Mon avis sur… Octave T.1 de Haru Akiyama

Octave

Parmi les genres importants chez les fans de manga, le Yaoi et le Yuri se distinguent. En effet, ils semblent toucher un public très spécifique, du fait de la nature des histoires racontées. Le Yaoi étant centré sur des romances homosexuelles masculines, alors que le Yuri est son pendant féminin. Comme je l’ai déjà expliqué, je m’intéresse au manga dans sa globalité et de ce fait, il me semble normal d’aller vers ces genres qui touchent un public assez large (mais essentiellement féminin il me semble). Et Taifu Comics a eu la gentillesse de m’envoyer le premier tome d’Octave, ce qui fait que je vais pouvoir non seulement découvrir un Yuri, mais en plus me faire un avis sur un titre que j’avais repéré lors de son annonce. Précisons d’ailleurs que la série est terminée au Japon en 6 tomes, mais que seulement 4 sont disponibles pour le moment en France. Voyons ensemble ce qu’il en est.

Yukino Miyashita, une ancienne idol, tente de retrouver sa vie normale de lycéenne après une brève carrière dans le spectacle, mais ne parvient pas à surmonter la solitude dans laquelle elle se retrouve plongée… C’est après avoir quitté ses études qu’elle rencontre Setsuko Iwai, elle aussi autrefois dans le milieu de la musique. Les deux jeunes filles se rapprochent, se découvrent, pour tomber amoureuses l’une de l’autre…

Si le résumé met l’accent sur le fait que le personnage principal ait été une idol, c’est assez peu traité dans ce premier volume. Contrairement à dans Sayonara Miniskirt par exemple, où le business des idols reste un élément central du récit, il s’agit dans ce premier tome d’Octave d’un élément plus périphérique, qui donne du corps au personnage de Yukino, sans que ce soit un élément important de l’intrigue. Cela pourrait cependant prendre de l’ampleur par la suite, notamment parce que plusieurs personnages secondaires importants ont un lien avec le monde de la musique.

Toujours est-il que Yukino nous est présentée comme une jeune fille assez renfermée, qui n’a jamais eu de relation amoureuse. J’ai tout de suite trouvé qu’elle dégageait quelque chose de touchant du fait qu’elle soit relativement effacée. Au contraire, Setsuko, la jeune fille qu’elle rencontre est plus entreprenante et va prendre les devants pour qu’une relation naisse entre elles. C’est évidemment le cœur de l’histoire et on n’a pour le moment besoin de rien d’autre tant cet amour naissant est traité avec justesse. Sans trop en faire, la mangaka arrive à nous toucher par le biais de ses deux personnages, dont l’approche réaliste et pudique dans les gestes d’affection et le rapport à la sexualité fait mouche. Ce sont simplement deux jeunes femmes qui ressentent quelque chose l’une pour l’autre et qui ont plaisir à être ensemble.

Elles se questionnent sur la différence entre une relation sexuelle avec un homme ou avec une femme, Setsuko ayant connu les deux alors que Yukino, non. Ces questionnements m’ont d’ailleurs plu car c’est exactement le genre de questions qu’il peut y avoir au sein d’un couple, aussi bien hétéro qu’homosexuel. L’important étant comment l’intimité est vécue au sein du couple actuel, et pas ce qu’il y a eu avant.

Et cette approche réaliste, sensible et douce de la relation amoureuse est parfaitement rendue par l’esthétique globale du titre. Le trait de la mangaka est assez épuré, mais est porteur d’une grande douceur qui rend vraiment très bien. De même, le character design ne cherche pas à embellir les personnages. Ce sont de belles jeunes femmes, mais on n’en fait pas des tonnes pour autant, ce qui contribue au réalisme et à la douceur générale du titre. C’est compliqué à décrire, mais je trouve en tout cas l’esthétique vraiment intéressante et je dois même avouer avoir eu du mal à sélectionner des images pour illustrer mon propos tant il y en avait qui me plaisaient.

Vous l’aurez donc compris, ce premier tome d’Octave m’a emballé et fut une belle entrée en matière dans le domaine du Yuri. On a tendance, dans le cas des histoires d’amour homosexuelles de qualité à dire qu’elles sont universelles et que finalement ce n’est pas l’homosexualité qui compte. Je n’aime pas trop ce genre d’assertion car ça donne l’impression qu’il faut nier cet aspect du récit pour pouvoir dire que ça peut plaire aux hétéros. De mon côté, je considère qu’une personne hétérosexuelle peut tout à fait s’intéresser aux romances homosexuelles, et les trouver de qualité, ce qui est clairement le cas ici. Et compte tenu de la délicatesse avec laquelle la question du sexe est traité, le titre peut pour moi être recommandé à un large public, et pas qu’aux adultes.

15 commentaires

    • Oui, je trouve d’ailleurs qu’en manga on a de la chance, la thématique de l’homosexualité est énormément représentée et souvent avec intelligence. Je ne suis pas du tout concerné mais j’arrive sans soucis à me projeter dans les titres qui abordent cette thématique. Pour le coup Akata a beaucoup d’excellentes séries sur le sujet !

      Aimé par 1 personne

  1. Hey ! Je suis intriguée par ce titre justement par son aspect réaliste de la romance Yuri. L’approche qu’à choisi la mangaka m’a l’air de convenir à merveille à l’histoire qui se trame. Je me note celui là, si jamais je tombe dessus demain en ville 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Ah bah pour une fois nous n’avons pas du tout le même avis sur ce titre. J’ai le sentiment que je suis la seule à avoir été dérangée par la scène de sexe entre les deux héroïnes et cet aspect très passif de Yukino au point que ça ressemble presque à une agression, surtout son comportement ensuite. Je suis peut-être trop sensible à ces choses-là ? En tout cas ce n’est pas un titre que je veux continuer. En yuri plutôt sympa je me souviens de Citrus qui m’avait bien plu même si j’ai perdu le fil vu que c’est traduit assez lentement.

    Aimé par 1 personne

      • Ça m’a vraiment sauté aux yeux en lisant la scène ^^’ Je ne trouve pas du tout que la question de l’homosexualité soit bien traitée dans ce manga… Ç’avait été une grosse déception mais j’ai été la seule je crois à le ressentir comme ça.

        Aimé par 1 personne

      • Il me semble que j’avais lu un autre avis négatif, mais j’ai le sentiment que globalement le titre est plutôt bien accueilli.
        Mais du coup avec ce que tu me dis j’irais rejeter un coup d’oeil dedans, ça me perturbe

        J'aime

      • Je viens de revoir ce passage. Et en effet, le personnage principal n’a pas l’air de vraiment comprendre ce qui se passe et se laisse faire du coup c’est un peu limite. Je pense que le fait que ça passe pour moi vient du fait que ça devienne une histoire d’amour et que je savais de prime abord que ça allait évoluer en amour, donc je n’ai pas réellement questionné cette séquence comme j’avais cette finalité en tête. Je ne sais pas si je suis bien clair dans mon explication 😅

        J'aime

      • Si je comprends bien mais c’est quand même un peu gênant justement que ça devienne de l’amour alors que ça commence de cette manière. Je ne trouve pas ça sain du tout :/ si ç’avait été un homme je suis sûre que ça aurait été plus choquant pour les lecteurs… Je tiens aussi à préciser que je ne te blâme pas du tout d’avoir aimé ou autre hein, à chacun sa sensibilité, ça m’intéresse juste d’échanger à ce sujet 🙂 en me relisant je me trouve limite accusatrice 😅

        Aimé par 1 personne

      • Ne t’en fais pas, je n’ai pas pris ça de cette façon. C’est toujours délicat dans la fiction de confronter sa sensibilité avec la façon dont les choses sont montrées. Car je ne pense pas que le but de la mangaka soit de donner un côté malsain à cette relation, je suppose que l’idée était surtout se montrer qu’une des deux est plus « expérimentée » et guide l’autre dans cette relation. Enfin, c’est comme ça que je le vois, mais ça n’empêche qu’en effet, c’est peut-être un peu limite dans la façon dont c’est fait.

        Et je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que si c’était un homme qui faisait ça, ça passerait sûrement beaucoup moins bien.

        Aimé par 1 personne

      • Je doute également que la mangaka ait voulu mettre en scène quelque chose de malsain, c’est d’autant plus interpellant du coup ce qui s’en dégage. Et tu as probablement raison dans la façon dont tu l’interprètes sauf que voilà, si ç’avait été un homme et une femme, ça ne serait pas du tout passé. Je pense que la mangaka a été maladroite sur ce coup là. L’ erreur est humaine, elle se rattrapera sûrement sur la suite mais ce sera sans moi 🙂 je lirai toutefois tes chroniques pour m’informer !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.