Shaman King Star Edition T.1 & 2 – découverte d’un petit classique du nekketsu

Shaman King

Je suis assez âgé pour avoir vécu le début des années 2000 en tant qu’adolescent et jeune adulte. À l’époque je ne lisais qu’un seul manga : Naruto. Cependant, je me souviens très bien qu’en dehors du classique de Kishimoto, deux autres séries étaient sur toutes les lèvres : One Piece, évidemment, mais aussi Shaman King, qui semblait tomber un peu dans l’oubli, quand bien même une petite communauté d’irréductibles continuait d’en vanter les mérites. De mon côté je n’en avais pas feuilleté le moindre tome, et ce n’est pas la façon très particulière dont mes rares amis lecteurs de manga me résumaient le titre qui pouvait me donner une idée de ce dont il en retournait.

Mais cette année, Kana nous a fait la bonne surprise de nous sortir une Star Edition de Shaman King, après Slam Dunk, confirmant au passage que ce concept est fait pour durer, pour mon plus grand plaisir ! L’éditeur doit d’ailleurs prochainement annoncer la série qui aura droit à ce type de réédition pour 2021, et j’ai hâte de savoir ce qu’il en sera (quand je dis prochainement, c’est le mercredi 14 et il y a fort à parier que l’annonce a déjà été faite au moment où j’écris, donc si vous lisez ces lignes, c’est que j’aurai oublié de mettre à jour l’article). Ce n’est pas anodin si après le classique absolu du shonen sportif, Kana met en avant Shaman King. Et avant de vous donner mon avis sur ces deux premiers tomes, je pense qu’il est bon de revenir un peu sur ce qu’est ce titre et ce qu’il représente, ainsi que sur la qualité éditoriale de cette Star Edition, qui propose des choses qui méritent d’être évoquées.


Je remercie au passage Kana pour l’envoi de ces deux tomes. Je vous invite à jeter un œil sur le site de l’éditeur pour davantage d’informations sur cette édition ainsi que pour lire un chapitre, afin de vous en faire une idée.

Shaman King, un classique oublié ?

Je l’ai dit, j’ai le sentiment qu’au début des années 2000, trois séries rendaient les fans de manga assez dingues, à savoir Naruto, One Piece, et Shaman King. Et si les deux premiers ont duré plus de 10 ans (One Piece étant même toujours en cours), devenant de véritables phénomènes éditoriaux créant une nouvelle génération de fans, Shaman King semble être tombé dans un oubli relatif. On trouve encore des gens qui y pensent avec une certaine nostalgie, qui nous diront que quand même, c’était vachement bien, mais on est loin des guerres de chapelle pour savoir lequel est le plus grand manga de tout l’univers de l’humanité que tu lira jamais mieux entre Naruto, Dragon Ball et One Piece.

Mais justement, ce petit côté outsider est assez sympathique, et rend tout à fait légitime l’arrivée d’une réédition du titre, qu’on ne trouvait plus vraiment en rayon facilement (voire plus du tout ?). Ceci étant dit, resituons un peu la série pour celles et ceux qui ne seraient pas aussi vieux que moi !

Shaman King est un shonen de Hiroyuki Takei, prépublié dans le Weekly Shonen Jump de 1998 à 2004, rencontrant un beau succès à l’époque qui lui permit de devenir une série fleuve de 32 tomes quand même. Cependant, comme cela peut souvent arriver, si succès il y a eu durant un temps, le déclin de la série aura été très brutal, forçant l’auteur à l’interrompre de façon abrupte, avec une conclusion jugée comme bâclée et incomplète, et le public japonais aura attendu jusqu’en 2008 pour avoir une vraie fin remaniée par l’auteur.

logo-anniversaire-1Quant à nous, français, c’est seulement cette année avec la Star Edition que la nouvelle fin est arrivée. Kana a d’ailleurs eu l’excellente idée de proposer le premier et le dernier tome en même temps, afin que les fans de la première heure puissent tout de suite avoir accès à cette conclusion inédite. Mais on y reviendra dans la partie suivante. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle édition est une très belle façon de fêter les 20 ans de l’arrivée du titre en France.

Au Japon, la série a eu droit un une réédition en 2008-2009 afin de proposer cette nouvelle fin, et les droits ont été récemment rachetés par Kodansha, ce qui explique sans doute l’arrivée tardive d’une nouvelle édition en France, mais aussi le regain de vitalité de la série. Kodansha a réimprimé le manga et ses dérivés, et a commandé un nouvel anime (qui devrait arriver courant 2021). Chez nous, en plus de la Star Edition, nous avons droit à une suite jusque là inédite du manga, intitulée Shaman King Flowers, prévue en six tomes. Mais en plus de tout ça, on a droit à toute une batterie de nouveaux spin-off et préquels pour le moment non annoncés en France (mais Kana a teasé l’arrivée de quelque chose en lien avec la série pour 2021).

Tout ça pour dire que la série se trouve vivifiée depuis son acquisition par Kodansha, ce qui permettra à n’en point douter de conquérir un nouveau public. Et surtout, c’est un bon indicateur du fait que le manga a réussi à traverser les années en gardant une petit cote d’amour. De quoi donner encore plus envie de découvrir ce titre. D’ailleurs petite précision, pour le moment seuls les tomes 1-2-3 et 17 sont sortis, et les 4 et 5 arrivent le mois prochain, ce qui fait qu’il est encore très facile de se lancer et rattraper la parution.

Une édition qui ravira les fans et les nouveaux ?

Avant d’aborder la qualité du titre en lui-même, il convient de s’arrêter un instant sur cette réédition qui propose vraiment des choses intéressantes. Pour commencer, petite considération bassement matérielle : nous sommes face à des volumes double à 10 € chacun, ce qui représente une belle économie par rapport à des tomes simples à 6€85.

Pour ce qui est de l’objet en lui-même, on est dans les standards qualitatifs de Kana, avec une belle impression, un papier suffisamment épais pour qu’on ne voit pas à travers, et pour ce prix, c’est du bel ouvrage, dans un format poche classique. Mais on a droit à quelques bonus intéressants, notamment une jaquette réversible pour chaque tome qui nous permet de faire notre choix entre deux illustrations à chaque fois. Une idée toute bête mais vraiment sympa, surtout que les illustrations alternatives valent vraiment le coup !

COPMPARATIF-shaman-king-1-1Mais surtout, ces tomes proposent une vraie plus value, y compris pour les fans de la première heure. Takei a retravaillé les planches de son titre afin de conserver une certaine modernité. Sur ce point je ne peux pas trop donner d’avis, car il me faudrait les tomes d’origine sous les yeux pour faire un vrai comparatif. Quoi qu’il en soit le trait et l’esthétique globale du manga sont à mi-chemin entre une certaine modernité, et le style de son époque (pas si lointaine quand même), je retrouve notamment un certain nombre de tics visuels dans la composition des planches qui me rappelle Hunter x Hunter.

TOME-13-FACE-A-ET-FACE-B-1Et le plus gros apport, dont j’avais déjà parlé, est sans conteste l’arrivée après des années d’attente de la véritable fin du titre. Comme je l’ai dit, Kana a eu l’excellente idée de sortir le dernier tome en même temps que le premier, afin que les fans de la première heure puissent en profiter au plus vite. Et petit détail qui fait la différence, la jaquette réversible permet d’avoir un tome qui s’insère harmonieusement avec la première édition, numéroté au tome 33 pour respecter la tomaison d’origine.

Pour le dire simplement, Kana a très bien travaillé cette édition, pensant à tous les publics potentiels, aussi bien les vieux de la vieille que les nouveaux venus, afin que chacun y trouve son compte et proposant même le dernier tome dans un format qui entrera sans dénoter dans chacune des deux collections, que ce soit la première ou la nouvelle. Et le tout pour un tarif plutôt avantageux. Que demander de plus ? Que l’histoire soit de qualité. Nous allons donc voir tout de suite ce qu’il en est sur ce point.

Mais du coup, j’en ai pensé quoi ?

On entre ENFIN dans le vif du sujet ! On va pouvoir voir ce que valent ces deux premiers tomes, sachant qu’ils représentent l’équivalent de quatre volumes de l’édition d’origine, soit largement assez pour se faire une bonne idée sur l’intrigue, les personnages et l’ambiance du titre. Et pour faire simple, nous allons commencer avec le traditionnel résumé éditeur.

Yoh Asakura, un garçon à l’allure nonchalante est en fait un Shaman. Il est à la recherche d’un fantôme avec qui il pourrait fusionner et gagner le Shaman Fight qui lui permettra de devenir Shaman King. C’est ainsi que Yoh fait la connaissance de l’esprit Amidamaru avec lequel il va participer au mystérieux tournoi qui n’a lieu que tous les 500 ans…

Yoh et MantaCe résumé met un peu trop vite les pieds dans le plat, et oublie un élément important, qui est que le narrateur de l’histoire est un certain Manta, jeune garçon parfaitement banal qui finit par se rendre compte qu’il est capable de voir les esprits. Cette capacité est un des traits distinctifs des shamans, et un des éléments qui vont lui permettre de se rapprocher de Yoh, le héros de l’histoire.

Le fait que l’on partage le point de vue de Manta est tout simplement la classique astuce narrative qui fait que le véhicule du lecteur dans l’histoire est un personnage totalement extérieur à cet univers, qui en découvrira les rouages et le fonctionnement en même temps que nous. C’est classique, mais ça marche très bien et le personnage, qui me faisait un peu craindre au début, se révèle très réussi et attachant.

YohEt on pourrait presque dire la même chose de l’ensemble de ces premiers tomes, classique, mais ça fonctionne très bien et c’est très attachant. Personnellement, j’aime le shonen nekketsu, et j’ai à cœur d’y retrouver certains codes, entre la force de l’amitié, l’emphase mise sur la bagarre avec des systèmes complexes d’énergie et de style d’affrontement, mais j’aime aussi que chaque série propose un petit quelque chose qui lui confère une identité propre. Dans Shaman King, c’est clairement la spiritualité qui se dégage du titre qui fait son identité pour le moment.

Évidemment, rien qu’au terme « Shaman » on comprend où veut aller l’auteur. Le lien avec les esprits est au cœur de l’univers du titre, jusque dans la façon de se battre, et Takei semble déjà vouloir nous faire découvrir les spiritualités propres à certains peuples. Car le terme de Chaman recouvre plusieurs réalités en fonction des lieux. S’il vient de Sibérie, on l’utilise aussi pour qualifier certains amérindiens, et sans doute encore d’autres « tribus », je pense notamment aux aïnous, qui ont vécu au Japon et en Russie il y a des siècles, et qui sont évoqués dans le second tome (le manga Golden Kamui est centré sur les aïnous par ailleurs). Mais l’acception générale du terme reste la même, le chaman étant une forme d’intermédiaire entre le monde des vivants et celui des esprits.

Et le titre se trouve totalement dans cette idée, puisqu’il se déroule dans un Japon moderne, où nos personnages vivent une vie classique au premier abord, ils vont en cours (pas souvent) ou encore au cinéma en compagnie des esprits qui leur ont juré allégeance. Et le mélange entre modernité et tradition (que l’on retrouve jusque dans le look de Yoh) fonctionne parfaitement et confère un style évident au titre.

RyuD’autant plus que l’esthétique est également très marquée. On trouve un petit côté SD chez les personnages, dont les proportions ne sont pas réalistes (têtes, mains et pieds un peu plus gros). Et un character design très marqué pour absolument tout le monde. Mention spéciale pour Bokuto No Ryu, jeune voyou au look à la Elvis qui cache un très grand cœur, il a déjà su toucher le mien en peu d’apparitions !

Car au-delà des enjeux mis en place, où on nous explique qu’un Shaman Fight va avoir lieu pour désigner un nouveau Shaman King (on reste dans du classique), ce sont surtout les personnages qui se démarquent, chacun étant suffisamment soigné pour imposer son charisme. Et ce aussi bien chez les vivants que chez les esprits. Ainsi, Amidamaru, l’esprit qui veille sur Yoh, est très bien écrit et ses interactions avec nos héros fonctionnent très bien, que ce soit dans les moments sérieux ou ceux plus humoristiques. Le manga ne manquant pas d’humour par ailleurs, et qui fonctionne ma foi fort bien, d’autant plus que le trait de l’auteur met particulièrement en valeur cet aspect.

Pour finir, je tenais à dire quelques mots sur la structure narrative globale. Car on n’entre pas dans le vif du sujet directement. J’entends par là qu’au début, on a pas mal de chapitres un peu déconnectés les uns des autres, dévoilant un aspect de cet univers, ou présentant un nouveau personnage. Ça ne gène pas du tout dans la lecture car c’est toujours bien fait et intéressant. Et surtout, Takei a le bon goût de ne pas faire ça trop longtemps et dès le second volume, on introduit les enjeux à longs terme de la série.

Quoi qu’il en soit, en seulement deux volumes doubles, Shaman King arrive à mettre en place ses personnages et son univers, en trouvant sa propre identité sans peine. Si le titre a déjà plus de 20 ans, il reste plutôt moderne dans son approche et je n’ai donc pas d’inquiétude quant à sa capacité à toucher un nouveau public.

En bref, c’est un plaisir pour moi de découvrir ce titre dont j’ai énormément entendu parler au début des années 2000, mais aussi ces derniers mois, l’annonce de cette Star Edition ayant réveillé la ferveur des fans. Et pour moi, ces deux premiers tomes sont vraiment très bons, et mettent en place efficacement un univers qui ne demande qu’à s’étoffer, déjà peuplé de personnages charismatiques que je continuerai avec le plus grand plaisir !

23 commentaires

  1. J’étais À PEINE moins qu’un adolescent au début des années 2000 donc je ne suivais pas spécialement le top manga à l’époque.
    Pourtant, j’étais vraiment emballé par la sortie du titre, jusqu’à mettre en place une lecture commune du tome un si je me souviens bien.

    Maintenant, j’ai donc lu les 3 premiers tomes de cette édition et je suis globalement positif même si j’émets parfois quelques réserves sur certaines idées scénaristiques, celles qui font ressortir le plus l’âge de la série.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai connu ce manga via l’animé qui passait sur une chaîne belge et son générique inoubliable 🤣 j’étais ultra fan à l’époque et ça m’a marquée mais j’avais jamais sauté le pas du manga parce qu’à ce moment là je n’en lisais pas vraiment. J’ai profité de la réédition pour découvrir le premier tome et si j’ai aimé l’ensemble je n’ai pas pour autant ressenti l’envie de me prendre la suite, je crois que je préférerai la nouvelle version de l’animé comme souvent avec des mangas découverts sous ce format 😅
    Très chouette retour complet en tout cas comme toujours !

    Aimé par 1 personne

    • Personnellement je n’ai pas connu l’anime et le manga, on m’en a juste beaucoup parlé, pas autant que de Naruto à l’époque, mais étonnement j’en entendais plus parler que de One Piece.
      Du coup c’est une découverte qui me fait plaisir, c’est plutôt classique mais il y a suffisamment à proposer pour que je me prenne au jeu avec plaisir. Je ne pense pas que ça deviendra un de mes nekketsu préférés mais pour le moment ça remplit vraiment bien son rôle.

      Aimé par 1 personne

      • En Belgique à l’époque en tout cas, One Piece passait sur MCM avec d’autres mangas alors que Shaman King c’était sur club rtl, une chaîne plus large audience et tout public. Chez nous c’était vraiment connu et regardé, je m’en rappelle bien ! Mais lu, pas tant que ça. Je crois qu’à ce moment là en plus je n’imaginais pas que ça venait de quelque chose d’autre, je ne sais pas si je suis claire -> bref, oui ça remplit clairement son rôle mais comme tu le sais je suis un peu lassée du nekketsu du coup même si j’avais un peu de nostalgie en relisant, je préfère regarder un nekketsu que le lire. Ça me parle davantage !

        Aimé par 1 personne

      • Je comprends tout à fait, moi c’est l’inverse. Globalement je suis assez peu animes.

        Je comprends tout à fait ce que tu veux dire sur le fait que ce soit vu mais peu lu, j’aimerai d’ailleurs connaitre le ratio général, je suppose que les animes sont davantage consommés que les mangas puisque les canaux qui les diffusent sont gratuits ou moins coûteux.

        Aimé par 1 personne

      • Oui, et les scans aussi.
        Avec le petit mouvement #WeLoveManga, le chiffre de plus d’un chapitre sur 2 lu en scan a été avancé, ce qui me semble plutôt crédible quand je vois comment sur les RS il y a l’automatisme des scans.
        D’ailleurs j’ai plusieurs fois été contacté par des fans de Prisonnier Riku pour avoir des plans pour les scans. Je ne jette la pierre à personne mais vu comment je suis au taquet sur ce manga, je suis assez étonné qu’on me demande ça.

        Aimé par 1 personne

      • Les gens ne sont plus gênés de rien tu sais… Je connais plusieurs auteurs et autrices qui ont été contacté(e)s par des lecteurices pour savoir comment obtenir leur roman gratuitement… Et qui s’offusquaient que l’auteurice le prenne mal bien entendu.

        Aimé par 1 personne

      • Ouais, c’est pareil avec les mangakas, quand il y en a un qui a le malheur de dire qu’il est contre les scans, il faut voir comment une partie des gens le défoncent.
        Shinobu Seguchi a justement eu ce soucis, et j’ai vu des gens dirent le plus sérieusement du monde que rien que pour ça ils liraient son manga en scan…
        La folie… Et pourtant encore une fois, je ne blâme pas ceux qui lisent des scans, mais se donner un air de Robin des bois en faisant ça, c’est trop pour moi.

        Aimé par 1 personne

  3. Je te rejoins sur ce charme qu’a la série autour de cette spiritualité qu’elle met en avant et ce dynamisme tradition/modernité que pour une fois je ne trouve pas en opposition, ce qui est rare. J’aime aussi beaucoup les personnages qu’on croise au fil des tomes et les pouvoirs bien différents qu’on leur voit développer.
    En revanche, j’ai trouvé la série un peu longuette à démarrer…
    Ravie de compter un nouveau fan parmi nous !

    Aimé par 1 personne

  4. Ne lisant pas de manga à l’époque de sa sortie, je suis complètement passée à côté de ce classique qui semble bénéficier d’une réédition des plus attrayantes. Le mélange entre modernité et tradition est un argument de poids pour moi puisque c’est quelque chose que j’apprécie que ce soit dans les mangas ou les romans…
    Quant à l’idée de proposer le manga en double tome et de sortir la fin tout de suite, je la trouve plutôt bonne ! C’est le petit plus qui peut permettre à des lecteurs frileux de se lancer.

    Aimé par 1 personne

  5. Tu me donnes envie de le relire, pff, alors que j’étais pas satisfaite par les derniers tomes… D’ailleurs, ce qui te plaît dans les premiers tomes risque de changer plus tard, en positif comme en négatif… Tu es prévenu.

    Bon, j’hésite à me procurer le dernier tome avec tout ça.

    Aimé par 1 personne

    • Je ne souhaite pas t’influencer, tu t’en doutes, mais ce serait dommage si tu as déjà tout de ne pas te lancer dans le dernier 😉

      Je sais qu’au fil de son évolution, la série a des éléments décriés, mais il faut bien se faire un avis par soi-même.
      Un certain nombre d’éléments ont du me séduire donc c’est avec plaisir que je continuerai pour le moment. Et comme je l’ai dit, on m’en a beaucoup parlé dans mes jeunes années et ça joue dans mon envie de découvrir la série.

      Aimé par 1 personne

  6. Perso j’hésite beaucoup à me replonger là dedans. J’ai beaucoup aimé le dessin avec un côté graphiti je trouve, et les personnages, dont Ryu le voyou qui m’a fait bien rire (le gimmick de sa banane ptdr). Mais l’ennui c’est que le ressort de la trame de fond ne me parle pas, j’ai du mal avec l’intérêt de devenir Shaman King. Du coup difficile d’être aussi à fond dans les combats que les personnages, alors le Shaman fight a fini par me lasser j’ai arrêté vers le tome 18. Peut être pour le coup que j’essayerai de m’y remettre avec le nouvel animé.
    J’avais fait une review des premiers tomes où je détaille mieux mon avis : http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/2017/11/manga-shaman-king-tome-1-a-9.html

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.