Mon avis sur… Origin T.8 de Boichi

Origin

Après un tome 7 des plus brillants (voir mon avis ici), j’avais hâte de retrouver la saga cyberpunk de Boichi. Et très clairement ce huitième tome nous fait bien comprendre que l’on approche dangereusement de la conclusion de l’histoire. Cela se traduit par un volume paroxystique sur de nombreux points, découlant sur un climax émotionnel parfait, qui risque en plus de faire passer notre héros au dernier stade de son évolution… Voyons ensemble ce qu’il en est, sans vous spoiler s’il vous plait !

L’enquête de l’AEE a mis en évidence la présence de robots humanoïdes parmi les humains. Commence alors une traque dont Origin pourrait faire l’objet. De leur côté, les robots s’en prennent, eux aussi, à leur prototype et rôdent autour de l’AEE. C’est à ce moment que l’un des leurs, Kan, retrouve la trace d’Origin et l’attaque. Celui-ci est l’adversaire le plus redoutable qu’il ait affronté jusqu’à présent et ressemble étrangement à quelqu’un qui lui est cher…

Ce volume est encore une fois parfaitement équilibré entre l’action, le développement de l’intrigue et des personnages, et l’aspect émotionnel, tous ces éléments semblant d’ailleurs totalement entremêlés. Comme l’indique le résumé, ainsi que le titre du premier chapitre de ce tome « le robot psychopathe », un nouveau frère d’Origin est introduit, et dire qu’il est incroyablement dangereux et effrayant serait encore loin de la réalité. Son aspect m’a d’ailleurs légèrement fait penser à un des robots de Pluto.

Cette rencontre est l’occasion d’un nouvel affrontement dantesque dont Boichi à le secret, à base de visuels ultra impactants (le travail sur les postures, encore et toujours au top) et d’explications pointues sur les éléments techniques liés au combat, que ce soit concernant les mouvements des personnages ou leur arsenal. J’en profites d’ailleurs pour attirer l’attention sur la postface du volume, où Boichi parle avec un grand sérieux de comment il a étudié la représentation des robots au fil des années dans le cinéma et les séries télé, afin de voir comment leur façon de bouger a évolué, et s’en est inspiré pour sa série afin de la rendre la plus crédible possible. Encore une fois, je suis admiratif du sérieux avec lequel Boichi traite ses œuvres, car cela se ressent énormément à la lecture !

Ce combat ultra brutal est donc l’occasion d’une évolution très importante dans la relation entre Origin et Mai Hirose, puisque comme d’habitude, elle se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment, et notre héros va devoir la protéger pendant l’affrontement. Ainsi, après un début en fanfare, le rythme se veut plus posé et permet de développer encore davantage la relation entre les deux personnages principaux, qui est finalement le véritable cœur de la série, aussi bien émotionnel qu’en terme d’écriture. Origin aura encore l’occasion de se questionner sur le sens de « mener une vie convenable », tandis qu’on en apprendra un peu plus sur ses origines (sans mauvais jeu de mots).

Tout cela pour arriver à un final que je ne vous révélerai en aucun cas. Je vais simplement vous dire (en espérant que cela vous mette l’eau à la bouche) qu’on atteint sans doute un point de non retour dans la série et pour le personnage d’Origin, au détour d’une séquence majeure et extrèmement forte émotionnellement. Une grande partie du volume a fait monter les émotions, de par le travail visuel, d’écriture et d’ambiance de l’auteur, pour finalement arriver à la séquence finale du volume absolument bouleversante, permettant à Origin de découvrir un peu plus les émotions en même temps que Boichi nous procure la plus forte qu’il ait donné jusqu’à présent dans la série.

Ainsi, dans cette série impeccable depuis son premier tome, ce huitième tome s’inscrit comme un jalon majeur, et le plus puissant selon moi. On comprend qu’on assiste à un moment de bascule dans l’histoire, et que le final arrive à grands pas. Compte tenu des développements toujours excellents que Boichi a amené à sa série et son héros jusqu’à présent, je ne vois pas comment il pourrait se rater. En l’état, ce volume 8 est magnifique et rend la série une fois de plus indispensable à mes yeux.

10 commentaires

    • Je t’y encourage, en effet. Je ne comprends pas pourquoi on ne parle pas plus de cette série tant je trouve qu’elle exploite brillamment les thématiques du genre. Et Origin est vraiment un personnage très très bien écrit.
      J’ai donné un avis sur chacun des tomes de la série si ça t’intéresse. Après, je ne me souviens plus s’il n’y a pas un peu de spoil dedans. Mais mes avis sur les deux premiers tomes peuvent déjà donner une bonne idée de ce que je pense de la série !

      Aimé par 1 personne

      • C’est vrai qu’Origin passe plutôt inaperçu… En ce qui me concerne, je n’ai pas encore trouvé la porte d’entré dans l’œuvre de Boichi, je n’accroche pas et je ne m’explique pas pourquoi. Pourtant je ne cesse de voir son travail être encensé. Peut-être que cette série-ci sera la bonne ? Merci pour les recommandations !

        Aimé par 1 personne

      • Pour Origin, je trouve que c’est en effet une bonne porte d’entrée pour plusieurs raisons : la série est courte (seulement 10 tomes) et représente la quintessence de son style, que ce soit dans l’esthétique ou l’écriture, avec beaucoup d’action, mais un univers SF traité également avec un grand soin.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.