Mon avis sur… Sayonara Miniskirt de Aoi Makino

Sayonara Miniskirt


J’ai reçu ce manga dans le cadre de la Masse Critique Babelio jeunesse et ados, et ça tombe vraiment bien car le titre, de par son sujet, me faisait très envie. J’en profites donc pour remercier Babelio ainsi que Soleil Manga pour l’envoi.

Vous pouvez aussi retrouver les avis d’ami(e)s blogueurs et blogueuses via les liens ci-dessous :

Les Blablas de Tachan
Chez Xander
Lire en Bulles
Les Voyages de Ly


Sayonara Miniskirt est le troisième titre de Aoi Makino qui nous arrive en France, et pour ma part le premier que je lis. Mais en regardant un peu ses précédents travaux, il semblerait que la question du harcèlement et du sexisme soient des thématiques importantes pour elle. Et ça tombe bien, ça me parle également beaucoup. Sachez également que ce shojo a débuté en 2019 et compte pour le moment deux tomes au Japon.

Autrefois membre d’un groupe de J-pop, Nina a vécu une agression au couteau lors d’une rencontre avec des fans et ne s’en est jamais remise. Elle décide de retourner au collège mais sous une apparence plus masculine en coupant ses cheveux et en portant l’uniforme des garçons. À la suite d’une vague d’agressions envers les filles, les élèves du collège échangent entre eux sur le sujet.

Comme je l’ai dit en introduction, ce titre avait attiré mon attention de par sa thématique très forte, avec l’histoire d’une adolescente qui était Idol et qui a finalement cessé son activité et a tout fait pour ressembler à un garçon suite à une agression. Un pitch qui attire tout de suite l’attention, car on voit d’emblée que la question du harcèlement, du sexisme et des différences filles/garçons seront au centre du récit.

Et c’est en effet le cas, et le tout est traité avec une intelligence qui m’a vraiment fait plaisir. Le harcèlement et le sexisme sont des sujets extrêmement importants dans nos sociétés, et on a souvent l’occasion d’entendre parler du cas spécifique du Japon, notamment avec la question des wagons réservés aux femmes dans certains transports (sujet d’ailleurs abordé dans ce premier tome). Cependant, en tant qu’étrangers, on peut avoir un reflet déformé de la réalité, et j’ai de ce fait été vraiment étonné de voir que les questionnements soulevés dans ce premier volume étaient finalement exactement les mêmes que chez nous. Que ce soit dans les comportements problématiques montrés du doigt, les réflexions qui relèvent d’un sexisme ordinaire (du genre « si elle porte une jupe courte, c’est pour qu’on la regarde » ou « c’est de sa faute si on la tripote vu comment elle est habillée ») et autres stéréotypes de genre, tout ce qui est évoqué dans ce premier tome sonne terriblement juste et reflète parfaitement la réalité.

En ça, je ne peux qu’applaudir l’autrice d’avoir aussi bien capté ce qui ne va pas dans nos sociétés vis-à-vis de ce qu’on fait subir aux femmes, que ce soit par les mots, les regards ou encore les gestes.

Et dans ce contexte, le fait de suivre le personnage de Nina, qui essaie de ressembler le plus possible à un garçon pour éviter de subir ce que les filles endurent est vraiment une excellente idée. On découvre au fil du tome ses blessures et ses peurs, et on ne peut qu’être pris d’empathie pour elle. L’évolution de son rapport aux autres, et à un personnage en particulier est au centre de ce premier tome et est parfaitement gérée par ailleurs. Par le biais de ce personnage, le titre et la symbolique de la mini jupe prennent par ailleurs tout le sens.

Ainsi, pour toutes ces raisons mais aussi pour d’autres (notamment l’esthétique, impeccable), ce premier tome est pour moi un énorme coup de cœur ! Je tiens cependant à apporter une petite nuance sous forme de questionnement concernant la fin du volume. Rassurez-vous, je n’en dévoilerai rien, vous pouvez lire sans crainte. Mais cette fin de tome pose beaucoup question et la façon dont la suite sera gérée va être fondamentale pour la suite tant cela peut ouvrir vers quelque chose de problématique. Je pense cependant que ça ne sera pas le cas, mais c’est un risque à souligner. Quoi qu’il en soit, la thématique du récit est tellement forte et importante (j’insiste dessus) qu’il faudra voir où nous amène la mangaka pour juger de la pertinence globale de son propos.

Mais sur ce premier tome, j’ai vraiment été surpris par la richesse du récit et par le talent avec lequel la mangaka arrive à toucher dans le mille sur tous les points. On ressort de la lecture avec une boule au ventre car tous les comportements toxiques mis en scène dans ce volume sont finalement dramatiquement banals dans notre réalité. De ce fait, c’est une lecture qui ne peut que nous parler et nous révolter, et rien que pour ça, j’espère que le manga saura trouver écho auprès d’un large public. Car si la fiction permet de remettre en question ce qui ne va pas, il est évident que Sayonara Miniskirt peut jouer un vrai rôle sur ce point, tant le manga appuie là où ça fait mal. Chapeau !

22 commentaires

  1. Ravie de voir que tu as aussi apprécié le titre et reconnu toutes ses qualités.
    Comme toi la fin m’a interpellée. Si le fait est avéré ça peut 1/ offrir une toute nouvelle lecture à ce à quoi on a assisté précédemment 2/ être vite glissant selon comme c’est traité. Mais en tout cas ça fait réfléchir ^^
    Merci pour le lien 😉

    Aimé par 1 personne

    • Pour le coup concernant la fin, je pense que c’est un coup de Trafalgar parce qu’il y a des indices qui permettent de se dire que quelqu’un d’autre est responsable.
      Sinon effectivement, ça nous ferait entrer sur un terrain glissant…

      De rien pour le lien, je viens de voir que tu en as mis un aussi me concernant 😄

      Aimé par 1 personne

    • De rien, je me souvenais avoir lu ton article qui m’avait donné envie à l’époque !

      Quand je lis un manga après tout le monde, j’aime bien partager les avis, c’est sympa pour ceux qui lisent d’avoir plusieurs sons de cloche. Même si pour ce manga, j’ai le sentiment qu’on est tous et toutes unanimes !

      Aimé par 1 personne

  2. Hi ! Je l’ai ajouté à ma pile à lire il y a quelques jours 😉 Je pense que je le lirai la semaine prochaine, il fait sacrément envie et j’ai hâte de voir de mes propres yeux comment tout cela va être abordé. En tout cas, ton retour est fortement encourageant !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Buckette Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.