype de la tsundere, c’est à dire la fille hautaine voire agressive, qui au fond est une personne tendre. Un bon exemple de ce genre de stéréotype est le personnage d’Erina Nakiri dans Food Wars, et si je la cite elle en particulier, c’est parce qu’une séquence entre Amélie et Iruma m’a fait penser à elle. Mais je n’en dirai pas plus !

Quoi qu’il en soit, ce nouveau personnage est d’ores et déjà très réussi, et à l’image du casting général du manga, et très haut en couleurs. Son arrivée dans l’histoire sera sans doute l’occasion d’offrir une nouvelle dynamique relationnelle vis-à-vis d’Iruma, et j’ai hâte de voir comment tout cela va évoluer. Mais si Iruma doit continuer de cacher son identité, cela ne l’empêche pas de faire sa vie au sein de l’école, il commence d’ailleurs à se rendre compte qu’il a bien plus de plaisir à évoluer dans ce cadre que dans la vie qu’il menait auparavant. Il a désormais un Papy très affectueux qui veille sur lui, ainsi que des amis fidèles.

On retrouve totalement la dynamique à la Harry Potter, où le jeune héros trouve le nouveau monde magique bien plus séduisant que celui, très dur, dans lequel il vivait auparavant. Et ce n’est pas le seul point qui évoque les aventures du jeune sorcier. On a notamment droit à un cours de botanique qui évoque clairement celui du professeur Chourave, avec ses mandragores notamment. De la même façon, on en apprend un peu plus sur la scolarité à Babyls, avec ses 6 années d’enseignement (le nombre d’années d’enseignement secondaire au Japon). J’espère d’ailleurs sur ce point que le mangaka va épouser la temporalité de son récit afin que l’on voit l’évolution en âge des personnages au fil des tomes comme Rowling l’avait très bien fait dans ses romans.

IrumaEnfin, pour continuer la comparaison avec Harry Potter, on va découvrir un sport spécifique à cet univers, qui m’a aussi évoqué un certain passage de Hunter x Hunter. L’occasion pour Iruma de s’entraîner afin de briller dans ce sport. Ce sera d’ailleurs les prémices d’une évolution bienvenue pour le personnage, qui montre déjà qu’il n’est pas que la personne effacée incapable de dire non qu’on nous avait présenté. Et c’est surement le point qui touche le plus dans ce volume : on ressent déjà l’évolution d’Iruma, et j’espère que ce n’est qu’un début et que l’auteur la maîtrisera aussi bien durant tout le récit.

Ainsi, alors que j’en attendais beaucoup de ce second tome, car il avait la lourde tâche de confirmer le coup de cœur que j’ai eu avec le premier, je dois dire qu’il ne m’a en aucun cas déçu, bien au contraire. Je le trouve tout aussi réussi, et même si on reste dans l’introduction de l’univers et que l’auteur ne cherche pas encore à faire avancer l’histoire, retrouver ces personnages et cet univers me donne le sourire. Tout est tellement réussi, de l’humour à l’esthétique en passant par la caractérisation et l’évolution des personnages, que la lecture passe à la vitesse de l’éclair et me laisse totalement satisfait à la fin du volume. C’est le genre de lecture qui fait du bien, et qui a le potentiel pour parler à un très large public. Je sais que je me répète, mais je place vraiment énormément d’espoir dans cette série. Je pense vraiment que Nobi Nobi a eu énormément de flair sur ce coup, et préparez-vous à m’entendre parler encore longtemps de ce titre, qui est encore une fois un énorme coup de cœur !

Iruma et Amelie

11 commentaires

  1. J’étais curieuse de découvrir si ce deuxième tome saurait te conquérir comme le premier avait su le faire. Et l’on dirait que la réponse est plutôt positive. Je trouve intéressant qu’à ce stade, tu ressentes déjà que le héros est sur la voie du changement…

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je pense que comme sa personnalité particulière de victime est vraiment très marquée dès le début, il valait mieux que les premières bribes d’évolution arrivent assez rapidement, et je trouve que c’est très bien géré sur ce point. Ca et l’arrivée de nouveaux personnages ainsi que la découverte grandissante de l’univers font que le fait que l’histoire n’avance pas ne pose aucun problème tant tout est fluide.

      Aimé par 2 personnes

  2. Elle est trop mignonne la couverture de ce volume.
    C’est plutôt agréable d’avoir un tome par mois d’une série qu’on aime alors j’espère qu’Iruma te convaincra au moins jusqu’au tome 10 mais ça a l’air plutôt bien parti !

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais bien aimé ton article sur le t1 et j’ai bien aimé celui-ci aussi 😀 On sent bien que c’est un vrai coup de coeur pour toi 🙂 J’espère que ça continuera sur cette lancée 🙂

    Après avoir lu les deux articles, tu suscites mon intérêt à commencer la série 😀 Je lirai celui du tome 3 pour voir si je me lance 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.