Mon avis sur… Blue Flag T.5 de Kaito

Blue Flag

Après la dernière scène magnifique du tome 4 de Blue Flag, j’attendais avec impatience le cinquième afin de savoir comment celle-ci se concluait. Je ne vous le révélerai pas dans cet article, et à ce titre je ne mettrai pas le résumé éditeur du volume qui grille cet élément.
Avant de parler davantage de ce volume, sachez que la série a terminé sa prépublication au Japon, et devrait donc s’achever à 8 ou 9 tomes. Une série courte, dont on a donc vu la moitié avec ce nouveau volume. Ce n’est pas un mal en soi, même si cela me fait bizarre de me dire qu’on est à plus de la moitié.

Mais que cela ne nous empêche pas de profiter du titre, dont la qualité ne baisse pas avec ce cinquième tome. On commence donc dans la continuité des événements du volume 4, avec son ambiance festive parfaitement retranscrite par l’auteur. Je dois avouer que cette séquence classique du feu d’artifice qu’on retrouve dans une quantité folle de mangas, animes et films japonais me fait toujours son petit effet. Entre les Yukata (kimono d’été plus léger), les petits stands et le feu d’artifice nocturne, c’est toujours l’occasion de poser une ambiance qui me plait beaucoup. D’autant plus qu’on est en général avec des adolescents dans ces moments là, et ça me fait beaucoup de bien de voir ce genre de séquence.

Car, je crois l’avoir déjà dit, en tant que personne qui n’a pas franchement apprécié l’adolescence, voir de beaux moments de vie de jeunes de cet âge me fait du bien car cela me fait un peu vivre ces sensations par procuration. C’est une des choses que j’aime dans la fiction, et auquel je reste assez attaché encore aujourd’hui.

Toujours est-il qu’une fois cette séquence fini, la vie reprend son cours presque normalement, et on s’étonne de voir que plusieurs personnages se retrouvent un peu en retrait, au profit de Mami, dont j’avais même du mal à me souvenir tellement elle était secondaire. Elle se rapproche de Taichi ce qui finit par faire jaser. On se demande pourquoi elle devient amie avec lui et quelles idées elle peut avoir derrière la tête. Je n’étais pas plus intéressé que ça par cet élément, ne connaissant pas assez le personnage de Mami, jusqu’à ce qu’elle ne se dévoile davantage, dans tout ce qu’elle peut avoir de complexe et touchant.

Et c’est finalement cet élément qui m’a le plus emporté dans ce volume. Kaito donne du corps et de l’épaisseur à ce personnage, la rendant elle-aussi très intéressante et attachante, tout comme nos quatre personnages principaux. Ainsi, elle semble se greffer naturellement au groupe et à l’histoire et j’espère la revoir encore davantage par la suite. Car elle permet d’apporter encore une richesse supplémentaire aux thématiques adolescentes du récit, en posant la question des apparences et des intentions qu’on peut s’imaginer derrière les comportements des gens. Comme si Mami était victime de l’image qu’elle renvoie.

Et c’est pour cette raison et pour ce développement en particulier que ce tome, comme tous les précédents finalement, m’a particulièrement touché. Kaito épouse une fois de plus avec talent les tourments de l’adolescence avec toujours en thématique principale la difficulté de se définir et de s’affirmer. C’est effectivement quelque chose de symptomatique de cette période de la vie, mais ça continue d’être compliqué également après. En cela, Blue Flag touche à une certaine forme d’universalité.

3 commentaires

  1. Comme toi, je ne garde pas un souvenir impérissable de mon adolescence alors je suis ravie de voir mis en scène de beaux moments d’amitié comme ici. Ayant souvent été dans la situation de Mami, j’ai été frappée par son discours sur l’amitié. Je l’ai adoré et je trouve chouette qu’un auteur transmette ce genre de message à ses jeunes lecteurs !
    C’est une très belle série pour cela, bienveillante, ouverte et moderne.

    Aimé par 1 personne

    • On est parfaitement d’accord.
      Moi je ne me reconnais pas vraiment dans les personnages par rapport à mon expérience personnelle, mais j’arrive sans soucis à avoir de l’empathie pour eux tant ils sont bien écrits et travaillés.
      Je trouve qu’il y a un vrai soucis d’authenticité chez eux et ça me fait quelque chose de me dire que dans seulement 3 tomes on va les quitter.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.